logoarticle   12/03/2011

 


carte martinique

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

- "Ti Corail" en Martinique Maintenance

- "Ti Corail" en Martinique Visites



Samedi 18 décembre 2010 Grande Anse d’Arlet Martinique vers Sainte-Anne : france martinique
L 14° 26,08'N -- G 060° 53,00'W - 16 M parcourus

6 martinique ste anne noel reveillon a bord9 h Levé l’ancre. Vent ENE 4/5, des grains que nous évitons en tirant des bords. A 13 h 10 arrivée au mouillage de Sainte-Anne. Beaucoup de bateaux... nous avons du mal à nous y faire... Nous retrouvons les gens de Sainte-Anne contents de nous revoir. Le dernier jour du séjour de nos amis à bord n’est pas très ensoleillé, mais en métropole le temps n’est pas sympa du tout = consolation ! Dimanche soir ils prennent l’avion pour le grand froid, l’ambiance de séparation n’est pas sans émotion. A bientôt sous d’autres latitudes. Quant à nous à 19 h nous étions couchés et levés à 7 h le lendemain. Nous allons nous reposer un peu, traiter les ti bobos de « Ti Corail », de l’équipage : médecin, dentiste, les papiers administratifs... Nous ne quitterons pas le coin entre le Marin et Sainte-Anne afin d’être sûrs d’être présents à l’arrivée de tite sœur d’Agnès !
Nous avons fêté le réveillon de Noël tous les 2 à bord sous une pluie battante. Le jour de Noël, nous avons fait un ti resto avec « Pacifica » que nous avons retrouvé. Le réveillon du 31 s’est fêté sur « Coridam » avec « Gentiane » et « Fleur de sel ». Nous sommes allés chez Philippe (ex-patron de La Dunette) à « l’Exotic » avec « Pacifica » ou nous avons retrouvé Léon, Pablo, Jacques, belle soirée dans une ambiance musicale. Nous avons également retrouvé « Tursiops », « Wilbur » « Toumaï », « Namasté », « Nuage », « Feline good »... les bateaux copains du Venezuela.

9 martinique ste anne noel avec pacifica10 Martinique Ste Anne Reveillon sur Coridam


Samedi 8 janvier 2011 Sainte-Anne vers Le Marin Martinique retour Sainte-Anne :
L 14° 27,98'N -- G 060° 51,94'W - 3 M parcourus

9 h 30 Levé l’ancre du mouillage de Sainte-Anne pour celui du Marin. 10 h 30 nous arrivons au Marin. Nous devons laisser l’annexe à Hubert pour réparation, prendre contact avec un frigoriste et un électricien : pas de glaçons à bord et pb chronique de réception sur tous les matériels (VHF, AIS, Iridium...).
Retour à Sainte-Anne dès 14 h !
Nous journées s’écoulent doucement avec un temps très venté et pluvieux. Nous recevons Domi et Jacques à bord avec Nicholas que nous sommes contents de retrouver.

13 martinique ste anne galette nicholas roi26 martinique nav le marin ste anne

Haut de page

Lundi 17 janvier 2011 Sainte-Anne vers Le Marin Martinique :
L 14° 27,92'N -- G 060° 52,48'W - 3 M parcourus

Levé l’ancre 12 h, arrivée 12 h 30 au mouillage du carénage du Marin. Entretien de l’équipage : Labo, radio. Captain nettoie et récure tout le circuit eau de mer du frigo, mais pas d’intervention du frigoriste au mouillage il faut être à quai ! Il pleut beaucoup avec de fortes rafales, le mouillage tient mal... Nous faisons chauffer la carte bleue chez les ship et Leader Price ! L’électricien qui devait venir à bord n’est pas venu. Nous sommes un peu las, d’attendre des intervenants qui ne viennent jamais !

Jeudi 20 janvier 2011 Le Marin vers Sainte-Anne Martinique :
L 14° 26,10'N -- G 060° 52,98'W - 3 M parcourus

Nous devons retourner à Sainte-Anne pour le dentiste et Nicholas qui doit nous retrouver ce WE. Levé l’ancre 12 h, sachant que nous devons retourner au Marin lundi pour l’intervention d’un autre frigoriste. WE cool au mouillage avec Nicholas. Nos longues discussions avec Monsieur Casimir, un personnage que nous rencontrons en allant chercher notre baguette quotidienne. Il pleut toujours beaucoup !


Lundi 24 janvier 2011 Sainte-Anne vers le Marin Martinique :
L 14° 27,68'N -- G 060° 52,02'W - 3 M parcourus

10 h 30 Levé l’ancre pour le Marin, arrivée 11 h au mouillage près de la mangrove. « Emrener » avec Yvon et Marie est là ! Heureux de nous retrouver, Yvon va beaucoup mieux, nous nous racontons nos différentes aventures depuis le mois d’octobre. Leur bateau (Ovni 43) est en vente. Nous passons de bons moments ensemble ! Une autre heureuse surprise, nous communiquons par skype avec « Balafenn », quel plaisir d’entendre les voix de Jo et Jean-Michel, ils sont à Curaçao, vivent aussi des soucis d’interventions techniques, ah ! le bateau.... La météo n’est pas très favorable, mais ils vont tout faire pour nous retrouver dans l’Arc Antillais ! Youpi à bientôt les « Balafenn ». Une autre surprise, Eric sur « KLB » que nous avions rencontré aux Canaries, vient nous faire un coucou café sur « Ti Corail ». Le frigoriste Pascal intervient sur « Ti Corail » : ENFIN des glaçons à bord ! Et les électriciens de Pochon, nouvellement installé en Martinique, viennent à bord, passent commande de différents matériels et devraient intervenir début février. Les soucis de réception sont en fait certainement liés à des câbles non adaptés : bravo l’installateur !
En attendant nous devons aller à Case-Pilote, chez Volvo pour réparer la fuite d’huile carter du moteur bâbord (voir Article concerné), RV le 1er février.


Vendredi 28 janvier 2011 le Marin vers Grande Anse d’Arlet Martinique :
L 14° 29,96'N -- G 061° 05,17'W - 15 M parcourus

Levé l’ancre 10 h, c’est la course aux margouillats qui se promènent sur le pont, ils sont en forme !
Vent E 4/5, rafales à 6/7, sous Génois emmenés par la houle de NE. Passage par la Passe des fous entre la Pte du Diamant et le Rocher du Diamant, la mer se lève, ça danse ! Arrivée à 13 h au mouillage de Grande Anse d’Arlet, l’eau est belle ! Petit stop pour le WE avant de rejoindre Case-Pilote. Nous retrouvons « Pacifica » et leurs amis dimanche, agréable journée au bord de l’eau... à terre !

27 martinique margouillat prend un bain


Lundi 31 janvier 2011 Grande Anse d’Arlet vers Case-Pilote Martinique :
L 14° 38,49'N -- G 061° 08,45'W - 11 M parcourus

Levé l’ancre 10 h. Vent ENE 4/5 génois + GV. Passage de la Baie de Fort-de-France entre 6 et 7 nd. Arrivée à 12 h au mouillage devant Case-Pilote en attendant que la place de quai se libère. Mardi intervention très professionnelle de Philibert sur le moteur bâbord qui présentait une fuite d’huile du carter. De plus il nous offre des clémentines pays !

31 martinique nav anse d arlet case pilote            32 martinique case pilote filets

Mardi 1 février Case-Pilote vers Grande Anse d’Arlet Martinique :
L 14° 30,19'N -- G 061° 05,32'W - 10 M parcourus

Les amarres sont lâchées du ponton Volvo, du petit port de pêche à 15 h 30. Difficile d’arriver avant la nuit à Sainte-Anne, nous nous dirigeons sur la grande anse d’Arlet. Vent ENE 4/5 génois + GV 1ris. Nous arrivons à 17 h au mouillage de Grande Anse d’Arlet, le temps de ranger le bateau, et apéro !
Les tortues sont là, mais leur mets favori aussi : plein de petites méduses...

29 martinique anse d arlet mouillage

Haut de page

Mercredi 2 février Grande Anse d’Arlet vers Sainte-Anne Martinique :
L 14° 26,07'N -- G 060° 53,02'W - 16 M parcourus

Levé l’ancre 10 h. Vent ENE 5/6 génois + GV 1ris appuyé par les moteurs. On a tout dans le nez, houle, vent ! Le dernier bord à la voile... Arrivée 13 h au mouillage de Sainte-Anne, pas mécontents ! Nous retrouvons le joueur de cornemuse, musicien couleur ébène jouant de beaux morceaux irlandais face au mouillage, ambiance originale ! « Pacifica » et « Emrener » nous rejoignent pour le WE, ribs partie à bord de « Ti Corail », déjeuner sur « Pacifica », de bons moments passés ensemble. Toujours beaucoup de vent, mais moins de grains, pourtant souhaités pour rincer un peu le pont de « Ti Corail » !

35 martinique ste anne ribs partie avec pacifica et emrener


Dimanche 6 février 2011 Sainte-Anne Martinique vers le Marin petit Versailles :
L 14° 27,78'N -- G 060° 51,81'W - 3 M parcourus

10 h 30 Levé l’ancre du mouillage de Sainte-Anne pour celui du Marin suivi de « Pacifica ». Arrivée à 11 h au mouillage du Marin près de la mangrove. Ambiance sympa avec « Emrener » et « Pacifica » dans notre mouillage isolé près de la mangrove. Chacun bricole, répare et le soir nous nous retrouvons pour raconter... nos histoires bateau ! Sur l’eau les rencontres vont à l’essentiel, ça passe ou ça ne passe pas, mais quand ça passe souvent une jolie complicité s’installe. Ti resto pour les anniversaires du 16/02, en avance, car Yvon et Marie partent le 14 en métropole. Dimanche 13, Fanny et Clara arrivent à bord, Nicholas passe une soirée avec nous.

45 martinique marin mouillage mangrove


Lundi 14 février 2011 le Marin petit Versailles vers Sainte-Anne :
L 14° 26,08'N -- G 060° 52,99'W - 3 M parcourus

Levé l’ancre 15 h avec Fanny et Clara, lavage au jet d’eau de mer de la chaîne et l’ancre remontant pleine de vase bien grasse ! Arrivée 16 h devant « Paille Coco » à Sainte-Anne pour Fanny et Clara ce sera plus agréable que le Marin.


Mercredi 16 février 2011 Sainte-Anne vers le Marin petit Versailles :
L 14° 27,77'N -- G 060° 51,81'W - 3 M parcourus

Journée anniv Ti Mouss sans grandes festivités, mais resto la veille avec EMRENER et PACIFICA ! Matin dentiste, puis Captain amènent Fanny et Clara à terre à Sainte-Anne souhaitant qu’elles aient passé un agréable moment. Puis vite, faut vider les coffres du carré et cabines bâbord pour l’intervention des Pochon au Marin. Levé l’ancre 10 h 30 arrivée 11 h 30 au Marin au petit Versailles. Vite la douane pour les formalités de sortie, demain nous partons sur Sainte-Lucie. Déjeuner course, Francis va chercher Julien et Nicolas de Pochon pour installer un câble et une antenne en tête de mât, qui rendra VHF et AIS indépendants. Ils « galèrent », leur prédécesseur n’a pas laissé de messager... Après midi dans le chantier pour le passage de ce fameux câble jusqu’au coffre arrière bd. Arrive la soirée pour tout ranger, nous sommes crevés !

44 Martinique Marin Resto Anniversaire Yvon et Agnes Emrener Pacifica           46 Martinique Marin Intervention Pochon


Jeudi 17 février 2011 Martinique le Marin petit Versailles vers Sainte-Lucie Rodney Bay : ste lucie
L 14° 04,81'N -- G 060° 57,36'W - 26 M parcourus

Quelques courses, un coucou à Hubert et nous levons l’ancre à 11 h. Nous retrouvons « Pacifica » au large de Sainte-Anne pour faire route ensemble. Vent E 4/5 GV 1 ris + génois. « Pacifica » se prend un filet dans une hélice moteur. Nous faisons des ronds dans l’eau pour attendre Bebert qui plonge retirer l’intrus. Nous repartons. Nav houleuse, mais sympa avec les fous de Bassan et le soleil. Test de l’AIS : ça ne fonctionne pas mieux, Captain pas content ! Arrivée à 16 h au mouillage de Rodney Bay à Sainte-Lucie. « Zardo », nos copains canadiens nous appellent sur la VHF, youpi on va se revoir ! Soirée improvisée sur « Ti Corail » avec « Pacifica » et « Zardo ». Vendredi formalités d’entrée aux douanes, puis achat de matériel (ex : filtre dessal 3 €, 8 € en Martinique !). Captain vide les coffres à nouveau et trouve d’où vient le souci de l’AIS : une connexion mal faite en pied de mât ! Enfin, tout fonctionne VHF, AIS et BLU, ouf ! Dîner sur « Pacifica » où nous faisons la connaissance de Mireille et Jacky qui naviguent sur « Fada ». La veille de notre départ apéro sur « Fada ».


49 ter nav martinique ste lucie                      50 ste lucie zardo et pacifica sur ticorail

Haut de page

Dimanche 20 février 2011 Sainte-Lucie Rodney Bay vers Martinique Sainte-Anne : france martinique
L 14° 04,81'N -- G 060° 57,36'W - 25 M parcourus

Après un café bye bye avec « Pacifica » Levé l’ancre à 10 h 30. Vent NE 3/4, GV + Génois. Nous passons près des côtes de la pointe sud de la Martinique, c’est rempli de filets ! Après une belle nav arrivée à 15 h au mouillage de Sainte-Anne. Nous suivons les « Balafenn » qui remontent de Curaçao sur l’arc antillais, leur route montre qu’il ne leur sera pas possible d’atteindre la Martinique, au mieux ce sera Saint Martin... Nous espérons les voir lorsque nous irons sur Saint Martin en mars.


