logoarticle   18/03/2014

 

Mouillage anse caritan

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos


- « Ti Corail » débute l'année 2014 en Martinique




Martinique – Anse Caritan : france martinique

La nouvelle année débute pour nous à l’Anse Caritan. « Ti Corail » est posé là, entouré des amis et copains, Bertrand et Liliane sur « Synga », Guy et Annie sur « Horizons », Chantal et Yvon sur « Scorpion », Jean-Yves et Claudine sur « Alizé », Mado et Maurice sur « Mayakri », Frédéric sur « Tsi Nah Pa », Pierre et Claudette sur « Amicaro », Guy et Lise sur « Zardo ».

P1020774P1020776

Les soirées tarot et les moments passés ensemble vont occuper ces premières semaines tandis que Ti Mouss termine quelques soins dentaires.

Le bateau se rappelle à notre bon souvenir par une panne sur le pressostat de la pompe du groupe d’eau douce (hydrophore). Rien de bien grave, mais il faut s’en occuper tout de même.

(voir Article concerné Coin du Captain)

Quelques bricolages vont encore nous occuper comme le nettoyage des cabines, l’isolement du chauffe-eau tant côté moteur que côté eau douce ainsi que le nettoyage complet de l’annexe. Le Captain s’occupe encore avec le remplacement du liquide de refroidissement sur les moteurs VOLVO.

Des balades à la ferme Perrine et à l’anse Saline, un bel après-midi passé à l’anse Michel sur la côte au vent viendront ponctuer agréablement ces quelques semaines. L’anniversaire de Bertrand sur « Synga » sera également un moment très agréable. Nous irons aussi nous balader en annexe à l’anse Meunier avec l’équipage de « Synga » et sa famille.

P1020822P1020856P1020858P1020862

Haut de page


Le Captain va aussi trouver enfin la solution au problème que nous avions sur notre logiciel de navigation Maxsea puis procéder à la remise en place de notre VHF Raymarine qui avait été démontée pour réparation.

Le début du mois de février voit la fin des soins dentaires pour Ti Mouss et elle en est ravie. Nous sommes censés quitter la Martinique en ce mois de février et les préparatifs commencent à s’accélérer.

Une petite visite dans le gréement et la vérification des voiles enroulées ou laissées dans le sac depuis plusieurs semaines s’imposent. Le Captain procède au remplacement du boîtier de commutation automatique VHF/HIFI.

(voir Article concerné Coin du Captain)

Le Captain va aussi par exemple modifier le circuit d’alimentation de notre émetteur HF pour le connecter directement sur le parc batteries Servitudes avec les protections ad hoc.

1 Octofax sw22 Octofax sw2

Croyant en avoir fini avec la partie technique, c’est le dessalinisateur qui refuse un jour de démarrer ! Ce souci va nous occuper durant les deux semaines suivantes. Outre la résolution de la panne à l’aide du SAV d’Antibes, les divers démontages vont permettre de procéder à un entretien nécessaire des différentes parties du dessalinisateur.

(voir Articles concernés Coin du Captain)

18 Dessalator 12 v dc 60l tableau de commande carte electronique20 Dessalator 12 v dc 60l branchement secours

La mise en place d’un circuit dédié à l’eau de boisson issue du dessalinisateur et d’une alarme sonore pour signaler que les réservoirs d’eau douce sont pleins ont clôturé ces semaines de bricolage et de réparations.

Ce mois de février aura vu aussi un événement très agréable, l’anniversaire de Ti Mouss ! Alors qu’il était prévu de célébrer l’événement en petit comité, Ti Mouss aura vu à sa grande surprise arriver en début de soirée tous les amis et copains présents sur le plan d’eau. Nous avons ainsi passé une super soirée et nous remercions encore tous ceux avec qui nous l’avons partagée.

