logoarticle   25/04/2010

 

carte ticorailantilles nav bis carte martinique grenadines ste lucie nav 2010

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

- Antilles : La Barbade

- Antilles : Martinique sud

- Antilles : Martinique Sainte-Anne Carnaval

- Antilles : Sainte-Lucie, Grenadines

- Antilles : Tour de la Martinique, Anses d’Arlet, Anse Mitan, Case-Pilote, Saint-Pierre



Dimanche 3 au 8 janvier 2010 La Barbade : barbade  L 12° 59,97'N -- G 058° 54,89'W

Le soleil se lève sur la baie de Carlisle, nous sommes à 150 m de la plage, l’air à 31 °C, l’eau à 27 °C... et beaucoup d’humidité dans l’air. Nous sommes donc bien arrivés dimanche soir à 21 h 30 loc après avoir slalomé entre les bouées avant de mouiller nos 30 m de chaîne dans le sable de la baie. La journée de lundi a été quasiment occupée à faire les formalités d’entrée au port de commerce. Nous y sommes allés à pied (plus loin que prévu) ; il a fallu ensuite attendre que les officiers des douanes soient disponibles (reviennent d’un tanker qu’ils étaient partis visiter) pour commencer effectivement les formalités d’entrée : passer dans 3 bureaux côte à côte, mais différents, douanes, immigration, santé, remplir ainsi les mêmes papiers 3 fois de suite au stylo bille dans chaque bureau, attendre les tampons et les signatures devant des officiers barbadiens (Bajans) en uniforme impeccable (très british) et très attachés à effectuer correctement leur travail, mise en place des papiers carbone, pose des agrafes, vérification des informations données, pose des tampons sur toutes les feuilles, et les signatures... Enfin, c’est fait, mais il faudra recommencer ce cirque le jour du départ.
Nous sommes allés au marché acheter quelques fruits et légumes locaux et avons préparé un plat d’igname. On ne peut pas faire réparer le moteur ici et on change donc notre programme : nous allons directement en Martinique, arriverons en baie de Sainte-Anne à l’entrée du Marin, resterons au mouillage le week-end et irons au port du Marin lundi matin pour réparer. Nous avons bu l’apéro les uns chez les autres tous les soirs, Anne-Marie et Jean-Pierre sur « Persévérance », Julien et Yann sur « Nostalgia » qu’ils convoient. Les journées occupées aux visites de l’île en bus, à travers les grandes plantations de canne à sucre, baignades, MTP (masque tuba palmes) et entretien de base de « Ti Corail », couvert d’anatifes. Vendredi nous sommes allés faire les formalités de départ, encore 2 h de paperasserie et 100 $B de taxes. La Barbade est accueillante, les Bajans ont un look US, mais un style de vie très british, toujours prêts à rendre service.


Dimanche 9 et lundi 10 janvier 2010 de La Barbade vers la Martinique : L 14° 26,15'N -- G 060° 53,04'W - 115 M parcourus

Départ à 10 h de Carlisle Bay, les fichiers Grib annoncent 15 nd, nous avons entre 20 et 25 nd de NNE avec une mer agitée, navigation de travers sous GV 1 ris + Génois. À 18 h, nous apercevons la silhouette de Sainte-Lucie, puis celle de la Martinique. Du vent et de la mer toute la nuit, nous avons enfin les alizés tant attendus ! Reprise des quarts de nuit, à la pointe sud de la Martinique gros grain, nous faisons une pointe à 10 nd ! À 4 h 30 nous arrivons dans la baie de Sainte-Anne ou nous mouillons avec l’aide du projecteur pour éviter les bouées, chaud chaud !


Du lundi 10 janvier au 31 janvier 2010 la Martinique sud :

73 nav martinique ste anne canal ste lucieLa principale occupation aura été l’entretien et les réparations sur « Ti Corail ». Hubert TANGUY. Notre concessionnaire a su être très efficace pour le SAV et nous le remercions. Détection d’un mauvais montage des moteurs Volvo, il manquait simplement un câble de masse, défaut même pas perçu lors de la première révision aux Sables... Il nous reste à régler la modification de l’installation de l’éolienne et rendre les panneaux solaires orientables, trouver le problème de l’Iridium (peut être le socle ?). Nous avons passé une bonne partie du temps au port du Marin. J’ai lu que plus de la moitié de ceux qui étaient partis pour faire un TDM ne dépassent pas les Antilles. C’est souvent là aussi que les drames éclatent entre les équipiers et les couples, suite à l’oisiveté, au manque d’argent et surtout l’immense désillusion face à un rêve porté pendant des années et qui vient mourir là, dans la baie du Marin, trou à cyclones et tombeau des rêves alizéens. On voit beaucoup de bateaux qui ne naviguent plus... Ce ne sera pas le cas de « Ti Corail » ! Les week-ends, déplacement jusqu’au mouillage de Sainte-Anne pour buller ! Nicholas en mission sur la Martinique est venu passer quelques jours avec nous en compagnie de Fanny, occasion pour faire une petite nav jusqu’au canal de Sainte-Lucie. En fin de mois, nous commençons enfin à prendre le temps de nous reposer réellement avec de bonnes nuits et le calme du mouillage, nous retrouvons ce que nous sommes venus chercher ! Il fait beau et chaud les fréquentes baignades sont un délice. Nous nous baladons dans Sainte-Anne sans oublier de parcourir le petit marché pour acheter les produits frais locaux chez Monique et Isabelle : cristophine, igname, patate douce, giraumon, bananes dessert ou à cuire, corossol, etc. Bien évidemment, nous rencontrons beaucoup d’autres équipages comme Lise et Guy de « Zardo » ou François de « Némo », nous avons aussi retrouvé Claude de « Sillage » avec un plaisir non dissimulé ; Claude, avec qui nous avions fait les Grenadines en 2007, sur son Lagoon 380 pour confirmer notre choix de compagnon de route. Nous avons été rejoints par des bateaux qui ont traversé après nous et nous en attendons encore, certains ont mis encore + de temps que nous, certains avec plus de casse, notamment un avec lequel une baleine a joué = un safran cassé !
Dans une ambiance musicale locale, nous finissons le mois de janvier au mouillage de Sainte-Anne à buller, buller ! Profiter de notre nouvelle vie ! Cette fin de mois est ventée et les grains s’enchaînent, mais nous restons avec 29 °C à 30 °C et l’eau à 27 °C... Pas de regret de ne pas connaître l’hiver cette année en métropole ! Même si nos proches nous manquent un peu...

107 martinique ste anne124 martinique ste anne marche133 martinique ste anne ti corail mouillage


Du lundi 1 février au 28 février 2010 Sainte-Anne Martinique : francemartiniqueL 14° 26,15'N -- G 060° 53,04'W

280 Martinique Ste Anne Port pecheOn pourrait croire que « Ti Corail » est devenu sédentaire ! Un peu oui... Une mésaventure dentaire nous a obligés à rester non loin d’un dentiste digne de ce nom et on nous a conseillé celui de Sainte-Anne ! De plus la période du carnaval est très agréable ici, parades, petites et grandes fêtes. Nous avons pris le temps de faire connaissance avec les habitants de cette charmante petite ville. Au marché, Isabelle et Monique nous ont appris à cuisiner leurs fruits et légumes pour les apprécier, Josiane tient un ti magasin de vêtements au bord de l’eau et à qui nous faisons un coucou lorsque nous passons devant chez elle, la boulangère qui nous reçoit avec le sourire et la baguette quotidienne prête, Charles qui fait ses paniers en feuilles de coco avec qui nous passons des soirées, Marie Gé artiste peintre avec qui nous avons passé de longs moments à discuter et apprendre de son pays : la Martinique et des rencontres d’équipages de bateau dont Francis et Joëlle sur « Paquito ». Anne-Marie et Jean-Pierre sur « Persévérance » nous ont aussi retrouvés. La vie quoi ! Prendre le temps de prendre le temps, avec de la spontanéité, un manque total de programmation en dehors des RV dentiste, radio ! Nous nous sommes baladés dans Sainte-Anne et avons pris les taxis collectifs pour le Marin. Une belle rose pour la St Valentin offerte par Philippe, le patron de « La Dunette », notre QG ! Agréable endroit pour utiliser internet devant un Ti punch, jus d’ananas ou une bière locale la Lorraine. Anniversaire de Ti Mouss et un cours de Salsa avec Joëlle et Francis de « Paquito » dans la bonne ambiance avec Sonia comme prof, suivi d’un déjeuner.
L’éruption du volcan de Montserrat nous a apporté son lot de cendres, poussière fine qui durant plusieurs jours colorait les bateaux ! Nous étions tous à attendre les grains pour rincer les bateaux sans effort... ils ne sont pas arrivés tous à nos sceaux et balais !
Février est le mois fort du Carnaval Tropical. À la Martinique, la liesse populaire s’exprime selon un mode commun aux autres carnavals, mais avec quelques touches originales qui en font sa spécificité. Les manifestations commencent un peu plus tard que dans les 2 autres départements français, généralement après l’épiphanie, soit début janvier et se terminent au lendemain du Mardi gras.24 Martinique Ti Corail MouillageStAnne Chaque week-end dès le début de la saison du carnaval, des parades d’orchestres de rues et de groupes à pied déguisés animent Fort-de-France et les communes de l’île, puis les élections de reines, spectacles carnavalesques, expositions, foires et villages se multiplient jusqu’au point culminant des « jours gras », samedi, dimanche, lundi, Mardi gras et mercredi des cendres. On danse beaucoup dans les rues le matin dans les vidés (parades) en pyjama, l’après-midi et dans les soirées privées le soir. Ce carnaval est particulier, animé par des irréductibles de la fête improvisée et indisciplinée qui occupent les rues des « jours gras », affectionnant la dérision et par ceux qui s’attachent à une expression plus organisée, avec les chars, les groupes de costumés, les travestis de reines, les orchestres de rue. Chaque année les travestis et personnages les plus traditionnels (neg gwo siwo, mariane lapofig, Caroline zié loli) ressortent dans les rues. La présentation de Vaval, principal bwabwa (personnage à l’effigie d’un homme politique ou d’une célébrité) se fait le dimanche gras dans les rues accompagné des reines de Carnaval. Le lundi gras est le jour de l’inversion des sexes et du mariage burlesque. Des couples (hommes en femmes et femmes en hommes) font des parodies de mariage dans les rues. Avec le mercredi des Cendres, le Mardi gras est l’un des jours où la ferveur populaire est la plus grande. Les carnavaliers sont en rouge. Les diables rouges ornés de cornes sur la tête et de bouts de miroirs cassés sur le corps sortent et essayent d’effrayer les enfants. Le mercredi des Cendres, les carnavaliers sont en noir et blanc en signe de deuil, après avoir entendu la mort de Vaval aux avis d’obsèques le matin. Les diablesses (en costume traditionnel noir et blanc, une chaussure blanche, une chaussure noire) se montrent avec leurs feuilles de corossol. Des hommes déguisés en femmes pleurent la mort de leur mari Vaval. Vaval est incinéré à la tombée de la nuit. Carême commence...
Nous attendons des nouvelles de notre concessionnaire, en particulier pour le remplacement de notre support de téléphone Iridium qui est parti de métropole il y a déjà plus de 15 jours... Ici, la vie s’écoule, paisible, cela fait un mois déjà que l’on traîne ici, il fait toujours 30 degrés et l’eau stagne à 27 °C. Le plus agréable est sans doute le bain du matin vers 8 h après le premier café, mais aussi le coucher du soleil avec la chaleur qui baisse les bras dans les derniers flamboiements du soleil. Cela fait un an que nous avons déserté la région parisienne et ses turbulences, cette année est passée très vite. Nous savons aujourd’hui que nous avons eu raison de partir...

203 martinique ste anne st valentin229 martinique ste anne carnaval grande parade du sud159 martinique ste anne didll

Haut de page


Mars 2010 — ste lucieSainte-Lucie — st vincent et grenadinesLes Grenadines

Jeudi 11 mars 2010 de Sainte-Anne Martinique vers Rodney Bay Sainte-Lucie : ste lucieL 14° 05,48'N -- G 060° 57,75'W - 22 M parcourus

« Sillage » avec son équipage Martine et Claude nous retrouve à Sainte-Anne pour descendre aux Grenadines. Après être allés chercher notre poulet boucané, bu un ti café à la Dunette, nous levons l’ancre à 10 h 30 escortés par l’équipage de « Paquito » en annexe ! La gorge serrée nous hissons la GV déroulons le génois. Mais ce n’est qu’un au revoir. « Ti Corail » est tout content de jouer le cabri dans la houle du canal de Sainte-Lucie. Une petite survente de 35 nd à la pointe de l’île et à 15 h 50 nous mouillons à Rodney Bay. Apéro sur « Ti Corail » et dodo nous partons tôt demain matin.


Vendredi 12 mars 2010 de Rodney Bay Sainte-Lucie vers Admiralty Bay Bequia : st vincent et grenadinesL 13° 00,45'N -- G 061° 14,37'W - 70 M parcourus

Nous quittons le mouillage de Rodney Bay devant la réserve et le château fort. Moteurs jusqu’à la pointe sud de Sainte-Lucie, vent dans le nez. Puis survente SE 4/5, arrêt des moteurs GV 0 plus génois. À 15 h dans la survente du nord de l’ile de Saint Vincent entre 25 et 30 nd, GV 1 ris, « Ti Corail » file entre 8 et 9 nd. Nous longeons la côte sous le vent, aidés des moteurs jusqu’au sud de l’île. Ici les pêcheurs ne sont pas motorisés : ils rament ! Beau coucher de soleil en mer. À 20 h nous mouillons à Bequia, Admiralty Bay en suivant « Sillage » avec le projecteur.


Samedi 13 mars 2010 de Bequia Admiralty Bay vers les Tobago Cays : L 12° 38,00'N -- G 061° 21,17'W - 26 M parcourus

Matinée à Béquia, porte des Grenadines. Change en EC$, puis formalités d’entrée aux douanes et à l’immigration (70EC$). 11 h 30 nous levons l’ancre pour les Tobago Cays (perles des Grenadines). ESE 5 GV 1 ris Génois, « Ti Corail » entre 7 et 8 nd sautille de joie dans la houle. Passage sous le vent de Canouan, 22 nd de vent avec rafales, mais plus de houle. Arrivée aux Tobago Cays à 16 h, lâchons la pioche devant Horseshoe Reef (1,5m sous les quillons) = paradis. Soirée à bord de « Sillage », Claude a pris un barracuda bien préparé au citron huile d’olive. Paiement de la taxe de séjour dans la réserve : 10 EC$/jr/pers. Nous retrouvons la beauté de ces lieux, mais avec beaucoup plus de bateaux qu’il y a 3 et 5 ans et du clapot. La journée de dimanche, nous la passons dans l’eau à admirer toute la palette de bleu qui nous entoure les habitants raies, tortues, poissons-coffres, méduses aux couleurs fluo... Francis a été poursuivi par une petite (2m d’envergure) raie manta.

66 tobago cays mouillage55 tobago cays74 tobago cays mouillage



Lundi 15 mars 2010 des Tobago Cays vers Carriacou : grenadeL 12° 27,37'N -- G 061° 29,34'W - 13 M parcourus

Départ sous les grains à 8 h, il y a du vent ESE 5, « Ti Corail » marche bien. Passage entre Palm Island et Union. Nous longeons la côte sous le vent de Carriacou, île des Grenadines dépendante de Grenade. Arrivée à Tyrell Bay à 11 h, où Claude a essayé de faire réparer son éolienne. Baignade puis nous quittons Tyrell Bay pour Sandy Island, lame de sable corallien qui était recouverte d’une cocoteraie détruite par Ivan (cyclone), quelques palmiers repoussent. Mouillage à 14 h 30 L12° 29,08'N -- G 61°  28.934W, 2 M parcourus aux moteurs. Eau cristalline, ballade sur la petite île et retour aux bateaux à la nage pour les filles !

