logoarticle   03/11/2011

 

carte venezuela 11

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos

- « Ti Corail » Venezuela Testigos Blanquilla PLC

- « Ti Corail » Venezuela PLC  Tortuga

- « Ti Corail » Venezuela Los Roques

- « Ti Corail » Venezuela Las Aves



Dimanche 28 Août 2011 Grenade Saint-Georges vers Venezuela Les Testigos : venezuela
L 11 ° 22,99'N -- G 063° 08,15'W - 95 M parcourus

31 Testigos mouillage Playa RealAprès avoir effectué le plein de gasoil et réglé la Marina (surprise pour le prix de l’eau supérieur à celui du whisky !), à 17 h Phase II nous lâche les amarres. Vent ESE 3/4 GV + GNK, puis dans la nuit GV + Génois, les grains s’enchaînent avec pluie et vent. À l’arrivée aux Testigos, les frégates et les dauphins nous accueillent ! Maintenant que nous connaissons l’archipel, nous l’abordons par le nord pour arriver à 12 h 30 au mouillage de Playa Real. Gentiane et six autres bateaux sont là. À peine arrivés, nous sommes invités chez Nelly et Chonchon (la famille de pêcheurs qui vit là) pour un BBQ langoustes poissons. Ti Mouss et Captain crevés après une nuit blanche décident de se reposer un peu pour les rejoindre ensuite.

Nous allons avec « Ti Corail » et « Balafenn » à Iguana à la demande des garde-côtes pour les formalités, vite fait bien fait nous retrouvons le mouillage de Playa Real ! Pas de pression des autorités pour quitter les Testigos. Et oui, car normalement seulement 48h00 sont autorisées si les formalités d’entrée dans le pays ne sont pas faites, les garde-côtes nous accordent de rester jusqu’aux fêtes de la Vierge ! Nous nous retrouvons seuls avec « Balafenn », les 7 autres bateaux sont partis sur Margarita pour les formalités. Nous avons décidé de les faire à Puerto la Cruz, ça craint beaucoup moins qu’à Margarita ou les agressions s’enchaînent. Faut en profiter, car durant les fêtes de la Vierge (une semaine à partir du 8 septembre) va y avoir du monde !

65 Testigos mouillage Playa RealLa vie est belle, Captain prend plaisir à pêcher, nous prenons plaisir à manger langoustes, poissons, burgaux... Baignade dans une eau turquoise avec l’envol des fous au-dessus de nos têtes, les dauphins qui chassent, l’accueil des pêcheurs... Pas un bolo en poche, ici pas besoin tout est troc ! Prêt du fusil à Felice = 2 langoustes en retour !

Un nouvel arrivant sur le mouillage (Hubert et Cathy sur « Cahulina ») nous a donné un morceau des deux thons qu’il a pris la nuit en venant de Grenade. Est arrivé le cata « Alize » avec Jean-Yves et Claudine. Nous avons terminé la journée par un barbecue au coucher du soleil sur la plage où poissons et ribs ont ravi nos palais. Des amis et cousins de Lionel, un des fils de la famille de Nelly, sont venus nous voir au barbecue et nous avons échangé un peu de nourriture et de bebida…

Felice est venu avec son marinero Victor, Ti Mouss s’est séparée jeudi d’une corde de rechange pour sa guitare, il a voulu essayer la guitare de Ti Mouss. 2 bières et quelques morceaux plus tard, il nous a laissés et nous sommes partis dîner sur « Balafenn ». Encore une excellente soirée.
Maria avec son bateau « AGUA » est arrivée sous voiles au mouillage, contents de la retrouver et faire la connaissance d’Alexis.

Haut de page



95 Testigos Testigo Grande escalade phareJean-Michel et Francis sont allés en annexe à la plage de Tamarindo pour monter à pied au phare qui culmine à 250 m au sommet de Testigo Grande. Après une heure et quart de grimpette dans un sentier rocailleux bien balisé, mais fréquenté essentiellement par les chèvres, ils ont pu accéder à un panorama superbe sur les Testigos.