P1020995P1020996

Mini Mouss nous aura causé aussi quelques soucis au cours de ces dernières semaines. Anorexie et vomissements nous ont contraints à plusieurs visites chez le vétérinaire. Serait-ce une pancréatite à répétition à laquelle cette race de chien semble avoir des prédispositions ? Pour l’instant, elle va mieux, mais le sujet n’est pas clos. Elle a eu ses vaccins puis une petite forme durant trois jours.

Enfin, les deux dernières semaines ont été consacrées au chargement du bateau en vivres pour plusieurs mois puisque le projet est de ne pas rentrer avant l’hiver. Autant dire que « Ti Corail » a les jupes dans l’eau comme à son habitude !

« Ti Corail » va retrouver les navigations et il ne sera pas seul puisqu’accompagné de son ami « Synga » avec Bertrand et Liliane ainsi que leurs chiennes Mabelle et Tessie.

À bientôt sur les flots !

Voir Articles Année 2013

Haut de page

logoarticle   03/04/2014

 

Mouillage anse caritan

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos


- « Ti Corail » descend et revient de Bequia avec « Synga »




Martinique – Anse Caritan : france martinique

Après les préparatifs de début d’année, « Ti Corail » est sur la ligne de départ. Toutefois, notre Mini Mouss nous fait encore une crise de vomissements avec anorexie. Direction le vétérinaire, lequel lui administre des antibiotiques qui la remettent sur pieds en quelques heures. Lors d’une dernière sortie au Marin, nous effectuons nos formalités de sortie du territoire Français. Un dernier petit coup de nettoyage sur la coque, le retrait de l’orin de mouillage et de la protection du loch, la remise en place des ris viennent conclure notre préparation au départ.


Lundi 03 Mars 2014 – Martinique – Anse Caritan vers Sainte-Lucie – Anse Cochon : Sainte-Lucie
L 13° 55,62 N -- G 061° 03,48 W – 34 Milles parcourus

9 h 25, levé l’ancre, vent d’est Force 4, mer peu agitée, ciel peu nuageux, « Ti Corail » hisse les voiles dans la baie de Sainte-Anne en attendant son compagnon de route « Synga » et son équipage Bertrand et Liliane avec leurs deux chiennes Mabelle et Tessie. Au revoir « Alizé » qui descendra aussi dans les Grenadines deux jours plus tard. Vers 10 h, la ligne de sonde des 30 m est franchie. Nous prenons 1 ris et enroulons un peu de Génois pour attendre « Synga » qui a un souci avec sa Grand Voile. Vers midi, « Synga » nous rejoint et les deux bateaux filent à petite allure vers Sainte-Lucie. Les cannes sont à l’eau, mais sans succès. Mini Mouss reste sagement sur la banquette du carré accompagnée de sa maîtresse Ti Mouss. D’excellents sandwiches confectionnés par Ti Mouss viendront remplir les estomacs au cours de cette première journée de navigation.

1 Carte navigation vers Sainte-Lucie Anse Cochon10 Sainte-Lucie Anse Cochon « Ti Corail » au mouillage30 Sainte-Lucie Anse Cochon « Ti Corail » au mouillage Ti Mouss et Mini Mouss

En fin d’après midi, toujours sous voiles, les bateaux approchent de l’Anse Cochon. La pioche est posée sur le côté sud de l’Anse un peu après 17 h. Le mouillage est calme et bien abrité ce jour-là, un peu animé en journée par les mouvements de Day-charters venant de Rodney Bay. La soirée se termine agréablement à bord de « Ti Corail » avec l’équipage de « Synga », les conversations vont bon train sur les premières impressions après ces premiers milles parcourus depuis plusieurs mois tandis que le cockpit du bateau est envahi de fourmis volantes attirées sans doute par l’ambiance sympathique qui y règne ainsi que la lumière.

Le lendemain, Mini Mouss est encore malade de façon inexpliquée et nous décidons de reporter notre départ vers le Sud. Le retour en Martinique est même envisagé. Finalement, la santé de Mini Mouss revient dans l’ordre au cours de la journée de mercredi et le départ pour la prochaine étape est fixé au jeudi.