141 sandy island panoramique



Mardi 16 mars 2010 de Sandy Island vers Union : st vincent et grenadinesL 12° 35,65'N -- G 061° 24,68'W - 11 M parcourus

Baignade, couture, lessive puis départ à 15 h du joli mouillage de Sandy Island pour Union. SE 5, GV 1 ris + Génois. Mouillage à Union dans la baie de Clifton à 16 h 45. Soirée au restaurant de Joëlle et J.Jacques au « West Indies », les cannibales que nous sommes ont apprécié le beef tender loin !

154 union resto 165 union mouillage


Mercredi 17 mars 2010 de Union vers Mayreau : L 12° 38,89'N -- G 061° 23,45'W - 3 M parcourus

A190 Mayreau Coquillagesprès une ballade dans Union nous prenons la mer pour Mayreau vers 12 h. Vent E 4, sous génois à 13 h, nous retrouvons un mouillage avec beaucoup de bateaux, souvenir souvenir en 2003 nous étions 2 ! Nous approchons de la plage et lâchons l’ancre à Salt Whistle Bay. Dîner à bord de « Ti Corail » avec l’équipage de « Sillage » qui nous quitte le lendemain pour remonter sur la Martinique, Martine prend l’avion dimanche. 2 jours de sérénité ballades à terre, recherche de petits coquillages, baignades, nous apprécions la visite des « merles locaux » au petit déjeuner, le survol des pélicans.

172 mayreau mouillage panoramique


Vendredi 19 mars 2010 de Mayreau vers Bequia : L 12° 00,27'N  -- G 061° 14,51'W - 25 M parcourus

10 h, nous quittons le mouillage pour commencer notre remontée vers la Martinique, où l’équipe SAV d’Hubert nous attend pour changer une membrane du dessal et changer la porte du coffre latéral du cockpit. Une belle nav : vent E 5, GV 1 ris + Génois, « Ti Corail » enfourne un peu dans la houle de NE et file entre 8 et 9,5 nd. Au passage sous le vent de l’Ile Quatre, protégé de la houle « Ti Corail » file à 10,5 nd. Arrivée à 13 h à Bequia, nous mouillons à Admiralty Bay, ouf le silence, le plat ! Formalités de sortie 45 EC$ et les tampons sur nos deux passeports. Dimanche, balade dans Bequia et un ti peu d’internet.

Haut de page


Lundi 22 mars 2010 de Bequia vers Sainte-Lucie : ste lucieL 14° 04,82'N -- G 060° 57,44'W - 71 M parcourus

Départ 6 h 30, la route est longue pour arriver à Rodney Bay de Sainte-Lucie avant la nuit. Nous sommes descendus avec le vent dans le pif (SE) on remonte avec le vent dans le pif (NE) ! Cette journée de lundi fut rude. Lever à 5 h pour un départ de Bequia à la pointe du jour avec un ris d’entrée. La météo n’était pas terrible avec un ENE de 20 nd annoncé et nous avons été cueillis par un NE 6/7 dès la sortie de la baie dans le canal au sud de St Vincent et une bonne houle de 2,50 m de NE. Le bateau a marché d’entrée entre 8 et 10 nd sans trop taper, la mer venant de 60 degrés sur tribord (Route 350). Nav tranquille sous le vent de St Vincent en rasant la côte au plus près en s’approchant de la pointe Nord de l’île. Dans le canal de St Vincent (Sud de Sainte-Lucie) force 6/5 seulement, le bonheur ! mais avec une route au 013, moins drôle. Le près n’est pas l’allure la plus confortable. Ti Mouss a été malade et de très méchante humeur. Pour tenter de se soulager, elle a pris son 1er comprimé de Stugeron qui n’a rien arrangé et lui a plutôt coupé les jambes, de quoi la dissuader d’utiliser de nouveau ce médoc. Arrivés quasiment sous le vent de Sainte-Lucie et sortis d’affaire, c’était sans compter les 3 grains successifs que nous nous sommes mangés chauds, toujours avec un ris, entre 25 et 30 nd, visi nulle, les écoutes généreusement choquées, des trombes d’eau sous les pitons, le bateau filant 10,5 nd ! Ti Mouss voulait rincer son bateau au mouillage, c’est fait ! Nav paisible ensuite sous le vent de Sainte-Lucie mais un dernier grain juste à l’arrivée à Rodney Bay avant de mouiller à 16 h. Qui entend-on à la VHF « Zardo », la voix de Guy, on se rappelle demain sur le 16. Nous avons ainsi parcouru 71 milles en un peu moins de 10 heures, mais nous étions un peu crevés à l’arrivée. On a fait l’extinction des feux à 19 h 30 !
Mardi balade à Rodney, Captain bricole sur « Ti Corail » et Ti Mouss joue avec la wifi que l’on capte du mouillage. Soirée apéro dîner toute sympa sur « Zardo », le bateau copain canadien.

196 nav bequia ste lucie grains 198 ste lucie rodney bay 207 ste lucie rodney bay mouillage zardo lise et guy


Mercredi 23 mars 2010 de Sainte-Lucie vers la Martinique : franceL 14° 28,02'N -- G 060° 52,33'W - 26 M parcourus

Départ à 11 h de Rodney Bay. ENE 4/5, forte mer de NE. Canal fidèle à sa réputation ! Des « Pan Pan » sur le 16 : inquiétude pour des pêcheurs pas rentrés depuis la veille... Arrivée à 16 h en Martinique, au mouillage du Marin. Claude « Sillage » vient nous faire un coucou, il monte en Guadeloupe. Gros grains le lendemain matin, sortie des seaux pour récupérer l’eau, sortie des brosses pour laver le pont. Après midi occupé par les formalités de douane et quelques courses. Nous rencontrons François « Nemo ». Vendredi matin intervention SAV pour changer une des membranes du dessal. Reprise de joint de hublot avant, que nous avons découvert non étanches en prenant les paquets de mer dans les canaux en remontant des Grenadines. Bricolage du lambi qui sera notre corne de brume plus sympa que ces trucs en plastique rouge !


Vendredi 26 mars 2010 du Marin vers Sainte-Anne : L 14° 26,10'N -- G 060° 53,02'W - 3 M parcourus

En fin de matinée les interventions sur « Ti Corail » sont terminées, plein de gasoil et nous sommes heureux de quitter la baie du Marin pour retrouver notre mouillage favori : Sainte-Anne ! Nous nous rendons à notre QG pour faire la commande par internet de bougies du hors-bord Honda, que nous ne trouvons nulle part ici ! À notre retour sur « Ti Corail », qui voit-on ? une jolie coque avec deux étages de barres de flèche et un air de déjà vu « Paquito » : youpi ! Nous nous retrouvons avec un immense plaisir devant Ti Punch et un plat de pâtes, lesquels sont très utiles pour tempérer les flots de paroles échangées, nous avons tant de choses à nous raconter sérieuses... et moins sérieuses !


Avril 2010 — francemartiniqueMartinique côte Ouest

Samedi 27 mars au Lundi 12 Avril 2010 Sainte-Anne tour de la Martinique : L 14° 26,10'N -- G 060° 53,02'W

19 Foret tropicale BalisierNous avons découvert l’intérieur de la Martinique avec le 4/4 de Jacques (Ti Paradise) en compagnie des « Paquitos ».
La Martinique baignée à l’Est par l’océan Atlantique et à l’Ouest par la mer des Caraïbes, offre une grande diversité de paysages. Au Nord, les plages de sable noir, le relief tourmenté, la Montagne Pelée, point culminant de l’île a une altitude de 1 397 m. Les rivières descendent des montagnes où nous avons passé de nombreux gués, cette partie de la Martinique est aussi le royaume de la surprenante forêt tropicale à la végétation luxuriante et colorée. Sans oublier de visiter la distillerie Depaz, au pied de la Pelée, avec un ti resto dans le moulin à Cannes et sa cuisine créole. Passage dans Saint-Pierre, ville de pêcheurs reconstruite sur les ruines de l’illustre ancienne capitale de l’île. Visite des bananeraies, des cultures de Canne à sucre des 3 rivières. Au centre, la grande plaine du Lamentin abrite la plus importante zone industrielle de l’île. Au sud, le relief est constitué de petites collines les « mornes ». La région du sud est très sèche contrairement à celle du nord qui est humide et très boisée. La grande ballade s’est terminée avec l’invitation de Jacques dans sa jolie maison pour un Ti Punch, avec son épouse Dominique. Puis fin de soirée tous ensemble pour un ti repas à La Dunette. Nous avons beaucoup apprécié cette journée avec Jacques, sa connaissance du milieu nous a fait découvrir les richesses de l’île comme l’arbre gommier, le caféier, la cannelle...
Un matin, alors que nous profitions de notre baignade, les pompes de cales se mettent en marche, le son strident de l’alarme nous fait vite remonter à bord. Eau douce ou salée rentre dans « Ti Corail » ? Eau douce chaude ! Un raccord du chauffe-eau dans le compartiment batteries à bâbord a lâché ! Problème connu, avec l’électronique qu’il y a dans ce coffre, cela peut faire de beaux dégâts. Heureusement, Captain avait prévu et séparé le chauffe-eau des autres équipements électriques et électroniques par un plastique pour limiter la casse au cas où ! Un an après la mise à l’eau, nous avons encore des surprises avec des colliers serflex pas assez serrés ! Cela ne retire rien à la satisfaction que nous avons de notre bateau, mais quand même... Une semaine de très mauvais temps a retardé notre départ. Il faut dire que le mouillage de Saint Anne a tout pour nous garder, protégé, des habitants attachants... Mais c’est décidé demain nous partons pour la Guadeloupe en sauts de puce !


111 sainte anne panoramique

Haut de page


Mardi 13 avril 2010 de Sainte-Anne vers Petite anse d’Arlet :
L 14° 29,32'N -- G 061° 04,92'W - 14 M parcourus


Après une soirée bien arrosée chez les « Paquito », une matinée pour dire au revoir à la Dunette et faire quelques courses, à 13 h 30 nous quittons le mouillage de Sainte-Anne. Vent 3/4 SE, GV + Génois. Passage entre la Pointe du Diamant et le Rocher du Diamant, plus de vent ! À 16 h 15 nous mouillons à la Petite anse d’Arlet. Petit tour à terre à la rencontre des habitants de ce joli bourg créole. La nuit est difficile, le mouillage comme l’indique les livres est très très rouleur par SE !

25 petite anse arlet panoramique


Mercredi 14 avril 2010 de Petite anse d’Arlet vers grande Anse d’Arlet : L 14° 29,95'N -- G 061° 05,24'W - 2 M parcourus

34 grande anse arlet tortueDès 8 h 30 nous levons l’ancre pour trouver un peu de stabilité. Nous ne prenons même pas le peine de sortir les voiles, contournons la pointe qui nous sépare de Grande-Anse d’Arlet, mouillage à 9 h 30 dans une eau d’un superbe bleu non loin des bateaux du père Jaouen. Baignades avec les tortues = grands moments !

anse arlet panoramique 3



Vendredi 16 avril 2010 de Grande anse d’Arlet vers Anse Mitan :
L 14° 33,50'N -- G 061° 03,31'W - 5 M parcourus


De concert avec « Paquito », « Ti Corail » lève l’ancre à 13 h. Peu de vent, 2 nd, légère houle, donc aux moteurs et Génois. Contour du cap Salomon, passage devant l’îlet Ramiers et Pointe Blanche. Arrivée à 14 h 30 à l’anse Mitan, mouillage avec 15 m de fond soit 40 m de chaîne, nous en avons perdu l’habitude depuis les Canaries ! Notre ami Nicholas vient passer le week-end avec nous, le temps est très pluvieux pas de vent alors il nous a promené dans l’Est La presqu’île de la Caravelle et le Nord de l’Ile jusqu’à Grand Rivière. Visite de la Sucrerie du Galion, qui offre une journée porte ouverte tous les ans, très intéressante ! Le mouillage de l’anse Mitan est décevant, pas très joli. Mais nous avons eu le plaisir d’avoir Nicholas à bord.

45 anse mitan panoramique


Lundi 19 avril 2010 de l’Anse Mitan à Case-Pilote : L 14° 33,50'N -- G 061° 03,31'W - 7 M parcourus

Départ à 14 h 30113 Peche Senne de l’anse Mitan, nous avons RV demain matin pour la révision Volvo à Case-Pilote, moteurs froids. Nous retrouverons « Paquito » à Saint-Pierre. Vent Est 3/4 GV 1 ris + Génois. Nous traversons la baie de Fort-de-France, allure travers agréable 5 à 6 nd. Vue sur les Pitons du Carbet. À 16 h 30 accostage sur la jetée du petit port de Case-Pilote, aidés par les pêcheurs. Après avoir stoppé les moteurs et rangé un peu le bateau, nous sommes descendus à terre pour faire quelques courses et nous balader dans le petit bourg de Case-Pilote avant le coucher du soleil. Petit bourg tranquille au bord de la mer, de rares commerces (une épicerie), mais des gens simples et adorables. Tout de suite, nous nous sommes fait accoster par un habitant nommé Michel qui nous a informés que les habitants étaient en train de ramener la senne et qu’il ne fallait pas manquer cela. Nous avons donc rejoint la plage de sable noir où effectivement un groupe d’une vingtaine de personnes attendait de pouvoir commencer à ramener la senne à la plage. La senne est tirée plusieurs fois par jour matin, midi et soir par le même pêcheur propriétaire de la senne. Chaque jour, c’est un pêcheur différent qui va en mer avec sa senne, les pêcheurs pêchent à tour de rôle. Le poisson attrapé est essentiellement de la friture, petits chinchards et autres. On nous explique avec plaisir cette culture de pêche, tout le monde peut venir tirer la senne à la plage. Chaque personne qui aide à tirer la senne a le droit à un lot (de poissons) d’environ 1 kg. En plus, ils peuvent aussi grappiller les quelques poissons restés coincés dans les mailles du filet, cela évite au pêcheur d’avoir à nettoyer son filet. Ce ne sont pas les bourgeois qui habitent les belles maisons sur les versants qui viennent tirer la senne, mais plutôt les petites gens pour lesquelles le repas est ainsi facilement gagné, tout cela dans une ambiance sympathique de tradition et d’entraide. Tous les âges sont représentés, des gamins aux vieilles dames en chapeau de paille. Francis a évidemment participé à tirer la senne et a eu droit à son lot. Un peu plus tard, revenus à bord, une embarcation est venue encore nous donner un seau de plus de poisson frais... Captain passé la soirée à nettoyer tout ce poisson et nous nous sommes régalés. Nous en avons aussi donné à « Paquito » le lendemain. Mardi dès la fin de la révision des moteurs go to Saint-Pierre. Mais nous reviendrons dans ce village accueillant pour mieux le connaître.


