logoarticle   02/03/2017

 

mouillage ste anne

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos


- Ti Corail en Martinique

Vacances de Gabriel

 


Martinique – Anse Caritan france martinique

Nous sommes encore pour quelques semaines au mouillage de l’Anse Caritan.

Nous retrouvons France, la toiletteuse de Mini Mouss, qui a la gentillesse de venir à bord de« Ti Corail » pour exercer ses talents.

1 Toilettage heidi

Notre dessalinisateur a toujours un débit plus faible qu’attendu et en milieu de mois, nous envoyons le bloc membranes en vérification chez Caraïbe Marine. L’ensemble est déclaré bon avec un débit de 60 l/h, sur le banc d’essai. Notre frigo fait toujours des caprices et il nous faut penser à demander une intervention.

Nous passons encore de bons moments avec tous les amis et copains de bateaux qui vont et viennent.

Le 21 janvier, nous passons la journée au mouillage du Petit Versailles pour qu’un spécialiste du froid (Pascal) intervienne avec succès enfin sur notre frigo.

Chaque jour, nous avons de bons contacts radio BLU avec des bateaux en transat vers les Antilles tels « Yeratel », « Daphi » et « Espallut ».

La fin du mois de janvier est consacrée à la préparation de la cabine pour l’arrivée d’un de nos petits-enfants : Gabriel !

 

Lundi 01 Février 2016 – Martinique – Anse Caritan vers Martinique – Grande Anse d’Arlet france martinique
L 14° 30,29 N -- G 061° 05,38 W – 32,5 Milles parcourus

8 h 30, levé l’ancre, vent d’Est force 4, nous faisons route sous 1 ris vers le Diamant. Nous mouillons à Grande-Anse un peu avant midi dans la partie nord à proximité de la plage.

 

Jeudi 04 Février 2015 - Martinique – Grande Anse d’Arlet vers Fort-de-France - Baie des Flamands france martinique
L 14° 35,97 N -- G 061° 04,12 W – 10 Milles parcourus

8 h 45, levé l’ancre, nous appareillons de Grande-Anse et longeons tranquillement la côte pour jeter un coup d’œil aux différents mouillages de l’anse Dufour, l’anse Noire, l’anse à l’Âne avant de mouiller en baie des Flamands en milieu de matinée. Le mouillage semble correct sous le fort Saint-Louis et nous regrettons essentiellement le va-et-vient incessant des navettes à passagers.

Le lendemain, vendredi 05, nous devons récupérer en fin d’après-midi, notre petit-fils Gabriel à l’aéroport. Toutefois, dès le matin, un BMS (Bulletin Maritime Spécial) est diffusé annonçant un coup de vent de Sud en début d’après-midi. Effectivement, dès 14 h, le vent tourne au Sud et monte très rapidement entre 25 et 30 nd avec de fortes rafales. Le mouillage paisible devient dangereux. Nous rajoutons de la chaîne et notre mouillage tiendra. Toutefois, l’inquiétude est là quand nous voyons d’autres bateaux déraper, remouiller ou manquer de percuter d’autres bateaux. Nos amis de « Gentiane » auront cette mésaventure qui heureusement se terminera sans casse.

En fin d’après-midi, le vent est un peu moins fort, mais la tranquillité n’est pas encore retrouvée.

Nous récupérons « Gabriel » un peu fatigué après son long voyage depuis les monts d’Arrée en Bretagne.

 

Samedi 06 Février 2015 - Martinique – Fort-de-France - Baie des Flamands vers Grande Anse d’Arlet france martinique
L 14° 30,30 N -- G 061° 05,40 W – 7 Milles parcourus

8 h 30, levé l’ancre, nous quittons Fort-de-France avec un fort vent d’Est 6 Bf et rafales 7 Bf … « Ti Corail » file à 8 nd dans la baie au grand largue avec Gabriel à la barre.

Nous mouillons à Grande-Anse en milieu de matinée. Il y a toujours beaucoup de vent et nous voyons les bateaux danser sur leurs bouées. Nos amis de « Synga » et « Horizons » sont aussi au mouillage, bientôt rejoints par « Gentiane ».

Nous passons plusieurs jours très agréables au mouillage avec notre petit Gabriel.

 

Samedi 13 Février 2015 - Martinique – Grande Anse d’Arlet vers Anse Caritan france martinique
L 14° 25,67 N -- G 060° 53,26 W – 33 Milles parcourus

6 h 15, levé l’ancre, vent faible, la mer est belle, et nous en profitons pour faire route directe avant que la mer et les vagues ne se lèvent.

La pioche est descendue vers 9 h 30. Super ! Nous allons encore profiter quelques jours de la présence de Gabriel avant son retour en Bretagne le 19 février.

Nous recevons de mauvaises nouvelles de la famille du Captain et il doit rentrer en métropole, mais il ne pourra partir que le jour suivant faute de place.

 

Martinique – Anse Caritan france martinique

Le 18 février, nous entrons à la marina pour mettre « Ti Corail » à quai, en sécurité avecTi Mouss à bord. Le lendemain, notre petit Gabriel nous quitte pour rejoindre la Bretagne. Ti Mouss va profiter de l’absence du Captain pour faire plein de choses à bord qui sont plus facilement réalisables quand le bateau est à quai.

Ti Mouss fait aussi connaissance du bateau voisin « Indigo » à bord duquel naviguent Benoît et Chantal.

6 Ti corail et indigo

Le Captain est de retour à bord le 7 mars après le décès de sa maman une semaine plus tôt et, compte tenu du tarif mensuel de la marina (équivalent à environ deux semaines de tarif journalier), nous décidons d’y rester un mois pour continuer à nous occuper du bateau.

10 Mini mouss12 Soiree avec duo

Le Captain fait remplacer une des membranes de notre dessalinisateur probablement défectueuse (débit toujours très insuffisant). Nous nous séparons de notre téléphone IRIDIUM qui ne nous est plus utile ainsi que de notre VHF Raymarine qui nous a causé beaucoup de soucis. Nous n’avons plus de signal en provenance de notre girouette-anémomètre et le Captain monte au mat pour une réparation au ruban auto-vulcanisant (pour permettre de conserver au sec la prise mâle de cet appareil dont la tête cuite par le soleil est fendue).

Notre séjour à la marina s’achève ainsi le 18 mars et nous rejoignons le mouillage de l’Anse Caritan, tout heureux de retrouver l’eau libre.

 

Martinique – Anse Caritan france martinique

Le dessalinisateur est essayé à nouveau et le débit proche de 54 l/h. Ce n’est pas le top et il est possible que les clapets de la pompe soient quelque peu fatigués selon l’avis du spécialiste de Caraïbe Marine.

Le 21 mars, le Captain se rend encore à la clinique Saint-Paul à Fort-de-France pour y voir son chirurgien préféré !

Nous faisons la connaissance de Philippe sur « Daphi » qui vient de traverser et y retrouver avec plaisir notre amie Dany.