124 Testigos Tamarindo Fete ViergeLe 8 septembre, nous sommes partis de Playa Real vers Iguana pour assister au début des fêtes de la Vierge. Grande fête de la Vierge de la Vallée, elle aurait transformé de simples cailloux en pierre précieuse. Vers 10 h, nous avons tous embarqué sur la lancha d’Otche pour suivre le parcours et le débarquement de la Vierge sur la plage de Tamarindo. Tous les lanchas et peneros remplis avec les familles et leurs amis sont ainsi partis vers Tamarindo, beaucoup sont venus de Margarita ou Carenero. Le temps était superbe et la visite de la Vierge dans toutes les maisons accompagnée par les fidèles et un groupe de musiciens était une véritable fête. Nous avons déjeuné d’un grand bol de soupe qui contenait de l’igname, un morceau de veau, une patte de poulet et un cou !
Nous sommes partis ensuite avec la lancha d’Otche vers Playa Real pour assister au départ de la course des lanchas de pêcheurs. Tous ces bateaux en course ont transformé la mer en une véritable bouilloire, mais le spectacle était là. Nous sommes revenus ensuite en lancha vers Iguana pour suivre encore la procession de la Vierge dans toutes les casas du village avant qu’elle ne soit remise dans sa capilla (chapelle) pour la nuit. Nous sommes retournés à bord vers 17 h exténués, mais heureux.

Le lendemain, nous avons été réveillés par les garde-côtes à 5 h 30, lesquels nous ont demandé de partir pour laisser la place à la frégate vénézuélienne « Carupano ». Nous nous sommes déplacés vers notre précédent mouillage à Playa Real.

191 Testigos DinerCaptain est parti à la pêche pratiquement tous les matins, avec Jean-Yves ou Maria et a rapporté des langoustes vite préparées et vite mangées !
Le barbecue sur la plage initialement prévu par Jean-Claude et Éliane de « Fleur de sel » a été annulé, car tous les bateaux sont remontés sur Iguana pour se protéger de la houle de Sud-ouest qui rentrait sur Playa Real. D’ailleurs, si la nuit avait été calme et sans vent, nous nous sommes retrouvés au matin l’arrière en direction de la plage avec deux mètres au sondeur. Vers 9 h, nous avons changé de mouillage à Playa Real avant de rejoindre Iguana avec « Balafenn » en début d’après-midi. En milieu d’après-midi, le vent est enfin tombé et les bateaux mouillés à Iguana se sont retrouvés dans tous les sens.

271 Testigos Eclosion TortuesNous sommes retournés mouiller à Playa Real la veille de la procession de la vierge à Playa Chiquita (chez Chonchon et Nelly). Jean-Claude a organisé un BBQ chez Chonchon, nous nous sommes régalés de langoustes et poissons avec tous les bateaux. Nous avons aussi fait meilleure connaissance avec les autres équipages et c’était vraiment super. Nous avons ainsi passé une excellente journée qui s’est terminée par une fête sur le bateau de Jo et Jean-Michel. Nous avons vu d’ailleurs un spectacle extraordinaire, car dans la nuit noire, des dizaines de bébés tortues étaient venus se réfugier dans les quelques centimètres d’eau sur les jupes arrière de « Balafenn », sans doute attirés par la lumière de la fête. Ceux-là étaient nés sans doute quelques heures à peine avant. Moments magiques...

Les fêtes de la Vierge arrivent à leur terme ! Nous sommes allés une dernière fois à la procession de la Vierge à Playa Chiquita dans toutes les maisons de la famille de Nelly et Chonchon et nous avons passé un super après-midi. Le soir, nous avons été invités sur « Manava », le bateau de Gus et Yannick et avons passé une soirée fort sympathique avec tous les autres bateaux encore présents. La soirée a été toutefois un peu perturbée par de très gros orages avec des vents de 30 à 40 nd au point que nous avons été un moment dérangés par les mugissements du vent et de mystérieux claquements qui s’entendaient de loin. Ces bruits bizarres provenaient de « “Ti Corail” » ! Nous y sommes allés à trois en annexe dans un clapot pas possible qui nous a trempés en quelques secondes. Le Genaker, mis en place dans l’après-midi en prévision de la nav du lendemain pour la Blanquilla, avait décidé de prendre quelques libertés. La force du vent en avait déroulé une partie formant une coque qui battait violemment au vent au point de déchirer la chute de la voile sur une longueur d’environ 7 m. Avec Jean-Michel et Cyril, nous l’avons affalé rapidement puis rentré en soute à voiles. Encore un chèque en perspective ! Au moment de reprendre l’annexe de Jean-Michel pour retourner à bord de « Manava », le moteur a refusé catégoriquement de démarrer et d’autres copains sont venus nous chercher. Après ces quelques émotions, nous avons repris le cours normal de nos activités : la soirée à bord de « Manava », tout en surveillant la bonne tenue des mouillages de nos différents bateaux.