Mardi 20 avril 2010 de Case-Pilote à Saint-Pierre : L 14° 44,36'N -- G 061° 10,66'W - 6 M parcourus

Nous quittons la jetée de Case-Pilote à 12 h 30 sous les au revoir des pêcheurs. Nous rejoignons « Paquito ». Vent N 4, dans le pif = moteurs sans voile ! Un banc de dauphins croise notre route. On voit la Montagne Pelée ses sommets dans les nuages. À 14 h 30 nous avons mouillé par 10 m de fond à 100 m de la plage de sable noir et du bourg reconstruit de Saint-Pierre. Un peu rouleur avec la houle N. Comment ne pas penser évidemment à ce jour fatal de 1902 où la Montagne Pelée qui domine Saint-Pierre a explosé laissant dévaler sur son flanc ouest une nuée ardente brulant instantanément tout sur son passage, les 30 000 habitants de la capitale de l’île à l’époque ainsi que tous les bâtiments marchands au mouillage. Aujourd’hui, la capitale n’est plus. Un petit bourg très tranquille subsiste avec quelques pêcheurs. Il y a pourtant beaucoup de voiliers au mouillage, car Saint-Pierre est le dernier poste avancé avant de quitter la Martinique vers la Dominique. Plus haut le bourg du prêcheur où fut élevée la future impératrice Joséphine n’offre hélas aucun abri et, de ce fait, est déserté.

140 Saint Pierre Panoramique

Voir Articles Année 2009



Haut de page

 

logoarticle   25/06/2010

 

martinique guadeloupe nav fus martinique bequia nav fus

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

- Antilles La Dominique : Roseau, Portsmouth,  Roseaux

- Antilles Les Saintes : Terre de Haut

- Antilles Guadeloupe : Anse à la Barque, Deshaies, Ilet Gosier, Pointe-à-Pitre, Ilet à Cochons, Carénage, Résidence Deshroses

- Antilles Les Saintes, Martinique : Gde Anse d’Arlet, Sainte-Anne, Sainte-Lucie, Bequia



Jeudi 22 avril 2010 de Saint-Pierre (Martinique) vers Roseau (La Dominique) : dominiqueL 15° 16,82'N -- G 061° 22,53'W - 36 M parcourus

Ti Corail« Ti Corail » et « Paquito » quittent le mouillage de Saint-Pierre à 7 h. Vent Est 3 GV + Génois, puis dans le canal de la Martinique NE 4/5 « Ti Corail » file entre 7 et 8 nd. Le vent s’oriente E, sortie du GNK ! Arrivée près de Roseau Bay, contact VHF avec l’hôtel Anchorage pour obtenir une bouée. Pancho, nous accueille à l’arrivée à 13 h 30. Située entre la Martinique et la Guadeloupe, la Dominique est l’île la plus montagneuse des Caraïbes. Le Morne Diablotins, qui est le plus haut sommet des Antilles, s’élève à 1 447 m. Plus au sud, le Morne-Trois-Pitons, inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, atteint 1 342 m. La Dominique possède environ 365 cours d’eau fraîche qui font la joie des gamins des villages. La pénétration humaine à l’intérieur de l’île est très faible et les routes se contentent de longer les côtes. Une seule route, assez récente, traverse l’île par le centre. Cette petite île, avec ses 50 km de long et 24 km de large, se caractérise surtout par la complexité de son relief, recouvert partout d’une épaisse jungle. C’est sans doute pourquoi quelques centaines d’Indiens caraïbes sont parvenus à y survivre. La Dominique est, de fait, la seule île qui possède encore une population indigène. Une bonne partie de la population réside à Roseau, la capitale. Ancienne colonie anglaise, indépendante depuis 1978, mais encore peu développée, la Dominique joue maintenant la carte du tourisme en accueillant déjà beaucoup plus de paquebots de croisière que la Martinique et la Guadeloupe réunies. On peut espérer que le relief tourmenté de cette île la protégera encore longtemps d’un tourisme trop envahissant et destructeur.

la dominique cote sud ouest panoramique        6 roseau la dominiqueaccueil de pancho


Vendredi 23 avril 2010 de Roseau à Portsmouth (La Dominique) : L 15° 34,87'N -- G 061° 27,75'W - 20 M parcourus

Dans la matinée nous sommes allés avec les « Paquitos » en taxi collectif à Roseau. À 13 h 30 nous larguons notre bouée. Vent N 2 = moteurs ! Nous longeons la côte ouest de La Dominique, avec vue sur ses Mornes où les nuages s’accrochent. Arrivée à 17 h au mouillage Prince Rupert Bay de Portsmouth. Ti Punch nous rattrape sur sa planche à voile pour nous vendre des fruits : bananes, mangues, oranges et pamplemousses. Ballade dans Portsmouth, petite ville très modeste, des échoppes garnies de ketchup et corned de beef, des maisons plutôt légères, mais encore une population avenante. Le plaisir au mouillage de voir fréquemment de grosses tortues.

la dominique prince repert bay panoramique 2


Dimanche 25 avril 2010 de Portsmouth (La Dominique) aux Saintes Terre de Haut : franceL 15° 52,06'N -- G 061° 35,11'W - 22 M parcourus

106 baie des saintes8 h nous levons l’ancre avec des petits yeux fatigués, toute la nuit au son de la musique Raga sur la plage, avec une puissance telle que le plan d’eau vibrait !
Vent E 3/4 GV+ Génois et moteur pour le dessal. Dans le canal de la Dominique, entre 5 et 6 nd, on distingue à tribord Marie Galante, île plate comme une galette. Les Saintes se laissent peu à peu découvrir avec la Guadeloupe en arrière-plan. Au milieu du canal, sur bâbord plusieurs souffles élevés et puissants... nous avons vu nos premières baleines (3) accompagnées de globicéphales, séquence émotion ! Arrivée aux Saintes, passage entre Grand Ilet, La Coche, La Vierge et Terre de Bas puis passage devant l’Ilet à Cabrit pour mouiller à l’anse du Bourg de Terre de Haut à 12 h. Peu après François vient nous faire coucou s’en suit un Ti Punch dîner à bord de « Némo ». Le Bourg de Terre de Haut des Saintes est charmant et au risque de me répéter nous rencontrons toujours des gens charmants ! Cadre idyllique, bleu turquoise de l’eau claire, les couleurs des petites maisons saintoises, le sable blanc et le relief des îles qui forment l’archipel des Saintes tout autour de nous... Nous aurons aussi le plaisir de pénétrer dans la jolie mairie à l’occasion des formalités d’entrée sur le territoire Français. Location de scooters, ici moyen de locomotion favori. Nous visitons le Fort Napoléon et son musée, avec une superbe vue sur une des plus belles baies du monde celle des Saintes. Nous parcourons l’île fleurie, les anses Marigot, Pompierre, Grande Anse, Figuier, Crawen pour revenir sur la côte sous le vent. Il fait chaud (35 °C), l’eau est bonne (29 °C) et les pluies se font plus fréquentes. Le 1er mai, nous fêtons nos un an de navigation sur « Ti Corail » ! Nous avons pris notre rendez-vous pour la sortie d’eau de « Ti Corail » pour son 1er carénage (25 mai), nous allons observer les professionnels de façon à faire au mieux les années suivantes, par nous même... Un BBQ est prévu sur l’îlet Cabrit avec les « Paquito » demain ou... après-demain ! Puis programme en fonction des vents et des envies Guadeloupe Marie Galante ou Marie Galante Guadeloupe ! À suivre...

47 nav la dominique les saintes panoramique                  102 les saintes

Haut de page


Vendredi 7 mai 2010 Terre de Haut (Les Saintes) à l’anse à la Barque (Guadeloupe) : francegwadaL 16° 05,31'N -- G 061° 46,11'W - 18 M parcourus

« Ti Corail » a ses safrans qui le démangent... C’est décidé dès que les vents sont un peu moins forts nous levons l’ancre pour la Guadeloupe l’aile de papillon appelée Basse Terre. La veille nous rencontrons Jacques & Myriam, apéro avec échanges d’expérience sur « Odyssée ». 11 h 30 près pour le départ, nous quittons « Paquito » qui reste aux Saintes pour monter sur la Guadeloupe plus tard. « La vie en bateau est faite de rencontres et de ruptures », je crois en effet qu’il y a beaucoup de rencontres superficielles, des équipages passent de bons moments ensemble, puis suivent leur chemin respectif, pourquoi s’en priver ? Et lorsque le lien se fait plus fort, on peut faire en sorte d’entretenir ce lien et ne pas compter seulement sur le « hasard » pour que les sillages convergent de nouveau. A bientôt les « Paquito »... Sortie entre l’Îlet Cabrit et Terre de Haut. E 3/4 GV + Génois, prise de ris dans le canal des Saintes, pour cause de grain. Passage devant la pointe du Vieux Fort et son phare, puis devant le fort St Charles (1643) à Basse Terre. Pas très joli comme cadre avec les cargos pour mouiller, nous continuons notre route vers l’Anse à La Barque vent arrière. Au niveau de la Pte du Corps de Garde le vent tourne plein N, dans le pif ! Génois enroulé. Paysage de maisons colorées, en fond les Mornes dont celui de la soufrière avec son sommet dans les nuages ; plages de galets, pêcheurs dans de petites embarcations. Arrivée au mouillage de l’Anse à la Barque à 15 h, 7 m de fond. Petite anse agréable avec ses cocotiers, ses barques et son phare. Nous sommes seuls = super ! Enfin seuls pas tout à fait, accueillis par des hirondelles qui tournent autour de « Ti Corail » en chantant puis se posent sur les barres de flèche pour mieux nous observer. La Guadeloupe est en fait composée de deux îles, séparées par un bras de mer, que l’on nomme « Rivière Salée » et qui n’excède pas 200 mètres dans sa partie la plus large. L’ensemble représente un papillon avec du côté de l’Atlantique une île en guise d’aile que l’on nomme Grande-Terre et de l’autre, côté caraïbe une île sous le vent qui porte le nom de Basse-Terre. Drôles de nom à vrai dire, qui ne tiennent compte ni des surfaces ni de la géographie des lieux. Grande-Terre ne fait que 586 km2 contre 848 km2 pour Basse-Terre ! Composée à la base d’un substrat calcaire, qui constitue une plaine bordée d’une mangrove à l’abri d’un récif corallien, Grande-Terre ne présente guère que des mornes et une côte rocheuse ne dépassant pas 175 m de hauteur. Basse-Terre, dont le nom n’est pas vraiment approprié, regarde cette petite voisine de toute la hauteur de sa Soufrière, culminant à 1 467 mètres d’altitude.

15 Guadeloupe Barque Panoramique


Samedi 8 mai 2010 l’Anse à la Barque (Guadeloupe Basse Terre) à Deshaies : L 16° 18,50'N -- G 061° 47,86'W - 12 M parcourus

35 guadeloupe basse terre deshaies pelican57 Deshaies GervaisRéveillés par les pioupious des hirondelles après une bonne nuit comme nous n’en avons pas eu depuis un petit moment dans un mouillage calme sans roulis. Quelques tortues se promènent. À 12 h nous levons l’ancre, NW 3/4 GV + Génois petit largue puis travers entre 5 & 6 nd : la balade ! Nous passons les Îlets à Goyave puis passée la pointe Ferry plus de vent : en route les moteurs ! Montserrat montre sa silhouette au loin. Arrivée à 15 h au joli mouillage de l’Anse Deshaies. En fin d’après-midi nous prenons l’annexe pour faire connaissance de la petite ville. Charmante avec ses maisons colorées qui côtoient des cabanes en bois. Nous décidons de dîner chez « Lelette » petit resto créole avec son menu typique à un prix plus que modéré. Nous y rencontrons Victor, Antonin et Gervais avec qui nous finissons la soirée à « La Kaz » devant un ti punch dans une ambiance musicale. Nous avons passé une excellente soirée ! Puis les journées se sont succédé avec la pluie et le vent, mais toujours avec la même ambiance chaleureuse. Soirées avec musiques et danses, dont une avec un groupe de Gwo Ka : musique traditionnelle née sous la période de l’esclavage avec chants et danses rythmés par les percussions . Gervais nous a offert de la vanille cultivée de manière totalement artisanale, Victor nous a offert des mangues de différentes variétés et des pommes malaka. Beaucoup de rencontres dans ce village de pêcheurs, certains ont exercé leur carrière professionnelle en métropole et sont revenus chez eux ! Bref ! Deshaies restera un excellent souvenir et nous y reviendrons avec grand plaisir.

48 guadeloupe basse terre deshaies mouillage panoramique


Mardi 18 mai 2010 Deshaies (Gwada Basse Terre) à Ilet Gosier (Gwada Gde Terre) : L 16° 12,19'N -- G 061° 29,66'W - 50 M parcourus

Il faut bien quitter cet endroit captivant, au revoir, Victor Vincent Monique & Co. À 9 h nous levons l’ancre pour rejoindre la Rivière Salée, passage du nord au sud, entre les deux parties de l’île qui forment deux ailes d’un papillon. Vent ENE 5/6 GV 1 ris + Génois, nous contournons la Pte du gros Morne pour passer devant Gde Anse. L’océan est formé, ça tape, avec des rafales de 30 à 35 nd. Nous décidons de faire demi-tour. Pas très envie de slalomer entre les cayes du Grand Cul-de-sac Marin avec cette mer et ce vent... Nous rejoindrons Pointe-à-Pitre par la côte W de Basse Terre, trajet connu plus long, mais plus sécurisant. La Rivière Salée ce sera pour l’année prochaine ! Nous retrouvons une allure plus agréable de portant. La Pte Ferry passée, le vent tourne ESE 5/6 ! À nouveau dans le pif ! Nous croisons une énorme tortue. À la Pte Mahaut plus de vent, nous mettons les moteurs. Puis le vent SW se lève à la Pte Lézard, et revient SE. Nous essuyons un bon grain rafraîchissant et cinglant à la Pte du Vieux Fort, des hirondelles cherchent un abri dans la bôme. Une belle houle nous attend dans le SSE de Basse Terre, avec une mer hachée. Nous sommes contents d’arriver à l’ Ilet Gosier à 17 h 30. Sa barrière de corail nous protège de la houle.

112 guadeloupe grande terre ilet gosier mouillage panoramique


Mercredi 19 mai 2010 Ilet Gosier (Gwada Gde Terre) à Pointe-à-Pitre (Gwada Gde Terre) : L 16° 13,54'N -- G 061° 32,06'W - 2 M parcourus

11 h nous quittons le mouillage de l’Ilet Gosier, direction la rade de Pointe-à-Pitre, pour récupérer nos colis, faire les ship et rencontrer M. Lemaire avant le carénage. Vent SE 4, au moteur. Passage devant l’Ilet à Cochons en suivant bien le balisage, les épaves de voiliers nous incitent à faire attention ! Nous mouillons à 12 h près de la Marina de Bas du Fort, devant le Carénage. L’environnement n’est pas génial, mais ces quelques jours sont destinés aux « loisirs » pratiques : achat matériel, avitaillement, entretien « Ti Corail ». Une petite ballade à Pointe-à-Pitre, sous-préfecture présentant quelques attraits touristiques.
Nous retrouvons les « Paquito » avec un plaisir non dissimulé à partager un Ti Punch et parler de Deshaies.

122 guadeloupe grande terre p a p pelican133 guadeloupe grande terre p a p


Vendredi 21 mai 2010 Pointe-à-Pitre (Gwada Gde Terre) à Ilet à Cochons (Gwada Gde Terre) : L 16° 12,97'N -- G 061° 32,24'W - 1 M parcouru

16 h nous décidons d’aller mouiller à l’Ilet à Cochons pour le WE, 16 h 30 nous lâchons l’ancre dans un endroit nettement plus agréable que le Carénage !