Au cours de cette fin de mois, nous avons le plaisir de passer quelques moments avec Jean-Pierre et Françoise de « Gentiane », Hubert et Caty de « Cahulina ».

9 Soiree gentiane

Nous rencontrons un nouvel équipage, Thierry et Agnès à bord de leur catamaran « Duo » avec leur chienne Heiwa et le courant passe super bien !

11 Soiree avec duo13 Soiree avec duo

C’est la série ! Nous recevons de très mauvaises nouvelles de la famille deTi Mouss et elle doit rentrer à son tour en métropole du 7 au 14 avril.

Nous restons ainsi sur le mouillage de l’Anse Caritan tout le mois d’avril. Un peu plus tôt, nous avions décidé de procéder au remplacement de nos toiles de cockpit et du pare-brise, bien fatigués après sept années de service, et nous effectuons un A/R au Marin le 25 avril pour prise de cotes par Raymond d’Incidences, à quai aux nouveaux pontons du Carénage.

Quelques jours plus tard, nous apprenons le décès du papa de Ti Mouss et elle repart une nouvelle fois en métropole du 17 au 26 mai.

14 Mini mouss15 Mini mouss a la plage17 Ti mouss en metropole19 Dejeuner sur phase ii20 Chanchan et yvon

En fin de mois, la veille de rejoindre le mouillage du Marin pour pose de nos nouvelles toiles de cockpit, nous découvrons qu’un câble de commande des moteurs est rompu.

Le lundi 30 mai, nous nous déplaçons vers le mouillage du Marin tant pour les travaux dans le cockpit exécutés par Incidences que la réparation du câble de commande par Volvo Case-Pilote.

22 Reparation cable commande

Nous revenons au mouillage de l’Anse Caritan le vendredi 03 juin. Nos nouvelles toiles de cockpit seront effectivement terminées le mercredi 15 juin. Nous avons aussi récupéré un groupe électrogène Honda tout neuf, en remplacement de celui déposé en réparation à Fort-de-France depuis plusieurs mois et ayant disparu suite à un cambriolage de la boutique dans laquelle il avait été déposé !

55 Nouvelles toiles cockpit27 Helene et nicholas

En fin de mois, nous accueillons à bord nos amis Hélène et Nicholas qui resteront avec nous jusqu’au 15 juillet.

Nous avons aussi le plaisir de voir Arnaud (un des enfants du Captain) et sa petite famille en vacances en Martinique.

29 Captain et sa petite fille

Ti Mouss est devenue une experte dans la préparation quotidienne du kéfir de lait pour notre plaisir et notre santé.

34 Ti mouss et le kefir35 Ti mouss et le kefir

La fin de ce mois de juillet nous verra achever la préparation du bateau pour notre départ vers le sud de l’arc antillais (saison cyclonique oblige), notre départ étant suspendu aux résultats de l’examen pratiqué à la Clinique Saint-Paul pour Ti Mouss. Les résultats sont bons et Ti Mouss est… soulagée.

37 Ti mouss en kayak38 Mini mouss39 Ti mouss fait un bracelet30 Soiree avec duo

Cette bonne nouvelle nous permet de partir enfin vers le Sud avec nos amis de DUO.

 

 

Voir Articles Année 2015

 

Haut de page

logoarticle   12/03/2017

 

Grenadines 201608

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos


- Ti Corail dans les Grenadines

Snorkeling à Bequia

- Snorkeling à Mayreau

 


Martinique – Anse Caritan france martinique

Le 25 juillet 2016, nous avons commencé à surveiller une onde tropicale sur l’Atlantique Est le long de la côte de l’Afrique de l’Ouest. Le système devait rencontrer des conditions plus favorables à son développement au cours des jours suivants, mais fort heureusement, il s’est déplacé trop rapidement (seulement 3 jours) et les orages ne se sont multipliés que vers le 30 juillet quand l’onde tropicale s’est approchée de l’arc antillais. En dépit d’une organisation plus convective et de la présence de vents forts, l’absence de circulation de surface a empêché le système d’être classé comme un cyclone tropical.

Tropical wave 20160729

Nous sommes ainsi descendus à l’approche de cette sévère onde tropicale qui allait frapper tout l’Arc Antillais au nord de Saint-Vincent puis devenir le cyclone de Catégorie 1 EARL et frapper l’Amérique Centrale, en particulier le Belize et le Mexique.

Tropical wave 20160729

 

Vendredi 29 juillet 2016 – Martinique – Sainte-Anne – Anse Caritan vers Sainte-Lucie – Anse Cochon ste lucie
L 13° 55,68 N -- G 061° 03,47 W – 32 Milles parcourus

9 h 45, levé l’ancre de l’Anse Caritan, vent ENE Force 4/5, nous faisons route avec GV sous 2 ris et Génois enroulé à 40 %. Le soleil est présent, mais de nombreux et violents grains menacent, d’où notre garde-robe allégée. Nous franchissons la ligne de sonde des 30 m à la perpendiculaire pour avoir le moins de casiers possible comme d’habitude.

Deux vedettes sont à proximité, les douanes et la gendarmerie. La seconde vient nous voir et nous demander si nous sommes au courant des recherches concernant un présumé djihadiste en fuite et nous prier de les informer via le chenal 16 de tout ce que tout nous pourrions éventuellement voir à ce propos. Nous reprenons notre route, cannes de traîne à l’eau, attentifs aux grains. Les rafales atteignent 30 nd quand nous croisons leur route.

Ti Mouss se régale à photographier des fous bruns pêchant en couple à proximité immédiate du bateau. Mini Mouss fait de la banquette… attendant que ça se termine !

Nous retrouvons aussi la fameuse sargasse et ses longues traînées sur la mer dans la direction du vent. Elle est revenue, mais on en parle peu sur les ondes.

Nous atteignons l’anse Cochon sous le vent de Sainte-Lucie vers 16 h. Il faudra nous y reprendre à trois fois pour que l’ancre veuille bien crocher ! Le mouillage est désert et les habituels boatboys absents. Nous y passons une nuit paisible.


Samedi 30 juillet 2016 – Sainte-Lucie – Anse Cochon vers Saint-Vincent – Bequia – Princess Margaret Bay st vincent et grenadines
L 13° 00,06 N -- G 061° 14,56 W – 59 Milles parcourus

Levé l’ancre à 8 h de l’Anse Cochon, Vent nul et pluie faible. Le Captain a mis le Genaker en place dans l’espoir de pouvoir l’utiliser compte tenu des prévisions météo annoncées. Nous longeons un peu la côte au sud de Sainte-Lucie et bénéficions d’un courant favorable de 3 nd. Le vent est toujours nul, la Grand Voile bât misérablement tandis que nos deux moteurs VOLVO nous poussent vers le canal de Saint-Vincent. Nous prenons enfin le vent, mais il est d’une faiblesse rare ici (NE 2 à 3), tout juste suffisant pour gonfler notre Genaker. Nos moteurs continuent à faire leur office gaillardement à 2 000 t/min pour assurer une parfaite combustion et éviter l’encrassage. La mer est quasi plate, du jamais vu encore dans ce canal. Nous sommes plus habitués aux surventes à 30 nd et aux creux de 3 m qu’à ce temps de curé !

