logoarticle   22/09/2006 pt interro

 

Depuis toujours, j’ai rêvé parcourir le monde en traversant mers et océans. Beaucoup de voyages loisirs et professionnels. Puis, Francis est rentré dans ma vie et mon rêve il le partage !

Mon expérience nautique se limite aux petits dériveurs, Hobie Cat, 470 et navigation côtière sur monocoque et cata habitables. Francis, lui, en tant qu’ancien marin a une expérience tout autre !!!

En 2004, nous commencions à parler d’une possibilité de vivre sur l’eau, pour moi d’emblée vie à bord = catamaran, pour Francis rien ne vaut le monocoque ! En parler, c’est bien, mais pourrions-nous vivre ensemble sur un voilier ? Quelques expériences nous rassurent sur notre complicité à bord.

Il me restait à le convaincre au sujet du cata... Pas très difficile lorsqu’il se rend compte du confort en nav et au mouillage.

Depuis quelques mois, le rêve se transforme en projet ! Nous parcourons les sites de tourdumondistes, nous avons des contacts avec certains d’entre eux.

La première chose est le bateau : un catamaran, le choix se porte sur le Lagoon 380 S2. Il faut le financer, nous avons à présent une idée assez précise du coût, équipé grand voyage. Le financer comment ? La LOA semble la meilleure solution. Contact avec les différents organismes bancaires pour obtenir des éléments plus exacts.

Achat du cata, puis gestion location pour payer la LOA et profiter de notre voilier ? Après renseignements et diverses expériences, la gestion location présente des risques.

Donc après des calculs savants, nous projetons l’achat d’un Lagoon 380 neuf (ou une très bonne occasion) fin 2008. Pour un départ 20 092 010.


Jusque là : épargne, épargne!  

 tirelire    

Et un tel projet demande de la préparation, beaucoup de préparation. Nous aurons donc le temps !

Avant de partir la première question à se poser : « pourquoi ce choix de vie ? »…

Je pense avoir mes réponses ! Ce n’est pas une fuite, j’ai vécu jusqu’ici une vie professionnelle intense et épanouissante, aujourd’hui j’ai envie d’autre chose. Esprit nomade, j’ai toujours beaucoup voyagé, aimé découvrir des pays et leurs habitants. De plus, j’aime les étendues d’eau, j’aime être dessus portée par le vent ou dessous à la rencontre de ses habitants ! Envie d’une autre vie, ne plus être dépendante des horaires de rendez-vous professionnels, des bouchons interminables enfermée dans ma voiture, le stress des avions jamais à l’heure, les soirées conviviales trop courtes, les week-ends tant attendus et qui passent trop vite... Envie de jouer les « globe-flotteur » dépendants de la nature, de sa richesse de ses caprices, essayer de se faire apprivoiser et vivre en symbiose... J’ai eu la chance de rencontrer Francis avec des aspirations communes.

  petit prince        « Chaque jour, j’apprenais quelque chose sur la planète, sur le départ, sur le voyage » 


Comment partir ? Il faut connaître ses besoins, ses envies, la vie en mer est bien différente de celle que nous vivons aujourd’hui. Le sacrifice d’une partie du confort matériel et financier est à prendre en compte, sachant qu’il est remplacé par tant d’autres petits bonheurs.

L’éloignement ? La famille, les amis font partie de notre vie, nous espérons qu’ils viendront nous rejoindre de temps en temps et puis nous reviendrons aussi. Nous créons un site web dans l’objectif de garder un contact et leur faire partager nos aventures.

La santé ? « Mes » médecins connaissent notre projet et sont prêts à nous aider sur cette préparation et le suivi par mail et téléphone. Nous participerons à un stage d’urgence en mer, indispensable à mes yeux.

Le travail ? Il a rempli ma vie, mais maintenant que notre projet se construit l’envie n’y est plus ! J’ai la chance de ne pas avoir à attendre les 40 ans de cotisation, Francis perçoit une pension de la marine…

L’appartement ? Il sera vendu avec les meubles ou mis en gestion location.

J’aimerais que notre cata s’appelle « CORAIL », j’aime tout ce que représente ce mot. J’ai essayé de vérifier qu’il n’y a pas trop de bateaux immatriculés avec ce nom, des « Coral » beaucoup, mais pas vu de « Corail"  !

Haut de page