Le mouillage à L’Anse Cochon est vraiment agréable, sous un bel hôtel parfaitement intégré dans le paysage. À l’expérience, il est possible qu’un peu de houle de Nord se mette à rentrer dans l’Anse. Il est probable que mouiller dans la partie nord de l’Anse se révèle à l’usage plus confortable. Les locaux qui cherchent à vendre diverses choses ne sont pas trop pressants (nous achetons quelques tortues en pierre de lave) et la présence de bateaux au mouillage ne semble pas incommoder les pêcheurs qui y disposent leurs sennes. Une embarcation de Garde-Côtes a été vue dans le mouillage, mais sans contrôle particulier ni vérification de formalités.

Haut de page


Jeudi 06 Mars 2014 – Sainte-Lucie – Anse Cochon vers Saint-Vincent – Cumberland Bay : Saint-Vincent et grenadines
L 13° 15,83 N -- G 061° 15,68 W – 38 Milles parcourus

8 h 15, levé l’ancre, vent d’Est Force 2, mer belle, ciel peu nuageux, « Ti Corail » se glisse en dehors de l’Anse Cochon puis file sous voiles sous le vent de Sainte-Lucie profitant d’une brise côtière qui l’emmène à près de 5 nd vers le Canal de Saint-Vincent.

35 « Synga » en navigation vers Saint-Vincent 36 Carte navigation vers Saint-Vincent cumberland bay39 St vincent mouillage cumberland bay

Nous savons par la BLU depuis le matin que Jean-Yves et Claudine de « Alizé » sont partis le matin même de Martinique et à 5 milles seulement du nord de Sainte-Lucie. Ils devraient nous rattraper au cours de la journée.

Un ris est pris avant de se présenter dans le Canal. Le vent monte à Force 5, nous enroulons un peu de Génois et « Ti Corail » trace ses premiers milles dans le Canal déporté par un courant portant au WNW pour… 3,5 nd. Le Canal est maniable et l’île de Saint-Vincent tarde à se montrer, masquée par une brume de sable. Dans le milieu du Canal, le Génois est redéroulé complètement et « Ti Corail » file près de 7 nd vers Baleine Point. À quelques milles de l’île, on scrute la mer pour deviner les manifestations de l’usuelle survente à la sortie du Canal, mais le vent ne monte à 25 nd que dans les tout derniers milles. Le courant devenu portant et le vent de Nord-Est Force 6 emmènent « Ti Corail » à 9 nd en sortie de Canal.

Vers 16 h 30, nous entrons dans la baie de Cumberland et mouillons à la bermudienne tandis qu’« Alizé » passe devant la baie et continue sa route vers le Sud. C’est la première fois que nous revenons ici depuis plusieurs années. A notre grande surprise, la personne qui nous aidé à nous amarrer (Atneah) était fort sympathique comme l’ont été aussi les autres petits vendeurs. Pour 20 dollars US, les deux bateaux sont amarrés à un cocotier.

La soirée s’est terminée à bord de « Ti Corail » avec « Synga » dans le grand calme de cette baie sous les pentes verdoyantes de l’île.


Vendredi 07 Mars 2014 – Saint-Vincent – Cumberland Bay vers Saint-Vincent – Bequia – Princess Margaret Bay : Saint-Vincent et grenadines
L 13° 00,05 N -- G 061° 14,62 W – 16 Milles parcourus

8 h 50, largué les amarres à l’arrière avec l’aide d’Atneah qui est là depuis 8 h 30 puis levé l’ancre, vent d’est Force 3, mer belle, ciel peu nuageux, « Ti Corail » hisse les voiles dans la baie puis entame les derniers milles sous le vent de l’île à petite allure tant la brise est faible. Une heure plus tard, le vent vire à l’W, comme souvent sous le vent de cette île et les deux bateaux peuvent filer 4 à 5 nd sur une mer plate.

