logoarticle   06/09/2009

 

 galice1

photo     Clic sur Album Photos



- Golfe de Gascogne - Côtes espagnoles Galice : Viveiro, Cedeira, Coruna

Espagne Galice : Coruna, Corme, Camarinas, Enselada del Sardineiro, Muros, Ile d’Ons, Iles Cies, Baiona

 




Vendredi 31 juillet 2009 vers l’Espagne : L 46° 11,7'N -- G 001° 28,0' W - 26 M parcourus

À midi, après vérification du gréement nous partons des Sables-d’Olonne. Bye bye Port Olona. Un petit vent d’WNW nous emmène doucement au portant et en vent arrière, cette dernière allure voile, en ciseaux demande à être à la barre. Nous prenons le temps, pas de moteur ! Navigation avec une pêche fructueuse... en maquereaux, qui finiront en filets et marinés, ail, persil, moutarde, puis préparés pour le dîner accompagné de galettes de légumes, dîner sympa au coucher du soleil en longeant la côte de l’Ile de Ré. À 22 h 35, après 26 M parcourus, nous arrivons à l’ile de Ré à l’anse de Martray, quelques voiliers sont présents ; il faut faire attention, tous n’ont pas leur feu de mouillage. Descente de la chaîne de nuit aidée par une lampe frontale. Consultation de la météo, un coup de vent est prévu pour les 48 h prochaines, nous attendrons à l’abri avant de retrouver des prévisions plus clémentes !


Dimanche 2 août au mercredi 5 août 2009 : ile de Ré golfe de Gascogne vers l’Espagne : 322 M parcourus

Dimanche 2 août, départ de l’ile de Ré pour le golfe de Gascogne à 10 h 30. Peu de vent, peu de soleil et beaucoup de moteurs ! Route ouest, puis sud à la recherche des vents favorables. Houle croisée NW et SW. La nuit se présente et c’est la prise de quart. Nuit agitée, beaucoup de grains avec de fortes rafales et un gros sac plastique qui se prend dans les pales du moteur Td, quelques manipulations sur le régime et le plastique est dégagé. Ouf ! une plongée par ce temps n’aurait pas été possible. La nuit est longue, noire, sans lune et le lever du jour si attendu est bien triste dans la brume, le soleil a oublié de montrer sa tête rouge... Le golfe de Gascogne reste le golfe de Gascogne ! La journée du 3 août se fait lentement sous voile avec le Genaker, reprise de la route ouest au portant. Il fait beau, l’eau est belle, à 13 h nous franchissons la limite entre eaux françaises et espagnoles, 3 000 m d’eau sous la quille. Nous avons parcouru 99 M.
nav golfe gascogneLa nuit suivante est belle, lune, étoiles et encore un cargo pour stresser Ti Mouss, heureusement, il existe un outil magique, l’AIS qui signale ces gros routiers des mers, le radar, lui, aide pour repérer les chalutiers et les grains. Nous faisons route au 200, avec une allure de travers grand-voile plus Genaker. Le 4 août arrive avec un beau lever de soleil, route au 260 pour suivre le vent et retrouver la côte espagnole. Les messages du canal 16 sur la VHF sont en espagnol ou anglais avec un bel accent ! Encore une belle journée, une bonne douche c’est bon ! Nous naviguons toujours sous grand-voile et Genaker. La météo est avec nous même si les vents sont faibles, nous avons le TEMPS ! Yann Elies dans la première étape de la Solitaire du Figaro aura été beaucoup plus vite que nous pour traverser le Golfe...
Le rituel des quarts reprend avec une nuit nuageuse, sans étoile, une lune qui joue à cache-cache et plein de cargos et pêcheurs pour occuper ! Route au 265° sous moteur et grand-voile vent faible en plus dans le pif ! Nous avons parcouru 90 M. Le mercredi 5 août avec le jour se levant, possibilité de mettre GV + Genaker... mais cela ne dure pas nous devons prendre un ris (= réduire la surface de la grand-voile quand plus de 20 nd s’annoncent) enrouler le Genaker et laisser 75 % du génois. Les fortes rafales, une forte houle d’W et une mer agitée ne se font pas attendre, visibilité pratiquement nulle ! Nous avons opté pour mouiller dans la Ria de Vivero à l’extrémité ouest de la côte Cantabrique, dormir une nuit entière tous les deux !
Ces 4 jours de mer avec des conditions météo pas toujours à notre avantage confirment que nous avons un bateau qui tient les flots ! Captain et Ti Mouss aiment leur « Ti Corail » et leur envie de faire du chemin avec lui n’est pas altérée. Ti Mouss a bien géré son mal de mer, pas un seul médoc ! Captain peut être fier de son Ti Mouss, savoir qu’il peut compter sur lui et dormir tranquille.
À 16 h, nous commençons à voir la côte se détacher de la brume, le front froid qui vient de passer nous a fait remettre les couches de polaire, l’eau qui était à 22 °C au milieu du Golfe avec 3 000 m sous « Ti Corail », est à présent à 19 °C comme en Bretagne !!! Ben oui Hélène, j’étais pressée de partir pour trouver du chaud, je suis servie ! Mais c’est beau et assez grandiose, vu d’ici, des falaises de plus de 100 m qui tombent dans l’océan, avec de beaux brisants, des roches affleurantes et une mer grise, une côte sauvage très élevée, les cormorans qui pêchent... Et le top à notre arrivée dans la Ria de Vivero, plein de dauphins nous accompagnent, pas au niveau des étraves comme d’hab, mais à bâbord comme pour nous signaler le danger des roches couvertes que nous connaissons grâce aux cartes... Le danger écarté, ils sont partis. Que dire ?...
À 18 h, nous arrivons au fond de la Ria de Vivero = un lac, ça fait du bien du calme. Mouillage, rangement, hissage du premier pavillon de courtoisie et apéro pour arroser notre traversée ! Un nageur espagnol vient jusqu’à nous pour nous dire que notre cata est « phénoménal ».
Soirée à apprécier ce silence... et dodo...