140 guadeloupe grande terre ilet a cochons mouillage panoramique

Haut de page


Lundi 24 mai 2010 Ilet à Cochons (Gwada Gde Terre) à P à P Carénage :  L 16° 13,68'N -- G 061° 31,98'W - 1 M parcouru

1174 Carenage5 h sous les grains qui s’enchaînent, nous rejoignons le Carénage pour mouiller devant le dock, afin d’être près pour demain matin tôt. Nous allons faire un coucou aux « Paquito » qui sont à la marina de Bas du Fort. Joëlle m’apporte une serviette, savon shampoing pour une douche aux sanitaires = cadeau sublime ! Comme c’est bon de sentir l’eau glisser sur son corps sans compter, le dos collé sur le « bitonio » pour un jet continu ! Mardi matin, tôt sur le pont, attendant le signal de l’équipe du chantier Lemaire. Le dock est immergé on y va ! 9 h 15, « Ti Corail » s’avance doucement au milieu du dock Captain à la barre, Ti Mouss récupère les amarres pour fixer « Ti Corail » aux 4 extrémités. Un plongeur place les tréteaux sous le bateau puis le dock sort lentement de l’eau. Ti Mouss est en apnée... Tout craque, le nez de « Ti Corail » se lève de quelques degrés... 10 h 30 « Ti Corail » est hors de l’eau, perché. La coque n’est pas trop sale, mais nos doutes sont confirmés « La couche d’antifouling autoérodable appliquée était suffisante pour traverser le lac Léman, mais pas l’atlantique ! Couche primaire ? On ne la voit pas.. » Nettoyage de la coque au karcher, y’a du bleu partout, Ti Mouss aidée du plongeur brosse le pont. Sérieux et gentillesse semblent faire bon ménage ici. Nettoyage complet, une couche de primaire et 2 couches de matrice dure sur la coque ; changement des anodes moteurs, antifouling sur les embases et les hélices. 2 jrs de travaux intenses, sous la chaleur, mais « Ti Corail » est tout beau ! Nous avons passé une sympathique soirée « apéro » ponton avec les « Paquito » et leur ami Joss, avant leur départ pour les gîtes de Deshaies.

177 guadeloupe grande terre marina apero ponton


Vendredi 28 mai 2010 Carénage P à P (Gwada Gde Terre) vers Marina Bas du Fort P à P : L 16° 13,32'N -- G 061° 31,77'W - 1 M parcouru

Nous décidons de passer quelques jours à la Marina Bas du Fort pour profiter des commodités d’un port ! Eau électricité à volonté. Les machines à laver ont tourné ! Les douches ont été longues. Nous allons attendre d’avoir des vents favorables pour redescendre vers la Martinique puis plus tard encore plus sud. Nous avons décompressé un peu, car nous étions un peu stressés à la fois pour l’entrée sur le dock, les travaux à faire, la sortie, etc. Animation ponton 6, l’Hippo Cup 2010 régate avec 400 internes des CHU de France, une nuit de fiesta avant leur départ ! Nous avons pris une voiture, pour passer deux jours en début de semaine à nous balader un peu et faire l’avitaillement dans une grande surface. Nous sommes allés faire un coucou aux « Paquito » dans une résidence hôtelière du côté de Deshaies (ils en sont les gérants pendant un mois, car les propriétaires rentrent pendant ce temps en métropole), 2 jrs terriens avec un super accueil. Nous nous sommes baladés un peu sur Grande Terre. La VHF fixe a toujours des problèmes en réception, elle est partie en consultation ... Nous préparons notre descente sur la Martinique. Il fait très chaud, la saison devrait être riche en tempêtes, cyclones...

201 guadeloupe basse terre deshaies residence deshroses          227 guadeloupe grande terre ste anne


Vendredi 4 juin 2010 Marina Bas du Fort (Gwada Basse Terre) aux Saintes (Terre de Haut) : L 15° 51.67'N -- G 061° 36,07'W - 23 M parcourus

9 h 30 nous quittons le ponton 6 de la Marina et « Voiles 44 » avec Jimmy qui se prépare pour la Route du Rhum. Vent ESE 4, GV + Génois. Nous voyons nos amis les dauphins dans le canal des Saintes. À 13 h 30 nous mouillons au Pain de Sucre de Terre de Haut. C’est bon de retrouver la vie de mouillage ! Demain départ tôt... pour essayer d’arriver directement en Martinique avant la nuit, en zappant la Dominique.

3 nav gwada les saintes9 les saintes terre de haut pain de sucre mouillage panoramique


Samedi 5 juin 2010 Les Saintes à Saint-Pierre (Martinique) : martiniqueL 14° 44,20'N -- G 061° 10,66'W - 78 M parcourus

4 h debout, ti déjeuner et relevage de l’ancre à 5 h dans la nuit. Passage entre Grand Ilet et La Coche. Vent ENE 4, GV+Génois. Le canal de la Dominique est gentil ! « Ti Corail » fait sa route entre 6 et 7 nœuds. Sous le vent de la Dominique, il faut mettre les moteurs en fonction. Nous croisons une baleine, certainement endormie. 12 h entrée dans le canal de la Martinique vent E 4/5, avec belle houle nous sommes un peu shakés ! Nous avons croisé « Sillage », qui monte en Gwada, une petite conversation VHF pour échanger les dernières nouvelles, à bientôt Claude aux Grenadines. Au milieu du canal la mer se forme, le vent forcit, « Ti Corail » nous emmène en Martinique à 8, 9 nd. Arrivée à la côte sous le vent, la houle reste formée, mais plus de vent. Les grains nous rafraîchissent et dessalent « Ti Corail ». 2 globicéphales sortent de l’eau avec nonchalance. 17 h 30, mouillage devant Saint-Pierre, un peu rouleur par NE. Fatigués une bonne nuit nous attend !

20 nav les saintes martinique arrivee st pierre panoramique

Haut de page

Dimanche 6 juin 2010 Saint-Pierre à Grande anse d’Arlet : L 14° 30,06'N -- G 061° 05,12'W - 17 M parcourus

Après une bonne nuit, nous quittons Saint-Pierre à 9 h. Vent SE, plein pif, nous n’avons même pas hissé la GV. Essais de waypoint programmés en surveillant bien sur les casiers et les bateaux. Ce n’est pas top, on navigue en zigzag ! 12 h 30 mouillage Grande-Anse d’Arlet, toujours aussi beau. Après un dimanche bien animé, les lieux deviennent paisibles. Nous faisons nos formalités d’entrée en Martinique. Ti Mouss n’est pas très bien, poussée de T ° état grippal, la Dengue ?

22 nav guadeloupe basse terre anse deshaies panoramique


Mardi 8 juin 2 010 Grande anse d’Arlet à Sainte-Anne : L 14° 26,08'N -- G 060° 52,99'W - 15 M parcourus

Nous quittons le mouillage à 6 h 30. Vent ESE 3/4 et houle de face = aux moteurs. Passage sous le vent du Rocher du diamant, comment des hommes ont-ils pu vivre sur ce caillou ? 9 h 30 mouillage à l’anse de Sainte-Anne à côté de Balafenn. Le mouillage est calme, il n’y a plus que quelques bateaux. Direction chez le médecin, Ti Mouss pas bien. Examens sanguins pour recherche de Dengue pour écarter celle dite hémorragique, en attendant paracétamol vitamine C le seul traitement existant ! Cela demande 10 jours pour avoir la réponse du centre en métropole ! Nous sommes reconnus au bourg, ça fait plaisir. Monique du marché nous apporte des herbes à infuser pour lutter contre les symptômes de la Dengue. Je vais essayer et si ça marche je donne la recette ! Soirée apéro pâtes sur « Ti Corail » avec Jo et Jean-Michel de « Balafenn », nous nous croisons, nous écrivons depuis des mois et enfin nous passons un moment ensemble. Ce bon moment se reproduit le lendemain sur « Balafenn » avec Nelly et Luc d’ « Afrodite » qui ont beaucoup voyagé. Une très bonne soirée qui se finit tardivement ! Passage d’une onde tropicale active, 2 jours de ciel noir avec vent et pluie. Nous avons retrouvé avec plaisir notre concessionnaire, Hubert, il nous échange notre VHF fixe défectueuse contre une neuve de son stock : sympa ! Puis « Odyssee » est arrivé, avec les « Balafenn » nous nous retrouvons tous chez Myriam et Jacques pour... l’apéro. L’ambiance est décidément très sympa à Sainte-Anne, un mouillage que nous considérons un peu comme notre base ! Location d’une voiture avec les « Balafenn », matinée consacrée aux achats de matériel technique et avitaillement que l’on ne trouve qu’à « la ville » puis petit tour du sud de l’île. Une journée bien remplie et bien sympa qui se termine par un ti apéro avec Jo et Jean-Michel. Encore un souci de fuite d’eau, et encore un raccord mal fait celui de la machine à laver cette fois-ci ! Nous avons passé une journée très sympa chez Jacques et Domi, que nous retrouverons avec plaisir. Nous avons fait la fête de la Musique à la Dunette notre quartier général. Nous décidons de partir vers le sud avec « Balafenn », malgré la petite santé des Ti Mouss. Jo est aussi atteinte par la dengue ! Nous ne sommes pas seuls et les gens de mer se serrent les coudes. La météo exécrable de ces derniers jours nous a contraints à retarder notre départ vers les Grenadines. Le temps de plus en plus mauvais nous pousse à trouver une fenêtre pour partir, tant les pluies incessantes et les grains avec des rafales à 35 nd sur le mouillage de Sainte-Anne commencent à nous lasser. Un pot d’au revoir à la Dunette et, c’est décidé, demain nous partons...

34 sainte anne apero sur balafenn jo francis nelly luc jmichel75 sainte anne chez domi et jacques88 sainte anne fete de la musique pablo


Jeudi 24 juin 2010 de Sainte-Anne (Martinique) à Marigot Bay (Sainte-Lucie) : ste lucieL 13° 58,01'N -- G 061° 01,65'W - 30 M parcourus

9 h 30 départ du mouillage de Sainte-Anne avec « Balafenn », la météo est capricieuse. Vent ENE 6, forte houle. Bonne allure de travers à 8nd. 13 h 30 arrivée à la côte de Sainte-Lucie, accueillis par des grains, prise du 2e ris et même sous le vent de l’île « Ti Corail » file à 6, 7 nd. Arrivée au mouillage de Marigot Bay de Sainte-Lucie à 14 h 30. « le père Noël » nous attend avec des bananes et mangues ! Ti Mouss pas bien du tout la T ° monte, récidive de la Dengue... Non, on ne fait pas demi-tour on continue !

106 nav sainte anne martinique ste lucie ti corail112 nav sainte lucie bequia les pitons


Vendredi 25 juin 2010 de Marigot Bay (Sainte-Lucie) à Admiralty Bay (Bequia) : st vincent et grenadinesL 13° 00,45'N -- G 061° 14,41'W - 60 M parcourus

6 h 30 avec « Balafenn » nous quittons le mouillage de Marigot Bay. Petite nuit des Captains à s’occuper de leur Denguée respective ! Vent SE 4, GV + Génois. Le canal de Saint Vincent est clément, la 1re fois aussi clément pour nous ! La survente avant l’arrivée à la côte de Saint Vincent fait filer « Ti Corail » à 8 nd. Passage de Saint-Vincent aux moteurs. Le canal de Bequia nous accueille avec un beau grain, prise de 2 ris et enroulé Génois. À 18 h 30 nous arrivons tous les 4 au mouillage d’Admiralty Bay à Bequia. Bravo les Captains vous avez assuré ! Tandis que Jo se remet doucement de « sa » Dengue, Ti Mouss est cloué au lit avec plus de 39 °C, pas bien du tout et au bout de 5 jrs retour lent à la vie puis... Jean-Michel à 39,5 °C ! Quelle cochonnerie cette maladie ! Nous attendons le rétablissement des équipages avant de partir mouiller dans les petits paradis perdus... Tout en surveillant de très près la météo !

119 nav ste lucie bequia pecheurs121 bequia mouetteaedes aegypti moustique dengue

 

Haut de page

 

logoarticle   12/08/2010

 

martinique grenade nav fus grenade2fus

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

- Antilles Sud Caraibes, Grenadines : Bequia, Mayreau, Union, Petit Saint-Vincent, Petite Martinique, Carriacou, Sandy Island

- Grenade : St David’s Harbour, Calivigny, Clarke’s Court Bay, Prickly Bay, St Georges, Grande Anse

 

Mercredi 7 juillet 2010 Bequia à Mayreau : st vincent et grenadines

L 12° 38,82'N -- G 061° 23,47'W — 38 M parcourus

65 mayreau mouillage salt whistle bayJo et Jean-Michel ont dignement fêté leur un an de nav au Frangipani. Après s’être remis doucement de la dengue « Balafenn » et « Ti Corail » prennent la mer à 11 h 30, vent E 5/6, GV 2 ris et Génois. Le pilote ne fonctionne pas, nous devons nous relayer à la barre. Un courant de 2 à 3 nd contre nous et une mer bien agitée nous brassent ! Un peu de calme retrouvé sous le vent de Canouan, protégé du courant « Ti Corail » avance à 8 nd. Arrivée à 16 h sous un ciel brumeux au mouillage de Salt Whistle Bay de Mayreau, « Balafenn » est déjà là ! Nous passons une soirée fort sympa tous les 4, sur la plage à manger du poisson grillé et à discuter avec Patrick un habitant de Mayreau qui nous raconte son île. Une balade pour traverser l’île jusqu’au village avec une belle côte, marche sous le soleil : il fait chaud ! Mais en haut, nous sommes récompensés par le point de vue. Descente de LA rue du village pour arriver chez « Robert » lieu coloré tenu par un rasta avec sa bonne humeur, pour boire un pot ! Captain a pu réparer le pilote le lendemain, car la panne était toute simple et avait été provoquée par un sacré tuyau de douche qui, se rangeant au mauvais endroit, avait tout bonnement débranché la prise d’alimentation du moteur de commande du vérin hydraulique... La vie de bateau n’est pas toujours facile, il demande beaucoup d’entretien quotidien : technique, conduites diverses, gestion de l’énergie et de l’eau, des nuits courtes avec un fond de mauvaise tenue, la météo... Mais que de récompenses avec ses rencontres fortes et ses paysages...

37 mayreau balafenn


Samedi 10 juillet 2010 Mayreau à Union : st vincent et grenadines
L 12° 35,70'N -- G 061° 24,69'W — 5 M parcourus


86 union clifton 10 h avec « Balafenn », nous levons l’ancre de Mayreau pour rejoindre Union. Vent E 5 Génois seul, belle houle de travers. Arrivée 11 h à Union au mouillage de Clifton. « Sillage » est là, les équipages des 3 bateaux s’offrent le soir même une bonne viande rouge chez Joëlle du « West Indies », la soirée se finit au bar devant un rhum vieux pour les garçons et un Malibu glace pour les filles, à prendre connaissance des potins de l’île ! Soirées d’échange avec les « Balafenn », les Captains vont voir la finale de la coupe du monde de foot à terre pendant que les Ti Mouss restent à bord à jouer les Captains ! Les Grenadines ne sont pas au mieux à cette saison, beaucoup de vent, de pluie et une mer agitée font perdre la palette de bleu, vert de ces petits joyaux avec des fonds troubles. Formalités de sortie des Grenadines dépendantes de Saint-Vincent. Car ensuite elles dépendent de Grenade.