La traversée du canal s’effectue donc paisiblement sans même une touche sur la ligne de traîne. A 6 milles au nord de Saint-Vincent, le vent monte un peu jusque Force 4 puis à 1,5 mille de la côte, le bruit caractéristique du moulinet se dévidant se fait entendre. Le temps d’enrouler le Genaker et de choquer la Grand Voile pour ralentir le bateau aux environs de 2 nd, le Captain s’attelle à remonter le poisson qui a pris pas mal de fil. Le ramener à proximité du bateau est assez long, il est identifié Dorade Coryphène et donne encore de bons coups de sonde à proximité de la jupe arrière. Il n’est pas encore épuisé et il faudra encore quelques minutes avant qu’il ne prenne place à bord. Nous allons manger du poisson, celui que nous préférons !

La descente sous le vent de l’île de Saint-Vincent se fait aux moteurs puis la traversée du canal de Bequia sous voiles avec un bon vent de NE Force 5. Le bateau file à presque 8 nd vers l’écurie, à savoir le mouillage de Princess Margaret Bay où nous arrivons à 17 h. Nous retrouvons là nos amis Thierry et Agnès du catamaran DUO qui nous attendent depuis une semaine.

5 Escale a bequia11 Escale a bequia

Ce mouillage est un de ceux que nous préférons tant il est beau et agréable.

Le lendemain, nous ferons les formalités d’entrée malgré l’overtime qui coûte un bras et clôturerons cette journée par un apéro à bord avec nos amis de « Duo »

La semaine qui suit, nous serons encore rejoints par « Zoé Zoé » avec Laurent et Marie et passerons une semaine paisible sur ce mouillage.


Lundi 8 Août 2016 – Saint-Vincent – Bequia – Princess Margaret Bay vers Saint-Vincent – Canouan – Charleston Bay st vincent et grenadines
L 12° 42,51 N -- G 061° 19,83 W – 21 Milles parcourus

Levé l’ancre à 7 h, ENE 5 à 6, 1 ris dans la Grand Voile avec 75 % du Génois. Le vent s’établit à Force 6 et nous sommes vent de travers à une vitesse de 7,5 nd avec notre garde-robe réduite avec des pointes de vent apparent à 30 nd. Arrivés dans l’ouest de Moustique, la mer est désordonnée et assez désagréable. Le pont est arrosé en permanence par les vagues qui passent par-dessus. Ti Mouss est… malade et Mini Mouss n’en mène pas large non plus. Heureusement, au sud de Moustique, le vent mollit 4 à 5 et nous rejoignons les petits fonds.

Soudain, les deux cannes de traîne se rappellent à notre souvenir. Deux poissons ont choisi de s’inviter chez nous. Là encore, ralentir le bateau, s’occuper d’une canne puis de l’autre avec de belles dorades Coryphène qui vont séjourner dans l’annexe en attendant un traitement ultérieur.

12 Dorades coryphenes

Pendant ce temps, deux voiles sont apparues dans notre NE, nos amis de « Duo » ainsi que « Zoé Zoé » qui ont quitté Moustique pour nous rejoindre à Canouan.

La pioche est posée à 11 h et nous nous racontons nos aventures le soir même au cours d’un apéro à bord avec les amis.

13 Canouan apero a bord14 Canouan apero a bord

Nous attendons une météo favorable à un agréable séjour dans les Tobago Cays, mais une onde tropicale est prévue et nous choisissons d’attendre que le temps revienne au beau. Toujours est-il que le mouillage de Charleston Bay est sujet à divers courants et de fortes rafales de vent. La prudence nous a conduits à rajouter de la chaîne, soit 50 m, c’est pas mal déjà et nous dormons mieux. Le fond est correct, sable et un peu d’herbe à tortue, de l’ordre de 5 m dans notre cas. Nous subissons de fortes pluies le mercredi 10 août au passage de l’onde tropicale.


Jeudi 11 Août 2016 – Saint-Vincent – Canouan – Charleston Bay vers Saint-Vincent – Mayreau – Saline Bay st vincent et grenadines
L 12° 38,04 N -- G 061° 23,86 W – 7 Milles parcourus

Levé l’ancre à 9 h, ENE 3, 1 ris dans la Grand Voile, le temps est couvert avec une petite pluie fine. Nous naviguons de conserve avec les catamarans « Duo » et « Zoé Zoé » et mouillons à Saline Bay à 10 h 30.

16 Ti corail quitte canouan22 Mayreau saline bay

Le lendemain, nous avons passé une bonne partie de la journée sur la plage à pique-niquer à l’ombre et à profiter d’une journée très agréable.

27 Mayreau saline bay pique nique


Samedi 13 Août 2016 – Saint-Vincent – Mayreau – Saline Bay vers Saint-Vincent – Tobago Cays st vincent et grenadines
L 12° 37,83 N -- G 061° 21,39 W – 2 Milles parcourus

Levé l’ancre à 8 h 30, Vent d’Est 4/5, nous faisons route aux moteurs, vent debout et mouillons au sud de l’ilot Baradal vers 10 h 45.

39 Tobago cays petit tabac

Un fort clapot fait danser « Ti Corail ». Ce n’est pas très agréable et le charme de l’endroit est largement compromis par cette météo. Il est même difficile de débarquer sur la plage sur la plage au vent de l’ilot Jamesby et absolument nécessaire d’avoir une ancre pour l’annexe. Les couleurs sont certes magnifiques, mais le clapot infernal !

41 Tobago cays tortue43 Tobago cays

La sargasse est également présente partout dans l’eau et sur les plages avec son cortège odorant.

50 Tobago cays

Nous savons déjà que nous n’allons pas nous éterniser dans cet endroit pourtant magnifique et décidons dès le soir de retourner mouiller à l’abri dans Saline Bay le lendemain.


Dimanche 14 Août 2016 – Saint-Vincent – Tobago Cays vers Saint-Vincent – Mayreau – Saline Bay st vincent et grenadines
L 12° 38,04 N -- G 061° 23,86 W – 2 Milles parcourus

Levé l’ancre à 8 h, Vent d’Est 4/5, nous faisons route sous Génois seul, suivis par « Duo » et mouillons à Saline Bay vers 8 h 45.

Le temps est très incertain avec de nombreux grains dont un très violent avec rafales mesurées à 45 nd !

Le Captain était en train de bricoler dans l’annexe quand le ciel s’est noirci dans l’Est suivi d’une brise d’Est très froide annonciatrice de l’imminence du coup de vent, juste le temps de remonter à bord avant que le vent puis la pluie ne se déchaînent. Légère tension à bord, tout est fermé ; on démarre les moteurs et on surveille la tenue de l’ancre. À côté de nous, deux monocoques dérapent et tentent de remouiller dans des conditions difficiles tandis que la pluie et le vent blanchissent la mer. Nos toiles de cockpit récemment installées supportent le choc ; elles sont ainsi validées pour 45 nd, rassurant !