Jeudi 6 au vendredi 7 août 2009 Ria Viveiro Espagne : L 43° 40,51'N -- G 007° 36,07'W

Une bonne nuit entière de repos, lever sous la grisaille Viveiro est dans la brume ! Eau à 17 °C... Balade à terre, petite ville ancienne un peu grise sous la brume. Joli petit port de pêche. Mouillage au fond de la Ria bien protégée avec fond de sable.


Haut de page


Samedi 8 août 2009 Ria Vivero vers Ria Cedeira Espagne : L 43° 29,29'N -- G 008° 03,60'W - 23 M parcourus

Réveillés tôt toujours le même temps au lever ! À 9 h 30, nous quittons la Ria de Viveiro pour la Ria Cedeira. Un vilain temps, mer formée, pluie, vent NE, une partie avec un ris dans la grand-voile et 75 % du Génois. Au près, puis vent arrière et un tout petit bout au largue ! Passage devant le Cap Ortegal, assez beau, plein de rudesse, comme le climat ! Malgré la mer formée, nous avons fait travailler le dessal durant 2 h = impec ! Arrivée à Cedeira à 14 h 30 et le soleil arrive avec nous... Mouillage sympa, au fond de la Ria derrière le port de pêche. De fortes détonations dans les montagnes, pour exploser les nuages menaçants : merci, car question pluie nous avons notre dose ! Dimanche 9 août, il fait enfin beau ! Mais l’eau est à 14,7 °C... Promenade dans Cedeira. Petite ville partagée par une rivière, chaque rive présente sa spécificité, rive droite ville ancienne avec ses rues étroites et rive gauche nouvelle ville avec ses banques, resto, etc. Nous avons mangé des tapas dans un bar = poulpes et calamars délicieux ainsi que le pain les accompagnant. Le lendemain refusant de faire tourner les moteurs nous prenons une douche froide très froide, environ 17 °C, tonifiante ! Nous retournons à notre bar tapas pour la wifi et prendre les fichiers vent. Puis quelques courses de produits frais dans un supermercado. Cedeira est vraiment un mouillage très agréable, plein de charme.