Lundi 21 février 2011 Martinique Sainte-Anne vers le Marin Carénage et retour :
L 14° 26,05'N -- G 060° 53,06'W - 3 M parcourus

117 martinique resto anse caritan blandineNous voulions aller au Marin en annexe pour les formalités de douane, mais trop de vent et de clapot, alors on y va avec « Ti Corail » ! Levé l’ancre 9 h 15 arrivée au mouillage du Marin carénage à 10 h 30. Vite annexe à l’eau pour aller aux douanes avant midi (heure de fermeture !), quelques courses à Leader Price. Nous croisons « Zardo », espérant bien se revoir avant qu’ils ne retournent sur Sainte-Lucie. Arrivée 13 h au mouillage de Sainte-Anne. Le vent souffle fort ! Demain Ti sœur de Ti Mouss arrive pour une semaine à l’hôtel de l’anse Caritan. La première soirée sera occupée par une visite au CH du Lamentin, Blandine a fait une mauvaise chute dès son arrivée = 16 pts de suture ! Baignades compromises...

Nous faisons une balade avec Jacques, un tour de Martinique avec sa forêt tropicale, ses champs de canne à sucre, ses bananes et la distillerie Depaz... Blandine et Coline ont envie de naviguer, pas simple avec un vent entre 25 et 30 nd et des rafales ! Nous tirons des bords dans la baie, déjeuner à bord devant le club med et retour Anse Caritan. Nous espérons que leur court séjour restera un bon souvenir malgré le temps et les mésaventures ! Nous devions quitter la Martinique dès leur départ, mais Ti Mouss souffre du rachis cervical, elle n’a même pas profité du carnaval ! Son Captain s’est limité à aller chercher le pain quotidien ! Nous avons des nouvelles des « Balafenn », bloqués à Porto Rico pour fuite d’une cuve de gasoil dans le bateau ! Nous faisons plus ample connaissance avec Philippe, Nicole et Wilson leur chien sur « Shangri la ». Nous les avions rencontrés aux Sables-d’Olonne, ils préparaient aussi leur bateau.

70 tour martinique foret tropicale77 tour martinique foret tropicale134 martinique ste anne agnes lyse et guy zardo

Mercredi 9 mars 2011 Martinique Sainte-Anne vers le Marin Carénage :
L 14° 27,90'N -- G 060° 52,44'W - 3 M parcourus

Levé l’ancre à 9 h, vent NE 5/6. A 10 h 15 arrivée au mouillage du carénage du Marin. Nous faisons un bon avitaillement pour notre montée sur Saint-Martin. Un coucou à « Zardo » et « Tursiops ».

Jeudi 10 mars 2011 Martinique Sainte-Anne vers Grande Anse d’Arlet : france martinique
L 14° 27,90'N -- G 060° 52,44'W - 3 M parcourus

138 martinique gde anse arlet mouillageLevé l’ancre 9 h 30. Vent ENE 4/5. GV + Génois. Il fait beau, les couleurs sont belles. Un groupe de globicéphales sautent devant nous. Nous commençons notre montée sur Saint-Martin souhaitant que vent et mer soient avec nous... Arrivée 14 h au mouillage de Grande Anse d’Arlet. L’eau est toujours aussi belle. Encore beaucoup de vent avec de fortes rafales... Nous retrouvons « Pacifica », passons de jolis moments ensemble, leur bateau est en vente, mais peut être ferons nous encore le Venez ensemble... « Persévérance » arrive, nous faisons un sympathique apéro dinatoire à son bord. Nous faisons nos formalités de douane de sortie, pour ensuite prendre la mer direction Saint-Martin, rapidement. Nous prendrons plus notre temps en redescendant pour être le 14 avril au Marin, désarmer « Ti Corail » pour deux mois et préparer notre retour en métropole...


Voir Articles Année 2010



Haut de page

logoarticle   20/04/2011

 


antilles nord fus

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

- "Ti Corail" se balade dans les Antilles Nord


- "Ti Corail" en Martinique puis en métropole



Lundi 14 mars 2011 Martinique Grande Anse d’Arlet vers Saint-Pierre : france martinique
L 14° 44,41'N -- G 061° 10,69'W - 20 M parcourus

Levé l’ancre 13 h. Vent NE 4. GV + génois. Nous passons la baie de Fort-de-France entre 7 et 8 nd. En nav, Captain a changé les billes d’un chariot de la GV qui ne coulissait plus. Arrivée à 16 h 30 au mouillage de Saint-Pierre.

3 martinique nav anse arlet st pierre saint pierre montagne pelee panoramique


Mardi 15 mars 2011 Martinique Saint-Pierre vers La Dominique Portsmouth : dominique

L 15° 34,79'N -- G 061° 27,79'W - 65 M parcourus

Levé l’ancre 6 h. « Zardo » est là, il monte sur Marie Galante, peut-être nous verrons-nous à Portsmouth... Vent ENE 5. GV 1 ris + Génois, forte houle N. Entre 8 et 9 nd dans le canal de la Dominique, annoncé calme... mais « Ti Corail » a été chahuté ! Sous le vent de La Dominique, la mer devient calme, nous tirons des bords profitant d’une bonne brise de mer de SW puis d’un retour au NE bien établi, à 16 h 30 nous mouillons à Portsmouth.

5 dominique portsmouth mouillage coucher soleil

Mercredi 16 mars 2011 La Dominique Portsmouth vers Guadeloupe Deshaies : france gwada
L 16° 18,41'N -- G 061° 47,93'W - 60 M parcourus

Levé l’ancre 8 h. Vent ENE 5/6, GV 1 ris + Génois. Ciel à grains, belle houle de NE. Nous ne verrons pas de baleine... mais plein de poissons volants ! Au fur et à mesure que nous nous approchons des Saintes, ce petit archipel se perd dans un gros nuage noir. Sortie des gilets pilotes, prêts pour les manœuvres de réduction de voiles. Le gros grain est passé, nous longeons les Saintes à 8, 9 nd. Le canal n’a pas failli à sa réputation ! Jusqu’à 29 nd de vent, bravo la météo locale qui continue à nous annoncer entre 12 et 15 nd de vent, nous avons presque envie de les appeler pour qu’ils mettent le nez dehors ! Arrivés Pte des Pères sous le vent de la Guadeloupe, le vent et la mer se calment un peu, on va pouvoir faire à manger ! Nous passons du vent E au S puis à nouveau ENE avec la houle. Arrivée à 16 h 30 au mouillage de Deshaies, sous un beau grain et un bel arc en ciel !

7 nav dominique gwada arrivee deshaies arc en ciel

Haut de page

Jeudi 17 mars 2011 Guadeloupe Deshaies vers Antigua Jolly Harbour : antigua et barbuda
L 17° 04,44'N -- G 061° 53,85'W - 54 M parcourus

Levé l’ancre 7 h, on ne sait pas bien pour ou ! Si vent et mer le permettent nous mettons cap sur Antigua... Vent E 4/5 houle NE dans le nez, pas trop cassante : nous mettons le cap sur Antigua, laissant Montserrat à 16 M sur notre bâbord. Ile couverte de cendres volcaniques. Nous approchons d’Antigua l’arrivée sur la côte sous le vent rend la mer plus confortable, la couleur de l’eau est magnifique et nous fait oublier la nav chahutée. 14 h arrivée au mouillage de Morn’s Bay à Jolly Harbour. Nous prenons le temps de dessaler un peu « Ti Corail ». Fin d’après-midi apéro, petit dîner et dodo !

13 nav gwada antigua antigua cote w


Vendredi 18 mars 2011 Antigua Jolly Harbour vers St-Kitts Basseterre : saint kitts nevis

L 17° 04,44'N -- G 061° 53,85'W - 54 M parcourus

Levé l’ancre 8 h, après un bon bain dans ce joli mouillage. Captain a mis le Genaker à poste, un an qu’il n’est pas sorti de son sac ! Vent NE 2/3, GV + Genaker. Appuyé par un moteur afin d’arriver au Narrows avant la nuit, ce passage entre Nevis et St-Kitts est pavé de hauts fonds et d’îlots. Arrivés aux Narrows le soleil décline sur l’horizon = de face ! Ti Mouss à l’avant pour guetter les casiers assez nombreux. Ce passage est déconseillé dans le Patuelli (guide nav aux Antilles), avec vigilance et beau temps on y arrive... À 18 h, nous mouillons à Basse-Terre sur la côte sous le vent de St-Kitts. Mouillage au pied de la capitale, celui qui nous rapproche le plus de notre destination : Saint-Martin que nous espérons gagner demain soir.

35 st kitts basseterre mouillage


Samedi 19 mars 2011 St-Kitts Basse-Terre vers Saint-Martin Marigot : france

L 18° 04,05'N -- G 063° 05,53'W - 64 M parcourus

Lever 6 h au lever du jour. Nous allons essayer de gagner directement Marigot Bay de Saint-Martin. Sous le vent de St-Kitts = pas de vent. Nous voyons des fous qui suivent des dauphins en chasse. Puis NE 4, GV + Génois. Bien sur tout dans le nez ! Nous laissons Statia et Saba sur notre Bd, puis Saint-Martin se dessine avec St Barth à notre Tb. À 6 M de Saint-Martin, nous sommes dans la zone d’exercice de tir d’un navire militaire hollandais, c’est lui qui se détourne, bien sympa, car déjà avec mer et vent dans le pif ce n’est pas la joie à bord ! Captain a eu Jean-Michel ce matin à la BLU, ils nous attendent pour un ti punch ce soir sur « Balafenn » ! Ah ce ti punch tant attendu ! Arrivé 17 h 30 au mouillage de la Baie de Marigot à Saint-Martin. Ouf ! Nous passons une bonne soirée de retrouvailles avec les « Balafenn » et faisons la connaissance de Corine et Seb leurs amis. On se raconte nos aventures et mésaventures...

47 ST MARTIN mouillage Marigot « Balafenn » sur Ti Corail


Mardi 22 mars 2011 Saint-Martin Marigot vers Grand-Case :

L 18° 06,35'N -- G 063° 03,31'W - 4 M parcourus

Levé l’ancre 12 h pour une petite nav. Vent NE 4/5 mer agitée. Nav avec « Balafenn » aux moteurs, un peu fatigués de la soirée sur « Ti Corail » jusqu’à 4 h du mat... 13 h arrivée au mouillage de Gd Case à Saint-Martin. Soirée à Grand-Case la rue principale est animée, nous finissons la soirée avec des ribs au « Calmos Café » les pieds dans le sable.

49 nav st martin marigot vers gd case


Mercredi 23 mars 2011 Saint-Martin Grand-Case vers Marigot :

L 18° 03,97'N -- G 063° 05,66'W - 4 M parcourus

Un coucou d’au revoir aux « Balafenn » puis nous levons l’ancre à 10 h. Nous allons faire des courses ship et nous nous retrouverons à St Barth vendredi. Vent ENE 3/4. Arrivée 11 h au mouillage de la baie de Marigot, près du chenal qui mène au lagon de Simpson Bay . Après midi chez Budget Marine et Island Water World, la carte bleue a chauffé ! « Ti Corail » tu ne pourras pas dire que l’on ne s’occupe pas de toi ! Au retour on se rend compte que l’on a dérapé heureusement pas trop ! On remouille, le vent est fort la houle nous fait rouler. Demain mouillage à Philipsburg pour les achats d’électronique en détaxe. Vivement un mouillage serein, no man’s land... Saint-Martin est une étape « obligée », mais heureusement que nous avons retrouvé les « Balafenn » ! Jo n’abandonne pas, je suis sûre que le Pacifique te redonnera confiance en la mer et au bateau...

Haut de page

Jeudi 24 mars 2011 Saint-Martin Marigot vers Sint-Maarten Philipsburg : sint maarten
L 18° 01,05'N -- G 063° 02,77'W - 13 M parcourus

Levé l’ancre 8 h après une nuit bien ventée. Vent E 4/5, houle NE. Arrivée 10 h 30 dans la Baie de Philipsburg à Sint-Maarten. Puis nous débarquons pour les achats d’électronique.

89 ST MARTIN Philipsburg

Vendredi 25 mars 2011 Sint-Maarten Philipsburg vers St Barth Colombier : france
L 17° 55,49'N -- G 062° 52,29'W - 20 M parcourus

Levé l’ancre 7 h 30. Vent E 3/4, GV 1 ris + Génois, houle NE, nous tirons des bords. « Balafenn » parti de l’Ilet Pinel au N de Saint-Martin est à vue à mi-parcours, puis nous faisons route ensemble. Passage devant la Roche Table, sur les cartes nous passons carrément dessus ! Puis devant l’île Fourchue pour arriver à 11 h 30 au mouillage Anse Colombier à St Barth. Nous allons tous faire les formalités à Gustavia et traîner sur les pontons admirer les bateaux de la Buckett Regata. St Barth et ses magasins de luxe, on trouve tout ici ! Nous finissons la soirée dans un ti resto à la hauteur de nos finances ! Le retour de nuit en annexe est un peu anxiogène speed boat, hauts fonds... Le mouillage est fréquenté par de nombreuses tortues et quelques petits requins. Francis a vu le rayon vert ! Plein de bons moments passés avec les « Balafenn », mais nous devons à nouveau nous séparer, pour mieux nous retrouver !