58 Mayreau saline bay59 Mayreau saline bay

Nous restons au mouillage deux jours de plus et profitons de ce joli endroit. On peut y faire du snorkeling et aller se balader dans le village.


Mercredi 17 Août 2016 – Saint-Vincent – Mayreau – Saline Bay vers Saint-Vincent – Union Island – Frigate Island st vincent et grenadines
L 12° 34,96 N -- G 061° 26,25 W – 6 Milles parcourus

Levé l’ancre à 9 h 15, Vent d’Est 4/5, nous faisons route sous Génois seul vers le port de Clifton à Union Island et mouillons à 10 h.

61 Union clifton harbour

Le Captain part à terre exécuter les formalités de sortie de Saint-Vincent et faire quelques achats de frais.

Notre guindeau nous fait des caprices : il ne répond pas toujours aux commandes de montée ou descente et la vitesse de montée ou descente de la chaîne peut aussi être très variable… Sans doute un avertissement !

A 11 h 45, nous réussissons à relever notre mouillage et faisons route vers le mouillage de Frigate Island au sud de l’île. Beaucoup de bateaux sont là, presque une vingtaine, essentiellement des bateaux dont les équipages pratiquent le kite surf sur ce plan d’eau bien venté, mais protégé par la langue de terre entre l’île d’Union et Frigate Island.

68 Union frigate island

Nous y retrouvons nos amis de « Duo », « Zoé Zoé » et Jean-Yves à bord d’« Alizé ». Un train mexicain viendra terminer cette journée très sympa.

69 Union frigate island

Nous restons sur ce mouillage quatre jours de plus et profitons des amis, des balades, du snorkeling et de la pêche aux encornets qui sont relativement nombreux ici, avant de reprendre la route vers les iles plus au Sud.

71 Depart de union73 Ti corail en nav vers carriacou

 

 

Haut de page

logoarticle   14/03/2017

 

grenada

Cartes géographiques


Clic ICI

 

 

 photo     Clic sur Album Photos

 

 - Ti Corail à Grenade

 

 - Snorkeling à Sandy Island

 

 - Snorkeling à Tyrell Bay

 

Lundi 22 Août 2016 – Saint-Vincent – Union Island – Frigate Island vers Grenade – Carriacou – Sandy Island grenade
L 12° 29,08 N -- G 061° 28,84 W – 8 Milles parcourus

Levé l’ancre à 8 h 30, Vent d’Est 3/4, nous faisons route sous Grand Voile et Genaker. Il fait beau et la navigation est très agréable.

4 Mouillage hillsborough

Nous mouillons devant Hillsborough à 9 h 45 et le Captain descend à terre pour exécuter les formalités d’entrée à Grenade ainsi que quelques achats de frais. Nous en repartons à 11 h 45 pour arriver une heure plus tard sur le mouillage de Sandy Island où nous prenons une bouée.

5 Sandy island7 Sandy island pecheurs senne22 Sandy island23 Sandy island sternes fugilineuses

L’endroit est toujours aussi beau. Le réseau de bouées a été renouvelé complètement avec une quinzaine de bouées neuves. Pour mémoire, une seule bouée subsistait du réseau mis en place en 2010 ! Aujourd’hui, bouées et orins sont neufs et vérifiés tous les 6 mois.

Nous restons toute la semaine à profiter de ce lieu magique.

Haut de page

 

Vendredi 26 Août 2016 – Grenade – Carriacou – Sandy Island vers Grenade – Carriacou – Tyrell Bay grenade
L 12° 27,50 N -- G 061° 29,02 W – 6 Milles parcourus

Levé l’ancre à 8 h 30, Vent d’Est 3/4, nous faisons route aux moteurs vers Hillsborough et nous y mouillons à 8 h 50. Le Captain descend à terre pour faire quelques achats de frais.

Nous en repartons à 11 h pour arriver une heure plus tard sur le mouillage de Tyrell Bay.

 

Grenade – Carriacou – Tyrell Bay grenade

Nous apprenons le 27 août par nos amis Christine et Bruno, en escale à Rabat, la disparition de leur petite chienne « Canelle », noyée dans le port, sans doute après avoir sauté du bateau sur le ponton pour chasser… les aigrettes ou autres oiseaux. Ils sont catastrophés et nous comprenons leur douleur tant l’attachement à nos animaux peut être fort.

A la fin du mois d’août, notre chargeur CRISTEC 40 A (dédié aux batteries moteurs) nous lâche et le Captain va donc utiliser les sorties auxiliaires du chargeur principal (Charge Master 12-100-3) pour continuer à charger ces batteries moteurs. L’espoir de réparer ce chargeur âgé de 7 ans est nul !

123 chargeur cristec 12 40

Nos amis de « Duo » nous rejoignent le 01 septembre et c’est donc l’occasion de quelques apéros et parties de train mexicain.

Nous effectuons de petits bricolages. Ti Mouss remplace le marquage du bateau (commandé avant notre départ) qui était complètement cuit par le soleil et protège également les casquettes de nos hublots en y appliquant de la peinture.

Nous profitons de cette pause à Tyrell Bay pour donner à Andy notre couverture d’annexe à retaper. Le travail à exécuter n’est certes pas facile, mais le résultat est peu satisfaisant… Il ne faut y aller que pour des réparations urgentes, éventuellement à reprendre ultérieurement.

A la mi-septembre, le rythme des activités est pris avec les amis et copains. Le Captain s’est aussi remis à faire du pain tous les trois jours et à aller régulièrement à la pêche le soir.

40 Carriacou tyrell bay pain a bord41 Carriacou tyrell bay pain a bord

L’anniversaire du Captain sera fêté au cours d’une soirée préparée avec talent par Ti Mouss en compagnie de nos amis Thierry et Agnès de « Duo ».

50 Carriacou tyrell bay anniv captain

Haut de page

 

Lundi 26 Septembre 2016 – Grenade – Carriacou – Tyrell Bay vers Grenade – Saint-Georges – Prince Ruppert Bay grenade
L 12° 02,37 N -- G 061° 45,38 W – 32 Milles parcourus

Levé l’ancre à 8 h, Vent d’Est 3/4, nous descendons avec nos amis de « Duo » sous Grand Voile et Genaker puis devons passer aux moteurs sous le vent de Grenade. Nous mouillons vers 14 h devant Saint-Georges et sommes obligés de nous y reprendre à deux fois, car le fond est constitué d’un plateau corallien recouvert d’une fine couche de sable où il est difficile de faire crocher l’ancre.

58 Navigation vers grenade

Le Captain va à terre pour récupérer la peinture commandée à l’avance et nécessaire pour le carénage à venir.

