logoarticle   23/08/2010

 

 carte venezuela aout 2010

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

Vénézuela : Les Iles Testigos, Ile Margarita, Ile Cubagua, Puerto la Cruz

 

Vendredi 13 août 2010 Grande-Anse (Grenade) aux Testigos (Vénézuéla) : venezuela
L 11° 22,97'N -- G 063° 08,18'W — 95 M parcourus

33 Les TestigosMatinée à refaire le gréement de la GV : réussite, bravo Captain. Départ de Grande Anse à 16 h 30, bye bye les Antilles, nous partons pour le continent sud-américain. Vent SE 5 GV 1 ris + génois. Nous avançons entre 6 et 8 nd. Quelle belle nuit, pas de grain, le plancton rend le sillage rempli de lucioles, le ciel est rempli d’étoiles filantes et d’éclairs des orages qui nous évitent ! Quelques cargos et quelques pêcheurs nous tiennent éveillés ! À 5 h 30 le jour pointe son nez et l’on aperçoit l’Archipel des Testigos. Passage entre Ile Conego et Ile Rajada puis entre Testigo Grande et Ile Iguana. À 9 h 15, nous mouillons devant Playa Real, isthme de sable blanc entre Testigo Grande et Testigo Pequeno. Les couleurs sont superbes, les oiseaux nous accompagnent. Francis et Jean-Michel vont faire les formalités à l’ile d’Iguana, nous obtenons un permis de 48 h par la Guarda Costa. La baignade est un peu limitée en raison de la forte concentration de grosses méduses apportées par les vents de Sud... Nous faisons une balade sur terre. Et faisons la connaissance de Nelly et Chonchon dans leur arche de Noe. Nelly allongée dans son hamac en filet de pêche nous invite à nous asseoir pour papoter. Ils ont 2 bébés pétrels qu’ils soignent ainsi que des pélicans blessés. Nous leur avons commandé 4 poissons à prendre vers 17 h. Au moment d’aller les chercher, plus de poissons pour le dîner, Nelly semblait bien embêtée, mais nous n’avons pas tout compris de ce qu’elle nous a dit. Jean-Michel et Captain sont donc allés sur un bateau de pêche (une lancha) mouillé dans la baie pour essayer de trouver du poisson. Ils se sont retrouvés dans la cale du bateau à choisir un thon puis à négocier le prix avec des pêcheurs très sympas qui ne voulaient même pas être payés. Ils voulaient même nous rendre l’argent si on faisait l’aller-retour à terre avec notre dinghy pour ramener à bord une de leurs familles... Encore plus tard, Nelly est venue nous voir avec du poisson qu’elle était allée chercher sur Iguana... Que d’aventures pour finalement inaugurer le barbecue récemment acheté à Grenade ! Nous y avons aussi rencontré une Française, Maria qui vient ici seule avec son bateau depuis 25 ans et qui a été la première femme et Française à être acceptée pour conduire les peneros (embarcations rapides pour aller à la pêche) et gagner ainsi sa vie. Nous devions partir lundi matin vers Margarita, mais le temps est pluvieux et bouché avec du vent de Sud-Ouest ! Donc, on reste jusqu’à mardi.

1 nav grenade les testigos46 les testigos 19 ter les testigos chez chenchen et nelly petrels


Mardi 17 août 2010 Testigos (Venezuela) à Margarita : venezuela
L 10° 57,03'N -- G 063° 49,93'W — 49 M parcourus

8 h 369 nav les testigos margarita peche carangue0 levé l’ancre et faisons route vers Porlamar sur l’île de Margarita. Vent SE 3 GV + GNK, « Ti Corail » glisse sur l’eau. La côte SE de Margarita est remplie de buildings, nous avions perdu l’habitude de ce genre de panoramique ! Nous rentrons dans la baie de Porlamar, accueillis par les dauphins et mouillons à 18 h 30. Au cours de cette journée de navigation, nous avons pris encore une jolie carangue de 7 kg qui a mis 20 minutes pour accepter de monter à bord. Marinade de poisson et barbecue... et congélateur sur « Balafenn ». Nous ne devions rester qu’une nuit à Margarita, mais nous sommes allés le lendemain matin voir Loïc, un français sur son bateau qui anime un réseau radio tous les matins à 8 h sur 6 905 kHz (USB, J3E) entre tous les voiliers présents dans les Caraïbes pour faire circuler toutes les informations utiles aux bateaux et organiser l’entre-aide quand elle se révèle nécessaire, comme faire transiter des pièces détachées par voilier quand quelqu’un se trouve en difficulté dans un endroit complètement isolé. Nous avons obtenu plein d’infos et avons pu en particulier aller changer des dollars en bolos (bolivar fuerte) à un taux intéressant grâce à un certain M... chef de penero (la pirogue rapide) et ses acolytes à terre (petit circuit en taxi avec procédure d’échange en cours de route pour ne pas se faire repérer par la Guardia Civil). Nous avons pu aussi faire le plein de gazole (60 l) avec le même M... qui est revenu avec sa pirogue et ses bidons de gazole à 12 centimes d’euros le litre !