76 union clifton

Mardi 13 juillet 2010 Union à Petite Martinique puis Petit Saint-Vincent : st vincent et grenadines
L 12° 31,55'N -- G 061° 23,35'W — 5 M parcourus


111 Petit Saint-Vincent Mouillage panoramique9 h 45 avec « Balafenn », nous quittons le mouillage d’Union. Vent ESE 4/5, Génois seul. Passage entre Morpion et Punaise, 2 îlots de sable blanc entourés de récif corallien. Nous arrivons à Petite Martinique sous un grain. Nous faisons le plein de gasoil, tarif beaucoup moins intéressant que ce que nous avions pu connaître, mais accueillis avec le sourire. Servi en Gallon Impérial, soit 4,54 L = 11,40 EC. Puis nous allons mouiller à Petit Saint-Vincent, sous le vent de cette île privée aménagée en complexe hôtelier d’une vingtaine de bungalows, discrètement implantés dans la végétation et destinés à une clientèle aisée (nuit à 4 000 dollars US). Le site peut être superbe à ce prix là. Nous nous baladons dans la partie autorisée pour les nomades des mers que nous sommes et nous allons boire un verre au bar avec une belle vue sur Petite Martinique et la baie. Nous en avons aussi profité pour aller nous promener dans cette île nommée Petite Martinique, beaucoup plus discrète de par ses modestes revenus. D’ailleurs, elle appartient à l’état de Grenade tandis que Petit Saint-Vincent fait encore partie de l’état de Saint-Vincent. Nous avons ainsi franchi la frontière en zodiac, petit bras de mer de 800 m de large !
142 Petit Saint-Vincent

92 nav union ti st vincent morpion 109 petit st vincent mouillage panoramique120 petit st vincent




Vendredi 16 juillet 2010 Petit Saint-Vincent à Carriacou Hillsborough Bay : grenade

L 12° 28,92'N -- G 061° 27,69'W — 7 M parcourus

203 petit st vincent carriacou hillsborough10 h, nous rejoignons l’île de Carriacou et sa baie de Hillsborough pour effectuer les formalités d’entrée dans l’état de Grenade. Vent SE 4 sous Génois. A 11 h, nous arrivons au mouillage à gauche du ponton de Hillsborough Bay, mais les ancres de Balafenn et « Ti Corail » crochent mal, nous changeons de mouillage, à droite du ponton fond de sable de bonne tenue. Les averses et les grains sont toujours aussi nombreux, surtout en fin de journée, et les pluies transportent toujours du sable du Sahara, mettant ainsi en évidence la force des vents en altitude au-dessus de l’Atlantique et, de fait, rendant impossible le développement d’une formation cyclonique sur notre région pour le moment. Le dicton qui a cours ici est le suivant : tant qu’il y a du sable, il n’y a pas de cyclone ! A cette saison, les eaux ont aussi perdu leur belle couleur turquoise ainsi que leur transparence en raison des remontées d’eau chargées en boues de l’embouchure de l’Orénoque un peu plus au Sud, le courant général remontant les côtes du Brésil et de la région Guyane vers l’Arc Antillais. Nous avons d’ailleurs eu jusqu’à 3 nd de courant contraire lors de notre descente vers le Sud. Nous avons de bonnes nouvelles d’autres bateaux que nous connaissons et qui sont déjà arrivés au Venezuela. Balade dans Hillsborough pour faire le plein de légumes et de fruits, très tendance Afrique. Soirées apéro dîner sur les bateaux, très sympa et bon !

207 carriacou hillsborough mouillage222 carriacou hillsborough


Dimanche 18 juillet 2010 Carriacou Hillsborough Bay à Sandy Island : grenade
L 12° 29,07'N -- G 061° 28,92'W — 1 M parcouru


10 h 30, départ pour Sandy Island que nous atteignons aux moteurs une 1/2h plus tard. Encore plus joli qu’en mars plein d’espèces d’oiseaux dont les pélicans. L’eau est belle. Francis et Jean-Michel ont ramené des lambis, préparés et mangés ! 3 jours dans de belles eaux. Depuis 2008, ce lieu est passé Réserve protégée, des bouées sont en train d’être installées et bientôt ce mouillage deviendra peut être payant...

224 nav carriacou sandy island227 sandy island mouillage panoramique

 

Haut de page

Vendredi 23 juillet 2010 Carriacou Tyrell Bay à Grenade : grenade
L 12° 27,35'N -- G 061° 29,07'W — 3 M parcourus


261 Carriacou Tyrell Bay Mouillage16 h, départ de Sandy Island pour Tyrell Bay de Carriacou, la dernière nav avant celle pour rejoindre Grenade. Vent SE 3/4, mer calme. Nous apercevons Grenade et l’Ile Ronde. Arrivée à 16 h 30 au mouillage. Beaucoup de bateaux et leurs équipages vivent ici. Balade à terre. Nous visitons le village de Lesterre et mangeons dans un resto lambis et poulet grillé. Nous rendons aussi une visite de courtoisie à Dominique Weber, le spécialiste soudure de la région, lequel travaille sur son atelier flottant (plutôt pittoresque) au fond de la baie. Beaucoup de pluie durant ces 3 jours et avec de belles rafales, mais nous n’avons fort heureusement pas dérapé.

253 carriacou tyrell bay mouillage panoramique


Vendredi 23 juillet 2010 Carriacou Tyrell Bay à St David’s Harbour (Grenade) : grenade
L 12° 01,14'N -- G 061° 40,77'W — 30 M parcourus


16 nav carriacou grenade peche8 h, nous levons l’ancre avec Balafenn pour Grenade. Nous ne savons pas où nous mouillerons ce soir, ce sera suivant la mer, le vent et l’envie ! Vent E 4/5 GV + Génois. Balafenn passe au vent de Diamond Rock et nous sous le vent, nous partagerons notre vision avec les photos ! Le coin est encore en activité volcanique sous marine. Passage devant les Sisters puis London Bridge un îlot en forme d’arche. Passage sous le vent de Green Island la mer se lève, le vent forcit. Décision collégiale d’aller directement à St David’s Harbour au SE de Grenade. Le mouillage de Sandy Island (celle de Grenade) sera trop rouleur et la passe étroite de Grenville est peu sûre avec la houle. Nous longeons la côte NE de Grenade, rouge et verte ! La côte SE est très escarpée pleine de récifs. Francis pêche une belle carangue gros yeux, ce sera le dîner de ce soir avec les Balafenn. A 14 h, nous arrivons au mouillage de St David’s Harbour à Grenade, 2 essais de mouillage à l’ancre, mais cela ne croche pas alors nous prenons une bouée. Le mouillage est rouleur. Le lendemain nous visitons le chantier, il n’y a que ça ici, un peu no man’s land ! Nous retrouvons Claude de Sillage qui a sorti son cata pour rentrer en métropole pour 3 mois. Le soir nous dînons avec la carangue crue marinée et cuite en papillote, les produits frais se font rares à bord !

1 nav carriacou grenade diamond island ile ronde

Samedi 24 juillet 2010 St David’s Harbour (Grenade) à Calivigny Harbour : grenade
L 12° 00,85'N -- G 061° 42,63'W — 3 M parcourus


16 h, nous larguons les bouées du mouillage de St David’s Habour, comme d’hab Balafenn est prêt avant « Ti Corail » ! Il fait chaud 35 °C à 36 °C... Passage devant Westerhall, paysage breton... avec des palmiers ! L’entrée de la baie de Calivigny est périlleuse, étroit passage avec deux hauts fonds de 2 m et bordé de barrières de récifs débordant largement des falaises, le vent et la houle sont avec nous, ouf ! mais chaud chaud... 16 h 30 nous mouillons dans un bel endroit ressemblant à un lac bordé à l’ouest de mangrove et de collines verdoyantes au Nord et à l’Est sur lesquelles sont posées de magnifiques demeures avec des jardins magnifiquement entretenus. L’endroit est bucolique avec très peu de bateaux (pour cause !).

31 calivigny mouillage33 calivigny


Lundi 26 juillet 2010 Calivigny Harbour (Grenade) à Clarke’s Court Bay : grenade
L 12° 00,07'N -- G 061° 43,72'W — 4 M parcourus


10 h 30, ancre levée, va falloir franchir la passe, la météo est avec nous, peu de houle et bonne luminosité pour voir les récifs à fleur d’eau. Vent E 4. Passage devant Egmont Harbour puis entre Calvigny Island et Hog Island pour rentrer dans Clarke’s Court Bay. Nous mouillons à 12 h entre la Pte Petit Calvigny et l’ile Calvigny avec 13 m de fond, 60 m de chaîne. Mouillage bof nous n’allons même pas à terre !

45 nav calivigny clarkes court bay mouillage

Mardi 27 juillet 2010 Clarke’s Court Bay à Prickly Bay (Grenade) : grenade
L 11° 59,98'N -- G 061° 45,72'W — 4 M parcourus


Nous quittons le mouillage à 10 h 30. Vent ESE 4. Passage de la Pointe de Prickly. Nous faisons le tour de Prickly Bay pour choisir notre mouillage. Finalement à 12 h 30, nous jetons l’ancre à l’entrée de la baie. Petit tour à terre, très déçus par l’environnement très américanisé et vraiment sanitized correspondant aux standards de la clientèle outre-Atlantique, chemise à carreaux, chaussettes et sandales. Pour l’authentique, faudra repasser. Jean-Michel a vu des ailerons, donc attention pour la baignade près du bateau ! Quelques achats de matériel pour « Ti Corail » chez Budget Marine.

60 prickly bay mouillage

Mardi 27 juillet 2010 Prickly Bay (Grenade) à Saint-Georges : grenade
L 12° 02,52'N -- G 061° 45,34'W — 8 M parcourus


226 St Georges Mouillage10 h 30, départ pour True Blue Bay, mais bof ! d’un commun accord avec les Balafenn nous poursuivons notre chemin pour St Georges, la capitale. Temps gris pluie fine, comme en Bretagne, mais avec 35 °C. Nous croisons des pêcheurs qui nous proposent leurs poissons. Passons Saline Pt extrémité SW de l’île, puis Grande-Anse. 12 h 30 nous mouillons à Rocs Point devant Saint-Georges. Balade dans Saint-Georges ses rues qui montent, descendent ! Son marché, son ambiance festive. Déjeuner au BB'S, la patronne nous fait goûter le cacao local râpé sous nos yeux, un délice ! Formalité de licence de conduite pour louer une voiture pour faire un mini tour d’horizon de l’île. Grenade a été surnommée « l’île aux épices » pour ses bâtonnets de cannelle, ses clous de girofle, son curcuma et surtout sa noix de muscade et son macis. Nous resterons encore quelques jours avant de partir pour les Testigos, îles du Venezuela. Nous devons faire du change en dollars US et quelques provisions, de plus nous attendons « Odyssée » qui doit passer ici vers le 5 ou 6 août. Notre souci les pirates... enfin, radio ponton a un peu tendance à exagérer les infos, quand ce ne sont pas des infos « fabriquées ». Nous partons à plusieurs bateaux pour la sécurité, mais les îles semblent ne pas être concernées et elles sont si belles..... comment résister ? Finalement, nous n’avons pas loué de voiture, nous avons visité une partie de Grenade en bus local. Ligne 2 pour aller à Grenville, super accueil pour les uniques touristes du jour que nous étions. Ligne 9 pour se rendre à la fabrique de chocolat, fermée au public... mais une jeune ouvrière nous a donné des tablettes de chocolat ! Ligne 9 pour revenir sur Grenville puis la 6 pour revenir à Saint-Georges en traversant l’île. Le carnaval est une festivité sur 5 jours à ne pas manquer. Si les couleurs et la musique font partie de Grenade, durant cette période c’est encore plus festif.

65 nav prickly bay st georges pecheurs84 st georges resto bbs cacao90 st georges

Jeudi 12 août 2010 Saint-Georges (Grenade) à Grande Anse (Grenade) : grenade
L 12° 02,09'N -- G 061° 45,44'W — 1 M parcouru


266 Gde AnseVilaine journée ! Lors du rassemblement des papiers pour la clearance au Venez on se rend compte que l’on a perdu le carnet de vaccination de Francis... Heureusement il est scanné, nous aurons une photocopie grâce à « Balafenn » car notre imprimante ne fonctionne plus. Avant de partir pour la nuit en nav, nous profitons du chocolat de Grenade tout en organisant nos quarts. Lever d’ancre à 18 h 30... Faux départ ! Au moment de hisser la GV, elle s’affale d’un coup : la drisse a lâché en tête de mat, il faut la repasser dans le mat. Demi-tour, on mouille avec « Balafenn » devant Grande Anse pour la nuit. Pour nous consoler, nous partageons notre dîner avec Jo et Jean-Michel.


279 gde anse reparation drisse gv264 gde anse

Haut de page

 

logoarticle   23/08/2010

 

 carte venezuela aout 2010

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

Vénézuela : Les Iles Testigos, Ile Margarita, Ile Cubagua, Puerto la Cruz

 

Vendredi 13 août 2010 Grande-Anse (Grenade) aux Testigos (Vénézuéla) : venezuela
L 11° 22,97'N -- G 063° 08,18'W — 95 M parcourus

33 Les TestigosMatinée à refaire le gréement de la GV : réussite, bravo Captain. Départ de Grande Anse à 16 h 30, bye bye les Antilles, nous partons pour le continent sud-américain. Vent SE 5 GV 1 ris + génois. Nous avançons entre 6 et 8 nd. Quelle belle nuit, pas de grain, le plancton rend le sillage rempli de lucioles, le ciel est rempli d’étoiles filantes et d’éclairs des orages qui nous évitent ! Quelques cargos et quelques pêcheurs nous tiennent éveillés ! À 5 h 30 le jour pointe son nez et l’on aperçoit l’Archipel des Testigos. Passage entre Ile Conego et Ile Rajada puis entre Testigo Grande et Ile Iguana. À 9 h 15, nous mouillons devant Playa Real, isthme de sable blanc entre Testigo Grande et Testigo Pequeno. Les couleurs sont superbes, les oiseaux nous accompagnent. Francis et Jean-Michel vont faire les formalités à l’ile d’Iguana, nous obtenons un permis de 48 h par la Guarda Costa. La baignade est un peu limitée en raison de la forte concentration de grosses méduses apportées par les vents de Sud... Nous faisons une balade sur terre. Et faisons la connaissance de Nelly et Chonchon dans leur arche de Noe. Nelly allongée dans son hamac en filet de pêche nous invite à nous asseoir pour papoter. Ils ont 2 bébés pétrels qu’ils soignent ainsi que des pélicans blessés. Nous leur avons commandé 4 poissons à prendre vers 17 h. Au moment d’aller les chercher, plus de poissons pour le dîner, Nelly semblait bien embêtée, mais nous n’avons pas tout compris de ce qu’elle nous a dit. Jean-Michel et Captain sont donc allés sur un bateau de pêche (une lancha) mouillé dans la baie pour essayer de trouver du poisson. Ils se sont retrouvés dans la cale du bateau à choisir un thon puis à négocier le prix avec des pêcheurs très sympas qui ne voulaient même pas être payés. Ils voulaient même nous rendre l’argent si on faisait l’aller-retour à terre avec notre dinghy pour ramener à bord une de leurs familles... Encore plus tard, Nelly est venue nous voir avec du poisson qu’elle était allée chercher sur Iguana... Que d’aventures pour finalement inaugurer le barbecue récemment acheté à Grenade ! Nous y avons aussi rencontré une Française, Maria qui vient ici seule avec son bateau depuis 25 ans et qui a été la première femme et Française à être acceptée pour conduire les peneros (embarcations rapides pour aller à la pêche) et gagner ainsi sa vie. Nous devions partir lundi matin vers Margarita, mais le temps est pluvieux et bouché avec du vent de Sud-Ouest ! Donc, on reste jusqu’à mardi.

