logoarticle   08/08/2007

 

vent dir

LE VENT

– Direction :

Le point sur le cercle de la station d’où part la hampe indique la direction d’où souffle le vent.

Sur l’image à gauche, le vent est donc du Nord-Est.

– vent de noroît : vent de nord-ouest 315 °

– vent de suroît : vent de sud-ouest 225 °

– vent de suet : vent de sud-est 135 °

– vent de nordet : vent de nord-est  45°

carte meteo
vitesse vent

– Vitesse :

 

La vitesse du vent est représentée en nœuds sur les barbules.

1 nœud = 1 mille nautique par heure = 1,9 km/h


 

ancre

ÉCHELLE DE BEAUFORT

 

               

meteovent

diddl voilier 

  Force  : Vitesse moyenne en nœuds  : Description  : État de la mer :
  0   0 à 1   calme   calme
  1   1 à 3   très légère brise   ridée
  2   4 à 6   légère brise   belle (vaguelettes)
  3   7 à 10   petite brise   peu agitée (quelques moutons)
  4   11 à 16   jolie brise   agitée (nombreux moutons)
  5   17 à 21   bonne brise   forte (vagues, moutons, embruns)
  6   22 à 27   vent frais   très forte (lames, écume blanche)
  7   28 à 33   grand frais   grosse (lames déferlantes, écume)
  8   34 à 40   coup de vent   très grosse (traînées d’écume)
  9   41 à 47   fort coup de vent   énorme (peu de visibilité)
  10   48 à 55   tempête   énorme (pire)
  11   56 à 63   violente tempête   énorme (encore pire)
  12   64 et au-delà   ouragan   énorme (bon courage)
     
vagues

LES HAUTES ET BASSES PRESSIONS

soleil

 

– Les anticyclones

Le plus souvent, c’est un lieu de beau temps, ce qui ne veut pas dire chaleur ! (en hiver c’est même au contraire froid).

Dans l’hémisphère Nord, les vents d’un anticyclone tournent dans le sens des aiguilles d’une montre en s’en écartant.

On parle d’anticyclone au-delà de 1025 hectopascals.

 

buis ballot
 

 

– Les dépressions

Le plus souvent, elles sont génératrices de mauvais temps.

Dans l’hémisphère Nord, les vents d’une dépression tournent dans le sens contraire des aiguilles d’une montre en s’en approchant. Dans le centre de celles-ci, on peut trouver des vents de sens indéterminé ou parfois une absence de vent ce qui pourrait vous faire croire que la perturbation est passée (erreur...).

 

 

– Les zones limitrophes

Lorsqu’un anticyclone est proche d’une dépression, le gradient de pression peut être plus élevé, générant ainsi des vents plus violents.

Cet effet est amplifié par l’effet venturi (effet d’entonnoir) lorsque les deux zones se rapprochent.

venturi

 

poisson

 

LES FRONTS

 

front chaud

Front chaud (oui, oui !)
 

front froid

Front froid (non, non !)
 

front stationnaire

Front stationnaire
 

front occlus chaud

Front occlus chaud
 

front occlus froid

Front occlus froid
 

cyclone

Tempête tropicale (nous allons essayer d’éviter !)
 

 

Vu et corrigé par Captain, le marin professionnel !

 

Haut de page

 

logoarticle   08/08/2007

 

     

La connaissance de ces nœuds et leur utilisation (bloquant ou pas) est indispensable à bord.

 
  ancre rouge    Nœuds d’amarrage  
  Tour mort et deux demi-clés  

Ce nœud est le plus simple dans l’urgence. On entoure la bitte d’amarrage ou l’anneau de quai avec le cordage. La tension s’exerce sur le tour mort, tandis que les deux demi-clés bloquent le nœud.

tour mort et dc
  Cabestan  

Ce nœud est aussi appelé nœud de bitte, de batelier. Il tient par tension, plus on serre, plus il est solide. On l’utilise pour amarrer un bateau à un pieu, à un anneau ou une bitte d’amarrage.

cabestan
  Chaise  

Ce nœud d’amarrage ne file pas. Comme il a l’avantage de ne pas serrer, même sous traction très forte, il est fréquemment utilisé par les navigateurs.

chaise
  Taquet  

Pour fixer un cordage à un taquet, on effectue d’abord un tour mort, puis un « 8 », et enfin une demi-clé renversée.

taquet
  Grappin  

Ce nœud est spécialement indiqué pour fixer l’ancre. Très résistant, il ne peut glisser ni s’écraser.