L’entrée dans le canal de Bequia sera un peu retardée par la disparition de cette brise d’W un ou deux milles avant de reprendre le vent d’E qui prévaut dans le Canal. Le vent monte à Est Force 5, mais la mer demeure relativement peu agitée permettant à « Ti Corail » de filer ses 7 nd vers l’île de Bequia.

47 Carte navigation vers bequia princess margaret bay
Au cours de cette traversée, Mini Mouss va encore être malade de la même manière que les fois précédentes.

Décision est prise de refaire un saut en Martinique en fin de mois pour faire un bilan complet et des analyses chez notre vétérinaire. Nous remonterons donc avec « Synga » et redescendrons à la mi-avril.

« Ti Corail » est ainsi entré dans Admiralty Bay, toutes voiles dehors à 7 nd, obligé de manœuvrer suite à un refus de priorité d’un catamaran marchant aux moteurs ! Aucune surprise puisqu’il suffit de faire un chèque pour prendre la barre d’un bateau ! Donc glissade sous voiles vers la plage de Princess Margaret Bay, virage sur la gauche et affalage des voiles en bon ordre tandis que notre pioche tombe un peu après 13 h dans les eaux transparentes de cette magnifique baie.

Quelques minutes plus tard, nous sommes rejoints par « Synga » qui mouille sous notre vent.

Un contact VHF avec Jean-Yves de « Alizé » nous apprend que le bureau des administrations des Douanes et de l’Immigration clôt ses horaires normaux de travail à 16 h et nous nous précipitons pour faire nos formalités d’entrée à Saint-Vincent avant de rentrer dans ce qui est appelé l’OVERTIME, lequel induit un surcoût non négligeable de ces formalités. Merci Jean-Yves !

En revenant à bord, nous nous laisserons tenter par les langoustes d’un vendeur sur son bateau et reviendrons à bord avec 5 langoustes dans un sac que nous immergerons à la jupe du bateau pour les consommer le lendemain soir. La discussion du prix est toujours délicate et là encore, il faut essayer de se faire arnaquer le moins possible.

Exemple :

Prix début de discussion à 20 EC $ la livre, puis proposition sous le manteau d’un meilleur prix (15 EC $) alors qu’il conclut à 20 EC $ avec un équipage américain. Le vendeur est à nous et nous vante sa marchandise. Moment du pesage des langoustes juste sorties du vivier donc pleines d’eau, à l’aide d’un antique peson dont le cadran est mobile ! Tandis qu’il pèse les langoustes et fixe notre regard, il fait tourner le cadran mobile à l’aide d’un doigt de la main qui tient le peson ! Devant nos éclats de rire, il nous fait tenir le peson tandis que son genou droit tire désespérément le sac de langoustes vers le bas ! Le vendeur tient bon sur 15 livres à 15 EC $...

Devant notre refus de cette embrouille, après plusieurs minutes, nous tombons d’accord sur 12 livres à 14 EC $ alors que l’estimation du Captain était à vue d’œil, 3 langoustes de 2 livres chacune et deux de 1 livre, soit 8 livres en tout !

Au bilan le lendemain, après égouttage pendant un quart d’heure puis pesage sur une balance digne de ce nom, il y avait bien 8 livres de langoustes !

À défaut d’avoir son propre peson, pourquoi ne pas avoir une bouteille de 1 ou 2 litres d’eau pour tarer le peson insoupçonnable de notre cher vendeur ! La bouteille d’eau est incontestable tandis que le peson du client, si !

Les jours suivants se dérouleront avec beaucoup de plaisir dans un Bequia toujours haut en couleur avec des gens très gentils et accueillants.

La soirée du Samedi 8 mars se terminera tard après nous être occupés des langoustes et avoir bien dansé dans le cockpit de « Ti Corail ».

