logoarticle   08/08/2007

 

  moustique  

Les moustiques

En dehors des petits désagréments que provoquent ces insectes volants, tels que démangeaisons et pustules, certains sont en plus responsables de maladies à éviter (palu, chikungunya, dengue...). Il faut donc s’en protéger.

– les répulsifs puissants : Mouskito Tropical spray 5, les produits JAICO, s’asperger en évitant les muqueuses.

– les moustiquaires imprégnées de pyrethrinoïdes. Utilisés en spray (Permethrine ou Etofenprox), ces produits ont une durée de vie de 2 ans et résistent au lavage. Peuvent être également utilisés dans la literie, sur les vêtements.

Pour les empêcher de rentrer dans le bateau :

– placer des moustiquaires pour les panneaux de pont, acheter du tissu moustiquaire au mètre. Ensuite, faufiler un ourlet périphérique dans lequel on aura glissé une amarre plombée. Les imprégner de répulsif. Cela ne bouge pas et on peut même fermer et ouvrir le panneau de l’intérieur s’il pleut.

– au mouillage sur les fleuves, il faut rester à 50 m de distance de la rive et dans le courant.

Pour les éloigner du bateau :

– une plaquette imbibée et insérée dans un tout petit ventilateur sur pile, efficace

– des sprays et/ou des spirales.

 

 
   insecte   Les cafards

Seulement dérangeant, peu ragoûtant, mais inoffensif, le cafard est un hôte qui arrive sur nos bateaux sans y être convié. Pour cet insecte nocturne, tous les moyens sont bons. Ils peuvent monter à bord en cheminant de nuit sur... les amarres.

Ils se planquent, invisibles dans l’épaisseur des caisses de carton. Ils adorent la touffe des ananas, la poussière des pommes de terre, l’espace entre les feuilles de salade, entre les premières peaux des oignons ou le régime de bananes.

La meilleure technique est de les empêcher de monter à bord. Donc, pas de caisses en carton sur le bateau, on coupe les touffes d’ananas avant de les embarquer et tous les fruits et légumes sont plongés à l’arrière du bateau dans une grande bassine remplie d’une solution de permanganate de potassium (en vente en sachet chez le pharmacien en Europe). Une fois soigneusement lavés, les fruits et légumes sont essuyés et rangés. Les larves se cachent aussi sous les semelles des chaussures, c’est pourquoi les chaussures portées à terre ne rentrent pas sur le bateau sans être lavées.

Les cafards arrivent petits et grandissent à bord à une vitesse surprenante, on les voit se balader la nuit d’un pas rapide et courageux. La fécondité des lapins est ridicule à côté de la leur. Alors comme nous ne sommes pas à l’abri de cafards francs-tireurs, il faut disposer dans le bateau plein des petites boîtes remplies d’une substance qui les stérilise : le goliath gel. Ou fabriquer soit même la substance : Acide borique (ça se trouve en pharmacie) mélangé avec du lait concentré, jusqu’à obtenir une pâte de la consistance de la pâte à modeler et oust ! plus de cafards au bout d’une semaine !
 

Haut de page