grappin
  Tête d’alouette  

Ce nœud très facile à réaliser peut glisser et devenir incertain si les deux extrémités de la corde n’ont pas la même charge.

tete alouette 
  ancre rouge   Nœuds d’arrêt  
  Demi-nœud  

C’est le nœud le plus simple. Il est à la base d’un très grand nombre de nœuds. Une fois sous tension, ce nœud est très difficile à défaire.

demi noeud
  Le huit  

C’est le nœud d’arrêt par excellence. Il présente un bon volume, se fait rapidement et se défait sans difficulté, même très serré.

huit
  Capucin  

C’est un nœud d’arrêt décoratif.
Il est assez volumineux pour ajouter du lest au bout d’un cordage devant être lancé.

capucin
  Pomme de touline  

Ce nœud sert de lest pour lancer une amarre. Son aspect décoratif peut lui donner d’autres fonctions.

pomme touline
  Jambe de chien  

Ce nœud permet de raccourcit une corde, ou de renforcer une zone abîmée, sans la couper, ni détacher les extrémités.

jambe chien 
  ancre rouge   Nœuds d’assemblage  
      avec le même diamètre  
  plat  

C’est un nœud très simple. À ne pas utiliser comme nœud de remorquage, car il a tendance à glisser.

plat
  Vache  

Ce nœud ressemble beaucoup au nœud plat, mais il ne tient pas.

vache
  Pêcheur  

Ce nœud se compose de deux demi-nœuds. Il est très sûr pour réunir deux cordages minces de même diamètre.

pecheur
  Carrick  

Ce nœud est très solide. Même plongé dans l’eau, il se défait très facilement. Il est souvent utilisé pour rallonger la remorque entre deux bateaux.

carrick 
      avec un diamètre différent  
  Écoute simple  

Sert à réunir deux cordages de diamètres différents. Facile à faire, c’est l’un des plus connus pour réunir deux cordes.

ecoute simple
  Agui  

Ce nœud se compose de deux nœuds de chaise.

agui

Haut de page

 

logoarticle   08/08/2007

 

 

Le balisage a pour but d’éviter de s’échouer en indiquant les eaux saines.

Il est donc impératif de toujours le respecter même si aucun danger n’apparaît à la surface de l’eau.

Il existe 4 types de feux :

 

 

 

feux scintillement

 

Feux scintillants : l’allumage et l’extinction sont très rapides
 

 

feux eclat

 

Feux à éclats : la période de lumière est plus courte que celle d’obscurité
 

 

feux isophase

 

Feux isophases : les périodes de lumière et d’obscurité sont de même longueur
 

 

feux occultation

 

Feux à occultations : la période d’obscurité est plus courte que celle de lumière.
   

 

 

 

 Le balisage comprend 5 types de marques :

 

 

 LES MARQUES LATÉRALES

 

  attention   Attention, le monde est coupé en 2 zones A et B, les couleurs indiquées sont celles de la zone A, celles de la zone B sont inversées.

Zone A : monde entier sauf...

Zone B : continent américain, Antilles, Guyane, Saint-Pierre et Miquelon, Corée, Philippines et Japon.

 

 

 

laterales babord

 

 

BÂBORD : Les bouées bâbord ont toujours la forme d’un cylindre, et sont de couleur rouge 

En venant du large, il faut les laisser sur bâbord, c’est-à-dire qu’il faut passer à tribord

 

 

 

laterales tribord

 

TRIBORD : Les bouées tribord ont toujours la forme d’un cône, et sont de couleur verte

En venant du large, il faut les laisser sur tribord, c’est-à-dire qu’il faut passer à bâbord

 

 

prefere tribord

 

CHENAL PRÉFÉRÉ À TRIBORD : Bouée à dominante rouge avec une bande verte

En présence d’une telle marque latérale, il faut réagir comme face à une bouée bâbord : en venant du large, on laisse la bouée sur bâbord

 

 

prefere babord

 

CHENAL PRÉFÉRÉ À BÂBORD : Bouée à dominante verte avec une bande rouge

En présence d’une telle marque latérale, il faut réagir comme face à une bouée tribord : en venant du large, on laisse la bouée sur tribord

 

 

LES MARQUES DE DANGER ISOLE

 

 

 

danger isole

 

Elles sont noires avec une ou plusieurs bandes rouges, et sont surmontées de deux boules noires.

Ces balises se trouvent toujours sur le danger. Il faut donc s’en écarter largement à gauche ou à droite.

La nuit : les bouées de danger isolé sont indiquées par un feu blanc à 2 éclats groupés.