1 nav grenade les testigos46 les testigos 19 ter les testigos chez chenchen et nelly petrels


Mardi 17 août 2010 Testigos (Venezuela) à Margarita : venezuela
L 10° 57,03'N -- G 063° 49,93'W — 49 M parcourus

8 h 369 nav les testigos margarita peche carangue0 levé l’ancre et faisons route vers Porlamar sur l’île de Margarita. Vent SE 3 GV + GNK, « Ti Corail » glisse sur l’eau. La côte SE de Margarita est remplie de buildings, nous avions perdu l’habitude de ce genre de panoramique ! Nous rentrons dans la baie de Porlamar, accueillis par les dauphins et mouillons à 18 h 30. Au cours de cette journée de navigation, nous avons pris encore une jolie carangue de 7 kg qui a mis 20 minutes pour accepter de monter à bord. Marinade de poisson et barbecue... et congélateur sur « Balafenn ». Nous ne devions rester qu’une nuit à Margarita, mais nous sommes allés le lendemain matin voir Loïc, un français sur son bateau qui anime un réseau radio tous les matins à 8 h sur 6 905 kHz (USB, J3E) entre tous les voiliers présents dans les Caraïbes pour faire circuler toutes les informations utiles aux bateaux et organiser l’entre-aide quand elle se révèle nécessaire, comme faire transiter des pièces détachées par voilier quand quelqu’un se trouve en difficulté dans un endroit complètement isolé. Nous avons obtenu plein d’infos et avons pu en particulier aller changer des dollars en bolos (bolivar fuerte) à un taux intéressant grâce à un certain M... chef de penero (la pirogue rapide) et ses acolytes à terre (petit circuit en taxi avec procédure d’échange en cours de route pour ne pas se faire repérer par la Guardia Civil). Nous avons pu aussi faire le plein de gazole (60 l) avec le même M... qui est revenu avec sa pirogue et ses bidons de gazole à 12 centimes d’euros le litre !

63 nav les testigos margarita dauphins72 margarita porlamar mouillage

Haut de page

Jeudi 19 août 2010 Ile Margarita (Venezuela) à Ile Cubagua : venezuela
L 10° 49,54'N -- G 064° 09,93'W — 25 M parcourus

Nous sommes partis de Margarita ce matin pour rejoindre l’île de Cubagua où nous mouillons à 13 h 30 dans l’Ensenada de Charagato, à 50 m devant le poste de Garde-côtes établi sur cette île habitée par quelques campements de pêcheurs, dans 8 m d’eau devant une île encore déserte paysage Far W. Nous avons aussitôt été accueillis à la radio par le Chef de Poste des Garde-côtes, ils sont 3 personnes à surveiller l’île ! Nous leur avons alors rendu une visite de courtoisie et le Chef était flatté qu’on vienne le voir avec ses deux jeunes hommes dans son poste sur lequel flotte le pavillon vénézuélien. Pour le moment, nous trouvons les Vénézuéliens charmants et très accueillants. Le pays reste à découvrir, mais ses îles sont déjà un paradis et nous n’en sommes qu’au début.

98 cubagua mouillage92 cubagua

Vendredi 20 août 2010 Ile Cubagua (Venezuela) à Puerto la Cruz : venezuela
L 10° 49,54'N -- G 064° 09,93'W — 25 M parcourus

Départ 6 h, au lever du soleil, mer plate = moteur ! Direction Puerto la Cruz à la Marina Bahia de Redonda pour faire les formalités officielles d’entrée dans ce vaste pays et découvrir les terres continentales en laissant les bateaux en toute sécurité. Voilà pour le moment, tout va bien, on a déjeuné ce jour en dehors de la marina pour 55 Bolos = 5,5 € par personne. Nous faisons donc les formalités d’entrée et sortie ici avec José Brotons et son agence TTS, les papiers sont faits pour 250 Bolos = 25 €. Les formalités d’entrée et de sortie seront à faire impérativement dans le même port, sinon embrouille ! Nous sommes à Puerto la Cruz pour quelques jours en Marina, obligatoire ici (cause sécurité), elle est gardée par des hommes armés qui tournent jour et nuit ! La vie en Marina est faite de tout ce que l’on ne peut pas faire au mouillage : grosses lessives avec T° élevée, grand lavage du bateau int et ext et quelques travaux d’entretien. Nous allons aussi faire faire une couverture d’annexe pour la protéger. Nous sommes encore avec nos copains « Balafenn », mais allons bientôt nous quitter, snif ! eux montent à Curaçao pour rentrer en France puis au retour vont à Cuba et USA. Nous nous restons dans le Venez jusqu’en novembre pour retourner ensuite sur les Antilles. Mais nous nous retrouverons pour traverser le Pacifique !

Nous avons reçu un mail de Floride, John et Sheila ont trouvé notre bouteille avec le message, jetée à la mer pour Noël en Transat ! Sympa non ?

120 puerto la cruz 126 bis puerto la cruz128 puerto la cruz armada francaise

Nous sommes plus ou moins coincés dans la marina. Samedi nous avons pris l’annexe de Jean-Michel pour aller dans la cité lacustre où il y a un centre commercial. Nous avons fait à peu près ¾ d’heure de zodiac et au court de ce trajet nous avons découvert un monde à part. Des centaines de demeures de milliardaires longent les bras de mer avec bateaux (et pas petits !) mouillés à leurs pontons personnels. Nous arrivons à un immense centre commercial, rempli de boutiques (hé oui Mac'Do sévit ici aussi !) et un grand super marché très bien achalandé. Nous y faisons quelques courses et repartons (l’argent planqué dans le slip !). Pendant tout ce parcours, nous voyons des gardes et de la sécurité partout ! Comment une telle richesse peut exister, sachant que la plupart de la population du Venez est pauvre. Certainement que tous ces gens profitent des richesses qu’amènent le pétrole, la drogue ou font partie de la cour de Monsieur Chavez ? Dimanche midi (et surtout pas le soir) nous sortons un peu de la marina pour nous rendre dans un petit resto où apparemment tous les équipages de bateaux se rendent. Pour 60 Bolos (6 €) nous mangeons un grand plat de poissons accompagné de frites et de salade et buvons quelques bières, plus un café. Le monde ici n’a rien à voir avec ce que nous avons vu hier. Maisons pas finies ou en ruines. Grilles à toutes les portes et les fenêtres. Enfants jouant dans la rue pieds nus. Je pense que le vrai Venez c’est malheureusement cela : « Les Barios » !

Haut de page

 

logoarticle   05/12/2010

 

carte venezuela sept nov 2010

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

Venezuela : Ile Tortuga, Puerto la Cruz

- Venezuela : Puerto la Cruz, Ile Tortuga, Margarita, La Blanquilla, Les Testigos



Lundi 30 août 2010 Puerto la Cruz à Ile Tortuga Playa Caldera : venezuela
L 10° 57,32'N -- G 065° 15,75'W - 60 M parcourus

51 Tortuga Playa CalderaNous larguons les amarres avec l’aide de José et Luis à 17 h. Dernière longue nav de concert avec « Balafenn ». Pascal sur « Zangra » et Jean-François sur « Amaya » nous suivent. Tous sur le 72 de la VHF. Vent ESE très faible donc Génois et moteur. Plein de dauphins dans le clair de lune, toujours un magnifique spectacle. À 1 h du matin « Zangra » se rapproche dangereusement de « Ti Corail », Ti Mouss de quart appel Pascal à la VHF... pas de réponse : il dort ! Un coup de barre à Gauche. C’est ça les solitaires, ils dorment et personne ne veille... Il était d’ailleurs utile d’être éveillé au moment de l’atterrissage sur Tortuga, car les îles et les récifs sont mal positionnés sur les cartes et il y un écart d’environ 1 km ! C’est pour cela aussi que nous sommes arrivés au lever du jour, pour voir clair.

Nous 64 tortuga playa caldera chez munchoarrivons groupés à l’aube, il faut éviter les lanchas et les peneros sans lumière, ces bateaux ne laissant aucun écho au radar... C’est beau ! À 6 h, nous jetons l’ancre à la playa Caldera de l’isla Tortuga. 1re journée sans grande activité, due à la fatigue d’une mauvaise nuit. Mardi matin, le bateau au mouillage s’est retrouvé en 2 min quelque peu envahi par un premier nageur suivi de deux autres personnes... se présentant... comme des Guarda Costas et demandant à visiter le bateau alors qu’ils étaient trempés... = stress. Tandis que Captain temporisait en leur offrant à boire, Ti Mouss appelle les 2 bateaux à côté par VHF pour les avertir de ce qu’il se passait. Les copains sont donc arrivés en annexe pour faire du nombre. Finalement, le dialogue a pu s’établir, le commandant des garde-côtes (c’était effectivement des garde-côtes !) nous a prié de venir présenter nos papiers de circulation du bateau dans les eaux vénézueliennes dès que possible au poste et s’est aussi excusé de la conduite de ses hommes. Nous avons fait la connaissance de Muncho, un personnage de l’île. À part ça, le temps est superbe, mais nous avons attrapé une grosse rhino avec de la température ! Doliprane et vitamine C... un peu de rhum aussi !

60 Tortuga Playa Caldera Panoramique

Jeudi 2 septembre 2010 Playa Caldera vers Los Palanquinos (ile Tortuga) : venezuela
L 10° 59,27'N -- G 065° 20,24'W - 8 M parcourus

Avec « Zangra » et « Balafenn » nous quittons notre beau mouillage à 9 h 30 pour rejoindre « Amaya » qui a pris de l’avance. Vent E 3, Génois seul. Nous longeons la côte NE de Tortuga, pour mouiller à 11 h 30 devant le reef de Los Palanquinos = sublime ! Échange de « bêtes à cornes » contre bouteille de rhum vénézuélien acheté à PLC pour le troc ! Ici il n’y a rien de rien en dehors de la bande de sable et de la mer. Les fonds sous-marins sont très beaux et même si les chasseurs se plaignent de la diminution des espèces tirables au fusil de plongée, il n’en reste pas moins que c’est un aquarium magnifique avec des multitudes de poissons. Les journées passent rapidement malgré l’oisiveté. Ces plaisirs peuvent toutefois être quelque peu altérés par des invasions de moustiques fulgurantes et imprévisibles le jour comme la nuit ; cela doit sans doute dépendre de la force et de la direction du vent, mais aussi de leur programme de vol ! Il faut être équipé de la panoplie du parfait explorateur, moustiquaires et bombes ad hoc. Le seul avantage est qu’ils sont lourdauds et assez faciles à rayer de notre espace vital. Jean-François est parti sur Puerto la Cruz, déçu par le manque de résultat de ses pêches. Nous avons passé de bonnes soirées ensemble, bien mangé bien bu dans ce paradis au milieu de nulle part ! Lundi soir nous avons passé notre dernière soirée ensemble (avant les retrouvailles !) sur « Balafenn »... Demain chacun reprend sa route...

101 Palanquinos Mouillage

Mardi 7 septembre 2010 Los Palanquinos vers Playa Caldera (ile Tortuga) : venezuela
L 10° 57,28'N -- G 065° 13,59'W - 8 M parcourus

Après une séparation un peu émouvante, « Balafenn » quitte le mouillage pour Curaçao. Peu après, nous faisons de même, mais dans le sens opposé. À 15 h, l’ancre est levée, vent NE 2 moteurs + Génois. Arrivée à 17 h au mouillage de Playa Caldera, pour une courte nuit avant la nav en solo direction Puerto la Cruz.


Mercredi 8 septembre 2010 Playa Caldera (ile Tortuga) vers Puerto la Cruz : venezuela
L 10° 12,47'N -- G 064° 39,79'W - 62 M parcourus

128 plc marina perroquetsLe retour sur Puerto la Cruz n’a pas été aussi facile que prévu. Nous avons décollé à 4 h, la nuit est bien noire, il faut éviter les lanchas pas toujours éclairées ! Vent ESE dans le pif = moteurs. Puis E 4, nous mettons le Génois. Captain pêche une dorade coryphène. À 13 h, le vent tourne à l’W 15 nd : enfin du vent... mais il est vite monté à 35 puis 40 nd, la mer s’est levée écumeuse, le ciel devenu noir parsemé d’éclairs... Nous sommes dedans il faut se le manger ! nous avons été bien secoués avant de pouvoir nous réfugier sous le vent d’une île proche de la côte tandis que d’énormes orages éclataient tout autour de nous (les placards ont été rangés !). Nous avons pu rentrer à la marina à 17 h 30 sous la pluie bien sûr. Nous sommes contents d’être là, mais guéris des arrivées en cours d’après-midi dans le coin en raison de la fréquence de ces phénomènes orageux.

122 PLC arina Anniv FrancisIci, à la marina, nous avons retrouvé d’autres copains et nous allons essayer de prendre notre temps et de nous reposer un peu (beaucoup de soirées bien arrosées à plusieurs bateaux sur les mouillages). Nous allons aussi continuer les petits travaux sans nous énerver : exemple de l’ancre, celle-ci est revenue enfin de Valencia (800 km) avec du plomb coulé au bon endroit... mais il a été mal fondu et tout est à refaire... l’ancre doit repartir pour Valencia... surtout ne pas s’énerver ! Découverte du 1er cafard à bord dans un coffre extérieur, malgré toutes les précautions : la guerre est déclarée, sortie des produits puissants (Goliath gel), pas de clandestin sur « Ti Corail » ! Les journées s’écoulent doucement avec la fête de la Vierge des Vallées ; les feux d’artifices, pétards, voitures décorées avec des Vierges sur les toits animent les rues. Quelques conserves avec les produits frais du marché ont été confectionnées pour cet hiver aux Antilles, où des légumes comme courgettes et aubergines sont rares et chers. Nous avons retrouvé « Odyssée » et « Moai » qui a démâté ! Nous sommes restés coincés à la marina pour que les travaux se terminent. Le problème est que les gens ne respectent rien, même pas leur rdv. Pour le déplacement de l’éolienne et le nouveau mat inox, il a fallu qu’ils viennent le jour ou nous n’étions pas là ! L’ancre a fait 2 aller-retour pour enfin être conforme. La protection pour le dinghie a du être recommandée à un autre fabricant et sera prête 1re semaine d’octobre (travail ni fait ni à faire du premier intervenant = pas contents du tout). Ti Mouss a fait une vilaine chute du bateau dans l’eau du port en sautant de la jupe sur le quai. Beaucoup d’écorchures très douloureuses. On a tout ce qu’il faut pour bien soigner, mais il faut rester vigilant, car tout peut s’infecter très rapidement si on n’y prend pas garde. Compte tenu de la qualité douteuse de l’eau du quai, nous avons un système de filtration, il s’agit d’un filtre qui coûte environ 25 à 30 € ou 300 bolos dans tous les magasins de bricolage (adoucisseurs d’eau ou piscine) avec une cartouche de 10 pouces standard (25,4 cm) identique aux cartouches dessal 5 ou 15 microns, mis en série sur le tuyau d’eau du quai et qui permet de filtrer l’eau avant d’arriver au tank. Les saletés et micropoussières ainsi retenues permettent de garder les tanks propres. La cartouche devenue noire se nettoie facilement à la pression du robinet sur le quai après chaque remplissage (redevient blanche). On peut même filtrer ainsi l’eau de pluie par simple gravité. Nous avons aussi fabriqué un système astucieux (pas de nous) de siphonnage propre pour le gasoil constitué d’une petite plaque de contreplaqué percée de deux trous du diamètre des tuyaux utilisés. Le premier tuyau sert au siphonnage, le second ne fait que traverser la plaque simplement appuyée sur l’orifice du jerrycan et sert à la mise en pression (à la bouche) du jerrycan. Ainsi le siphon s’amorce en soufflant légèrement dans ce second tuyau. Séances couture pour confectionner un taud à bâbord et fabriquer quelques pavillons français d’avance. On s’occupe, pas le temps de s’ennuyer ! Évidemment, il y a quelques apéros, le barbecue pour tout le monde le mercredi soir et le repas dominical au resto de pêcheurs à côté pour toute la colonie française... 22 h, extinction des feux (dodo).