140 St BARTH Francis133 St BARTH Resto133 St BARTH Sur « Balafenn »103 nav st martin st barth roche table

Mardi 29 mars 2011 St Barth Colombier vers St-Kitts White House Bay : saint kitts nevis
L 17° 15,01'N -- G 062° 39,51'W - 54 M parcourus

Levé l’ancre 9 h avec les « Balafenn », mais très vite nos routes se séparent, ils vont sur Saba et nous St-Kitts... les cœurs sont gros... Joëlle de « Paquito » disait que la vie de bateau était faite de séparations, vrai, mais les retrouvailles sont tellement bonnes ! Vent E 4/5, GV + génois. Ciel à grains... En effet nav avec grains blancs et grains noirs qui s’enchaînent. Nous ne communiquons plus avec les « Balafenn » 45M nous séparent... À 18 h arrivée près de Basse-Terre, le mouillage n’est absolument pas protégé de la houle S, vite on file sur le mouillage suivant ou l’on distingue quelques mâts... Arrivée à 18 h 45 au mouillage de White House Bay à St-Kitts.


Mercredi 30 mars 2011 St-Kitts White House Bay vers Montserrat Little Bay : montserrat
L 16° 48,14'N -- G 062° 12,44'W - 64 M parcourus

Levé l’ancre 7 h 30, pas trop le moral à bord... Vent SE 5, GV 1 ris + Génois. Encore un ciel à grains et nous allons naviguer vent dans le pif ! Pas juste, on monte, on a du NE on descend on à du SE... Rafales à 30 nd sous le vent de St-Kitts puis Nevis. Entre Nevis et Montserrat, mer agitée houle SE entre 2 et 3m. On monte, on descend... Joindre la Guadeloupe en bord direct = impossible. Nous prenons la décision de nous diriger sur Montserrat en tirant des bords dans une mer formée, on se prend des paquets de mer tout est en vrac dans « Ti Corail », de plus il a pris l’eau par un hublot = génial ! Arrivée à 17 h 30 au mouillage de Little Bay à Montserrat.

150 nav st kitts mtserrat


Jeudi 31 mars 2011 Montserrat Little Bay vers Guadeloupe Anse à la Barque: france gwada

L 16° 05,31'N -- G 061° 46,13'W - 69 M parcourus

Levé l’ancre 8 h pour la Guadeloupe, nous commençons à fatiguer de ces nav inconfortables... Vent SE 5/6, GV 1 ris + Génois. Houle E avec période courte. Nous contournons Montserrat par le N, pour redescendre par la côte au vent afin d’avoir un meilleur cap vers la Guadeloupe. On oublie le pilote auto, à la barre pour négocier avec les vagues. On voit le volcan de Montserrat en activité, toute la partie sud de l’île est couverte de cendres. Entre Montserrat et la Guadeloupe, des vagues de plus de 2m déferlent. Arrivée sous le vent de la Guadeloupe, la mer s’apaise et la nav devient confortable. 18 h 30, arrivée au mouillage de l’Anse à la Barque en Guadeloupe.

156 nav mtserrat gwada volcan

Haut de page

Vendredi 1 avril 2011 Guadeloupe Anse à la Barque vers Pointe-à-Pitre:
L 16° 13,68'N -- G 061° 32,06'W - 38 M parcourus

Réveillés par les hirondelles qui jouent sur « Ti Corail ». Mouillage très mignon, nous serions bien restés, mais nous devons gagner la Martinique et vu la météo qui s’annonce nous décidons de joindre P à P à l’abri et nous reposer un peu. Il nous reste 3 nuits à la Marina de Bas du Fort, nous allons en profiter !
Levé l’ancre 9 h, au départ pas de vent = moteurs. Puis SE 5/6 GV 1 ris + Génois. Captain dit vouloir finir de payer « Ti Corail » puis le vendre... Ti Mouss estomaqué... C’était le poisson d’avril du Captain ! Nous longeons la côte pour avoir moins de vent dans le nez en faisant très attention aux casiers que l’on distingue mal dans cette mer agitée. Pointe Mazarin 38 nd, nous prenons le 2e ris. Captain se rend compte que nous n’avons plus d’antenne AIS... Nous passons la pointe du Vieux Fort avec son phare. La pointe sud de Basse-Terre est une vraie marmite vent contre courant, houle + vagues s’entrechoquent. Puis enfin en direction de P à P on arrête les moteurs pour mettre le génois à 75 %. Arrivée à 15 h 30 au mouillage du carénage à P à P en Guadeloupe. Nous retrouvons « Microbe » souvenirs souvenirs ! Nous rentrons 3 jrs à la Marina Bas du Fort pour souffler un peu et s’occuper de « Ti Corail » qui n’a pas vu de port depuis Puerto la Cruz ! Grand rinçage à l’eau douce, inspection des fissures dans la strat et oh ! surprise elles s’agrandissent et de nouvelles sont nées... nous sommes inquiets, on nous conseille de faire expertiser le bateau... Nous retrouvons « Microbe », faisons la connaissance de Mireille et Marc sur « Amadeus ». Faisons nos courses avec Arnaud, très bon guide pour trouver un déshumidificateur pour « Ti Corail », qui empêchera la moisissure de se former durant notre absence.

160 nav gwada anse barque pap phare



Jeudi 7 avril 2011 Guadeloupe Pointe-à-Pitre marina vers La Dominique Portsmouth: dominique
L 15° 34,85 N -- G 061° 27,72 W - 41 M parcourus

9 h 30 lâcher les amarres après avoir écouté la météo du jour: creux de 2 m, mer agitée, vent 4/5. La nav commencée, les prévisions s’avèrent juste. Vent ENE 4/5, GV 1 Ris + Génois, cap sur la Dominique. « Ti Corail » avance à 7, 8 nd, nous laissons Les Saintes sur notre Td.

Arrivée 16 h au mouillage de Portsmouth à La Dominique. Enfin une nav avec vent et mer pas complètement contre nous.


Vendredi 8 avril 2011 La Dominique Portsmouth vers Martinique Saint-Pierre: france martinique
L 14° 44,39'N -- G 061° 10,67'W - 55 M parcourus

Levé l’ancre 9 h 30. Il a beaucoup plu cette nuit « Ti Corail » est rincé ! Sous le vent de La Dominique ENE 5/6, GV 2 ris + Génois, le canal de la Martinique va être chaud ! Finalement « Ti Corail » passe bien la houle et fait route au cap entre 6 et 7 nd, parfois 8. Nous n’aurons toujours pas vu de baleine... À l’arrivée sur la pointe N et NW de la Martinique « Ti Corail » a surfé et le pilote auto a relativement bien tenu, avec 30 nd de vent. Arrivée 18 h au mouillage de Saint-Pierre en Martinique.

Haut de page

Samedi 9 avril 2011 Martinique Saint-Pierre vers Grande Anse d’Arlet:
L 14° 30,21'N -- G 061° 05,24'W - 17 M parcourus

Visite de M et Mme Parent sur « Agate », que nous avions rencontrés avant l’achat de leur Lagoon 410. Nous partageons un café et quittons le mouillage à 10 h 30. Vent ENE 4/5 GV + génois, mer presque plate. Puis dans la Baie de F de F « Ti Corail » file entre 8 et 9 nd. Si toutes les nav pouvaient être aussi confortables... Puis des rafales de 30 nd nous font prendre un ris et réduire le génois, la mer est formée avec des vagues courtes. Captain a eu « Balafenn » à la BLU, ils ont beaucoup de vent sur Saint-Martin et se sont réfugiés dans le Lagon. Arrivée à 13 h au mouillage de la Grande Anse d’Arlet. Nous allumons le tél. : 3 messages d’Yvon d’« Emrener », ils montent sur la Guadeloupe pour leur transat retour. Ils font un stop à Arlet, nous partageons un plat de pâtes sur « Ti Corail » !

1 Nav Martinique St Pierre Arlet Pecheurs

Mardi 12 avril 2011 Martinique Grande Anse d’Arlet vers Sainte-Anne
L 14° 26,10'N -- G 060° 52,98'W - 29 M parcourus

Levé l’ancre 8 h 30 sous une pluie incessante. Vent E 3/4 GV 1 ris + génois. Passage entre la pte et le Rocher du Diamant. Le moral à bord est comme le temps : sans soleil. Nous tirons des bords. Appel tél. d’« Emrener », en route pour la Guadeloupe ils n’ont plus de pilote auto et devront le faire réparer avant leur transat retour. Arrivée 12 h 15 au mouillage de Sainte-Anne. Nous retrouvons « Gentiane » avec Otché, Maria d’« Agua » « Apabois » faisons la connaissance d’Eric et Luis sur « Mobydick ». Nous passons tous une super soirée ambiance guitare qui donne envie à Ti Mouss de s’y remettre !


Vendredi 15 avril 2011 Ste Anne vers Marina du Marin: france martinique
L 14° 28,04'N -- G 060° 52,44'W - 2 M parcourus

Petite nav pour rejoindre la Marina du Marin et amarrer « Ti Corail » au ponton d’Hubert, notre concessionnaire. Nous devons déménager tout tribord et le carré pour préparer le bateau à ses interventions chirurgicales ! Installation du déshumidificateur pour éviter les moisissures. Jean Pierre et Michèle d’« Agate » partagent avec nous une bouteille de champagne pour arroser leur bateau et leur projet que nous avions influencé sans le savoir. Nous faisons plus ample connaissance avec Annie et Guy d’« Horizons ». Retrouvons Jean François d’« Amaya », Michel de « La Françoise » revenu de son périple dans les mers australes. Pas trop une semaine pour préparer « Ti Corail »... avec ardeur ! Le 21 avril nous laissons les clefs à Hubert et prenons l’avion vers la métropole pour 2 mois. L’Aloe Vera de Ti Mouss est en bonne garde sur « Agate »...


Haut de page

 

logoarticle   30/07/2011

 


carte france2ter

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

- Ti Corail en Martinique puis en métropole


- Ti Corail retour en Martinique



Jeudi 22 avril au Mercredi 22 juin 2011 :
Voyages terrestres en métropole !

16 Martinique Ste Anne Soiree sur GentianeAccueillis par nos amis et tite sœur de Ti Mouss à Paris. Durant ce séjour, nous n’aurons pas eu le plaisir de revoir tous nos amis, nos projets de visites ont été un peu perturbés par quelques soucis de santé, nous avons au moins pu profiter de nos familles aux 4 coins de la France métropolitaine ! Drôle de sensations, nous retrouvons un monde un peu terne et triste, malgré le soleil et la chaleur de nos hôtes ! Un grand merci à nos amis Hélène et Nicholas chez qui nous avons joué les coucous et à qui nous avons fait partager des moments pas très faciles !

Quant à « Ti Corail » il est réparé et cicatrisé de toutes ses fissures, mais certainement plein de poussière de strat... A l’arrivée va falloir nettoyer puis ranger tout le bateau : tout ce qui était dans le carré et la coque tribord déménagé à bâbord pour les travaux durant notre absence, Francis lui devra se reposer. Nous retrouverons les « Balafenn » et « Gentiane ». Dès que possible nous descendrons sur le Venezuela...


Jeudi 23 juin au Jeudi 28 juillet 2011 - Martinique Marina du Marin : france martinique
L 14° 28,04'N -- G 060° 52,44'W

3 Martinique Le Marin Balafenn Jo et JeanMiDépart de Paris le 22 juin accompagnés par Hélène à l’aéroport, séparation « humide »... Puis nous arrivons à Fort-de-France puis au Marin surprise : Jo et Jean-Michel de « Balafenn » sont là pour nous accueillir avec quelques bonnes victuailles, encore une séquence émotion, mais celle-ci de retrouvailles ! Nous passons tous la soirée au « Mango Bay » avec Jean François d’« Amaya ». Nous nous retrouvons tous les 6 le lendemain sur « Balafenn » pour un repas créole préparé par Jo. Puis l’état de Francis impose du repos, les « Balafenn » viennent souvent sur « Ti Corail » pour nous éviter les déplacements, quelques bons moments pour sortir des aménagements et nettoyage du bateau ! 7 Martinique Le Marin Infirmiere prepare Abricot pays
Sylviane, l’infirmière, nous rend visite tous les jours. En plus d’être compétente, elle nous apporte plein de fruits du pays : mangues, abricots pays, avocats, maracuja... Nicholas vient nous voir à la Marina, ce sera, à priori, la dernière fois en Martinique.

Les réparations des fissures sont faites et paraissent bien faites... wait and see ! Nous allégeons aussi « Ti Corail » en vidant quelque peu les coffres. Le temps est de saison, les ondes tropicales s’enchaînent avec des orages. Nous sommes bloqués de toute façon à la Marina pour les soins infirmiers. Nous faisons aussi connaissance du nouveau « Gentiane », nouveau bateau de J.Pierre et Françoise beaucoup plus grand. Un mois bien long dans ce HLM à l’horizontale qu’est le port ! Nous vivons la vie de ponton avec ses + et ses - !

Nous en profitons pour entretenir « Ti Corail » : voiles, drisses écoutes trempées dans la soupline et l’annexe qui continue à se fissurer est reprise et le tableau arrière est refait en époxy, là ça ne devrait plus bouger.

Nous avons enfin vendu le moteur 20 cv 4 T beaucoup trop lourd et ferons l’acquisition d’un 2 tps au Venez, en attendant durant notre descente les « Balafenn » ont eu la gentillesse de nous proposer de nous transporter jusqu’à terre. Le tél Iridium a rendu l’âme, dur dur nous venions de renouveler l’abonnement, mais nous avons eu la chance d’en trouver un d’occasion. Les ondes tropicales s’enchaînent, chaleur humide bien installée. Enfin le grand jour arrive, « Ti Corail » va pouvoir reprendre mer et mouillage, l’état de santé du Captain le permettant !