245 Testigos Fete Vierge

Nous aurions dû partir le lendemain vers la Blanquilla, mais le mauvais temps de la matinée nous a vite enjoints de repousser de 24 heures cette navigation. Du coup, nous nous sommes reposés ! Les fêtes de la Vierge, ça use ! Nous quittons les Testigos et les copains avec un ti pincement au cœur...

Haut de page

Mercredi 17 Septembre 2011 Venezuela Les Testigos vers La Blanquilla : venezuela
L 11° 50,23'N -- G 064° 38,77'W - 95 M parcourus

280 La BlanquillaNous sommes partis vers 16 h 30 de Playa Real avec nos amis de « Balafenn » ainsi qu’un autre bateau copain « Terre Océane » en direction de l’île de la Blanquilla, distante de 95 milles. Les dauphins nous ont accompagnés quelque temps dès la sortie de la baie. Le coucher de soleil est arrivé sans nous offrir hélas son très rare phénomène du « rayon vert » puis la nuit a vite enveloppé nos bateaux. Heureusement, les orages nocturnes se sont contentés de rester très loin dans le S et le SW, illuminant le ciel de leurs flashes incandescents. Ayant pris un ris dans la Grand Voile depuis le départ, le vent arrière nous a contraints à essayer les voiles en ciseaux et, pour une fois, le pilote s’est bien comporté et le bateau a tenu son cap correctement.
Nous sommes arrivés au mouillage à Playa Yaqué de la Blanquilla à 11 h le lendemain et avons trouvé six bateaux français déjà présents. Toujours pas la trace ici d’une quelconque autre nationalité ! Les Français occupent seuls le terrain au Venezuela. Dès notre arrivée, Jean-Yves de « Alize » est venu nous apporter deux rougets et une carangue, partie du produit de sa pêche du matin !
Nous avons nettoyé le poisson puis déjeuné rapidement et sommes partis au lit nous reposer de cette nuit de navigation.
Inutile de parler des 2 palmiers isolés et toujours présents sur cette plage déserte de Playa Yaqué ni de la couleur de l’eau ni des pélicans qui vous regardent comme des sénateurs ne craignant pas d’être dérangés. La nature est là, omniprésente. Nous avons cueilli de la salicorne que nous avons à notre tour fait connaître aux autres bateaux.
Les Garde-côtes sont venus à bord, sympas, mais avec leurs chaussures. Ils ont « visité » le bateau. Dès leur départ, la vadrouille a fait le tour de « Ti Corail » !

Nous avons été invités par Jackie et Claude de « Popeye » à prendre un café et nous avons sympathisé. Dans le cours de la discussion, il s’est avéré que Claude voulait se séparer d’un vieux moteur de 5 CV, mais qui fonctionne. Pour nous, ce fut une bonne occasion d’avoir un petit moteur de dépannage.

Enfin, c’était aussi l’anniversaire de Captain et le petit repas en toute intimité avec Jo et Jean-Michel qui devait se faire à bord s’est transformé en une excellente surprise : invités tout d’abord sur « Terre Océane » de Cyril et Isabelle, nous avons vu arriver les équipages de tous les bateaux présents au mouillage avec qui une entrée, qui un plat, qui un dessert et ce fut une super soirée.