Mardi 11 août 2009 Ria Cedeira vers Ria Coruna : L 43° 22,79'N -- G 008° 20,70'W - 23 M parcourus

Nous levons l’ancre à 8 h, la journée s’annonce belle, dès la sortie de la Ria la houle de NW se fait sentir. Un nav comme Ti Mouss les aime, avec le soleil sans trop de mer. Vent NE, donc au portant avec GV et Génois. 2 h de dessal pour compléter les réservoirs. À 13 h 30, après être passés devant La tour d’Hercule : le plus ancien phare du monde, nous mouillons à l’anse Mera dans la Ria Coruna, un peu déçus après Cedeira ! Nous n’y resterons que pour nettoyer la coque et les embases de « Ti Corail », l’eau est à 19 °C, ce que nous n’avions pas vu depuis un moment ! Nous allons aussi protéger le Génois avec de l’insigna aux endroits où il frotte sur les barres de flèches, et démonter un winch, le plus utilisé qui fait un bruit suspect (espérons que la graisse lui suffira).
Mercredi 12 au matin, nous décidons de changer de mouillage, celui de Mera est trop bruyant, nous nous rapprochons du port de La Corogne sur la rive opposée en pensant jeter l’ancre au mouillage del Castillo, mais la zone a été réaménagée avec la construction de la nouvelle Marina Coruna qui occupe désormais l’emplacement de ce mouillage. Nous décidons d’y rentrer. Heureuse surprise : une marina ultra moderne avec toutes les facilités y compris un poste carburant et la wifi sur les pontons, un accueil chaleureux, du personnel parlant français et anglais d’une disponibilité qu’on avait jamais vue dans les marinas françaises et un tarif 2 fois moins élevé qu’à Lorient Kernevel ! Ici, vous êtes un client dans tout le sens du terme et on s’occupe de vous : on vérifie votre branchement électrique sur le quai ; on vous apporte un tuyau d’eau et on vous le branche ; on passe vous demander si tout va bien ! Nous passerons ensuite notre journée à nettoyer « Ti Corail », un peu de maintenance et lessives. Les réparations sont reportées au lendemain... Avec une visite à terre au marché San Agustin. Jeudi 13 août, matinée farniente et après-midi travaux couture, le Génois présentait une déchirure sur la chute, par ragage. Puis balade dans Coruna. Ville étonnamment séduisante de par son architecture galicienne mélangée avec vielles pierres du XIIe XIIIe, animée sans être surpeuplée. En plus il fait beau et 27 ° C. Nous décidons de rester quelques jours pour en découvrir plus. La Marina nous fait une super promo, géniale ! Le Cap Finistère nous attendra... Vendredi 14 août, grasse matinée puis examen de la grand-voile avec pose d’Insigna démontage et entretien des 3 winches. Francis a fait son ti tour dans le mat pour vérifier le gréement. Samedi 15 août arrive, le coucher tardif de la veille entraine un lever tardif ! Francis a fait un petit tour dans le mat pour prendre des photos de la roue anti ragage sortie de son logement, afin de prendre conseil auprès des spécialistes... Après une petite sieste, nous sommes allés marcher dans Coruna, nous avons pris le vieux tram, qui contourne la partie NW de la ville, charmante ballade. Passé devant le phare d’Hercule édifice romain du IIe siècle, assez imposant ! Puis quartier Riazor, avec sa grande plage. Nous avons traversé la ville pour revenir à la marina, sans oublier de consommer quelques calamars frits.


coruna 2         coruna phare hercule           coruna tram          coruna


Nous avons exploré La Corogne jusqu’au 20 août, nous garderons un excellent souvenir de la ville et de la Marina Coruna, dont l’accueil et l’attention de toute l’équipe méritent d’être cités !


Vendredi 21 août 2009 Ria Coruna vers Ria Corme et Lage : L 43° 15,75'N -- G 008° 57,72'W - 37 M parcourus

Attente que la brume se lève puis nous larguons les amarres à 11 h de la Marina Coruna, grand-voile hissée. La forte houle se fait vite sentir en quittant la Ria, une belle houle de 3m NW mixée avec celle d’W ne nous quittera pas de toute la journée. Tentative de sortir le Génois, mais assez vite ré enroulé ! Pas assez de vent : 5 nd, le voyage se fera aux moteurs, alternativement celui de Td puis Bd. À 16 h, nous passons devant les iles Sisargas devant le cap de San Adrian. À 19 h, nous arrivons dans la Ria de Corme y Lage, farcie d’écueils. Nous mouillons à Corme, petit port de pêche. Accueillis par la musique celtique (Galicienne) et les cloches de la vieille église qui sonnent style « Meunier tu dors » ! Petite ville peu animée, sans grand cachet, mais avec l’essentiel pour l’avitaillement et un café bar zone wifi nous permet de prendre fichiers vents et mails. Sympathique apéro dîner avec « bateaux voisins », qui eux remontent. Nous en partirons le lundi 24, malgré la pluie...