 

Mardi 27 Septembre 2016 – Grenade – Saint-Georges – Prince Ruppert Bay vers Grenade – Prickly Bay grenade
L 11° 59,99 N -- G 061° 45,72 W – 7 Milles parcourus

Levé l’ancre à 8 h 30, Vent d’Est 3, nous rejoignons rapidement sous voiles avec « Duo » la pointe Salines puis terminons bout au vent pour arriver à Prickly Bay vers 10 h 30. Nous mouillons l’ancre une première fois, mais ne sommes pas satisfaits et décidons de prendre une bouée comme Thierry et Agnès de « Duo » viennent de le faire. Nous tentons de remonter notre ancre, mais le guindeau nous fait de plus en plus de difficultés jusqu’à tomber complètement en panne ! Heureusement, l’ancre est au davier, mais cette fois-ci, nous n’avons plus le choix. Il nous faut prendre une bouée et faire réparer ce guindeau.

Nous sommes heureux d’être à Prickly Bay, car une forte onde tropicale que nous suivons depuis plusieurs jours après sa naissance sous les îles du Cap Vert est prévue se transformer en phénomène cyclonique au passage de l’arc antillais avec une trajectoire très au Sud.

Nous terminons cette journée à bord avec un apéro sympa avec Thierry et Agnès de « Duo ».

53 Carriacou tyrell bay anniv captain

 

Grenade – Prickly Bay grenade

Le cyclone MATTHEW est passé au sud de Saint-Vincent le 28 septembre. Beaucoup de bateaux ont déserté Prickly Bay pour se réfugier dans des endroits plus sûrs comme Port Egmont et nous sommes très peu nombreux à rester sur bouée dans la baie. Au final, nous n’aurons pas plus de 35 nd de vent, mais avec une houle fort désagréable rentrant dans la baie ouverte au Sud. On s’en tire bien sur cette affaire !

120 matthew 20160928 0600122 matthew 20161002 0800

Haut de page

Nous sommes prévus rentrer au chantier pour caréner le bateau en début de semaine suivante et de menues choses sont à faire à bord pour préparer l’entrée au chantier.

Le Captain appelle aussi les spécialistes du chantier Grenada Marine pour s’occuper du guindeau. Une de leurs équipes vient à bord le vendredi 30 septembre. Le guindeau est ouvert et nous avons la surprise de découvrir beaucoup d’huile très noire dans le fond du carter partie électrique. Le moteur et les accessoires électriques sont aussi recouverts d’une couche noire et grasse, mélange de projections d’huile et de poussière de charbons.

Grosse tuile donc, puisqu’il s’agit probablement d’une fuite d’huile sur la boîte à engrenages (qui transmet la rotation du moteur électrique à l’axe du barbotin) ou Gearbox. L’équipe présente décide de démonter le guindeau et de l’emmener au chantier pour réparation (roulements, joints spi ?). Le délai est inconnu d’autant qu’il faudra certainement commander des pièces en Europe…

Nous espérons encore pouvoir récupérer notre guindeau avant la sortie de notre carénage, DHL pouvant faire des miracles.

Cette fin de semaine est aussi marquée par l’arrivée au mouillage de nos amis Bernard et Maryvonne de « Sonate » qui terminent leur boucle de 18 mois en mer des Caraïbes et arrivent du Venezuela.

Le Captain est allé au chantier pour se faire confirmer l’heure de sortie d’eau du bateau lundi matin 03 Octobre et nous procédons aux derniers préparatifs pour l’entrée au chantier.

Le passage au chantier n’est pas un moment très agréable, mais il est juste nécessaire. Nos carénages précédents se sont déroulés en 2010, 2011, et 2013. Cette fois-ci, en 2016, soit après trois années à l’eau, il est temps de caréner, non pas que la coque soit très sale, mais à cause d’un problème de tenue de la peinture. Depuis 2011, nous avions posé une certaine marque de peinture (Pettit Trinidad Pro) avec censément le bon primaire pour assurer la compatibilité avec l’ancienne peinture (International) et nous étions ravis de cette peinture. Hélas, depuis un an environ, de multiples petites cloques sont apparues liées sans doute à un problème de compatibilité. Cette fois-ci, il faut donc tout enlever !

70 Grenade hissage pour carenage72 Grenade en travaux

L’entrée dans la darse du chantier se déroule sans difficulté puisqu’il est tôt le matin et qu’il n’y a aucun vent de travers. Il en de même pour la sortie d’eau bien que ce soit la première fois que le responsable de la mise en place des sangles me demande : Où faut-il mettre les sangles ?

Enfin, le bateau est en place dans le chantier et les premières discussions avec le chef ont lieu… Toujours est-il que nous sommes restés au chantier 9 jours et que nous avons pu réaliser tous les travaux prévus. La note a été salée d’autant que nous n’étions pas d’accord sur le nombre d’heures réalisées pour le décapage de la coque.

Nous avons de notre côté compté une vingtaine d’homme-heure de « présence » sous le bateau et on nous en a facturé 40 ! Même après tentative de discussion !

La leçon est la suivante : pour ce qui est des travaux à coût forfaitaire, genre sortie d’eau, lavage sous pression, pose de peinture, etc. Le prix est fixé et connu à l’avance et empêche toute mauvaise surprise. En revanche, dès qu’il s’agit de travaux dont le coût est horaire, c’est la porte ouverte à tous les abus.

Nous sortons enfin du chantier le mardi 12 octobre et reprenons une bouée à Prickly Bay, n’ayant pas de bonnes nouvelles de Grenada Marine pour notre guindeau. En effet, nous apprenons qu’une première commande de pièces a été passée, mais que ces pièces n’étaient pas les bonnes. Nous n’étions d’ailleurs pas d’accord avec eux en lisant les plans de la boîte à engrenages puisqu’on nous a affirmé qu’il n’y avait pas de joint d’étanchéité (genre joint spi) dans le montage et que c’était les roulements étanches qui assuraient l’étanchéité à l’huile ! Incroyable ! Une deuxième commande de pièces a été envoyée, mais n’a jamais été transmise au constructeur par le « reseller » local (revendeur) intermédiaire obligé comme un concessionnaire pour Grenade. Compte tenu de la mauvaise tournure des événements, nous avons alors décidé de procéder au remplacement pur et simple de ce guindeau par le même modèle en provenance d’Europe. Il aurait bien sûr été possible d’en avoir un sur place, à peu près du même modèle, mais arrivant en conteneur sous 3 semaines et d’un coût très élevé, de l’ordre de 2500 dollars US. Le Captain a pu en trouver un neuf en Bretagne à 1250 euros HT. Restait le transport par DHL, environ une semaine, pour… 880 euros.

124 Shipping guindeau

Haut de page

Quelques jours plus tard, le Captain a pu prodiguer quelques soins à notre amie Agnès du catamaran « Duo » qui s’était ouvert la main avec un morceau de verre brisé ! De nuit évidemment, mais heureusement au mouillage et entre amis. Elle a été courageuse en l’absence d’anesthésie. Bravo à elle !