 

 

LES BOUÉES D’EAUX SAINES

 

 

 

eaux saines

 

Elles indiquent les eaux profondes, c’est-à-dire là où il n’y a pas de danger pour la navigation.

Les marques d’eaux saines sont rayées verticalement en rouge et blanc. Au large : on passe à proximité de la bouée, indifféremment à droite ou à gauche.

Dans un chenal : cette bouée délimite l’axe du chenal. Il faut alors la laisser sur bâbord.

La nuit : les bouées d’eaux saines sont parfois dotées d’un feu blanc, d’un rythme quelconque autre que scintillant ou à deux éclats. Il s’agit le plus souvent d’un feu isophase, à occultations, ou à un éclat long toutes les 10 secondes.

 

 

LES MARQUES CARDINALES

 

 

 

Elles indiquent un danger au large des côtes.

Pour se repérer, et donc pour savoir où sont les eaux saines, il faut utiliser le compas. Les balises cardinales portent le nom du secteur dans lequel il convient de passer.

 

 

 

cardinale nord

 

– BALISE CARDINALE NORD : 2 cônes vers le haut indiquant le Nord.

On passe au nord du danger (et de la balise). La nuit : les balises cardinales Nord sont surmontées d’un feu à scintillements blancs continus.

 

 

cardinale ouest

 

– BALISE CARDINALE OUEST : 2 cônes opposés par la pointe.

On passe à l’ouest du danger (et de la balise)

La nuit : les balises cardinales Ouest sont surmontées d’un feu avec 9 scintillements blancs toutes les 10 à 15 secondes.

 

 

cardinale est

 

– BALISE CARDINALE EST : 2 cônes opposés par la base.

On passe à l’est du danger (et de la balise).

La nuit : les balises cardinales Est sont surmontées d’un feu avec 3 scintillements blancs toutes les 5 à 10 secondes.

 

 

cardinale sud

 

– BALISE CARDINALE SUD : 2 cônes vers le bas indiquant le Sud.

On passe au sud du danger (et de la balise).

La nuit : les balises cardinales Sud sont surmontées d’un feu avec 6 scintillements blancs suivis d’un éclat blanc toutes les 10 à 15 secondes.

 

 

LES MARQUES SPÉCIALES

 

 

 

marques speciales

 

 

Elles signalent des zones à éviter : zones d’élevage, zones d’exercices militaires, zones de câbles sous-marins, zones de dragage...

Les marques spéciales peuvent avoir toutes sortes de formes. Elles sont reconnaissables à leur couleur jaune et à la croix qui les surplombe. Il convient de s’en écarter largement.

La nuit : la bouée peut être dotée d’un feu jaune d’un rythme quelconque, autre que ceux décrits pour les autres marques (exemple : feux à éclats, feux à 3 éclats groupés).

 

Haut de page

 

logoarticle   08/08/2007

 

   

carte

       
  vagues bis

Conversion des mesures US-UK en SI

   

1 Mille terrestre

= 1 609,34 m
  1 Mille nautique (NM) = 1.852 m
  1 Inch (pouce) = 2 546 cm
  1 Foot (pied) = 12 inches = 30,48 cm
  1 Yard = 3 feet = 91,44 cm
  1 Fathom (brasse) = 180,88 cm 
       
    1 Once (Oz) = 283 495 g
  1 Pound (livre) = 16 Oz = 0,453 6 kg 
       
    1 Pinte = 568 ml
  1 Gallon UK = 8 Pintes = 4 543 l
  1 Gallon US = 37 854 l 
       
    1 Nœud (Kt) = 1 Mille marin/h = 0,514 m/s 
       
    Mesure de température C (Degré Celsius)/F (Degré Fahrenheit) 
       
   

formule de conversion : F = 9xC/5+32 et C=5 (F-32)/9

 
      0 °C = 32 °F  
  10 °C = 50 °F  
  20 °C = 68 °F  
  25 °C = 77 °F  
  27 °C = 80 °F  
  30 °C = 86 °F  

Haut de page

 

logoarticle   08/08/2007

 

  Chaque pavillon à bord a sa place et le mauvais usage de l’un d’eux entrainerait un manquement à l’étiquette maritime qui est la forme de courtoisie qui est de règle en mer.

 

  Le Pavillon National     code int3

 

  – C’est le plus grand en taille des pavillons, il doit cependant être proportionnel à la taille du navire.

– Il est hissé sur le pataras pour les petites unités.