Lundi 24 août 2009 Ria Corme vers Ria Camarinas : L 43° 07,57'N -- G 009° 10,81'W - 20 M parcourus

À 9 h 30 nous quittons le mouillage de Corme pour la Ria de Caraminas, pluie et belle brume descendent la visibilité. Nous naviguons avec l’AIS et le radar. Vers 12 h nous passons devant le Cap Vilain, le long de la Côte de la Mort qui doit son nom aux nombreux échouages de bateaux. En effet de nos jours les instruments permettent de sécuriser notre navigation, mais rester prudent et ne pas être trop près de la côte (conseil des guides). Navigation dans la brume et sous la pluie, avec petite houle d’W de 2 m... au moteur + GV. À 14 h nous arrivons dans la Ria de Camarinas. Le temps de trouver notre mouillage, juste devant le port de pêche de Camarinas et le ciel s’éclaircit. Le temps de tout ranger et nous descendons zozo (l’annexe) pour aller à terre. Un rapide petit tour pour voir les dentellières : « palilleiras », faisant danser leurs fuseaux ! Une vieille dame nous accompagne pour trouver la boulangerie, elle nous raconte son séjour en Suisse d’il y a 30 ans en tant qu’infirmière, tout ça dans un français teinté d’accent espagnol. Au port nous allons voir les pêcheurs fileyeurs et caseyeurs préparer leurs bateaux avant de partir en pêche de nuit. Ici la pêche à pieds est réservée aux professionnels, nous avons tout de même grappillé quelques bigorneaux ! Chut...

nav corme camarinas cap vilain     camarinas dentelle     camarinas fileyeurs     camarinas     camarinas mouillage



Jeudi 27 août 2009 Ria Camarinas vers Ria Concubion : L 42° 56,35'N -- G 009° 13,82'W - 21 M parcourus

À 9 h, nous quittons Camarinas... sous la brume harnachés de nos vestes de quart et combinaisons ! Nous avons pris l’option de la toute petite fenêtre météo favorable pour passer le Cabo Finisterre. Le vent annoncé n’y était pas, la brume parfois intense était présente. Une belle houle d’W de 2 à 3 m. À 12 h 30 nous passons devant l’Islote Centolo de Finisterre, ce que nos ancêtres ont longtemps pris pour le bout du monde ! Toujours une côte impressionnante de par son côté sauvage, vive, pleine d’écueils cachés par la brume. À 14 h, nous sommes dans la Ria Concubion et mouillons à l’Ensenada del Sardineiro, où nous serons abrités du coup de vent NE annoncé pour les 2 jours suivants. La nature est plus sèche, pins, eucalyptus, beaucoup de granit, mais l’eau est à 13,4 ° C.Un endroit typique avec ses greniers à grains de maïs et toujours des habitants très gentils qui nous accompagnent jusqu’à la boite aux lettres ! Un fort coup de vent de NE nous secoue un peu, mais le soleil est là, enfin...

finisterre ensenada del sardineiro mouillage          finisterre ensenada del sardineiro grenier a grains

 

Haut de page



Samedi 29 août 2009 Ria Concubion vers Ria Muros et Noia :
L 42° 52,51'N -- G 009° 13,32'W - 21 M parcourus

Malgré une météo avec des coups de vent annoncés à 30 nd, que nous vivons depuis 2 jours, nous décidons de rejoindre Muros. Ici soit on fait de la voile avec 30 nd minimum soit c’est la pétole et on navigue au moteur ! Donc avec 2 ris dans la grand-voile (diminution de la surface de voilure) nous quittons l’Ensenada del Sardineiro. Pas un pêcheur ni un voilier sur l’eau... 7 à 8 nd sous voile, y’avait longtemps ! Nous quittons la « Côte de la mort » pour les Rias Baxia, les plus sud de la Galice et les plus chaudes ! Arrivée musclée dans la Ria de Muros et Noia, nous mouillons à 15 h devant la petite ville de Muros. Le vent est toujours fort, mais devrait se calmer demain, l’éolienne donne à plein ! Le soleil est présent, il ferait presque chaud. Le lendemain visite de Muros, en dehors de Coruna, c’est la petite ville qui nous a le plus plu, ses ruelles escarpées, ses vieilles maisons de pierres restaurées. En plus, il fait beau et chaud, mais l’eau toujours trop froide !