84.1 Duo agnes seance sutures

Le Captain a pu récupérer le guindeau neuf le lundi 24 octobre et le remonter le lendemain avec l’aide de Yvon de « Scorpion ».

88 Grenade prickly bay montage guindeau

 

Jeudi 27 Octobre 2016 – Grenade – Prickly Bay vers Grenade – Saint-Georges – Prince Ruppert Bay grenade
L 12° 02,30 N -- G 061° 45,40 W – 7 Milles parcourus

Levé l’ancre à 8 h 30, Vent d’Est 3, accompagnés de « Sonate », nous quittons Prickly Bay sous Génois seul jusque la pointe Salines puis faisons route aux moteurs jusque Saint-Georges ou nous mouillons à 10 h 30. Pendant ce temps, nos amis de « Scorpion » et de « Duo » sont aussi rentrés au chantier.

90 Navigation vers st georges

La fin de matinée est mise à profit pour faire quelques courses à terre.

 

Vendredi 28 Octobre 2016 – Grenade – Saint-Georges – Prince Ruppert Bay vers Grenade – Carriacou – Tyrell Bay grenade
L 12° 27,49 N -- G 061° 29,20 W – 32 Milles parcourus

Le Captain file en tout début de matinée à la marina de Port-Louis pour récupérer notre vieux guindeau non réparé et déposé à l’antenne de Grenada Marine. Le projet est de le remettre en état au cours de mois prochains puis de le revendre d’occasion.

Levé l’ancre à 9 h 50, Vent d’Est 3, avec « Sonate » et faisons route aux moteurs pratiquement tout le temps compte tenu du petit temps et mouillons à Tyrell Bay à 14 h. « Sonate » s’est arrêté dans un des ilots au sud de Carriacou et nous rejoindra plus tard.

Nous retrouvons avec plaisir la tranquillité de Tyrell Bay ainsi que nos amis de « Duo » qui viennent aussi de sortir du chantier. Soirée train mexicain, que du bonheur !

99 Carriacou soiree ti corail106 Soiree ti corail mojito train mexicain

Haut de page

 

Grenade – Carriacou – Tyrell Bay grenade

Le lendemain 29 octobre, nous sommes rejoints par « Sonate » qui, en fait, n’a pas souhaité rester sur un mouillage peu sûr avec des courants violents. Le lendemain 30 octobre, c’est « Duo » qui nous quitte pour commencer à remonter dans les Grenadines, mais nous les reverrons très bientôt !

Le mois de novembre est déjà là. Si la première semaine se déroule à profiter de l’endroit, au cours de la deuxième semaine, les esprits sont déjà tournés vers la remontée en Martinique, d’autant qu’il semble que les soucis de santé du Captain se réveillent et nécessitent un passage dans les prochaines semaines à la clinique Saint-Paul.

108 Carriacou coucher soleil

Le lundi 7 novembre, Pierre de « Amikaro » s’est gentiment proposé d’examiner le vieux guindeau à bord de la barge de Dominique, ce qui est fait aussi avec l’aide de Bernard de « Sonate ». Surprise est de constater que la boîte à engrenages n’a jamais pu être… ouverte. Les têtes de vis inox de fixation du capot sur la boîte à engrenages ont toutes été abîmées. Au cours des tentatives d’ouverture de cette boîte. On ne peut donc envisager davantage sauf à accepter d’endommager irrémédiablement le bloc aluminium de cette boîte à engrenages. On peut regretter que le fabricant ne mette pas en place pas de procédé réduisant la corrosion galvanique lors du montage de ces guindeaux !

Nous passons encore de très bons moments avec nos amis de « Duo », « Scorpion » et « Sonate », mais la décision est prise de commencer à remonter nous aussi vers la Martinique. Les pleins sont effectués le 10 novembre et les formalités de sortie le lendemain. 

Haut de page

logoarticle   16/03/2017

 

50 Grenadines retour

Cartes géographiques


Clic ICI

 

 

 photo     Clic sur Album Photos

 

 - Ti Corail remonte en Martinique

 

Samedi 12 novembre 2016 – Grenade – Carriacou – Tyrell Bay vers Saint-Vincent – Canouan – Charleston Bay
L 12° 42,48 N -- G 061° 19,73 W – 20 Milles parcourus

Levé l’ancre à 9 h 50, Vent d’ESE 4, nous quittons la baie avec Grand Voile sous 1 ris et Génois. Nous laissons Mabouya Island sur notre tribord et remontons sur Clifton Harbour.

Un peu plus tard, après avoir passé Palm Island et pris une route Nord vers l’île de Mayreau, le Captain se rend compte que le pilote ne réagit plus après avoir eu une alarme « drive failure » ! Ti Mouss vient à la barre en mode manuel, laquelle réagit correctement, la position des safrans étant toujours commandée par le système mécanique de drosses. Ouverture de la jupe Babord et examen du bloc hydraulique révèlent un des flexibles HP en très mauvais état, de l’huile répandue dans la cale moteur et le réservoir du groupe hydraulique vide. Pas grand-chose à faire pour le moment sinon barrer en manuel jusqu’au prochain mouillage.

 4bis ensemble pilote4ter ensemble pilote

Il est déjà quasi certain que nous serons obligés de barrer comme ça jusqu’à l’arrivée en Martinique.

Nous mouillons à 14 h et le Captain descend dans la jupe arrière pour approfondir le diagnostic. Effectivement, en tirant sur le flexible qui présentait des fissures, celui-ci se rompt littéralement. Sans rechange ni huile hydraulique pour refaire le plein, nous sommes condamnés à barrer jusqu’en Martinique.

 

Dimanche 13 novembre 2016 – Saint-Vincent – Canouan – Charleston Bay vers Saint-Vincent – Canouan – Little Bay
L 12° 43,50 N -- G 061° 20,00 W – 4 Milles parcourus

Levé l’ancre à 8 h 30, Vent de NE 5/6, nous quittons le mouillage et hissons la Grand Voile sous 1 ris à l’abri dans Rameau Bay. Le vent de Nord-Est nous fait faire un très mauvais cap et la mer est très hachée sous le vent de Jupiter Head avec des vagues de 3 à 4 m dans les fonds de 25 m. Au près, cette situation est très désagréable pour nous tout en faisant souffrir le bateau. Nous décidons de tourner casaque et de retourner au mouillage à Canouan pour y attendre une meilleure météo. Nous essaierons de passer le lendemain si le temps le permet.

Nous mouillons à 9 h 30 à Little Bay, 1 mille au nord du mouillage précédent.

1 Canouan mouillage little bay2 Canouan mouillage little bay

Le mouillage est bien abrité, mais il faut faire attention au courant assez violent qui balaye l’endroit. L’eau y est limpide et les fonds très poissonneux.

Au cours de la matinée, nous descendrons à terre avec l’annexe pour marcher un peu dans la presqu’île entre Litte Bay et Anse Guyac. Le ressac plus important qu’estimé a rendu le beachage un peu sportif !