282 Blanquilla Terre Oceane Anniv Francis

Mercredi 21 Septembre 2011 Venezuela La Blanquilla vers Puerto la Cruz: venezuela
L 10° 12,49'N -- G 064° 39,71'W - 100 M parcourus

283 Puerto La CruzC’est le jour du départ vers Puerto la Cruz. Nous allons d’abord faire le tour des bateaux copains pour dire au revoir, mais nous aurons plaisir à les revoir tous. Puis, nous relevons notre ancre à 12 h 30 avec « Balafenn » et mettons sous voile cap au 190. Jean-Michel a quelques soucis avec un chariot de latte de GV mais quelques minutes plus tard, il peut enfin hisser tout son linge.

Le vent E de 8 à 10 nd au début est monté à 13 nd au coucher du soleil puis 16 à 18 durant la nuit. L’événement de la nuit a été la capture de « Ti Corail » par un filet dérivant ! Cela ne nous était jamais arrivé. Sur la route directe Blanquilla Puerto la Cruz, nous n’avons vu un paquet de lanchas qu’entre Margarita et la Tortuga en quittant les grands fonds et en arrivant sur la ligne de sonde des 200 m. Ils mouillent les filets avec une bouée lumineuse à feu scintillant à la première extrémité, mettent le filet à l’eau en dérivant et la lancha reste à l’autre extrémité du filet, à 1 ou 2 km sous le vent de la bouée, feux allumés quelquefois, le plus souvent éteints. Ces lanchas en bois ont une très faible réflectivité radar et ne se voient au radar à environ 3 ou 4 milles qu’en augmentant sensiblement le gain du radar. Il faut bien sûr passer au vent de la bouée scintillante !

Quant à nous, une fois pris dedans, gros coup de frein, bruits de ragage sous la coque, bateau stoppé. Nous étions à la voile à 7 nd, enroulé génois, choqué la grand-voile, allumé éclairage de pont. Appel en espagnol sur le 16 resté sans réponse. Nous avons alors coupé la ralingue du filet à 70 cm sous l’eau au bout d’un quart d’heure, Captain avec gilet et sangle en bas de la jupe et un bon couteau pendant que Ti Mouss essayait de remonter tant que possible la ralingue grosse comme un doigt prise dans un safran pour la mettre à portée de bras.
Nous nous sommes ainsi dégagés, sommes restés un peu à la dérive pour tout remettre en ordre puis avons fait route sans autre dommage.
Autre chose, naviguer en rangs serrés peut être dangereux dans ce cas. Au moment de l’événement à 20 h 15, nuit noire, Jean-Michel était à 200 m derrière nous, heureusement attentif, et pas en train de satisfaire un besoin naturel (sommeil...). Captain l’a immédiatement alerté par VHF de la présence du filet, 1 pour ne pas qu’il nous rentre dedans à 7 nd et 2 qu’il ne tombe pas dedans non plus. Naviguer « collé serré » par sécurité, car dans ses eaux les agressions sont relativement fréquentes, demande encore plus de vigilance.

Haut de page


La pétole s’est seulement manifestée devant l’île de Borracha et nous avons dû ralentir pour nous présenter à la marina de jour. Nous sommes arrivés à Bahia de Redonda à Puerto la Cruz vers 8 h 30 et avons été conduits après appel sur le canal 71 vers le fond de la marina où une place à nos dimensions nous attendait. Nous sommes allés faire nos formalités à la marina puis sommes allés voir José pour lui laisser les papiers nécessaires à nos formalités d’entrée dans le pays. Nous retrouvons aussi d’autres équipages de bateaux que nous connaissons déjà.

Au cours de la traversée, la pompe de cale s’était mise en route à plusieurs reprises et après contrôle du niveau d’eau dans le puisard tribord, il s’agissait d’eau douce, donc rien de grave. Nous avons commencé à chercher et Ti Mouss a trouvé la fuite. La pompe à pied eau douce sous l’évier fuyait, inondant le plancher sous évier, et l’eau ruisselait vers tribord en passant d’ailleurs par un placard à vêtements… Nous avons réparé provisoirement en permutant la pompe eau douce et la pompe eau de mer, cette dernière peu utilisée et surtout, le circuit eau de mer n’étant lui pas sous pression. Une bonne nuit réparatrice fut appréciée ! Le lendemain, la matinée a commencé par le nettoyage et l’assèchement du puisard tribord tandis que de nombreuses machines à laver ont tourné sous la houlette de Ti Mouss pour récupérer le linge de table trempé suite au ruissellement narré plus haut. C’est quand même bien pratique une machine ! Antonio est venu chercher notre Genaker pour le réparer suite à la déchirure pendant l’orage aux Testigos. Jo et Jean-Michel sont venus dîner à bord, chouette.