Jeudi 28 juin 2011 - Martinique Le Marin vers Sainte-Anne :
L 14° 26,11'N -- G 060° 52,97'W - 3 M parcourus

9 Martinique Arrivee Ste Anne14h30 lâcher de pendilles et amarres de la Marina du Marin : Ouf ! Après un ti tour au ponton gasoil direction Sainte Anne ou nos potes « Balafenn » nous attendent depuis un mois... Avec les pluies diluviennes des jours précédents, le parcours est jonché de troncs d’arbres à la dérive. Soirée au mouillage sur « Balafenn » avec un repas de fête. Vendredi, tous les 4, nous louons une voiture. Comme notre départ est proche, nous allons dans les Supermarchés afin d’acheter tout ce que nous ne trouverons pas dans les îles suivantes et il en faut, car à part à Curaçao vers octobre/novembre, nous ne trouverons pas de cornichons ni de moutarde non sucrés ! Ti Mouss s’achète une guitare, va falloir s’y remettre.

Et comme tous les vendredis soirs, musique à Paille Coco. Deux groupes se produisent. Une ambiance géniale, tout le monde danse, chante et avec Jo nous nous lançons dans des zouk's effrénés (les Captains sont beaucoup plus calmes et regardent). Nous avons fêté l’anniversaire de « Ti Corail », cela fait 2 ans que nous sommes partis des Sables-d’Olonne. Jo et Jean-Michel ont invité aussi Michel que nous avons connu à la soirée de vendredi. Il nous a amené des boudins antillais fait maison (un régal) et des bananes de son jardin pour les faire flamber. En plus il y avait un avocat, des petits piments végétariens (pas trop forts). Le Ti Punch a coulé, pas à flot, mais presque. Le soir nous sommes allés manger des Rib’s dans un Lolo et écouté un spectacle avec « Princesse Lover ». Mais les retrouvailles et festivités sont un peu troublées par l’annonce de l’arrivée d’Emily qui doit passer au nord de la Martinique. Nous la surveillons de près, car elle va se transformer en cyclone sous 48 heures. Nous ne savions pas encore si nous allons fuir vers Sainte-Lucie, rester à Sainte-Anne ou nous réfugier dans la mangrove. Les images satellites , les prévisions de vent et de mer nous ont fait décider de rester dans la baie de Sainte Anne, même si presque tous les bateaux ont fui. Finalement, une nuit blanche avec vent beaucoup de pluie et petite houle, rien de bien méchant pour nous, mais les terriens en ont bavé !

Le départ du tour de la Martinique en yole, un événement majeur et pendant ce temps tout s’arrête, a été repoussé de 2 jours à cause du temps. Nous ne verrons pas l’étape de Sainte Anne, nous avons décidé de commencer à descendre, sortir de la zone cyclonique. Ce qui est sûr, c’est que nous avons eu l’accord du chantier SPICE à Grenade pour sortir le bateau et le caréner le 15 août. Nous avons donc des impératifs de date à respecter.

Haut de page

 

logoarticle   25/08/2011

 

martinique grenade nav

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

- « Ti Corail » descend sur Grenade 



Jeudi 4 Août 2011 Martinique Sainte-Anne vers Sainte-Lucie Rodney Bay : ste lucie
L 14° 04,93'N -- G 060° 57,42'W - 28 M parcourus

1 Ste Lucie Jo Agnes10 h lever d’ancre, avec « Balafenn », bye bye la Martinique, après avoir dit au revoir à tout le monde, ou presque ! Ti Mouss un peu angoissé, car il n’est plus amariné, mais tout est ok, pour une fois c’est le Captain qui a l’estomac « chamalo ». Vent Est force 5, mer agitée, allure travers. Nous essuyons quelques grains. Qu’est-ce que cela fait du bien de reprendre la mer après 3 mois de vie terrienne et de port. Arrivée 14 h 30 à Sainte Lucie au mouillage de Rodney Bay où nous retrouvons notre « fruits man ». Une balade à terre pour quelques salades que nous ne retrouverons plus en descendant ! Il pleut, mais rien à voir avec ce que nous avons vécu avec Emily en Martinique. Au mouillage nous sommes bercés par la musique reggae.


Dimanche 7 août 2011 Lucie Rodney Bay vers Bequia Admiralty Bay: st vincent et grenadines
L 13° 00,12'N -- G 061° 14,57'W - 76 M parcourus

24 Bequia Resto avec Jo JeanMi Balafenn5 h lever d’ancre. Sous le vent de Sainte-Lucie courant de face pas de vent = moteur. On en profite pour travailler le dessal. Puis dans le canal de St Vincent vent SE 3/4, GV + Génois, puis presque plus de vent seulement une houle longue. « Balafenn » a pris l’option plus au large, mais il n’a pas eu plus de vent. Arrivée Saint Vincent toujours pas de vent, mais de beaux grains, c’est la faute de la ZITC qui est trop haute ! Puis canal de Béquia un ti peu de vent, mais... dans le pif !

18 h 30 arrivée à Béquia au mouillage d’Admiralty Bay. Apéro et dîner papaye verte avec « Balafenn ». Le lendemain, recherche d’un réparateur pour le moteur de Fredy l’annexe de « Balafenn », faut pas oublier que nous n’en avons plus ! Lundi, nous louons une Jeep et faisons le tour de Béquia. Déjeuner au Firefly que « Balafenn » connaissait nous avons été conquis par le cadre et la sérénité de ce lieu. Puis nous enfourchons notre bolide direction le dispensaire aux tortues.

Tortue albinos délaissée par ses congénères, tortues estropiées.... Bizzy la tortue fétiche qui aime toujours autant se faire gratter la carapace.
D’ailleurs Captain s’en souviendra, car une tortue, sûrement jalouse, est arrivée subrepticement et lui a pincé un doigt (sans gravité heureusement). Nous retrouvons aussi le nouveau « Gentiane » avec leurs soucis de moteur, nous passons un bon moment à bord de « Ti Corail ». Mercredi Francis prend enfin son 1er bain, court, cicatrisation oblige !

38 Bequia Hopital tortues

Haut de page

Jeudi 11 août 2011 Bequia Admiralty Bay vers Mayreau Salt Whistle Bay:
L 12° 38,80'N -- G 061° 23,44'W - 14 M parcourus

72 Nav Bequia Mayreau Ti Corail7 h 30 lever d’ancre pour Mayreau, vent E 3/4 allure travers GV+ Génois, puis GV + GNK « Ti Corail » file entre 7 et 8 nd ! Rentrée du GNK en prévision des surventes sous le vent de Canouan : raté peu de vent ! Arrivée à 12 h 30 à Mayreau au mouillage de Salt Whistle Bay, avec « Balafenn » nous partageons l’amour pour cette petite île. Cela risque de ne plus être pour longtemps un mouillage idyllique, un Canadien fait construire un resort... Les habitants survivent de la pêche, des services rendus aux plaisanciers (les bateaux pour l’instant sont les seuls moyens de rejoindre cet endroit).

86 MayreauNous en profiterons au maximum. Baignade et le soir pots dans le nouveau Lolo de « Black Boy » une des figures emblématiques de l’île. Nous faisons la connaissance du petit Léon (il dit avoir 8 ans ?) orphelin de père et de mère et qui a été adopté par toute la communauté de l’île. Il a l’air tellement heureux de vivre !

81 Mayreau Beach bar Glenmore Grant

Dimanche 14 août 2011 Mayreau Salt Whistle Bay vers Grenade Prickly Bay: grenade
L 12° 00,04'N -- G 061° 45,83'W - 60 M parcourus

92 Grenade Prickly Sortie Ti Corail7 h 30 lever d’ancre. Arrêt cigarette pour Captain et forte réduction pour Ti Mouss ! Va falloir tenir... Vent E, GV + Génois. Passage au vent d’union puis entre Punaise et Morpion, faut faire attention c’est plein de récifs et au vent de Carriacou.

Puis passage au vent de Grenade GV + GNK. La dernière partie de nav se fait au moteur, faute de vent. Arrivée à 17 h à Grenade au mouillage de Prickly Bay.

Le lendemain matin formalités de douanes puis direction le chantier pour la sortie d’eau de « Ti Corail ». Devant le travel lift du chantier Spice Island à 10 h, les cœurs serrés, c’est toujours un grand moment de voir son bateau prendre les airs !!! « Balafenn » nous suit !

100 Grenade Prickly Ti Corail Carenage2 jours de carénage et maintenance de tout ce qui est sous la ligne de flottaison. Pas facile à bord la vie sans eau et plein de moustiques ! Merci à « Balafenn » d’avoir gardé notre frais, car avec un réfrigérateur à refroidissement eau de mer à sec il ne fonctionne pas !! Très contents du chantier bon travail avec des professionnels en plus sympas.

Nous déjeûnons au Big Fish seul ti resto, nous y dînons aussi pour notre anniversaire de mariage, Jo et Jean-Michel nous font plein de cadeaux Budget (seul magasin !) : éponges géantes, dico, pavillon cubain et une belle photo de « Ti Corail » dédicacée. Nous sommes bien avec eux !

          110 St Georges

Haut de page

Jeudi 18 août 2011 Grenade Prickly Bay vers Saint-Georges Bay: 
L 12° 02,30'N -- G 061° 45,44'W - 5 M parcourus

Clementine 2011 08 18« Balafenn » retrouve l’eau à 8 h 30 et « Ti Corail » suit, c’est bon d’être sur les flots !!! A 15 h 30, après avoir bu un café sur « Balafenn », nous quittons le mouillage de Prickly Bay. Vent ENE 3, vent arrière sous Génois. Nous passons la Pointe Saline, puis sous le vent de Grenade au moteur. Arrivée au mouillage de St Georges à 17 h 30, il faut s’y reprendre à 3 fois, car nous dérapons sur les fonds coralliens recouverts d’une fine couche de sable.
Nous avons subi le bord Sud de la tempête tropicale IRENE qui nous a occasionné de violentes pluies et rafales de vent. Le mouillage n’était pas sûr. Nous avions donc peur de déraper quand la tempête s’est mise à souffler et nous sommes restés à bord à surveiller le bateau.
Grande nouvelle de la semaine est que Captain est grand-père une nouvelle fois d’une petite Clémentine née de Aurélie et Olivier mercredi 18 août ! Elle est toute mignonne. L’accouchement s’est très bien passé et Aurélie est rentrée chez elle dimanche.

109 St Georges Irene

Lundi 22 août 2011 Grenade Saint-Georges Bay vers Marina Port-Louis: grenade
L 12° 02,73'N -- G 061° 44,98'W - 0,5M parcouru

2 GRENADE coucher de soleil8 h 30 lever d’ancre pour la Marina pour compléter les approvisionnements, faire tourner quelques machines à laver et attendre notre copain « Balafenn » qui embarque ses voiles toutes neuves ! L’accueil de la Marina est sympathique un marinero fait même l’effort de nous dire quelques mots en français, rare dans ces lieux plutôt anglo-saxons ! En fin de semaine, nous comptons bien prendre la mer pour les Testigos au Venezuela, un peu de vie « no man’s land » !
Nous faisons la connaissance de Catherine et Marcel du Catamaran « Phase II ». Marcel est ancien boucher charcutier traiteur de la région de Dijon (il a même été élu un des meilleurs bouchers de France). Mercredi, petite soirée sur Phase II jusqu’à 1 h du matin. Jeudi, petite soirée sur « Ti Corail » jusqu’à 2 h du matin Vendredi, petite soirée sur « Balafenn » jusqu’à 1 h du matin… Ho la la !

11 GRENADE St George Marina Agnes

14 GRENADE St George Marina Francis22 GRENADE St George nous25 GRENADE St George Balafenn

 

Haut de page

 

logoarticle   03/11/2011

 

carte venezuela 11

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

- « Ti Corail » Venezuela Testigos Blanquilla PLC

- « Ti Corail » Venezuela PLC  Tortuga

- « Ti Corail » Venezuela Los Roques

- « Ti Corail » Venezuela Las Aves



Dimanche 28 Août 2011 Grenade Saint-Georges vers Venezuela Les Testigos : venezuela
L 11 ° 22,99'N -- G 063° 08,15'W - 95 M parcourus

31 Testigos mouillage Playa RealAprès avoir effectué le plein de gasoil et réglé la Marina (surprise pour le prix de l’eau supérieur à celui du whisky !), à 17 h Phase II nous lâche les amarres. Vent ESE 3/4 GV + GNK, puis dans la nuit GV + Génois, les grains s’enchaînent avec pluie et vent. À l’arrivée aux Testigos, les frégates et les dauphins nous accueillent ! Maintenant que nous connaissons l’archipel, nous l’abordons par le nord pour arriver à 12 h 30 au mouillage de Playa Real. Gentiane et six autres bateaux sont là. À peine arrivés, nous sommes invités chez Nelly et Chonchon (la famille de pêcheurs qui vit là) pour un BBQ langoustes poissons. Ti Mouss et Captain crevés après une nuit blanche décident de se reposer un peu pour les rejoindre ensuite.

Nous allons avec « Ti Corail » et « Balafenn » à Iguana à la demande des garde-côtes pour les formalités, vite fait bien fait nous retrouvons le mouillage de Playa Real ! Pas de pression des autorités pour quitter les Testigos. Et oui, car normalement seulement 48h00 sont autorisées si les formalités d’entrée dans le pays ne sont pas faites, les garde-côtes nous accordent de rester jusqu’aux fêtes de la Vierge ! Nous nous retrouvons seuls avec « Balafenn », les 7 autres bateaux sont partis sur Margarita pour les formalités. Nous avons décidé de les faire à Puerto la Cruz, ça craint beaucoup moins qu’à Margarita ou les agressions s’enchaînent. Faut en profiter, car durant les fêtes de la Vierge (une semaine à partir du 8 septembre) va y avoir du monde !

65 Testigos mouillage Playa RealLa vie est belle, Captain prend plaisir à pêcher, nous prenons plaisir à manger langoustes, poissons, burgaux... Baignade dans une eau turquoise avec l’envol des fous au-dessus de nos têtes, les dauphins qui chassent, l’accueil des pêcheurs... Pas un bolo en poche, ici pas besoin tout est troc ! Prêt du fusil à Felice = 2 langoustes en retour !