 

Lundi 14 novembre 2016 – Saint-Vincent – Canouan – Little Bay vers Saint-Vincent – Bequia – Princess Margaret Bay
L 13° 00,06 N -- G 061° 14,60 W – 20 Milles parcourus

Levé l’ancre à 8 h 30, Vent d’E 4/5, nous quittons le mouillage et la mer est praticable ; nous faisons un cap meilleur et la mer n’est pas du tout hachée comme la veille. Il fait beau même si quelques grains sont visibles.

Nous mouillons à Princess Margaret Bay à 12 h 30, toujours extasiés devant la beauté de ce mouillage.

10 Bequia14 Bequia

Nous pensons y rester quelques jours pour en profiter. Le Captain va effectuer les formalités d’entrée, faire quelques achats de vivres frais et prendre la météo.

Hélas, les prévisions évoluent et il semble qu’il faille avancer notre date de départ pour demeurer dans une fenêtre favorable avant que cela ne se gâte !

 

Mercredi 16 novembre 2016 – Saint-Vincent – Bequia – Princess Margaret Bay vers Saint-Vincent Château Bel-Air
L 13° 17,82 N -- G 061° 14,10 W – 21 Milles parcourus

Ainsi, mercredi matin, le Captain va faire les formalités de sortie tandis que Ti Mouss finit la préparation du bateau pour la navigation.

evé l’ancre à 10 h, Vent d’ESE 4, nous filons vers le sud de Saint-Vincent et arrivons au mouillage de Château Bel-Air à 15 h. Nous y revoyons les boat boys que nous connaissons et leur achetons quelques fruits.

19 Mouillage chateau bel air

Ce mouillage n’a pas bonne réputation du point de vue sécurité ; nous sommes pourtant rejoints par d’autres bateaux en fin d’après-midi et nous n’aurons aucun problème.

 

Jeudi 17 novembre 2016 – Saint-Vincent Château Bel-Air vers Sainte-Lucie – Anse Cochon
L 13° 55,66 N -- G 061° 03,50 W – 40 Milles parcourus

Levé l’ancre à 6 h 45, Vent nul, nous quittons le mouillage GV hissée en nous aidant des moteurs. Nous trouverons le vent un peu plus loin d’ESE 4/5 et la traversée du canal de Saint-Vincent ne posera pas de problème. Nous sommes maintenant habitués avec Ti Mouss à nous relever régulièrement à la barre tandis que Mini Mouss dort sur les banquettes du carré, attendant l’arrivée au prochain mouillage.

La pioche est descendue à 14 h 25 à l’anse Cochon. Ti Mouss est vite dissuadée de se mettre à l’eau tant elles sont envahies de méduses. Il y en a tellement que certaines vont se coincer dans le filtre d’aspiration eau de mer de la réfrigération du frigo et empêcher son fonctionnement ! Le Captain ira quand même faire un peu de snorkeling, protégé par un maillot à manches longues, mais l’eau n’est pas très claire et l’intérêt quasi nul.

Après renseignements, il ne s’agissait pas de méduses, mais d’organismes totalement inoffensifs qui y ressemblent: Ocyropsis maculata - cténophore à ailes tachetées.

19bis Ctenophore a ailes tachetees 119ter Ctenophore a ailes tachetees 2

Pour info: Le cténophore à ailes tachetées a le corps gélatineux translucide. Il possède 2 lobes volumineux charnus en forme d’aile avec 4 taches brunes circulaires à raison de 2 par lobe. Comme tous les cténophores, il possède 8 rangées de palettes natatoires ciliées qui lui permettent de se déplacer dans les 3 dimensions. Ces cténophores sont pélagiques et font partie du necton. À l’aide de leurs rangées de cils locomoteurs, ils se déplacent et sont capables de résister aux courants par leur nage sans pouvoir faire face aux forts courants dans lesquels ils peuvent dériver. Ils ont des cellules collantes qui leur permettent de se nourrir de plancton.

Voir le site de François CORNU sur le sujet.

 

Vendredi 18 novembre 2016 – Sainte-Lucie – Anse Cochon vers Martinique – Sainte-Anne – Anse Caritan
L 14° 25,67 N -- G 060° 53,27 W – 32 Milles parcourus

Levé l’ancre à 7 h 45, Vent nul, nous prenons le vent d’E 4/5 assez rapidement et pouvant remonter au près vers Rodney Bay entre 5 et 6 nd. Deux heures plus tard, nous serrons encore le vent sous Pigeon Point jusqu’à 2 milles au nord de Sainte-Lucie, puis faisons route directe vers la Martinique.

Vers 13 h 40, la ligne de sonde des 30 m est franchie et il nous faut être vigilants pour parer les multiples casiers disposés entre les fonds de 20 à 30 m.

Nous mouillons à l’Anse Caritan à 14 h 10.

20 Mouillage caritan

 

Martinique – Sainte-Anne – Anse Caritan

Durant ce premier week-end à l’Anse Caritan, nous avons le plaisir d’avoir la visite de notre ami Nicholas.

Nous retrouvons aussi nos amis de « Duo » et « Sonate » avec lesquels nous passons encore de bons moments.

26 Soiree sonate27 Anniversaire duo

Le 21 novembre, le Captain procède au démontage de l’ensemble linéaire de pilotage Lecomble & Schmitt et trouve toute la doc à ce sujet sur le web.

Après 7 années de bons services et 15 000 Milles parcourus soit environ 3000 heures de fonctionnement, on constate une rupture d’un des flexibles HP. Tout est démonté, examiné et nettoyé. Avis et devis sont demandés par mail au fabricant (Thierry ETCHETO – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), lequel a répondu immédiatement en nous envoyant un devis dans des prix largement inférieurs à ceux pratiqués chez les shipchandlers de Martinique. Nous en profitons pour commander l’ensemble des 3 flexibles, des raccords en inox (les raccords actuels sont très oxydés) ainsi que la mallette de maintenance prévue par le fabricant. Les pièces seront livrées en métropole chez nos amis de « Scorpion » qui nous les apporteront à leur retour en Martinique début janvier. Reste un problème à résoudre, trouver de l’huile pour faire le plein du groupe hydraulique. Chez les shipchandlers, on vous dit que de l’huile de boîte suffit alors que Lecomble & Schmitt prescrit de l’huile LS ! L’huile LS (ou Limited slip ou encore à glissement limité) est une huile très particulière utilisée uniquement dans les ponts autobloquants d’engins de chantier ou dans les différentiels de véhicules de rallye ou de 4x4 tout terrain. Ce n’est en aucun cas une huile de boîte quelconque.

Après recherche, le Captain a quand même pu se procurer en Martinique ces bidons d’huile avec le label LS que vous ne trouverez jamais dans les grandes surfaces.

En fin de semaine, le Captain est aussi venu à bout des entrées d’eau dans la cale moteur Bâbord, lesquelles étaient présentes depuis plusieurs années.