17 Puerto la Cruz

Nous sommes partis le lendemain avec le puerto puesto (3,5 Bfs par personne) au mercado de Puerto la Cruz et n’avons trouvé aucun changement. Nous avons pu parler avec le chauffeur, charmant, et le marché est toujours aussi animé, haut en couleur, débordant de fruits, légumes, poissons et viandes. Les ananas côtoient les brouettes remplies de succulentes fraises, les pommes, les poires, etc.

Notre Genaker est revenu de réparation et le travail semble correct. Il va nous falloir le mettre en place pour l’enrouler correctement.

12 CumanaLe dimanche comme l’année dernière nous sommes allés déjeuner avec Jo et Jean-Michel au ti resto des pêcheurs ou nous avons retrouvé l’équipage de « Cassiopée », « Amaya »... Une ballade dans le 4/4 de Mathias, vers Cumana pour aller chercher le moteur 15 cv Yamaha. Nous avons longé la côte du parc de Mochima. Dommage que ces endroits soient peu sécurisés, la nature y est tellement belle. Les jours s’écoulent avec la vie de ponton, réparation rangement, échanges d’expériences... Une belle fête à bord de « Balafenn » avec les équipages de « Gentiane » « Fleur de sel » et « Manava », nos routes devraient cette fois se séparer...
Notre départ de Puerto la Cruz est différé, nous n’obtenons nos papiers de sortie du pays que le 11 octobre !

13 Cumana moteur yamaha21 Puerto la Cruz Soiree Balafenn24 Puerto la Cruz Soiree Terre Oceane

Haut de page

Mercredi 12 Octobre 2011 Venezuela Puerto la Cruz vers Tortuga Caldera : venezuela
L 10° 57,32'N -- G 065° 13,56'W - 58 M parcourus

26 Ile TortugaÀ 6 h, nous quittons Bahia Redonda avec « Balafenn », les bateaux copains nous larguent les amarres. Vent ENE 2/3 puis ¾ GV+ Génois. Le loch est bloqué par les algues, va falloir gratter la coque, 3 semaines de marina ça se paie ! Passage entre Chimana Grande et Borracha. Captain attrape une dorade coryphène. Les dauphins nous offrent leur spectacle dont on ne se lasse pas ! En nous voyant arriver près de La Tortuga, Jean-Yves d’« Alizé » nous fait un coucou à la VHF. Nous mouillons à 17 h 15 à Playa Caldera à la Tortuga.


Jeudi 13 Octobre 2011 Venezuela Tortuga Caldera vers Herradura : venezuela
L 10° 59,52'N -- G 065° 22,81'W - 11,5 M parcourus

« Alizé » nous donne du basilic en bouture, il va agrémenter les pâtes ! À 9 h 30, nous levons l’ancre pour Herradura que nous ne connaissons pas encore. Avec les moteurs, car pas de vent pour arriver à 12 h au mouillage d’Herradura, superbe de couleur. Nous déjeunons de la dorade coryphène en filet prise la veille, avec les « Balafenn ». Bel endroit que nous devions quitter samedi, mais le vent un peu fort repousse notre départ. Nous en profitons pour nous balader et cueillir de la salicorne.

36 Herradura Mouillage39 Herradura Mouillage pano

 

 

roques mouillages trace


 

photo     Clic sur Album Photos

 

- « Ti Corail » au Venezuela : Los Roques 




Dimanche 16 Octobre 2011 Venezuela La Herradura vers Les Roques Buchi Yaco : venezuela