121 PLC Fete de la ViergeNous sommes en sécurité ici à la marina. Elle est complètement fermée, entourée de clôtures et barbelés électrifiés avec des miradors occupés par des gardes armés (armes chargées). Sur notre ponton, à 15 m du bateau, un homme en arme reste toute la nuit sur sa chaise à veiller ! Nous ne sortons de la marina que pendant la journée pour aller en ville en taxi (toutes les courses sont à 20 bolivars soit 2 €). Au-delà de 18 h, toute la colonie française ici (il n’y a plus d’Américains ni d’anglais) est rentrée dans la zone sécurisée. On en parle peu, mais deux plaisanciers se sont fait tuer par balles à Margarita à la fin du mois d’août à une semaine d’intervalle. Dans un cas, le meurtre a été commis par 4 personnes, dont 3 policiers qui ont été arrêtés cette semaine avec les deux laptops dérobés... Dans l’autre, la personne a perdu la vie, car elle a été assez sotte pour se balader en ville avec une chaîne en or...
Pour toutes ces raisons liées à la sécurité (plus de 50 morts violentes par jour dans ce pays), le tourisme est en sommeil, les marinas sont à moitié vides et offrent des remises de 50 %, nous ne naviguons jamais seuls et ne restons jamais non plus seuls dans des mouillages isolés.
À part ça, tout va bien, les élections législatives viennent d’avoir lieu. Le PSUV de Chavez n’a pas remporté les 2/3 des sièges de députés comme la fois précédente en 2005 malgré une campagne électorale menée sur tous les fronts, une opposition quasi muselée et n’ayant pas accès aux médias nationalisés, et le système de vote électronique acheté aux USA... Le pays est magnifique et les gens adorables, des forêts tropicales humides aux Andes qui culminent au Venez à 5 000 m, on peut tout cultiver, on trouve au marché à la fois des mangues et des fraises, des bananes pays et des pommes !

Dans quelques jours, nous repartirons vers l’île de la Blanquilla à une centaine de milles au large, puis Margarita et Testigos pour se préparer à remonter vers la Martinique à la mi-novembre, avec juste une envie, revenir le plus tôt possible dès la fin février prochain avant de poursuivre vers la Colombie et l’Amérique Centrale. Le franchissement du canal de Panama est programmé pour le printemps 2012.

110 nav tortuga playa caldera plc temps de chien115 nav tortuga playa caldera plc arrivee plc marina peche dorade

Haut de page

Dimanche 17 octobre 2010 Puerto la Cruz vers Palanquinos (ile Tortuga) : venezuela
L 10° 59,15'N -- G 065° 20,28'W - 69 M parcourus

4 bis tortuga palanquinosNous aurions pu sans doute quitter la marina plus tôt, mais Ti Mouss a fait refaire ses verres de vue de lunettes progressives pour l’équivalent de 160 € (moitié prix de la France), même si il n’y a pas de remboursement nous nous en tirons bien ! Les verres faits en France avant le départ sont devenus tout opaques, un opticien nous a dit que le bain anti reflet mal fait n’a pas tenu à la chaleur et l’humidité, vive Atoll !

Les blessures de Ti Mouss sont aussi pratiquement guéries, restent les cicatrices : quelques-unes de plus !

Mais que pouvions-nous bien faire encore dans cette marina depuis un mois ? On ne glande pas. Beaucoup de bricolage ! La machine à coudre est sortie pour fabriquer des housses de protection contre les UV pour les bidons de gazole supplémentaires stockés sur le pont du bateau (6 bidons de 20 litres) et une toile de côté supplémentaire pour nous protéger du soleil. L’entretien du bateau ne laisse aussi aucun répit du pont aux moteurs et a l’avantage d’être beaucoup plus prenant et diversifié que l’entretien d’une maison. En clair, on n’a pas eu le temps de s’ennuyer.

4bis Tortuga Palanquinos Apero sur Microbe avec Emrener et PacificaNous avons retrouvé ici Jacques et Myriam sur Odyssée et avons fait de nouvelles rencontres, n’en reste pas moins que les « Balafenn » nous manquent, mais nous les retrouverons l’année prochaine. C’était vraiment une belle rencontre sur l’eau. Nous avons pu partager une fondue bourguignonne avec « Namasté » et « Pacifica » grâce à la location d’un studio par les premiers pour cause de pause de vernis intérieur. Eh oui ! Même à près de 40 ° C de T° ambiante ce fut un plaisir ! On se tropicalise ! Nous avons fait les formalités officielles de sortie du Venezuela, même si nous ne sortirons effectivement des eaux Venez que mi-novembre. Les prochaines semaines jusqu’à la Martinique se passeront loin de la civilisation et d’Internet.

Captain a arrêté le tabac le dimanche 26 septembre et Ti Mouss a diminué sa consommation. Succès bien fragiles pour ceux qui connaissent les histoires éculées des fumeurs ! Mais pour le moment, cela se passe bien, pas d’envies s’il pouvait retrouver 10 kg en plus...

Le 17 octobre 16 h 30, nous larguons enfin les amarres de la Marina Bahia de Redonda de Puerto la Cruz sans oublier de dire au revoir à ceux qui restent. Nous naviguons avec « Odyssée », « Emrener » et « Microbe », ce dernier étant parti devant ce matin. Vent ESE 5/6 mer formée jusqu’à 22 h, sous génois et GV 1 ris. Puis le vent tombe, moteurs jusqu’à Isla Tortuga. Nous mouillons tous les trois à Los Palanquinos près de « Microbe » à 7 h 45. Nous retrouvons aussi « Nuage » qui revient des Roques et « Gaia » puis « Simoust ». Tout ce petit monde partage pêche, baignade, bricole et apéro !


Dimanche 17 octobre 2010 Palanquinos vers Playa Caldera (ile Tortuga) : venezuela
L 10° 57,40'N -- G 065° 13,57'W - 9 M parcourus

30 Tortuga Caldera Panoramique9 h, nous quittons Los Palanquinos avec « Odyssée », « Emrener » et « Microbe » pour Playa Caldera où « Pacifica » doit nous retrouver le soir. Vent E 4/5, mer hachée, les voiles vent dans le pif restent rangées et « Ti Corail » fait le cabri. Depuis que nous avons repris la mer, nous n’avons vu que des Français ! Nous étions 8 bateaux FR dans le précédent mouillage. Ici, nous sommes à 5 bateaux à naviguer ensemble. Nous avons changé de mouillage pour être prêts au départ vers la Blanquilla. Il se trouve toutefois qu’un fort vent de NE depuis plusieurs jours nous empêchent de réaliser nos desseins. La coque est maintenant propre et Captain a eu le temps d’aller un peu chasser au fusil en plongée. 11 Tortuga Caldera Francisco et FrancisIl a tiré son premier « soleil », un poisson à chair délicate, pas gros, mais bien délicieux. Nous avons aussi cueilli en masse de la salicorne, une plante qui pousse en bord de mer et se prépare comme des haricots verts, mais à faire dessaler en plusieurs fois auparavant. Nous devions enfin partir la nuit de lundi 25 octobre pour l’ile Blanquilla puisque les vents ont commencé à mollir et à virer à l’EST, mais notre ami Yvon a eu sur son bateau un souci de santé qui va sans doute nous pousser à rester ici 48 heures de plus. 16 Tortuga Caldera Chez MunchoAppel par téléphone satellite d’un médecin au centre de coordination de Toulouse pour consultation à distance, le tout géré par le CROSS Manche (coordination recherche et sauvetage en mer pour la Manche !). Du coup, nous n’avions rien dit ou demandé aux Garde-Côtes du Venez. 2 h après, prévenus par leur hiérarchie et le CROSS français, ils ont débarqué dans le groupe de nos 5 bateaux en cherchant le bateau français qui avait des problèmes... Ce qui peut surprendre les autorités vénézuéliennes, c’est qu’un bateau français ait des problèmes dans ses eaux territoriales le 25 oct. alors qu’il en est sorti officiellement le 15 oct. selon les documents administratifs dûment renseignés et tamponnés par les différentes administrations du pays ! En fait, ils sont très sympas et nous ont accordé 24 heures de plus pour la santé de Yvon, mais ils veulent aussi qu’on s’en aille pour ne pas être embêtés par leur hiérarchie. Le lendemain, Yvon a été emmené pour consultation par un médecin sur un navire de la marine vénézuélienne et est revenu avec des laxatifs, une bride intestinale étant soupçonnée. Nous ne devions pas quitter la Tortuga avant que Yvon ne se soit libéré... Après une bonne marche sur la plage la journée de mardi, il nous a affirmé que tout allait beaucoup mieux et qu’il ne souffrait plus. Nous décidons donc de prendre la mer.

32 tortuga caldera mouillage panoramique

Mercredi 27 octobre 2010 Playa Caldera (ile Tortuga) vers La Blanquilla : venezuela
L 10° 57,40'N -- G 065° 13,57'W - 63 M parcourus

71 Blanquilla Playa Yaque MouillageNous levons l’ancre à 4 h du matin vers la Blanquilla. La mer ne nous a pas fait de cadeau. Marie, la compagne de Yvon nous confirme d’ailleurs que la navigation a été très pénible pour lui et que Yvon avait beaucoup de mal à effectuer les manœuvres... Nous mouillons à Playa Yaque de La Blanquilla à 17 h. Jeudi 28 octobre, devant les douleurs au ventre de Yvon, les garde-côtes contactés décident de le faire évacuer vers un hôpital, probablement par hélico. Yvon nous laisse les clés de son bateau au mouillage et nous dit l’essentiel pour en prendre soin et le conduire en cas de besoin. Il est ainsi évacué avec sa compagne Marie en milieu de journée.

70 blanquilla playa yaque mouillage panoramique

Vendredi 29 octobre 2010 Playa Yaque (La Blanquilla) vers Juangriegos (Margarita) : venezuela
L 11° 04,93'N -- G 063° 58,59'W - 72 M parcourus

97 Margarita Juangriego Cyclone TomasAprès une heure de cueillette de salicorne à terre, 2 heures de chasse sous-marine et de cueillette de burgaux (hybride entre le bigorneau et le bulot) et de gros oursins, nous nous préparons à déguster tout cela sur la plage avec l’apéro. Nous n’en aurons pas le temps, un gros hélicoptère de l’armée nous survole par deux fois à très basse altitude en diffusant par haut-parleurs « ordre d’évacuer, alerte tempête tropicale » le tout en Espagnol, et nous, nous n’avons rien compris, nous leur faisons de grands signes pour les saluer et les remercier, car nous croyons que Yvon et Marie sont dans cet hélico ! Nous avions appris qu’ils n’étaient pas encore évacués, les différents vols de la veille ayant été annulés.

De facto, quelques min après, une embarcation des garde-côtes vient voir tous les bateaux pour leur ordonner d’évacuer l’île de la Blanquilla et de se réfugier à l’île de Margarita à 70 milles dans le Sud-Est. Nous refusons tout d’abord, nous sentant en parfaite sécurité sous le vent de notre île.

Et puis, il y a le bateau de Yvon que nous ne pouvons abandonner. Après une heure de négociation avec les garde-côtes, Captain leur montre comment se servir du bateau pour qu’ils l’emmènent dans une petite crique au sud de l’île où il sera à l’abri de la tempête...

92 margarita juangriegos mouillageNous partons tous vers 14 h à pleine vitesse (heu... environ 7 nœuds) vers le SE pour échapper à l’ouragan TOMAS qui arrive. En communication permanente sur la VHF canal 69 nous avons tous gardé notre humour, sans doute pour cacher notre angoisse... Nous arriverons ainsi à 1 h du mat samedi 30 à Juan Griegos, un petit port de pêche de la côte nord de Margarita. Arrivée de nuit dans le port au milieu des lanchas non éclairées, un peu sportif !

Samedi 30 octobre, nous restons au mouillage sans débarquer, nous sommes officiellement sortis du pays depuis 15 jours. Nous surveillons la météo et l’avancée de TOMAS. Déjà, dans le groupe, il est suggéré de partir ensemble aux Testigos vers l’Est dès lundi, mais nous retournerons en fait à la Blanquilla pour retrouver le bateau de Yvon et tout vérifier, et rester là-bas en attendant son retour avec Marie. Dimanche 31 octobre, bien que nous ayons eu envie d’aller faire un tour au marché pour tenter de nous ravitailler en légumes frais, nous en avons été rapidement dissuadés par une belle houle de deux mètres venant du nord et générée par l’ouragan TOMAS, rendant ainsi impossible tout débarquement. 48 h fatigantes ! Nous avons des nouvelles d’Yvon : coliques néphrétiques, qu’est ce qu’il a dû souffrir...

Haut de page

Lundi 1 novembre 2010 Juangriegos (Margarita) vers Playa Yaque (La Blanquilla) : venezuela
L 11° 04,93'N -- G 063° 58,59'W - 72 M parcourus

131 BlanquillaTOMAS s’éloigne, nous partons à la pointe du jour vers la Blanquilla avec un fort vent d’Est 15 à 20 nd et des creux allant jusqu’à 3 mètres pour les vagues les plus hautes. La navigation a été rapide avec des surfs à 9,3 nd pour nous. La pluie était aussi de la partie et nous sommes arrivés quelque peu humides au mouillage de Playa Yaque vers 14 h. Repos, le voilier de Yvon est toujours là et tout le monde est allé au lit de très bonne heure pour une nuit réparatrice. Mardi 2 novembre, le beau temps est revenu, nous avons des nouvelles de Yvon qui est hospitalisé à... Margarita ! Il est en cours de traitement et il n’y a plus qu’à attendre. Nous sommes allés ramasser des burgaux que nous avons dégustés le soir même ! Nous allons peut-être enfin pouvoir nous reposer et profiter de ce paradis terrestre ! 132 Blanquilla degustation BurgotIl restait à vérifier le bateau de Yvon avec les gardes Cotes et puis nous pourrons attendre Yvon et Marie en vivant de chasse et de cueillette... Cerise sur le gâteau, nous sommes accompagnés le soir pour notre sommeil par les braiments des ânes sauvages qui peuplent l’île ! Nous avons aussi au moins un locataire, Ti Bébert, notre margouillat vénézuélien installé à bord il y a quelques semaines. Mardi on se dit tous enfin une journée cool, « Odyssée » répare son guindeau, « Ti Corail » fait son pain et ses yaourts, nous allons tous à la pêche aux burgaux pour les déguster dans une bonne ambiance sur « Microbe » et vers 21 h patatras : le vent se lève avec une forte houle, les bateaux évitent l’arrière tourné vers la côte... chacun aspire à retrouver son bateau pour en assurer la sécurité, remonter dans les annexes est sportif ! La nuit sera moins cool, nous faisons des quarts sur chaque bateau...

106 blanquilla pte de la aguada

Jeudi 4 novembre 2010 Playa Yaque (La Blanquilla) vers Playa Falucho et retour Playa Yaque : venezuela
L 11° 04,93'N -- G 063° 58,59'W - 7 M parcourus

167 Blanquilla Anse Falucho Colibri« Ti Corail » prend la mer avec Marion de » Microbe « à bord pour rejoindre Playa Falucho, où se trouve la base de la Guarda Costas. Nous retrouvons le jeune militaire à qui nous avions confié le bateau et la discussion s’engage grâce à l’espagnol de Marion. Il est d’accord pour nous emmener avec une de ses embarcations sur le bateau de Yvon pour que nous puissions tout vérifier. Ainsi, nous avons pu vider et nettoyer le frigo, jeter toutes les denrées périmées, vérifier les batteries, l’absence d’eau dans les cales, mettre en place la main de fer sur la chaîne d’ancre. Les garde-côtes ont pris un soin réel du bateau en le mettant à l’abri dans une petite crique de la côte sud. Nous pouvons retourner à Playa Yaque !