nav finisterre ria muros          muros mouillage          muros



Lundi 31 août 2009 Ria Muros et Noia vers ile d’Ons (Ria Pontevedra) : L 42° 23,23'N -- G 008° 55,47'W - 31 M parcourus

Départ à 10 h de Muros, sous le soleil, mais vite à la sortie de la Ria belle brume qui impose la nav avec radar. Nous partons sans vraiment savoir où nous allons vraiment nous arrêter, ce sera suivant le temps et l’envie... Le soleil chasse la brume, à 14 h 30 nous passons devant l’Ile Salvora (Ria Arousa), bel endroit, mais la nav est tellement agréable sous grand-voile et Genaker que nous continuons ! À 17 h, nous décidons de mouiller à l’ile d’Ons à l’entrée de la Ria de Pontevedra. Ce que je suis venue chercher dans ce voyage je le trouve : sérénité, devant une ile sauvage, mer calme, le soleil se couche doucement alors que nous prenons une douche chaude. Plaisirs simples au milieu d’une nature parfois si douce. Après une bonne nuit, une autre belle journée Francis est parti pêcher, pendant que j’écris ces lignes.

nav muros ons ile ons en vue          nav muros ons ile ons en vue 2          ile ons mouillage



Mercredi 02 Septembre 2009 ile d’Ons vers Iles Cies : Iles del Norte & Do Faro (Ria Vigo) : L 42° 13,31'N -- G 008° 54,01'W - 15 M parcourus

Départ 10 h GV + Genaker, nous devons tirer des bords pour arriver à destination : les Iles Cies, car le vent est SE donc dans le pif ! Alors que les prévisions météo donnaient du NW... Arrivée à 14 h aux Cies, nous mouillons devant la Praia das Rodas entre l’ile del Norte et l’Ile do Faro, c’est beau on se croirait presque en Corse, hormis la T ° extérieure : 20 °C avec grand soleil, T ° de l’eau 17 °C ! Notre vie de Robinson fait que nous n’avons plus de pain ni de yaourt, l’activité de la suite de la journée est toute trouvée ! Un bateau voisin vient du Groenland !

nav ile ons iles cies     iles cies ile del norte pain     iles cies ile del norte mouillage     iles cies ile del norte mouillage 2     iles cies ile del norte


Ce bel endroit nous aura retenus 3 jours. Bricolage à bord et balades à terre à travers les sentiers balisés. Un petit pêcheur en famille a posé et retiré ses filets juste à côté de nous les 3 matinées très tôt, nous les avons regardés pratiquer avec de beaux échanges de sourires.


Samedi 05 Septembre 2009 ile del Norte vers Baiona (Ria Vigo) : L 42° 07,16'N -- G 008° 50,35'W - 8 M parcourus

Après une nuit bien ventée départ à 10 h GV + Genaker petit vent 3 de NE, mais bien vite reprise moteur ! Arrivée à 12 h à Baiona où nous mouillons devant la Playa de Santa Marta. Enfin une température estivale avec un splendide soleil ! tout ça dans un mouillage qui respire la vie, plein de bateaux de grand voyage. Baiona est aussi pleine de charme, ses ruelles ses maisons de pierres, son château et c’est ici qu’a débarqué Christophe Colomb en 1493 en revenant du Nouveau Monde sur le « la Pinta ». Baiona sera notre dernière étape espagnole, car ensuite viendra la côte Portugaise. Nous allons faire les pleins de vivres et gasoil, lessives, et certainement une journée de port pour nettoyer à fond « Ti Corail » et mettre à jour le site.

nav iles cies baiona     nav iles cies baiona ensenada de baiona     ensenada de baiona mouillage     baiona     baiona musique galicienne


En résumé, notre impression sur la Galice est mitigée. Le pays est beau, les habitants sont d’une gentillesse remarquable. En ce qui concerne la navigation, le vent c’est du tout ou rien, un ris dans les voiles ou le moteur ! Et le climat parlons en ! Ou plutôt n’en parlons pas !

Haut de page