L 11° 48,19'N -- G 066° 34,43'W - 100 M parcourus

16 h, nous levons l’ancre. Vent NE GV + Génois. La nav s’annonce bien à 6 nd de moyenne. Faut pas aller trop vite pour impérativement arriver de jour dans les bouches de Sébastopol des Roques. Au coucher de soleil, lors de la prise d’un ris, Captain trouve une petite hirondelle sur un winch, il la prend délicatement... elle est fatiguée. Puis elle rentre dans le carré cherche un coin pour se reposer et finit par s’installer sur les pots à épices ! On la surveille, elle ouvre les yeux puis les referme, bonne nuit Ti Fred... Vers 22 h, le vent tombe avec la mer de travers nous sommes ballottés = moteurs pour avancer. Puis le vent ENE revient, puis des grains avec pluie et rafales de vent, faut diminuer la toile ! Le jour se lève et Ti Fred est toujours là, il redresse la tête de tps en tps et la replonge vite dans ses plumes, il dort. Peut-être attend-il de sentir la proximité de la terre pour reprendre son envol... 11 h, après le passage délicat de la passe Sébastopol, nous mouillons à Buchiyaco aux Roques devant le récif où repose une épave. À midi, Ti Fred, certainement trop épuisé, rend l’âme, dur moment... Nous passons une super soirée avec un bon repas sur « Balafenn », c’est l’anniversaire de Jean-Michel.

72 Roques Buchi Yaco Mouillage

Haut de page

Mardi 18 Octobre 2011 Venezuela Les Roques Buchi Yaco vers Crasqui : venezuela
L 11° 53,50'N -- G 066° 44,15'W - 15 M parcourus

Une onde tropicale passe, de beaux grains avec pluie et vent à 30 nd. Nous décidons de lever l’ancre pour changer de mouillage dans les Roques. Nous n’aurons pas de mer, protégés par le récif. Départ 10 h, nous passons au large de Gran Roque, contournons Agustin pour mouiller à Crasqui à 13 h. Petite nav attentive, car il y a beaucoup de cayes et de bancs de sable, mais on en prend plein les yeux ! Merci à Jean-Yves pour ses traces qui nous ont bien aidées. Balade sur la côte au vent où nous trouvons des burgaux et de la salicorne, le marché est fait ! Nous trouvons aussi un ti resto ou nous déjeunons de crevettes poisson : rien d’excellent, mais le cadre sympa et 2 aras, non attachés, nous font la conversation ! Nos derniers bolos sont partis.

95 Roques Crasqui Mouillage109 Roques Crasqui ara

Jeudi 20 Octobre 2011 Venezuela Les Roques Crasqui vers Sarqui : venezuela
L 11° 53,63'N -- G 066° 48,30'W - 5 M parcourus

Levé l'ancre à 9 h 30. Après une nuit perturbée par le passage d’une onde tropicale avec beaucoup de pluie, aujourd’hui le ciel est beau. Vent de NE qui rafraîchit un ti peu l’atmosphère, il ne fait que 34 °C à l’ombre en début de matinée. Nous mouillons à 10 h 30 à Sarqui, les bleus sont superbes. Il y a du corail et pouvons faire du snorkeling = PMT = palmes masque tuba, avec saucisses pour donner à manger aux poissons, mais plein de tites méduses laissent des traces urticantes sur Ti Mouss ! Apéro dînatoire avec Jo et Jean-Michel sur « Ti Corail » encore une soirée bien sympa. Le lendemain, un peu de houle apportée par le vent NW, 2 dames pélican élisent domicile derrière « Ti Corail » et passent la journée avec nous. Pêche aux burgaux et Captain a attrapé une « bête à cornes »... chut nous sommes dans un parc... Faut bien manger !

131 Roques Sarqui bete a cornes                       130 Roques Sarqui Mouillage Apero

Samedi 22 Octobre 2011 Venezuela Les Roques Sarqui vers Carenero : venezuela
L 11° 53,10'N -- G 066° 50,66'W - 3 M parcourus

Petit vent d’W avec grains. Nous levons l’ancre à 9 h 30, passage sous le vent de Yanki. Nav à vue, les cartes CM93 sur MaxSea sont fausses, Navionics un peu meilleures. Après plusieurs essais de mouillage à Carenero, la pioche est « définitivement » plantée à 10 h 30. Nous sommes protégés du vent et de la houle d’W, entourés de mangrove (quelques moustiques !). Soirée sur « Balafenn » : dîner de prince avec dernier poivron, dernière aubergine...