– On l’arbore le dimanche et les jours fériés sauf à l’étranger ou c’est le cas tous les jours de 8 h à 20 h. Le hisser à mi-hampe signifie que le navire est en deuil.

 

 

Le Pavillon de Courtoisie

 

  – Il est plus petit que le pavillon national. Il se hisse à tribord sous la barre de flèche lorsque l’on est dans les eaux territoriales ou dans les ports et lorsque l’on a effectué les formalités d’entrée.

Nota : Il doit être suffisamment hissé pour ne jamais être une hauteur inférieure à celle du pavillon national, ce qui pourrait être considéré comme une insulte vis-à-vis du pays d’accueil.

– On l’arbore tous les jours de 8 h à 20 h.

 

  Le Pavillon de propriétaire

 

  – On hisse ce pavillon rectangulaire aux couleurs de la nationalité du propriétaire (lorsqu’elle est différente de la nationalité du navire) sous la barre de flèche bâbord.

– Ce pavillon ne doit battre qu’en présence du propriétaire à bord.

 

  Pavillon Q     code int4

 

  – Se hisse à tribord pour demander la libre pratique dans un port, pour signifier son arrivée en attendant d’avoir effectué les formalités réglementaires.

 

  Le Pavillon Rouge     code int5

 

  – C’est un pavillon qui était redouté des marins lors des abordages, il signifiait : « pas de quartier ! », aucun prisonnier ne sera fait.

 

  Le Pavillon Noir     code int7

 

  – C’est le pavillon très célèbre de la piraterie.

– Celui-ci n’était pas toujours noir, mais il était toujours redouté.

 

 

 Le Grand Pavois

 

  – Hissé entre 8 h et 20 h c’est un moyen de célébrer quelque chose et enfin... de pavoiser.

On l’envoie dans cet ordre :

De la proue au haut du mât : 
E, Q, 3, G, 8, Z, 4, W, 6, P, 1, I, Aperçu, T, Y, B, X, 1er substitut, H, 3ème substitut

Du haut du mât à la poupe : 
D, F, 2e substitut, U, A, O, M, R, 2, J, 0, N, 9, K, 7, V, 5, L, C, S

Sans oublier le Pavillon National en poupe.

grand pavois

 

 

Les pavillons de signaux du code international

 

 

 

Les pavillons alphabétiques sont de formes plus carrées, ou en forme de flamme pour les pavillons numériques. Ils ont des couleurs normalisées pour chaque lettre de l’alphabet qui ont des significations bien particulières. On les emploie seuls ou avec d’autres en combinaison sur une même drisse. Le pavillon « Q » jaune est utilisé pour signifier son arrivée et demander la libre pratique des côtes abordées.

 

 

code int15

Haut de page

 

 

logoarticle   08/08/2007

 

  Chaque pavillon est hissé à tribord sous la barre de flèche lorsque l’on est dans les eaux territoriales ou dans les ports et lorsque l’on a effectué les formalités d’entrée.
 

 

EUROPE

 

   
  europe 4 europe 3  europe 1
 

 europe 2

   
 

AMERIQUE DU NORD

amerique du n

 
       
 

AMERIQUE DU SUD

 amerique du s

 
 

ARCTIQUE ET ANTARCTIQUE

arctique antarctique 

 
 

ASIE

 asie1

asie2 
 

ASIE DU SUD

 asie s 1

 asie s 2
 

MOYEN ORIENT

 moyen orient 1

 moyen orient 2
 

 

OCEANIE

 

   
 

 
 oceanie 1

 oceanie 2

 oceanie 3
 

 

AMERIQUE CENTRALE ET CARAIBES

 

   
 

 amerique centrale caraibes 1

 amerique centrale caraibes 2  amerique centrale caraibes 3
 

 

AFRIQUE

 

   
 

afrique 1

afrique 1 afrique 1
 

afrique 1

afrique 1  

Haut de page

 

logoarticle   08/08/2007

 

  stitcher 1 Petit outil de couture pour réparation des voiles.
 

 

Le fil est enroulé autour de la bobine, sort du magasin de l’alène, passe à l’extérieur autour du clou (fil sortant sous la boucle), rentre dans le guide de l’aiguille, puis longe l’aiguille côté fendu, ensuite passe dans le chas. Ouf c’est prêt !

La longueur de fil déroulé sera équivalente à la longueur de la couture à réaliser.

Préparer les trous de couture avec une alène.