63 nav les testigos margarita dauphins72 margarita porlamar mouillage

Haut de page

Jeudi 19 août 2010 Ile Margarita (Venezuela) à Ile Cubagua : venezuela
L 10° 49,54'N -- G 064° 09,93'W — 25 M parcourus

Nous sommes partis de Margarita ce matin pour rejoindre l’île de Cubagua où nous mouillons à 13 h 30 dans l’Ensenada de Charagato, à 50 m devant le poste de Garde-côtes établi sur cette île habitée par quelques campements de pêcheurs, dans 8 m d’eau devant une île encore déserte paysage Far W. Nous avons aussitôt été accueillis à la radio par le Chef de Poste des Garde-côtes, ils sont 3 personnes à surveiller l’île ! Nous leur avons alors rendu une visite de courtoisie et le Chef était flatté qu’on vienne le voir avec ses deux jeunes hommes dans son poste sur lequel flotte le pavillon vénézuélien. Pour le moment, nous trouvons les Vénézuéliens charmants et très accueillants. Le pays reste à découvrir, mais ses îles sont déjà un paradis et nous n’en sommes qu’au début.

98 cubagua mouillage92 cubagua

Vendredi 20 août 2010 Ile Cubagua (Venezuela) à Puerto la Cruz : venezuela
L 10° 49,54'N -- G 064° 09,93'W — 25 M parcourus

Départ 6 h, au lever du soleil, mer plate = moteur ! Direction Puerto la Cruz à la Marina Bahia de Redonda pour faire les formalités officielles d’entrée dans ce vaste pays et découvrir les terres continentales en laissant les bateaux en toute sécurité. Voilà pour le moment, tout va bien, on a déjeuné ce jour en dehors de la marina pour 55 Bolos = 5,5 € par personne. Nous faisons donc les formalités d’entrée et sortie ici avec José Brotons et son agence TTS, les papiers sont faits pour 250 Bolos = 25 €. Les formalités d’entrée et de sortie seront à faire impérativement dans le même port, sinon embrouille ! Nous sommes à Puerto la Cruz pour quelques jours en Marina, obligatoire ici (cause sécurité), elle est gardée par des hommes armés qui tournent jour et nuit ! La vie en Marina est faite de tout ce que l’on ne peut pas faire au mouillage : grosses lessives avec T° élevée, grand lavage du bateau int et ext et quelques travaux d’entretien. Nous allons aussi faire faire une couverture d’annexe pour la protéger. Nous sommes encore avec nos copains « Balafenn », mais allons bientôt nous quitter, snif ! eux montent à Curaçao pour rentrer en France puis au retour vont à Cuba et USA. Nous nous restons dans le Venez jusqu’en novembre pour retourner ensuite sur les Antilles. Mais nous nous retrouverons pour traverser le Pacifique !

Nous avons reçu un mail de Floride, John et Sheila ont trouvé notre bouteille avec le message, jetée à la mer pour Noël en Transat ! Sympa non ?

120 puerto la cruz 126 bis puerto la cruz128 puerto la cruz armada francaise

Nous sommes plus ou moins coincés dans la marina. Samedi nous avons pris l’annexe de Jean-Michel pour aller dans la cité lacustre où il y a un centre commercial. Nous avons fait à peu près ¾ d’heure de zodiac et au court de ce trajet nous avons découvert un monde à part. Des centaines de demeures de milliardaires longent les bras de mer avec bateaux (et pas petits !) mouillés à leurs pontons personnels. Nous arrivons à un immense centre commercial, rempli de boutiques (hé oui Mac'Do sévit ici aussi !) et un grand super marché très bien achalandé. Nous y faisons quelques courses et repartons (l’argent planqué dans le slip !). Pendant tout ce parcours, nous voyons des gardes et de la sécurité partout ! Comment une telle richesse peut exister, sachant que la plupart de la population du Venez est pauvre. Certainement que tous ces gens profitent des richesses qu’amènent le pétrole, la drogue ou font partie de la cour de Monsieur Chavez ? Dimanche midi (et surtout pas le soir) nous sortons un peu de la marina pour nous rendre dans un petit resto où apparemment tous les équipages de bateaux se rendent. Pour 60 Bolos (6 €) nous mangeons un grand plat de poissons accompagné de frites et de salade et buvons quelques bières, plus un café. Le monde ici n’a rien à voir avec ce que nous avons vu hier. Maisons pas finies ou en ruines. Grilles à toutes les portes et les fenêtres. Enfants jouant dans la rue pieds nus. Je pense que le vrai Venez c’est malheureusement cela : « Les Barios » !

Haut de page