Après de fortes pluies, il y avait toujours de l’eau douce en fond de cale moteur et nous avons découvert que le joint torique de la tape inox qui permet la mise en place de la barre de secours ne remplissait plus son office. Cette entrée d’eau a été facile à réparer.

Après les navigations, on constatait toujours de l’eau de mer en fond de cale moteur, environ 1 à 2 litres. Une cale sèche devrait être considérée comme un pléonasme puisqu’elle doit rester sèche ! En 2010, nous avions fait les soufflets des tubes de jaumière, supposés participer à ces entrées d’eau par mauvais temps, mais nous avions toujours de l’eau de mer à bâbord. En réalisant un bon nettoyage de la cale avec toujours ce souci en arrière-pensée, le Captain a trouvé une petite coulure le long du bâti moteur, laquelle venait de la boîte à eau (ou waterlock). Il a ainsi découvert l’existence d’un bouchon de vidange de cette boîte à eau et il l’a trouvé partiellement desserré ! BINGO ! Presque 8 ans après avoir pris possession de ce bateau, on découvre encore des choses !

Novembre a été assez pénible en raison du mauvais temps qui a sévi pendant une bonne partie du mois et nous en aurons un épisode important dès le lundi 28 novembre, et ce, pendant plusieurs jours. La veille au soir, la Martinique est passée en vigilance jaune pour fortes pluies et orages jusqu’en milieu de semaine avec des cumuls de pluie atteignant plus de 120 à 150 mm en 24 heures.

32 Mauvais temps en vue

En effet, un front froid exceptionnellement étendu, et descendant progressivement vers le sud à la rencontre d’air plus chaud et humide en basses couches remontant de la partie Sud est la cause de ce phénomène. Ce qui est inhabituel, c’est qu’il soit descendu si bas. D’habitude, les fronts froids qui quittent la côte Est des Etats-Unis d’Amérique se contentent de traverser l’Océan Atlantique, entraînés par les dépressions qui circulent de Terre-Neuve vers le nord-ouest de l’Europe. Les extrémités de ces fronts froids, devenus très peu actifs, atteignent tout juste le nord de l’arc antillais. Il en est de même pour ceux qui quittent la côte du Texas, traversent le Golfe du Mexique puis balayent Cuba, Saint-Domingue et Porto-Rico avant de mourir vers les iles Vierges.

Heureusement, l’intensité de ce phénomène a bien été prévue par Météo France, lequel a bien annoncé une rotation des vents de 360°. De note côté, nous étions mouillés à proximité immédiate de la côte et le vent avait déjà viré de Est à Sud-Ouest par le Sud au cours de ce lundi 28 novembre. Un clapot raisonnable commençait à agiter la baie sans inquiéter véritablement, mais, ayant entendu à la VHF le BMS (Bulletin Maritime Spécial) annonçant du mauvais temps en cours d’après-midi, nous avons décidé de changer de mouillage pour nous mettre plus au large et éviter tout risque d’échouage.

En fin d’après-midi, une barre noire se rapprochait visiblement dans le Nord-Ouest et les fortes pluies ainsi qu’un vent de NW de 30 à 35 nd se sont déclenchées en début de nuit vers 19 h. Le vent de WNW a commencé à lever la mer avec des creux de plus de 1 m, faisant danser les bateaux au mouillage, malmenant les chaînes et les ancres. Beaucoup de bateaux ont dérapé, remouillé en catastrophe un peu plus loin, quitté aussi leur mouillage près de la plage, les bateaux se retrouvant avec l’arrière dangereusement proche du bord, tout ceci en pleine nuit dans la pluie et le vent ! Un voilier s’est même échoué à la côte après avoir dérapé et a heureusement pu être dégagé le lendemain matin par un bateau de pêcheur, avec hélas quand même le safran complètement endommagé. Ce moment pénible a duré 5 à 6 heures et a été le plus intense au cours de ces jours. Nous avons de notre côté démarré à certains moments nos moteurs, l’électronique de navigation et étions sur le qui-vive à surveiller tant notre mouillage que les autres bateaux en train de déraper ou circulant sur le plan d’eau. Ce phénomène, à moindre échelle, s’est reproduit plusieurs fois au passage de mini-fronts orageux avec toujours de fortes pluies, et rotation de vents violents nous conduisant à changer de mouillage plusieurs fois au cours de cette période.

Il a fallu attendre le jeudi 01 décembre pour retrouver une situation normale avec un régime d’alizés modéré et le ciel associé.

En début de mois, nous avons pu revoir avec plaisir Mado et Maurice de « Mayakri » puis le Captain est retourné en excursion à la clinique Saint-Paul le 08 décembre pour une petite intervention, mais aussi le 19 décembre, car (gag !), le chirurgien ne l’a pas opéré au bon endroit la première fois !

Nous avons aussi eu la visite de notre amis Corine que nous n'avions pas vue depuis février 2012!

40 Visite corine

Parallèlement, nous avons reçu un e-mail du gérant de notre balise de positionnement nous demandant des nouvelles, car cette dernière n’émettait plus depuis 48 h. Après examen, elle ne recevait effectivement plus d’alimentation électrique, en raison de la corrosion d’un câble d’alimentation par une fuite d’acide sulfurique au niveau d’une borne d’une de nos batteries AGM (étanche) du parc de servitudes (VICTRON 3 x 220 Ah). L’alimentation vite réparée, il n’en restait pas moins ce problème de fuite d’acide… Notre ami Bernard de « Sonate » a tenté sans succès d’étancher cette fuite en appliquant de la résine epoxy autour de la borne, puis le Captain a réalisé un cordon assez épais en sikaflex autour de la borne défectueuse en y incluant un drain se déversant dans un récipient.

Nous espérons que ce bricolage va nous permettre de retarder le remplacement de cette batterie (qui fonctionne encore très bien à part cette fuite), donc de tout le parc batteries. On doit perdre environ une cuiller à café d’acide par mois, ce qui est peu par rapport au volume de cette batterie de 65 kg.

Noël est enfin arrivé et nous avons cette fois réveillonné tranquillement tous les trois à bord (avec Mini Mouss).

Le 26 décembre, nous retrouvons Yvon et Chantal de « Scorpion », rentrant de métropole ainsi que Thierry et Agnès de « Duo ». Nous avons terminé ainsi l’année 2016 avec force soirées de train mexicain et de bons moments ensemble.

46 Reveillon fin annee47 Reveillon fin annee

Pour le 31 décembre, nous sommes aussi restés à bord pour réveillonner, préférant toujours demeurer sur le bateau après avoir vu ce qu’il pouvait advenir à l’approche de minuit, c’est-à-dire les risques d’incendie consécutifs aux multiples tirs de fusées de détresse dans toutes les directions, lesquelles retombent en brûlant toujours dans l’eau ou sur le pont des bateaux…

Bonne année à toutes et tous !

Voir Articles Année 2017

Haut de page