 

  stitcher 2 Passer le S.T dans le premier trou (1), tirer sur le fil qui sort de l’aiguille sur l’arrière de la couture.
 

stitcher 3

Retirer le S.T, puis piquer dans le 2d trou (2), retirer le S.T de quelques mm, le fil fait une petite boucle avec le frottement.
 

stitcher 3

Passer le fil libre dans la boucle (3).
 

stitcher 3

Retirer le S.T (4) en gardant la tension sur le fil arrière (5). Et ainsi de suite...
 

stitcher 3

 

 

 

Merci à Hélène et Gilles de « Lève Rames » pour leur participation active à ce petit guide.

   

Haut de page

 

 

logoarticle   08/08/2007

 

 

Beaucoup plus économiques et moins toxiques que les produits spécialisés dédiés au nautisme, à ne pas oublier avant le départ de France, introuvable ailleurs :

 

– Rouille sur gelcoat : Rubigine.

– Inox : Miror Argentil avec brosse à dents pour les ti coins.

– Gelcoat tâches graisse, poussière, oiseaux... : Pierre d’Argent

 

Haut de page

 

 

logoarticle   08/08/2007

 

 

Durant notre voyage il faudra prévoir les avitaillements. Dans certaines régions du monde, nous trouverons des produits frais à prix modérés.

Pour faire des réserves sans congélateur, il reste la solution conserves à faire soit même. De plus, si certaines pêches sont abondantes nous ferons des filets en bocaux ! Et la cocotte-minute devient alors indispensable !

La stérilisation permet de conserver légumes, fruits, plats préparés dans des bocaux. La destruction des micro-organismes contenus dans les fruits et légumes s’obtient dans des bocaux fermés hermétiquement chauffés à plus de 100 °C (maximum 115 °C) pendant une durée précise. Cette température varie en fonction des aliments, de la taille des bocaux, de l’acidité des fruits ou des légumes. Plus un aliment est acide, plus les micro-organismes sont rapidement détruits par la chaleur.

La stérilisation par l’autocuiseur convient pour les petites quantités.

– Choisir des bocaux de 250, 350 ou 500 grammes

– Nettoyez parfaitement les bocaux, ébouillantez les 10 min

– Retournez-les sur un linge propre pour les sécher

– Si les fruits ou les légumes sont crus, sans sirop ni jus, remplissez les bocaux jusqu’au bord, en les tassant au maximum, car ils réduiront de moitié pendant la stérilisation

– Si vous ajoutez sirop ou sauces aux fruits, légumes ou viandes, remplir les bocaux que jusqu’à 2 cm du bord, en prenant soin de maintenir propre le bord du bocal

– Mettre les bocaux fermés avec leur joint dans le panier de la cocotte, les entourer de torchons pour qu’ils ne se cognent pas

– Bocaux à cercle vissé : Ajuster la rondelle de caoutchouc mouillée sur le couvercle ou sur le bocal, en vous assurant qu’elle est à plat puis mettre le couvercle en place. Boucher partiellement en vissant serré le cercle de métal puis dévisser un peu

– Bocaux à pinces : Ajuster la rondelle de caoutchouc mouillée en vous assurant qu’elle est bien à plat, puis mettre le couvercle en place. Boucher partiellement en poussant la pince la plus longue dans la rainure du couvercle, mais ne pas rabattre la plus courte

– Remplir la cocotte d’eau salée jusqu’au deux tiers environ des bocaux

– À partir du chuchotement, laisser stériliser le temps indiqué selon la recette

– Laisser refroidir les bocaux dans la cocotte pour que la stérilisation soit la plus efficace

– Lorsque les bocaux sont froids, vérifier que le couvercle est hermétiquement scellé :

– Pour les bocaux avec des caoutchoucs, il suffit de les pencher : si des bulles se forment lorsque le contenu entre en contact avec le couvercle, c’est que votre stérilisation est à refaire... Ou consommer rapidement le contenu !

– Pour les bocaux avec couvercle à vis : ils s’abaissent en refroidissant. C’est normal que le couvercle soit légèrement concave. S’il est droit, appuyez dessus et s’il revient à sa position de départ, c’est que la fermeture n’est pas bonne. Votre stérilisation est à refaire... ! Ou consommer rapidement le contenu !

– L’étiquetage du bocal : contenu, date

– Ranger les bocaux dans un endroit sec, aéré, à 15 °C environ (ce qui va être difficile sous les tropiques !), à l’abri de la lumière

– Lors de l’ouverture, entendre le pschitt de l’air qui rentre dans le bocal, signe que la conserve est bonne.

 

Retrouvez des recettes de conserves dans la page RECETTES

 

Haut de page