156 Roques Carenero Mouillage

Haut de page

Dimanche 23 Octobre 2011 Venezuela Les Roques Carenero vers Cayo de Agua : venezuela
L 11° 49,25'N -- G 066° 56,46'W - 8,5 M parcourus

Levé l'ancre à 9 h 30, légère brise de SE. Nous passons entre Bequeve et Elbert Cay avec son phare rouge et blanc. Toujours très attentifs aux cayes à ras de l’eau. Les couleurs sont magnifiques et nous arrivons au mouillage de Cayo de Agua à 11 h 15. Palmes, masque et tuba sur les patates de corail. Un bateau norvégien nous donne un morceau de thon zailes jaunes, cuisiné et apprécié avec Jo et Jean-Michel sur « Ti Corail » puis sur « Balafenn » ! Un peu coincés ici par une météo non favorable pour se diriger vers les Avès.

189 Roques Cayo Agua

 

les aves mouillages 

photo     Clic sur Album Photos

 


- « Ti Corail » au Venezuela : Las Aves

 



Jeudi 27 Octobre 2011 Venezuela Les Roques Cayo de Agua vers Les Aves Barlovento : venezuela

L 11° 56,79'N -- G 067° 25,13'W - 34 M parcourus

Levé l'ancre 7 h. Vent E 4. GV+Génois. Un ti Fred hirondelle vient se poser sur la drisse de GNK, restera-t-elle avec nous jusqu’aux Aves, paradis des oiseaux ? Ben non les manœuvres de voiles l’ont fait partir... Allure voiles en ciseaux difficile à tenir avec la houle. Puis le vent monte 4/5, le bateau tient bien. À mi-route une autre hirondelle vient se reposer sur « Ti Corail ». Puis on tire quelques bords pour une nav plus facile. Arrivée à 14 h 15 au SE de l’Ile de Barlovento des Aves. Chaud chaud le passage entre les cayes. C’est magnifique, mais avec plus de 20 nd de vent... pas très sécurisant.

211 Aves Barlovento Mouillage

Haut de page

Vendredi 28 Octobre 2011 Venezuela Les Aves Barlovento N vers Barlovento S : venezuela
L 11° 56,62'N -- G 067° 26,35'W - 2 M parcourus

Levé l'ancre 10 h. Ti Mouss à l’avant pour repérer les patates de corail. Arrivée 10 h 30 au mouillage S de Barlovento, entre le phare et la mangrove. Plein d’oiseaux nous accueillent. Le mouillage est plus calme. Sur la plage de cette île inhabitée, il y a un petit campement de pêcheurs. Promenade en annexe dans la mangrove, paradis des oiseaux des fous à pieds rouges, au bec bleu, des échassiers, des nids... tout ce petit monde est tout juste curieux de notre présence. En revenant, nous voyons des tortues dans l’eau transparente. Samedi soir BBQ viande avec Jean-Michel et Jo sur « Ti Corail », viande précieusement gardée dans le congélo de « Balafenn » !

207 Aves Barlovento Mouillage N

Dimanche 30 Octobre 2011 Venezuela Les Aves Barlovento vers Sotavento : venezuela
L 12° 02,63'N -- G 067° 40,77'W - 20 M parcourus

Levé l'ancre à 9 h 30. Vent E 4. Voiles en ciseaux, le ciel est chargé. En arrivant sur Sotavento, les garde-côtes nous contactent par VHF. Captain décline nos identités ainsi que celles de « Ti Corail » et « Balafenn ». Après un long échange de matricules, ils nous souhaitent la bienvenue. Arrivés à 13 h au mouillage devant le campement des garde-côtes, tout juste l’ancre posée, ils arrivent pour nous dire que l’on ne doit pas rester ici ! Soit dans la mangrove, soit aux iles Palmeras soit Curricai. Dommage c’était beau... Isla Palmeras n’est pas bien abritée, nous continuons plus loin pour mouiller à Curricai à 14 h 30, après 4 remontées d’ancre qui glissait sur le corail. La Guarda Costa est venue nous voir à bord, distribution de bières et cigarettes. Lors d’une tite sortie PMT nous voyons un poisson-lion, ce poisson sorti des aquariums de Floride, dangereux pour l’homme et destructeur du corail et son environnement.

216 Aves Barlovento

 

Haut de page