Un nouvel arrivant sur le mouillage (Hubert et Cathy sur « Cahulina ») nous a donné un morceau des deux thons qu’il a pris la nuit en venant de Grenade. Est arrivé le cata « Alize » avec Jean-Yves et Claudine. Nous avons terminé la journée par un barbecue au coucher du soleil sur la plage où poissons et ribs ont ravi nos palais. Des amis et cousins de Lionel, un des fils de la famille de Nelly, sont venus nous voir au barbecue et nous avons échangé un peu de nourriture et de bebida…

Felice est venu avec son marinero Victor, Ti Mouss s’est séparée jeudi d’une corde de rechange pour sa guitare, il a voulu essayer la guitare de Ti Mouss. 2 bières et quelques morceaux plus tard, il nous a laissés et nous sommes partis dîner sur « Balafenn ». Encore une excellente soirée.
Maria avec son bateau « AGUA » est arrivée sous voiles au mouillage, contents de la retrouver et faire la connaissance d’Alexis.

Haut de page



95 Testigos Testigo Grande escalade phareJean-Michel et Francis sont allés en annexe à la plage de Tamarindo pour monter à pied au phare qui culmine à 250 m au sommet de Testigo Grande. Après une heure et quart de grimpette dans un sentier rocailleux bien balisé, mais fréquenté essentiellement par les chèvres, ils ont pu accéder à un panorama superbe sur les Testigos.

124 Testigos Tamarindo Fete ViergeLe 8 septembre, nous sommes partis de Playa Real vers Iguana pour assister au début des fêtes de la Vierge. Grande fête de la Vierge de la Vallée, elle aurait transformé de simples cailloux en pierre précieuse. Vers 10 h, nous avons tous embarqué sur la lancha d’Otche pour suivre le parcours et le débarquement de la Vierge sur la plage de Tamarindo. Tous les lanchas et peneros remplis avec les familles et leurs amis sont ainsi partis vers Tamarindo, beaucoup sont venus de Margarita ou Carenero. Le temps était superbe et la visite de la Vierge dans toutes les maisons accompagnée par les fidèles et un groupe de musiciens était une véritable fête. Nous avons déjeuné d’un grand bol de soupe qui contenait de l’igname, un morceau de veau, une patte de poulet et un cou !
Nous sommes partis ensuite avec la lancha d’Otche vers Playa Real pour assister au départ de la course des lanchas de pêcheurs. Tous ces bateaux en course ont transformé la mer en une véritable bouilloire, mais le spectacle était là. Nous sommes revenus ensuite en lancha vers Iguana pour suivre encore la procession de la Vierge dans toutes les casas du village avant qu’elle ne soit remise dans sa capilla (chapelle) pour la nuit. Nous sommes retournés à bord vers 17 h exténués, mais heureux.

Le lendemain, nous avons été réveillés par les garde-côtes à 5 h 30, lesquels nous ont demandé de partir pour laisser la place à la frégate vénézuélienne « Carupano ». Nous nous sommes déplacés vers notre précédent mouillage à Playa Real.

191 Testigos DinerCaptain est parti à la pêche pratiquement tous les matins, avec Jean-Yves ou Maria et a rapporté des langoustes vite préparées et vite mangées !
Le barbecue sur la plage initialement prévu par Jean-Claude et Éliane de « Fleur de sel » a été annulé, car tous les bateaux sont remontés sur Iguana pour se protéger de la houle de Sud-ouest qui rentrait sur Playa Real. D’ailleurs, si la nuit avait été calme et sans vent, nous nous sommes retrouvés au matin l’arrière en direction de la plage avec deux mètres au sondeur. Vers 9 h, nous avons changé de mouillage à Playa Real avant de rejoindre Iguana avec « Balafenn » en début d’après-midi. En milieu d’après-midi, le vent est enfin tombé et les bateaux mouillés à Iguana se sont retrouvés dans tous les sens.

271 Testigos Eclosion TortuesNous sommes retournés mouiller à Playa Real la veille de la procession de la vierge à Playa Chiquita (chez Chonchon et Nelly). Jean-Claude a organisé un BBQ chez Chonchon, nous nous sommes régalés de langoustes et poissons avec tous les bateaux. Nous avons aussi fait meilleure connaissance avec les autres équipages et c’était vraiment super. Nous avons ainsi passé une excellente journée qui s’est terminée par une fête sur le bateau de Jo et Jean-Michel. Nous avons vu d’ailleurs un spectacle extraordinaire, car dans la nuit noire, des dizaines de bébés tortues étaient venus se réfugier dans les quelques centimètres d’eau sur les jupes arrière de « Balafenn », sans doute attirés par la lumière de la fête. Ceux-là étaient nés sans doute quelques heures à peine avant. Moments magiques...

Les fêtes de la Vierge arrivent à leur terme ! Nous sommes allés une dernière fois à la procession de la Vierge à Playa Chiquita dans toutes les maisons de la famille de Nelly et Chonchon et nous avons passé un super après-midi. Le soir, nous avons été invités sur « Manava », le bateau de Gus et Yannick et avons passé une soirée fort sympathique avec tous les autres bateaux encore présents. La soirée a été toutefois un peu perturbée par de très gros orages avec des vents de 30 à 40 nd au point que nous avons été un moment dérangés par les mugissements du vent et de mystérieux claquements qui s’entendaient de loin. Ces bruits bizarres provenaient de « “Ti Corail” » ! Nous y sommes allés à trois en annexe dans un clapot pas possible qui nous a trempés en quelques secondes. Le Genaker, mis en place dans l’après-midi en prévision de la nav du lendemain pour la Blanquilla, avait décidé de prendre quelques libertés. La force du vent en avait déroulé une partie formant une coque qui battait violemment au vent au point de déchirer la chute de la voile sur une longueur d’environ 7 m. Avec Jean-Michel et Cyril, nous l’avons affalé rapidement puis rentré en soute à voiles. Encore un chèque en perspective ! Au moment de reprendre l’annexe de Jean-Michel pour retourner à bord de « Manava », le moteur a refusé catégoriquement de démarrer et d’autres copains sont venus nous chercher. Après ces quelques émotions, nous avons repris le cours normal de nos activités : la soirée à bord de « Manava », tout en surveillant la bonne tenue des mouillages de nos différents bateaux.

245 Testigos Fete Vierge

Nous aurions dû partir le lendemain vers la Blanquilla, mais le mauvais temps de la matinée nous a vite enjoints de repousser de 24 heures cette navigation. Du coup, nous nous sommes reposés ! Les fêtes de la Vierge, ça use ! Nous quittons les Testigos et les copains avec un ti pincement au cœur...

Haut de page

Mercredi 17 Septembre 2011 Venezuela Les Testigos vers La Blanquilla : venezuela
L 11° 50,23'N -- G 064° 38,77'W - 95 M parcourus

280 La BlanquillaNous sommes partis vers 16 h 30 de Playa Real avec nos amis de « Balafenn » ainsi qu’un autre bateau copain « Terre Océane » en direction de l’île de la Blanquilla, distante de 95 milles. Les dauphins nous ont accompagnés quelque temps dès la sortie de la baie. Le coucher de soleil est arrivé sans nous offrir hélas son très rare phénomène du « rayon vert » puis la nuit a vite enveloppé nos bateaux. Heureusement, les orages nocturnes se sont contentés de rester très loin dans le S et le SW, illuminant le ciel de leurs flashes incandescents. Ayant pris un ris dans la Grand Voile depuis le départ, le vent arrière nous a contraints à essayer les voiles en ciseaux et, pour une fois, le pilote s’est bien comporté et le bateau a tenu son cap correctement.
Nous sommes arrivés au mouillage à Playa Yaqué de la Blanquilla à 11 h le lendemain et avons trouvé six bateaux français déjà présents. Toujours pas la trace ici d’une quelconque autre nationalité ! Les Français occupent seuls le terrain au Venezuela. Dès notre arrivée, Jean-Yves de « Alize » est venu nous apporter deux rougets et une carangue, partie du produit de sa pêche du matin !
Nous avons nettoyé le poisson puis déjeuné rapidement et sommes partis au lit nous reposer de cette nuit de navigation.
Inutile de parler des 2 palmiers isolés et toujours présents sur cette plage déserte de Playa Yaqué ni de la couleur de l’eau ni des pélicans qui vous regardent comme des sénateurs ne craignant pas d’être dérangés. La nature est là, omniprésente. Nous avons cueilli de la salicorne que nous avons à notre tour fait connaître aux autres bateaux.
Les Garde-côtes sont venus à bord, sympas, mais avec leurs chaussures. Ils ont « visité » le bateau. Dès leur départ, la vadrouille a fait le tour de « Ti Corail » !

Nous avons été invités par Jackie et Claude de « Popeye » à prendre un café et nous avons sympathisé. Dans le cours de la discussion, il s’est avéré que Claude voulait se séparer d’un vieux moteur de 5 CV, mais qui fonctionne. Pour nous, ce fut une bonne occasion d’avoir un petit moteur de dépannage.

Enfin, c’était aussi l’anniversaire de Captain et le petit repas en toute intimité avec Jo et Jean-Michel qui devait se faire à bord s’est transformé en une excellente surprise : invités tout d’abord sur « Terre Océane » de Cyril et Isabelle, nous avons vu arriver les équipages de tous les bateaux présents au mouillage avec qui une entrée, qui un plat, qui un dessert et ce fut une super soirée.

282 Blanquilla Terre Oceane Anniv Francis

Mercredi 21 Septembre 2011 Venezuela La Blanquilla vers Puerto la Cruz: venezuela
L 10° 12,49'N -- G 064° 39,71'W - 100 M parcourus

283 Puerto La CruzC’est le jour du départ vers Puerto la Cruz. Nous allons d’abord faire le tour des bateaux copains pour dire au revoir, mais nous aurons plaisir à les revoir tous. Puis, nous relevons notre ancre à 12 h 30 avec « Balafenn » et mettons sous voile cap au 190. Jean-Michel a quelques soucis avec un chariot de latte de GV mais quelques minutes plus tard, il peut enfin hisser tout son linge.

Le vent E de 8 à 10 nd au début est monté à 13 nd au coucher du soleil puis 16 à 18 durant la nuit. L’événement de la nuit a été la capture de « Ti Corail » par un filet dérivant ! Cela ne nous était jamais arrivé. Sur la route directe Blanquilla Puerto la Cruz, nous n’avons vu un paquet de lanchas qu’entre Margarita et la Tortuga en quittant les grands fonds et en arrivant sur la ligne de sonde des 200 m. Ils mouillent les filets avec une bouée lumineuse à feu scintillant à la première extrémité, mettent le filet à l’eau en dérivant et la lancha reste à l’autre extrémité du filet, à 1 ou 2 km sous le vent de la bouée, feux allumés quelquefois, le plus souvent éteints. Ces lanchas en bois ont une très faible réflectivité radar et ne se voient au radar à environ 3 ou 4 milles qu’en augmentant sensiblement le gain du radar. Il faut bien sûr passer au vent de la bouée scintillante !

Quant à nous, une fois pris dedans, gros coup de frein, bruits de ragage sous la coque, bateau stoppé. Nous étions à la voile à 7 nd, enroulé génois, choqué la grand-voile, allumé éclairage de pont. Appel en espagnol sur le 16 resté sans réponse. Nous avons alors coupé la ralingue du filet à 70 cm sous l’eau au bout d’un quart d’heure, Captain avec gilet et sangle en bas de la jupe et un bon couteau pendant que Ti Mouss essayait de remonter tant que possible la ralingue grosse comme un doigt prise dans un safran pour la mettre à portée de bras.
Nous nous sommes ainsi dégagés, sommes restés un peu à la dérive pour tout remettre en ordre puis avons fait route sans autre dommage.
Autre chose, naviguer en rangs serrés peut être dangereux dans ce cas. Au moment de l’événement à 20 h 15, nuit noire, Jean-Michel était à 200 m derrière nous, heureusement attentif, et pas en train de satisfaire un besoin naturel (sommeil...). Captain l’a immédiatement alerté par VHF de la présence du filet, 1 pour ne pas qu’il nous rentre dedans à 7 nd et 2 qu’il ne tombe pas dedans non plus. Naviguer « collé serré » par sécurité, car dans ses eaux les agressions sont relativement fréquentes, demande encore plus de vigilance.

Haut de page


La pétole s’est seulement manifestée devant l’île de Borracha et nous avons dû ralentir pour nous présenter à la marina de jour. Nous sommes arrivés à Bahia de Redonda à Puerto la Cruz vers 8 h 30 et avons été conduits après appel sur le canal 71 vers le fond de la marina où une place à nos dimensions nous attendait. Nous sommes allés faire nos formalités à la marina puis sommes allés voir José pour lui laisser les papiers nécessaires à nos formalités d’entrée dans le pays. Nous retrouvons aussi d’autres équipages de bateaux que nous connaissons déjà.

Au cours de la traversée, la pompe de cale s’était mise en route à plusieurs reprises et après contrôle du niveau d’eau dans le puisard tribord, il s’agissait d’eau douce, donc rien de grave. Nous avons commencé à chercher et Ti Mouss a trouvé la fuite. La pompe à pied eau douce sous l’évier fuyait, inondant le plancher sous évier, et l’eau ruisselait vers tribord en passant d’ailleurs par un placard à vêtements… Nous avons réparé provisoirement en permutant la pompe eau douce et la pompe eau de mer, cette dernière peu utilisée et surtout, le circuit eau de mer n’étant lui pas sous pression. Une bonne nuit réparatrice fut appréciée ! Le lendemain, la matinée a commencé par le nettoyage et l’assèchement du puisard tribord tandis que de nombreuses machines à laver ont tourné sous la houlette de Ti Mouss pour récupérer le linge de table trempé suite au ruissellement narré plus haut. C’est quand même bien pratique une machine ! Antonio est venu chercher notre Genaker pour le réparer suite à la déchirure pendant l’orage aux Testigos. Jo et Jean-Michel sont venus dîner à bord, chouette.