173 Blanquilla Anse Falucho Penero Guarda CostasNous avons fait des BBQ sur la plage avec oursins, burgaux, poissons accompagnés de vins chiliens et rhum. “Microbe” et “Pacifica” ont pris la mer dimanche direction Sainte-Lucie. Soirée fête mémorable à bord de « Ti Corail » la veille. Quand à “Odyssée”, il est parti lundi pour les Grenadines. Yvon et Marie ne reprendront “Emrener” que début décembre, nous ne pourrons pas les attendre, nous sommes attendus en Martinique début décembre. Nous décidons de profiter encore un peu de La Blanquilla, de continuer à vivre les Robinson devant cette île occupées par les lézards, ânes sauvages, faucons huppés, frégates, pélicans et perroquets... mais la forte houle d’Ouest qui rentre dans le mouillage depuis plusieurs jours et empêche toute activité quelle qu’elle soit a eu raison de notre désir de rester à Playa Yaque.

178 blanquilla anse falucho peneroPar exemple, hier en fin d’après-midi, nous avons quand même décidé d’aller chercher de la salicorne. Annexe laissée au mouillage devant les deux palmiers dans la houle, nage jusqu’au rivage, atterrissage en rouler bouler sur la plage grâce aux rouleaux, cueillette d’une grande poche de salicorne à toute vitesse pour limiter l’impact des moustiques voraces de la lagune, puis franchissement des rouleaux au retour, nage avec notre butin vers l’annexe. Récompensés de nos efforts par la vue de 2 faucons huppés : magnifiques ! Tout cela pour dire que c’est vraiment dommage, on ne peut pas ramasser les burgaux, car les vagues sont trop fortes dans les rochers, l’eau est trouble pour la plongée, etc.


Mercredi 10 novembre 2010 Playa Yaque (La Blanquilla) vers Playa Real (Les Testigos) : venezuela
L 11° 22,98'N -- G 063° 08,19'W - 98 M parcourus

263 Testigos Playa Real Retour de pecheNous partons directement pour les Testigos et nous éloigner de la source de la houle, à 13 h 30 lever d’ancre. Nous arrivons le 11 novembre à Playa Real aux Testigos, après 24 heures de nav difficiles et épuisantes dans une mer de face hachée et qui ne nous a pas fait de cadeau. Il a fallu lutter contre le vent et le courant, slalomer entre les pêcheurs et leurs filets dérivants la nuit sur le tombant du plateau, là où les fonds passent très rapidement de plus de 1 000 m à 50 m, lieu de prédilection des bateaux de pêche dans le monde entier. Petit repas rapide, et grosse sieste pour récupérer de la nuit sans sommeil. Vendredi, nous sommes allés ramasser des burgaux, Captain a dû se faire mal au dos en déplaçant les roches dans l’eau. Nous avons invité à l’apéro les équipages des 2 autres et seuls bateaux présents sur le mouillage, Jean-Pierre et Françoise sur “Gentiane”, Maria sur “Agua”. Nous les avions déjà rencontrés au mois d’août et ils nous avaient prodigué de précieux conseils sur le Venez.

Ces 2 bateaux nous ont d’ailleurs fait un accueil chaleureux, le 1er nous ayant offert 2 langoustes brésiliennes pêchées du matin, le second 2 pagres (un excellent poisson) chassés aussi le même jour. Un autre bateau nous a rejoints sur le mouillage hier après midi. Nous avons tous dîné ensemble de la pêche du jour préparée par Françoise, dont d’excellentes langoustes. Nous ne savons pas encore combien de temps nous allons rester ici, car la météo n’est pas favorable pour notre remontée.
331 testigos playa real vilain tempsLes journées sont assez peu ensoleillées. Nous sommes allés avec Maria de “Agua”, Sandrine de “Namaste” et Vanessa de “Toumai” sur l’ilot d’Iguana pour y rencontrer la directrice de l’école et en profiter pour visiter le village. Les maisons en dur et colorées des familles sont alignées en bordure de la plage sur la façade est de l’îlot. Des centaines de nasses sont là entassées au pied des mancenilliers, un cochon est attaché au pied d’un palmier tandis que la musique est partout présente dans le village et que quelques pêcheurs jouent à la » balle ». L’école est superbe. Un penero parcourt le matin vers 7 h 30 puis vers 11 h 30 tous les îlots pour ramasser puis déposer les enfants, il s’agit du transport « escuela ». Cette sortie a été très sympathique. Le soleil a vite ensuite franchi l’horizon et nous avons sacrifié à l’apéro et à la traditionnelle scopa. La nuit a été beaucoup plus agitée en raison de forts et nombreux orages avec du vent d’Ouest et de la houle qui ont fait danser les bateaux toute la nuit. Peu de gens dormaient sur le mouillage entre 1 h et 3 h du matin afin de surveiller un éventuel dérapage.

318 testigos playa real anniv felice dance au clair de luneLa quantité d’eau tombée a été importante au point de remplir tous nos seaux et bassines. Nous avons fêté l’anniversaire de Felice, un des fils de Nelly. La soirée a été très animée et sympathique dans la tradition des Testigos. Tous les bateaux étaient invités et ce fut une grande fête. Nous partîmes les derniers sous la pleine Lune déjà haute dans le ciel. Le vent est bien monté en fin de nuit conformément aux prévisions.
Le lendemain, partie de chasse avec Maria et Vanessa au sud de Testigo Grande. Il fait beau, mais la mer est forte. Après une bonne dizaine de minutes de navigation en annexe de face dans un fort clapot, le tableau arrière de l’annexe supportant le moteur commence à se fendre. Nous avons alors contacté notre concessionnaire puis Caribe France pour convenir de ce qu’il convient de faire.

321 testigos playa real pecheCela dit, la pêche n’a pas été mauvaise avec une langouste, un mérou et un pagre. Les après-midi, nous allons rendre visite à Nelly et sa famille sur l’île lorsque le temps le permet ! Nous passons des moments sympas sur les différents bateaux, et même si tous les garde-manger sont pauvres, nous partageons nos denrées. Le stress monte sur « Ti Corail » des amis arrivent le 4/12 en Martinique et nous sentons que nous n’y serons jamais à temps... Mais la météo est trop mauvaise, un gros cata a essayé de remonter sur l’Arc Antillais, il a dû faire demi-tour, il faisait du sur place dans une mer avec 4 à 6 m de creux... Puis 3 bateaux ont tenté de partir en direction de l’Arc Antillais, l’un est arrivé à Grenade avec beaucoup de peine après avoir cassé la bôme et déchiré sa GV, pas de blessé à bord. L’autre est arrivé aussi après plus de 50 heures de navigation dans une mer forte avec des vents entre 20 et 35 nd, une houle de 3 à 4 mètres, sous les nombreux grains et n’a dû son salut qu’à sa coque en acier capable d’affronter le mauvais temps et à leur expérience.

282 testigos playa real fouQuant à « Namasté », il a dû faire demi-tour et revenir sur notre mouillage à Playa Real après avoir bataillé pendant 24 heures en risquant de casser le bateau dans la forte mer, en raison des chocs très violents encaissés dans les vagues. La petite fenêtre météo dont ils ont voulu profiter n’était à peine qu’une petite lucarne sinon un judas. Ti Mouss s’est probablement fracturé un petit doigt de pied en heurtant une pédale de pompe à pied devant l’évier. Nous nous sommes retrouvés chez Nelly avec d’autres équipages de bateaux ainsi que des Garde-côtes pour fêter le troisième anniversaire de la petite Michèle. Ce fut une jolie fête avec les chants accompagnés à la guitare de ses oncles. Il est émouvant de voir comment les bateaux sont intégrés lors de ces occasions aux familles de pêcheurs. Au retour, Sandrine et Yvan sont restés à bord de « Ti Corail » et nous avons terminé la soirée ensemble devant un plat de pâtes. Une entraide règne ces dernières semaines entre les divers bateaux présents à Playa Real et passons de bons moments ensemble en attendant tous la FENÊTRE météo. Felice nous a emmenés sur sa lancha pour pêcher au filet.
Une petite fenêtre s’offre à nous lundi, on part avec « Namasté » « Gentiane » et « Agua », sans oublier de dire au revoir avec une certaine émotion à Nelly et sa famille...

285 testigos playa real anniv felice

 

Haut de page

 

logoarticle   23/12/2010

 

carte ticorail remonte en martinique fus 

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

- Décembre 2010 -- Remontée sur la Martinique : Testigos, Grenade,  Grenadines, Ste Lucie, Martinique



Lundi 6 décembre 2010 Playa Real (Les Testigos) vers Grenade Saint-Georges : grenade
L 12° 02,50'N -- G 061° 45,53'W - 126 M parcourus

Levé l’ancre à 7 h avec les 3 bateaux copains. Bye bye les Testigos. Vent E 4/5, forte houle N et fort courant. Nous naviguons sur des montagnes russes, la route est difficile à tenir, nous partons sur Porto Rico ! Faut tirer des bords. Peu après 10 h de nav, « Gentiane » et « Agua » nous annoncent par VHF qu’ils décident de faire demi-tour : trop dur. Nous faut qu’on tienne, nous sommes attendus. Nous continuons avec « Namasté ». Route en zigzag, pour que « Ti Corail » ne tape pas trop. À 6 h 30, le jour se lève : terre en vue. Arrivée mardi 7 à 10 h à Grenade, mouillage de Saint-Georges. Tous crevés, mais arrivés, ce n’était pas gagné d’avance ! Pas de repos, plein de gasoil quelques courses pour reprendre la mer avec une météo toujours exécrable, mais faut y aller !


Jeudi 9 décembre 2010 Grenade Saint-Georges vers Union Grenadines : st vincent et grenadines
L 12° 36,23'N -- G 061° 26,93'W - 50 M parcourus

Levé l’ancre 7 h 30 de Saint-Georges avec « Namasté » .Temps gris, nous longeons la côte sous le vent de Grenade. Vent ENE 5/6 houle N, GV 1 ris + Génois. Route directe impossible, faut tirer des bords. L’idée initiale d’arriver à Mayreau est abandonnée, tous trop fatigués et mouillage sûrement peu abrité. Arrivée à 17 h à Chatham Bay d’Union. Nous voici aux Grenadines. « Namasté » a des problèmes de moteurs qu’Yvan réussit à corriger.

3 Nav Grenade Union Union en vue ouf

Vendredi 10 décembre 2010 Union Grenadines vers Bequia Grenadines : st vincent et grenadines
L 13° 00,05'N -- G 061° 14,70'W - 38 M parcourus

9 h Levé l’ancre du mouillage de Chatham Bay, après une nuit dans les rafales. Vent E 5/6 mer formée, houle N avec fortes vagues de vent, ça tape on enfourne, les vagues viennent s’écraser au-dessus de « Ti Corail », on est douché ! Pauvre « Ti Corail »... En pleine saison touristique, il n’y a personne sur l’eau sauf « Ti Corail » et « Namasté » ! Tout comme nous ils ont un RV en Martinique. À 15 h arrivée à Bequia mouillage Admiralty Bay. Malgré la fatigue, Yvan nous prépare une pissaladière et une tarte au citron maison que nous apprécions tous les six à leur juste valeur, sur « Ti Corail ».

8 Bequia Pissaladiere et tarte au citron preparees par Namaste

Haut de page

Samedi 11 décembre 2010 Union Grenadines vers Rodney Bay Sainte-Lucie : st vincent et grenadines
L 14° 04,82'N -- G 060° 57,40'W - 70 M parcourus

6 h 30 Levé l’ancre, tous avec une fatigue qui s’accumule... Vent E 4/5. GV + Génois. Le canal de Béquia passe bien. Au moteur sous le vent de Saint Vincent, nous mettons un peu d’ordre sur « Ti Corail ». Quant au canal de Sainte-Lucie, c’est une nav comme on en rêve depuis un bon moment, entre 6 et 7 nd avec une houle longue. Les bateaux glissent. Moitié voiles moitié moteur sous le vent de Sainte-Lucie pour arriver à 17 h à Rodney Bay.


Dimanche 12 décembre 2010 Rodney Bay Sainte-Lucie vers Le Marin Martinique : france martinique
L 14° 28,04'N -- G 060° 52,44'W - 30 M parcourus

9 Nav Ste Lucie Martinique NamasteLevés tôt nous avons profité d’une forte rosée matinale pour dessaler « Ti Corail ». 8 h 30 Levé l’ancre avec « Namasté » pour rejoindre le Marin en Martinique, il fait beau ! Vent E 3/4, forte houle NE mais longue. GV + Génois. À 5 M des côtes martiniquaises nos routes se séparent avec « Namasté », ils vont rejoindre « Microbe » et « Pacifica » anse d’Arlet, à bientôt...
Arrivée à 15 h au mouillage du Marin en Martinique après une belle nav : enfin ! Pas le temps de chômer, demain midi nos amis arrivent à bord.
Finis les mouillages paradisiaques du Venez, nous retrouvons le monde et les bateaux charter....


Lundi 13 décembre 2010 Le Marin Martinique vers Sainte-Anne : france martinique
L 14° 26,12'N -- G 060° 53,02'W - 3 M parcourus

Après avoir fait des courses et les formalités de douane, nous retrouvons nos 3 amis au « Mango Bay » du Marin. C’est un plaisir de se retrouver, ce n’était pas gagné. Notre fatigue s’évanouit dans le but de leur rendre ce séjour sinon inoubliable au moins sympa !
15 h 30 Levé l’ancre du mouillage du Marin pour celui de Sainte-Anne.


Mercredi 15 décembre 2010 Sainte-Anne Martinique vers Gde Anse d’Arlet : france martinique
L 14° 30,14'N -- G 061° 05,14'W - 15 M parcourus

Levé l’ancre à 13 h 30, nav sympa vent NE 3, pas de mer, super la météo est avec nous ! Pierre pêche à la traîne et attrape une bonite qui finira crue en marinade et en papillotes au BBQ. Chacun prend à son tour la barre. Arrivée à 17 h 30 au mouillage de Grande Anse d’Arlet, que de bateaux ! Apéro puis une bonne nuit. Les tortues sont au rendez-vous. Nous passons 2 jours baignade, petits tours à terre sans oublier l’anniversaire d’Éveline arrosé avec foie gras et bulles !

43 Nav Martinique Ste Anne Gde Anse Arlet Betty Pierre Agnes44 Nav Martinique Ste Anne Gde Anse Arlet Pierre Peche

Samedi 18 décembre 2010 Ste Gde Anse d’Arlet Martinique vers Sainte-Anne : france martinique
L 14° 26,08'N -- G 060° 53,00'W - 16 M parcourus

0900h Levé l’ancre. Vent ENE 4/5, des grains que nous évitons en tirant des bords. À 13 h 10 arrivée au mouillage de Sainte Anne. Beaucoup de bateaux... nous avons du mal à nous y faire... Nous retrouvons les gens de Sainte-Anne contents de nous revoir. Le dernier jour du séjour de nos amis à bord n’est pas très ensoleillé, mais en métropole le temps n’est pas sympa du tout = consolation ! Dimanche soir, ils prennent l’avion pour le grand froid, l’ambiance de séparation n’est pas sans émotion. À bientôt sous d’autres latitudes. Quant à nous à 19 h nous étions couchés et levés à 7 h le lendemain. Nous allons nous reposer un peu, traiter les ti bobos de « Ti Corail », de l’équipage : médecin, dentiste, les papiers administratifs... Nous ne quitterons pas le coin entre le Marin et Sainte-Anne afin d’être sûrs d’être présents à l’arrivée de tite sœur d’Agnès !


56 Nav Martinique Ste Anne Gde Anse Arlet Eveline70 Martinique Gde Anse Arlet Mouillage Anniv Eveline

Voir Articles Année 2011

 

Haut de page