17 Puerto la Cruz

Nous sommes partis le lendemain avec le puerto puesto (3,5 Bfs par personne) au mercado de Puerto la Cruz et n’avons trouvé aucun changement. Nous avons pu parler avec le chauffeur, charmant, et le marché est toujours aussi animé, haut en couleur, débordant de fruits, légumes, poissons et viandes. Les ananas côtoient les brouettes remplies de succulentes fraises, les pommes, les poires, etc.

Notre Genaker est revenu de réparation et le travail semble correct. Il va nous falloir le mettre en place pour l’enrouler correctement.

12 CumanaLe dimanche comme l’année dernière nous sommes allés déjeuner avec Jo et Jean-Michel au ti resto des pêcheurs ou nous avons retrouvé l’équipage de « Cassiopée », « Amaya »... Une ballade dans le 4/4 de Mathias, vers Cumana pour aller chercher le moteur 15 cv Yamaha. Nous avons longé la côte du parc de Mochima. Dommage que ces endroits soient peu sécurisés, la nature y est tellement belle. Les jours s’écoulent avec la vie de ponton, réparation rangement, échanges d’expériences... Une belle fête à bord de « Balafenn » avec les équipages de « Gentiane » « Fleur de sel » et « Manava », nos routes devraient cette fois se séparer...
Notre départ de Puerto la Cruz est différé, nous n’obtenons nos papiers de sortie du pays que le 11 octobre !

13 Cumana moteur yamaha21 Puerto la Cruz Soiree Balafenn24 Puerto la Cruz Soiree Terre Oceane

Haut de page

Mercredi 12 Octobre 2011 Venezuela Puerto la Cruz vers Tortuga Caldera : venezuela
L 10° 57,32'N -- G 065° 13,56'W - 58 M parcourus

26 Ile TortugaÀ 6 h, nous quittons Bahia Redonda avec « Balafenn », les bateaux copains nous larguent les amarres. Vent ENE 2/3 puis ¾ GV+ Génois. Le loch est bloqué par les algues, va falloir gratter la coque, 3 semaines de marina ça se paie ! Passage entre Chimana Grande et Borracha. Captain attrape une dorade coryphène. Les dauphins nous offrent leur spectacle dont on ne se lasse pas ! En nous voyant arriver près de La Tortuga, Jean-Yves d’« Alizé » nous fait un coucou à la VHF. Nous mouillons à 17 h 15 à Playa Caldera à la Tortuga.


Jeudi 13 Octobre 2011 Venezuela Tortuga Caldera vers Herradura : venezuela
L 10° 59,52'N -- G 065° 22,81'W - 11,5 M parcourus

« Alizé » nous donne du basilic en bouture, il va agrémenter les pâtes ! À 9 h 30, nous levons l’ancre pour Herradura que nous ne connaissons pas encore. Avec les moteurs, car pas de vent pour arriver à 12 h au mouillage d’Herradura, superbe de couleur. Nous déjeunons de la dorade coryphène en filet prise la veille, avec les « Balafenn ». Bel endroit que nous devions quitter samedi, mais le vent un peu fort repousse notre départ. Nous en profitons pour nous balader et cueillir de la salicorne.

36 Herradura Mouillage39 Herradura Mouillage pano

 

 

roques mouillages trace


 

photo     Clic sur Album Photos

 

- « Ti Corail » au Venezuela : Los Roques 




Dimanche 16 Octobre 2011 Venezuela La Herradura vers Les Roques Buchi Yaco : venezuela

L 11° 48,19'N -- G 066° 34,43'W - 100 M parcourus

16 h, nous levons l’ancre. Vent NE GV + Génois. La nav s’annonce bien à 6 nd de moyenne. Faut pas aller trop vite pour impérativement arriver de jour dans les bouches de Sébastopol des Roques. Au coucher de soleil, lors de la prise d’un ris, Captain trouve une petite hirondelle sur un winch, il la prend délicatement... elle est fatiguée. Puis elle rentre dans le carré cherche un coin pour se reposer et finit par s’installer sur les pots à épices ! On la surveille, elle ouvre les yeux puis les referme, bonne nuit Ti Fred... Vers 22 h, le vent tombe avec la mer de travers nous sommes ballottés = moteurs pour avancer. Puis le vent ENE revient, puis des grains avec pluie et rafales de vent, faut diminuer la toile ! Le jour se lève et Ti Fred est toujours là, il redresse la tête de tps en tps et la replonge vite dans ses plumes, il dort. Peut-être attend-il de sentir la proximité de la terre pour reprendre son envol... 11 h, après le passage délicat de la passe Sébastopol, nous mouillons à Buchiyaco aux Roques devant le récif où repose une épave. À midi, Ti Fred, certainement trop épuisé, rend l’âme, dur moment... Nous passons une super soirée avec un bon repas sur « Balafenn », c’est l’anniversaire de Jean-Michel.

72 Roques Buchi Yaco Mouillage

Haut de page

Mardi 18 Octobre 2011 Venezuela Les Roques Buchi Yaco vers Crasqui : venezuela
L 11° 53,50'N -- G 066° 44,15'W - 15 M parcourus

Une onde tropicale passe, de beaux grains avec pluie et vent à 30 nd. Nous décidons de lever l’ancre pour changer de mouillage dans les Roques. Nous n’aurons pas de mer, protégés par le récif. Départ 10 h, nous passons au large de Gran Roque, contournons Agustin pour mouiller à Crasqui à 13 h. Petite nav attentive, car il y a beaucoup de cayes et de bancs de sable, mais on en prend plein les yeux ! Merci à Jean-Yves pour ses traces qui nous ont bien aidées. Balade sur la côte au vent où nous trouvons des burgaux et de la salicorne, le marché est fait ! Nous trouvons aussi un ti resto ou nous déjeunons de crevettes poisson : rien d’excellent, mais le cadre sympa et 2 aras, non attachés, nous font la conversation ! Nos derniers bolos sont partis.

95 Roques Crasqui Mouillage109 Roques Crasqui ara

Jeudi 20 Octobre 2011 Venezuela Les Roques Crasqui vers Sarqui : venezuela
L 11° 53,63'N -- G 066° 48,30'W - 5 M parcourus

Levé l'ancre à 9 h 30. Après une nuit perturbée par le passage d’une onde tropicale avec beaucoup de pluie, aujourd’hui le ciel est beau. Vent de NE qui rafraîchit un ti peu l’atmosphère, il ne fait que 34 °C à l’ombre en début de matinée. Nous mouillons à 10 h 30 à Sarqui, les bleus sont superbes. Il y a du corail et pouvons faire du snorkeling = PMT = palmes masque tuba, avec saucisses pour donner à manger aux poissons, mais plein de tites méduses laissent des traces urticantes sur Ti Mouss ! Apéro dînatoire avec Jo et Jean-Michel sur « Ti Corail » encore une soirée bien sympa. Le lendemain, un peu de houle apportée par le vent NW, 2 dames pélican élisent domicile derrière « Ti Corail » et passent la journée avec nous. Pêche aux burgaux et Captain a attrapé une « bête à cornes »... chut nous sommes dans un parc... Faut bien manger !

131 Roques Sarqui bete a cornes                       130 Roques Sarqui Mouillage Apero

Samedi 22 Octobre 2011 Venezuela Les Roques Sarqui vers Carenero : venezuela
L 11° 53,10'N -- G 066° 50,66'W - 3 M parcourus

Petit vent d’W avec grains. Nous levons l’ancre à 9 h 30, passage sous le vent de Yanki. Nav à vue, les cartes CM93 sur MaxSea sont fausses, Navionics un peu meilleures. Après plusieurs essais de mouillage à Carenero, la pioche est « définitivement » plantée à 10 h 30. Nous sommes protégés du vent et de la houle d’W, entourés de mangrove (quelques moustiques !). Soirée sur « Balafenn » : dîner de prince avec dernier poivron, dernière aubergine...

156 Roques Carenero Mouillage

Haut de page

Dimanche 23 Octobre 2011 Venezuela Les Roques Carenero vers Cayo de Agua : venezuela
L 11° 49,25'N -- G 066° 56,46'W - 8,5 M parcourus

Levé l'ancre à 9 h 30, légère brise de SE. Nous passons entre Bequeve et Elbert Cay avec son phare rouge et blanc. Toujours très attentifs aux cayes à ras de l’eau. Les couleurs sont magnifiques et nous arrivons au mouillage de Cayo de Agua à 11 h 15. Palmes, masque et tuba sur les patates de corail. Un bateau norvégien nous donne un morceau de thon zailes jaunes, cuisiné et apprécié avec Jo et Jean-Michel sur « Ti Corail » puis sur « Balafenn » ! Un peu coincés ici par une météo non favorable pour se diriger vers les Avès.

189 Roques Cayo Agua

 

les aves mouillages 

photo     Clic sur Album Photos

 


- « Ti Corail » au Venezuela : Las Aves

 



Jeudi 27 Octobre 2011 Venezuela Les Roques Cayo de Agua vers Les Aves Barlovento : venezuela

L 11° 56,79'N -- G 067° 25,13'W - 34 M parcourus

Levé l'ancre 7 h. Vent E 4. GV+Génois. Un ti Fred hirondelle vient se poser sur la drisse de GNK, restera-t-elle avec nous jusqu’aux Aves, paradis des oiseaux ? Ben non les manœuvres de voiles l’ont fait partir... Allure voiles en ciseaux difficile à tenir avec la houle. Puis le vent monte 4/5, le bateau tient bien. À mi-route une autre hirondelle vient se reposer sur « Ti Corail ». Puis on tire quelques bords pour une nav plus facile. Arrivée à 14 h 15 au SE de l’Ile de Barlovento des Aves. Chaud chaud le passage entre les cayes. C’est magnifique, mais avec plus de 20 nd de vent... pas très sécurisant.

211 Aves Barlovento Mouillage

Haut de page

Vendredi 28 Octobre 2011 Venezuela Les Aves Barlovento N vers Barlovento S : venezuela
L 11° 56,62'N -- G 067° 26,35'W - 2 M parcourus

Levé l'ancre 10 h. Ti Mouss à l’avant pour repérer les patates de corail. Arrivée 10 h 30 au mouillage S de Barlovento, entre le phare et la mangrove. Plein d’oiseaux nous accueillent. Le mouillage est plus calme. Sur la plage de cette île inhabitée, il y a un petit campement de pêcheurs. Promenade en annexe dans la mangrove, paradis des oiseaux des fous à pieds rouges, au bec bleu, des échassiers, des nids... tout ce petit monde est tout juste curieux de notre présence. En revenant, nous voyons des tortues dans l’eau transparente. Samedi soir BBQ viande avec Jean-Michel et Jo sur « Ti Corail », viande précieusement gardée dans le congélo de « Balafenn » !

207 Aves Barlovento Mouillage N

Dimanche 30 Octobre 2011 Venezuela Les Aves Barlovento vers Sotavento : venezuela
L 12° 02,63'N -- G 067° 40,77'W - 20 M parcourus

Levé l'ancre à 9 h 30. Vent E 4. Voiles en ciseaux, le ciel est chargé. En arrivant sur Sotavento, les garde-côtes nous contactent par VHF. Captain décline nos identités ainsi que celles de « Ti Corail » et « Balafenn ». Après un long échange de matricules, ils nous souhaitent la bienvenue. Arrivés à 13 h au mouillage devant le campement des garde-côtes, tout juste l’ancre posée, ils arrivent pour nous dire que l’on ne doit pas rester ici ! Soit dans la mangrove, soit aux iles Palmeras soit Curricai. Dommage c’était beau... Isla Palmeras n’est pas bien abritée, nous continuons plus loin pour mouiller à Curricai à 14 h 30, après 4 remontées d’ancre qui glissait sur le corail. La Guarda Costa est venue nous voir à bord, distribution de bières et cigarettes. Lors d’une tite sortie PMT nous voyons un poisson-lion, ce poisson sorti des aquariums de Floride, dangereux pour l’homme et destructeur du corail et son environnement.

216 Aves Barlovento

 

Haut de page

 

logoarticle   30/11/2011

 

mer caraibesmouillages

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

- « Ti Corail » aux Iles ABC

- « Ti Corail » en Haiti

- « Ti Corail » en Jamaique 



Mardi 1 Novembre 2011 Venezuelauela Les Aves Sotavento vers Bonaire Kralendijk : antilles neerlandaises

L 12° 09,31'N -- G 068° 16,79'W - 39 M parcourus

3 Nav Aves BonaireLevé l'ancre 7 h, après installation du GNK. De belles lignes de grains s’annoncent... Vent SE 3, puis NE 4/5 puis SE 3/4. génois seul sous les orages... Puis « Ti Corail » navigue sous GNK et « Balafenn » sous spi, puis en ciseaux : GNK + génois. Bye bye le Venezuela... Nous arrivons à Bonaire, faisant partie maintenant des nouvelles Carribean Netherlands et plus que jamais de la Hollande au contraire de Curaçao ou Aruba qui ont choisi un statut plus autonome que le précédent ! En approchant des côtes, nous reconnaissons bien le retour à la civilisation : éoliennes, toitures, voitures... Sur la côte SW, on distingue des pyramides de sel où se trouvent les flamants roses.

Arrivée à 17 h à Kralendijk, capitale de Bonaire. Mouillage sur bouées pour protéger les fonds coralliens. Ici la langue est le Papiamento, mélange de créole, espagnol, hollandais, anglais... Nous y achetons un peu de matériel de plongée. Vendredi, nous louons une voiture avec « Balafenn » pour visiter cette petite île. Le Nord est un désert d’immenses cactus, avec un lac d’eau saumâtre. Le sud est tout aussi désert, mais avec des salines et des flamants roses. Restent des petites maisons d’esclave qui travaillaient dans le sel.

Nous visitons à Kralendijk une maison bien étrange avec un jardin peuplé de poupées, décorée de bois flotté peint et des flamants roses qui se promènent autour de leur piscine. Nous finissons notre balade par quelques avitaillements puis une pâtes partie sur « Ti Corail » avec Jo et Jean-Michel. Nous devions partir lundi, papiers de sortie faits, mais nous nous plaisons bien alors nous restons 2 jours de plus ! Nous avons apprécié les ribs du « Paradise Moon » = exceptionnels !

12 Bonaire resto avec Jo et JeanMi         17 Bonaire Kralendijk71 Bonaire                                                  95 Bonaire Kralendijk

Haut de page

Mercredi 9 Novembre 2011 Bonaire Kralendijk vers Curaçao : antilles neerlandaises
L 12° 04,79'N -- G 068° 51,71'W - 38 M parcourus

Nous lâchons les bouées à 8 h 30. Vent SE 4 GV + génois, la nav est assez douce. Arrivée à 16 h 30 au mouillage à l’W de Spanish Water de Curaçao. Il y a beaucoup de bateaux hollandais. Nous allons en bus à Willemstad pour faire les formalités, puis nous nous promenons dans cette petite Hollande avec ses maisons de couleur, son pont ouvrant, son marché de lanchas vénézuéliennes avec fruits et légumes. Le reste du séjour va être consacré à trouver du matériel chez les ships de Curaçao et faire un avitaillement conséquent pour la suite de notre voyage sur Haïti, Jamaïque et Cuba. Quelques entretiens de « Ti Corail ». Nous avons loué une voiture pour faire le plein de provisions et en avons profité pour visiter le N de l’île complètement différent de Bonaire, beaucoup plus vert. Nous avons vu des flamants roses, des oiseaux à lunettes, Jo et Jean-Michel nous ont emmenés dans un ti resto local à West Punt tout au N, bel endroit. Nous sommes prêts pour partir direction Haïti 3 à 4 jrs de nav avec les quarts !

111 Curacao Willemstadt

145 Curacao Willemstadt plaque150 Curacao Westpunt
157 Curacao Flamingo Bay

300 Haiti Rep Dominicaine

photo     Clic sur Album Photos



« Ti Corail » en Haïti


Haut de page

Jeudi 17 Novembre 2011 Curaçao vers Haïti Île à Vache : haiti
L 18° 06,19'N -- G 073° 41,55'W - 486 M parcourus

Nous levons l’ancre avec « Balafenn » à 11 h et quittons Curaçao sous un ciel gris avec un vent d’Est 4/5. Dès la sortie de Spanish Water, nous prenons notre premier beau grain, prise de ris rapide et tout se passe bien. Le vent va forcir ainsi que la houle, le seul avantage est que nous avançons entre 7 et 8 nd. À cette vitesse, dans 3 jours, nous serons à Haïti. La première nuit est difficile et nous avons peu dormi avec cette houle de NE qui nous fait tanguer, le bruit des vagues qui claquent sur les coques et les manœuvres de voiles qui ne nous ont pas aidés. La journée du 18 sera plus calme avec un vent d’E toujours, mais moins fort et une houle plus faible. Nos seules rencontres seront les cargos et quelques fous de Bassan. Depuis le départ, nous suivons une route entre le 350 et le Nord pour garder le vent sur le travers au fur et à mesure qu’il va virer vers le NE selon les prévisions. Vers 17 h, le vent passe ENE 4/5 et nous filons à 8 nd, « Ti Corail » passant bien la houle. La soirée commence avec un beau grain et 38 nd sous 2 ris dans la Grand Voile et génois enroulé à 75 %. Une bonne rinçade pour laver le bateau et l’équipage ! Les prévisions météo s’avéreront justes avec un vent de NE 5/6 et des murs d’eau nous arrivant sur le travers avec parfois une vague venant s’écrouler dans le cockpit, encore une bonne douche salée ! Pas mal de grains avec renforcement du vent et de la pluie. Le jour se lève, la météo reste la même avec une mer agitée. Ti Mouss est malade, même un yaourt ne passe pas ! Puis la nuit tombe, le vent et la mer aussi, ouf, un peu de répit !

21 HaitiLa journée suivante est calme puis la terre nous fait signe. À chaque nouveauté, naît un sentiment ambigu, enfin la terre, mais perte de cette sensation d’espace infini… Nous longeons la côte de l’île à vache, nous voyons les montagnes d’Haïti, sèches et désertiques où quelques nuages s’accrochent. L’île est relativement verte avec des prairies et du relief, assez boisée, des franges de cocotiers se répartissant sur la côte ceinte de plages ou de falaises très blanches. Nous l’avons contournée pour rentrer dans la seule baie praticable, la baie à Feret dite baie du capitaine Morgan puisque ce pirate en avait fait son repaire. Une fois dans la baie, nous avons aussitôt été dirigés vers une anse protégée du Nord par un remblai aménagé par un Français installé ici depuis 23 ans. Il est arrivé en voilier et a décidé de rester là. il a fait construire un hôtel.

57 HaitiL’arrivée en ce dimanche 20 novembre est attentive, c’est un terrain miné, nous slalomons entre les casiers signalés par des petites bouteilles en plastique. Nous découvrons peu à peu notre mouillage de la petite Baie à Feret. Comité d’accueil des embarcations locales des pêcheurs et des enfants. Nous avons tout d’abord essayé de mouiller, mais notre ancre ne tenait pas dans la vase épaisse qui recouvrait le fond. Un gamin nous a alors dirigés vers une bouée de corps-mort gratuite de l’hôtel à toucher la mangrove et nous a aidés à nous y amarrer. Nous avons tiré un peu dessus au moteur et nous déplacions le corps mort avec nous ! Nous sommes donc repartis nous mettre à l’ancre dans la vase en espérant qu’il n’y ait pas de coup de vent.

46 HaitiDe longues discussions avec un pêcheur qui a fondé une association pour les aider, Joseph Pascal Suprien, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Son but est de rendre la pêche plus écolo et surtout d’obtenir des aides pour la mise en place d’une chambre froide, ce qui implique une infrastructure étudiée. Les pirogues sont creusées dans un tronc de manguier qui est évidé à l’herminette (trois semaines de travail) et peuvent recevoir une voile dans le cas des pêcheurs les plus aisés. Les autres vont en mer à la pagaie, constituée d’une branche de palme dont on aurait ôté les feuilles et coupée à la bonne longueur. Ici, il n’y a pas de moteur hors-bord, pas d’essence, ni de mécano pour réparer les éventuels moteurs. C’est ainsi que leur faculté à pêcher est relativement limitée. Ils ne s’éloignent pas à beaucoup plus de 2 ou 3 km en mer, restent donc dans les petits fonds de 10 à 20 m, ramassent toutes les espèces, y compris les plus jeunes spécimens. Les pirogues dotées d’une voile vont un peu plus loin et on observe souvent un brasero entretenu au milieu et au fond du bateau, sans doute destiné à cuire leur nourriture. Ils ne fabriquent pas eux-mêmes leurs casiers, ceux-ci leur sont donnés par des associations, idem pour les filets droits à petites mailles... Ceux qui pêchent à la ligne en pirogue rentrent avec 3 ou 4 poissons de taille tout à fait moyenne, juste de quoi faire un repas pour une famille. Ceux qui pêchent au filet le relèvent tous les matins... pas trop tôt, si bien que le peu de poisson pris dedans est déjà entamé par les crabes, gonflé d’eau et en début de pourrissement, pas très bon en somme ! Ils ramassent tout ce qu’ils trouvent, les bébés lambis et les bébés langoustes gros comme des gambas ! En somme, ils continuent à détruire une ressource déjà bien affaiblie par des usages de pêche interdits partout ailleurs.

70 HaitiDu matin au soir le défilé des pirogues avec les gamins et quelques adultes, nous offrant de laver le bateau, notre linge en échange de tout et n’importe quoi. Ils nous ont demandé en vrac, des bouts de cordes pour les pêcheurs, pour attacher aussi les chèvres, des vieilles voiles pour en tailler des neuves pour leurs pirogues, des sous pour qu’ils puissent payer leur école, des piles, des stylos, des cahiers, des chaussures, des masques de plongée, des palmes, du savon, etc. On ne nous a pas demandé de nourriture. Ils avaient l’air bien nourris, mais le problème sanitaire demeure. Des gens y meurent encore du choléra et du paludisme.

Les jeunes que nous avons vus étaient tous en short, tee-shirt, tongs, un téléphone portable dans la poche pour quelques-uns d’entre eux. Ils parlent le français, langue utilisée à l’école, mais utilisent le plus souvent leur créole.

L’île ne comporte aucune infrastructure, pas de route, pas d’eau courante, pas d’électricité, aucun système d’épuration d’eau évidemment. Tous les déplacements dans cette île se font à pied ou à cheval. Le bourg principal se trouve à 2 heures de marche avec le marché et l’orphelinat de Sœur Flora.

Haut de page



76 Haiti Ile a Vache MouillageOn est comme à l’écart du temps, le silence assourdissant seulement rompu par les braiments des ânes, les couinements des cochons, les chiens qui aboient dans la nuit, les enfants qui jouent et parlent en se rendant à l’école, des femmes qui se disputent, des pêcheurs qui s’interpellent, le bruit d’un marteau utilisé à calfater une embarcation hors d’âge, le bruit d’une écope utilisée dans une pirogue, car une pirogue prend l’eau en permanence, tandis que s’élèvent entre les cocotiers quelques panaches de fumée de quelques foyers. Au milieu des Caraïbes ont se croirait en Afrique de l’W, même paysage, mêmes sourires, mêmes coutumes...

62 HaitiQuelques blancs sont pourtant là, principalement étrangers, habitant de belles demeures sur le sommet des collines, en bord de mer avec des points de vue admirables, rafraichies par les alizés. Ils dispensent d’une façon ou d’une autre un peu d’aide en participant à la scolarisation des enfants, en prenant en charge quelques familles, en leur donnant du travail.

Le Français qui a construit l’hôtel Morgan fait ainsi travailler des dizaines de personnes après les avoir formées. Derrière l’hôtel, on peut voir les lavandières en uniforme s’occuper du linge, des hommes retaper, poncer et repeindre des meubles. Il n’y a pas de magasins ici ni d’artisans.

44 HaitiToujours est-il que la pression des habitants ayant été telle, nous n’ayant décidé que tardivement de passer par Haïti et n’ayant rien préparé comme dons éventuels et n’ayant tout simplement pas suffisamment de place, eux étant trop habitués au passage des bateaux français chargés de moult choses, sacs de riz, vieilles voiles, tonnes de cahiers et autres. Nous distribuons quelques petites choses, mais nous sommes bien impuissants devant ce peuple en souffrance. Nous ne le vivons pas très bien… Il faudrait prendre le temps de s’installer quelque temps pour faire de petites actions de terrain, former, apporter nos connaissances.

Nous sommes ainsi partis plus tôt que prévu, n’ayant rien à faire là qui puisse leur être d’une aide quelconque. Nous sommes donc partis avec un sentiment de malaise. On peut dire toutefois qu’ils sont dans l’attente des divers dons. Les ONG continuent aussi à faire n’importe quoi, distribuant ça et là de l’aide, des machines qu’ils ne sont pas capables d’entretenir ni de pourvoir en gazole, de construire des routes pour des gens qui n’ont pas de voiture tandis qu’eux roulent dans des 4x4 de luxe, séjournent dans les plus grands hôtels, font des fiestas des week-ends entiers à force champagne et bouffent ainsi une grosse partie des dons en budget de fonctionnement... C’est bien triste tout ça !


jamaique

photo     Clic sur Album Photos


« Ti Corail » en Jamaïque


 

Haut de page

Mercredi 23 Novembre 2011 Haïti vers La Jamaïque Port-Antonio : jamaique
L 18° 10,83'N -- G 076° 27,25'W - 174 M parcourus

Osni, un des enfants avec qui nous avons passé d’agréables moments, vient nous dire au revoir et nous souhaiter bon vent. Nous levons l’ancre à 10 h pour faire route vers la Jamaïque, plus exactement Port-Antonio sur la côte Nord Est et nous espérons y arriver demain soir avant la nuit. Peu de vent SE 3. GV + génois. Des pêcheurs à la voile nous demandent une bouteille d’eau, échange rapide avec des grands coucous. Nous longeons la côte sud de Haïti et profitons de la brise de mer pour sortir le GNK.

88 Jamaique PortlandPuis plus de vent = au moteur... Juste la longue houle qui nous porte. Sortis de la protection d’Haïti le vent tarde à venir. Vers 4 h du matin enfin il se lève GV + génois dans une mer croisée avec un courant à 2 nd à contre. En plein large, nous sommes envahis par une colonie d’insectes ressemblants à des punaises, beurk ! Que font-elles là ? Nous finissons par nous en débarrasser. Au petit matin le vent souffle enfin à 15 18 nd, nous avançons. Durant un de ses 1/4 Ti Mouss prend sa dose de stress coincé entre 2 cargos en route collision, personne ne bouge... et Ti Mouss donne un coup de barre pour dévier sa route et laisser passer les bolides des mers. « Ti Corail » est pourtant prioritaire, mais a-t-il seulement été vu ? Avec les mésaventures racontées, on peut se poser la question... Nous découvrons une île très montagneuse avec la présence des Blue Mountains, qui devraient s’appeler les Green Mountains, car l’île arbore une végétation luxuriante.

Nous arrivons dans le chenal la nuit tombante jeudi 24. Mouillage à 17 h 30 à Port-Antonio en Jamaïque. Nous payons 12 $ US par nuit pour mouiller devant la petite, mais très jolie marina Errol Flynn, nous pouvons profiter du wifi et des douches. Hum ! de vraies douches avec de l’eau douce à volonté = luxe ! Dès le lendemain, vendredi, nous prenons nos repères dans la petite ville de Portland. Les gens sont sympas, marché et supermarché bien pourvus. Des banques où nous pouvons retirer des $ jamaïcains. Un rasta nous vend des copies de CD de reggae pour quelques $ J. Un autre sur son radeau vient nous voir tous les jours, nous proposent de l’« herbe » et des bananes, il vit depuis 30 ans dans le bush avec 13 chiens à nourrir, nous lui donnons thon, riz et cigarettes.

Nous passons une demi-journée à quai pour rincer « Ti Corail » qui est tapissé de sel, puis un front froid passe, peu de soleil et beaucoup de pluie avec vent N. Nous pensons aller à Ocho Rios, à une bonne journée de nav, pour attendre une bonne météo (ENE) pour partir sur Cuba.

95 Jamaique Portland        121 Jamaique Portland

Mercredi 30 Novembre 2011 La Jamaïque Port-Antonio vers Ocho Rios Bay : jamaique
L 18° 24,84'N -- G 077° 05,88'W - 45 M parcourus

126 Nav Jamaique Portland Ocho RiosLevé l'ancre à 7 h 30, la nuit a été fraîche : 21 °C ! Au départ petite brise côtière S, GV + génois, et sortie du GNK. Puis plus de vent = moteur, juste la houle croisée qui nous fait danser. Captain met une ligne à l’eau... la pêche s’avère infructueuse ! En fin de matinée le vent NE se lève enfin. Nous arrivons à Ocho Rios.

129 Jamaique Ocho Rios MouillagePetite baie a priori bien protégée, mais un peu ouverte sur la houle de Nord, pour s’en prémunir, nous avons dû nous diriger vers un réduit dans le nord de la baie, entre la barrière de récifs coralliens et la côte. Un chenal peu profond, pas reconnu sur les cartes, nous emmène sur un mouillage bien protégé par 3 m d’eau. Le mouillage a été un peu délicat, car nous nous retrouvés avec une patate de corail juste devant les étraves. Nous l’avons vu au dernier moment et nous allions lentement. Nous avons pu battre en arrière de toute la puissance des moteurs tandis que le son strident de l’alarme haut fond envahissait le cockpit. L’alarme haut fond se déclenche à 1 m d’eau sous le sondeur, lequel est situé à 70 cm au-dessus des quilles... Il restait 30 cm... ou moins. Nous avons pu nous éviter sur place en soulevant des nuages de sable avec les hélices et sommes repartis vers des eaux saines sur les indications d’un Jamaïcain qui nous faisait des grands signes pour nous guider. Merci à lui. Arrivée un peu chaude à 16 h 30 à Ocho Rios Bay en Jamaïque.

L131 Jamaique Ocho Rios Mouillagea ville ici est peu intéressante, car tout a été orienté vers le tourisme et aménagé pour recevoir les paquebots de croisière chargés d’Américains et de Canadiens. Quais immenses, complexes de shopping pour ces gens-là, les croisiéristes, mais heureusement les gens ici (hors de la zone à touristes) sont très accueillants, curieux et souriants. Hier, nous avons fait nos formalités de sortie de la Jamaïque grâce à un policier de la police maritime qui nous a gentiment guidés vers les services des douanes et de l’immigration consacrés aux passagers des paquebots, nous évitant ainsi de nous rendre dans d’autres bureaux des administrations à 10 km plus à l’Ouest.

Nous devions partir samedi pour Cuba pour arriver dimanche dans les Jardines de la Reina. Mais nous avons reporté le départ (vent beaucoup plus fort que prévu, 25 nd établis). On va attendre une meilleure météo ! que le front froid venu des US finisse de s’évacuer comme l’anticyclone des Bermudes un peu trop puissant en ce moment. Nos arrêts successifs, prévus, seront Cayo Grenada, Cayo Algodon Grande, Cayo Cuervo... avant d’arriver à Cienfuegos sur la côte sud vers le 15 décembre où nous ferons nos formalités d’entrée officielle dans le pays et accueillerons Marie et Yvon.

Ce départ retardé nous a permis de voir une autre partie de la ville, sans touriste, celle de l’autre côté de la rivière, beaucoup plus authentique !

150 Jamaique Ocho Rios             151 Jamaique Ocho Rios

Haut de page

 

logoarticle   20/07/2012

 

cuba site bis

Cartes géographiques

Clic ICI

 

photo     Clic sur Album Photos


- « Ti Corail » à CUBA - Jardines de la Reina




Dimanche 4 Décembre 2011 Jamaïque vers Cuba Jardins de la Reine Cayo Grenada : cuba
L 20° 37,60'N -- G 078° 14,90'W - 151 M parcourus

2 Nav Jamaique CubaNous levons l’ancre avec « Balafenn » à 8 h 30 pour Cuba la météo ne semble pas défavorable... Vent ENE 4/5 GV+ génois. Nous avançons entre 5 et 7 nd jusqu’en fin d’après midi. Dans une mer croisée que « Ti Corail » franchit bien. Puis le vent NE forcit de plus en plus sous GV 2ris + génois 75 %. encore 25 nd de vent apparent nous filons entre 7 et 8 nd. « Ti Corail » prend ses douches salées, les embruns s’invitent dans le carré ! Le lundi 5 à 7 h, nous entrons dans les Jardins de la Reine, toujours autant de vent, la nav doit être attentive, c’est un parc parsemé de hauts fonds et d’îlots. Peu à peu le vent s’affaiblit, nous le sommes aussi et gardons les 2 ris ! Nous avançons entre 5 et 6 nd, mais dans une mer calme.

Arrivée à 11 h à Cayo Grenada des Jardins de la Reine. Les températures ont bien chuté, 25 °C la journée, 13 °C au petit matin et une eau qui est descendue à 23 °C ! Le matin, le pont est trempé par l’humidité qui s’est déposée dans la nuit, tout est poisseux et il y intérêt à bien ventiler le bateau pour que cette humidité ne provoque pas de moisissures dans les placards à vêtements. Nous avons sorti les polaires pour le soir, la couette pour la nuit.

Jo et Jean-Michel nous appellent à la VHF, l’administration cubaine nous a déjà envoyé un de ses espions, un pigeon voyageur dont la bague portait le matricule CUBA 109958. Nous l’avons abreuvé puis nourri avant de le renvoyer faire ses déjections ailleurs. Après plusieurs allers et retours entre les deux bateaux pendant 2 jours, il est parti dans la mangrove.

6 Cuba Mouillage Cayo Grenada5 Cuba Mouillage Cayo Grenada


Mercredi 7 Décembre 2011 Cuba Jardins de la Reine Cayo Grenada vers Algodon Grande : cuba
L 21° 05,97'N -- G 078° 44,14'W - 51 M parcourus

Lever d’ancre 8 h 30. Vent NE dans le nez, nav au moteur, il est impossible de tirer des bords à cause du passage entre les cayes. Nous naviguons sur une mer platte entre les ilots, c’est joli. Puis le vent passe NW, nous tirons des bords les moteurs raz le pompon « Balafenn » prend l’option d’aller tout droit aux moteurs. Nous avons fini par abandonner et reprendre la route directe, « Balafenn » est arrivé 1/2h avant nous, ils nous guident pour mouiller de nuit ! Bravo « Ti Corail » ! Nous mouillons à 18 h 30 à Cayo Algodon Grande des Jardins de la Reine. Nous y avons passé 2 jours un peu fatigants, mais très sympas. Nous y avons fait la connaissance de 6 pêcheurs sur leur bateau. Ils nous ont donné beaucoup de poisson et deux d’entre eux sont venus avec nous pêcher de la langouste. Dans 2 m d’eau, sous les patates de corail, Captain n’a jamais vu d’aussi grosses langoustes. Il a pris la plus grosse, près de 4 kg, et en ont remonté 6, toutes entre 1 et 4 kg. Ils les ont ensuite préparées à bord de « Balafenn » et nous avons passé une bonne soirée, les langues se sont déliées... À Cuba, il est formellement interdit de manger de la langouste ou du bœuf, sous peine de prison ! Parler du régime est dangereux (la délation !). La culture générale de ces pêcheurs est étonnante pour un pays fermé !

13 Cuba Cayo Algodon Francis Omandry Alejandro Raudel16 Cuba Cayo Algodon Francis Eleades17 Cuba Cayo Algodon21 Cuba Cayo Algodon23 Cuba Cayo Algodon

Haut de page


Samedi 10 Décembre 2011 Cuba Jardins de la Reine Algodon Grande vers Cayo Cuervo : cuba

L 21° 04,45'N -- G 078° 57,69'W - 21 M parcourus

Lever d’ancre 11 h. Vent NE 3/4 petite nav tranquille, GV+génois. Arrivée 15 h 30 à Cayo Cuervo, mouillage devant la mangrove, mais aussi une petite plage, ça fait du bien de voir un peu de sable ! Nous avons eu du vent fort pendant plusieurs jours rendant la pêche ou les balades impossibles et un soir, nous avons eu de 25 à 30 nd établis sur le mouillage.

attentionLe soleil s’était couché à 17 h 30, nous avions dîné et il faisait déjà nuit. "Il y a le vent qui prend dans les toiles à l’arrière, il va falloir les rentrer pour la nuit" Ti Mouss dit au Captain. Il ne comprenait pas que le vent prenne dans les toiles arrière, elles sont normalement protégées du vent par le cockpit. Il jette un coup d’œil dehors, et ne voit plus « Balafenn » à côté de nous, son sang ne fait qu’un tour, on dérape ! Et vite en plus, les récifs sont à 500 m derrière. Ti Mouss démarre l’électronique de nav, allume l’éclairage extérieur du pont et se prépare à remonter la chaîne. Captain démarre les moteurs tandis que le bateau continue à dériver très vite, travers au vent puisque la chaîne et l’ancre glissent sans résistance sur le fond vaseux du lagon, c’est pourquoi les toiles arrière étaient chahutées par le vent, nous allons nous replacer de l’autre côté de « Balafenn », cette fois avec 50 m de chaîne. Le vent hurlait dans le gréement, une soirée bien organisée !

30 Cuba Cayo CuervoCela dit, nous avons très peu dormi, le bruit nous empêchait de dormir et nous avions peur de déraper de nouveau. Nous avons donc laissé l’électronique en route avec une alarme mouillage qui se déclenche sur une distance de déplacement que nous avons réglée sur 10 m, une alarme sur la vitesse du vent si elle dépassait 30 nd. La nuit s’est ainsi passée et presque 3 ans après avoir eu le bateau, il y a encore des leçons à tirer. Nous avons eu de la chance. Notre expérience passée, quand on dérape, on entend forcément un bruit de chaîne qui rague très fort et qui vous réveille. Ici, pas du tout, et nous n’avons dû notre salut qu’à ces toiles de tissu qui faisaient un bruit anormal ! Et nous ne dormions pas ! Ensuite, ce n’est pas parce que on n’a pas dérapé pendant 3 jours de vent fort que l’on ne dérapera pas la nuit suivante !

Tous ces îlots ne présentent pas beaucoup d’intérêt, couverts de mangrove, aucun endroit où débarquer, eau trouble, peu ou pas d’oiseaux, pas trace de vie humaine, la désertitude ! Nous passons heureusement d’excellents moments avec les « Balafenn ».

29 Cuba Cayo Cuervo28 Cuba Cayo Cuervo

Mercredi 14 Décembre 11 Cuba Jardins de la Reine Cayo Cuervo vers Cienfuegos : cuba
L 22° 07,52'N -- G 080° 27,15'W - 123 M parcourus

30 Nav Cayo Cuervo CienfuegosAprès une nuit à surveiller « Ti Corail » sous la pression du vent, nous décidons de prendre la mer tout de même, car pas d’amélioration prévue et « Ti Corail » et « Balafenn » ont des amis qui arrivent... Lever d’ancre 9 h 30 vent NE 6/7 GV 2 ris + génois 60 %. La journée se passe comme prévu, 25 à 30 nd de vent, Ti Mouss malade et qui en a ras-le-bol du bateau, du mal de mer, de tout. En fin de journée, ça va un peu mieux, la mer est plus calme, le vent est tombé 20-25 nd, mais Ti Mouss n’a rien avalé de la journée. Nous sortons des Jardins de la Reine par le canal de Tunas. La nuit reste ventée. Enfin, nous arrivons jeudi 15 décembre à Cienfuegos et Ti Mouss angoisse pour les formalités ardues à subir à bord avec les Guarda Frontera, les Douanes avec fouille en règle du bateau pour recherche de stups, armes, explosifs avec les chiens et qui en profitent pour vous piquer une ou deux bouteilles d’alcool, l’immigration qui nous délivre notre visa de tourisme valable 30 jours renouvelable une fois, les représentants du ministère de la Santé qui nous délivrent l’autorisation de descendre à terre parce que nous avons été reconnus en bonne santé et nous pouvons alors enlever notre pavillon de quarantaine, les représentants du ministère des Transports qui viennent contrôler les installations de sécurité du bateau, extincteurs, gilets, fusées... et nous délivrent alors un permis de croisière pour six mois. Que du bonheur ! Et payant bien sûr, car ces formalités sont payantes.

31 Nav Cayo Cuervo Cienfuegos

 

Voir Articles Année 2012

 

 

Haut de page