Haut de page



49 Bequia princess margaret bay soiree langoustes56 Bequia princess margaret bay soiree langoustes59 Bequia princess margaret bay soiree langoustes

Nous irons aussi faire une belle ballade à pieds au sud de l’île jusqu’à Friendship Bay avant de nous régaler le soir même à bord de « Synga » d’une belle carangue pêchée à la traîne par Bertrand.

69 Bequia balade a friendship bay74 Bequia balade a friendship bay

En début de semaine suivante, nous découvrons un ti lolo très sympa dans une rue en face le marché, nommé RUSH HOUR où ils servent dans un endroit propre, frais et bien aéré, des plats locaux fort goûteux et copieux pour 15 EC $ l’assiette, à consommer sur place ou emporter ! tandis que la bière locale HAIROUN est à 5 EC $, c’est-à-dire 3 fois moins cher que dans tous les ti resto du front de mer où le plat moyen standard est entre 40 et 50 EC $ et la bière à 10 EC $ !

97 Bequia princess margaret bay106 Bequia princess margaret bay109 Bequia princess margaret bay125 Bequia rush hour restaurant128 Bequia rush hour restaurant fish dish131 Bequia rush hour restaurant bon appetit lili

Cela vaut donc le coup de découvrir cet endroit fort sympathique en y déjeunant tandis que des joueurs de dominos font claquer leurs tuiles sur les tables voisines. À 15 EC $ l’assiette, soit 4 €, ce n’est même pas la peine de cuisiner !

Haut de page


Nous comptions poursuivre notre descente dans les Grenadines, mais Liliane, l’épouse de Bertrand, a tous les symptômes de la dengue, température, frissons, douleurs articulaires et grande fatigue. Décision est prise de rester ici tant qu’elle n’ira pas mieux. Ce n’est pas la première fois que cela nous arrive et il vaut mieux rester dans ce mouillage sympathique où il est encore possible de trouver un médecin, une pharmacie, un dispensaire.

Ce Jeudi 13 Mars, « Ti Corail » a 5 ans ! Nous avons célébré cet anniversaire avec Bertrand et Liliane au cours d’une soirée tarot.

143 Bequia lili sur « Ti Corail »145 Bequia presentation pavillons confectionnes par ti mouss

Nous avons aussi ici le plaisir de manger beaucoup de fruits et de réaliser des salades exceptionnellement savoureuses à base de mangues, bananes figues, fruits de la passion, ananas, prunes de Cythère, limes et autres. Que du bonheur pour le palais !

Le Vendredi 14 mars est le National Heroes Day. Tout est fermé, mais c’est un jour de fête ou une grande partie de la population se rassemble autour d’activités festives et sportives et aussi de stands de nourritures et boissons jusqu’au soir.

Ti Mouss semble vouloir prendre le relais de Liliane en ce qui concerne les symptômes de dengue puisqu’elle nous fait de la température depuis 2 jours !

Les garçons vont donc se promener à pied jusque SPRING Bay sur la côte Est de l’île et son sanctuaire de tortues et reviennent enchantés de cette balade.

135 Bequia sanctuaire tortues 139 Bequia spring bay projet immobilier146 Bequia « Synga » tessie dort sur mabelle

Les jours passent avec sérénité, Liliane va mieux, mais Ti Mouss n’est pas encore au mieux de sa forme. Seule Mini Mouss tient bon ! Nous ne sommes pas pressés d’autant que le mouillage est fort agréable et que nous avons de très agréables voisins… Bertrand et Liliane !

Bien qu’il y ait eu une intervention récente sur le groupe d’eau douce, le pressostat de la pompe fait encore des siennes. Après une matinée d’efforts et de mots peu amènes, le Captain réussit à installer une pompe FLOJET 24 V faisant partie des rechanges à bord en lieu et place de la pompe JABSCO 12 V. Heureusement, même si ce n’est pas le même fabricant, il y a quelques détails qui semblent relativement standard à savoir les diamètres de raccords et leur espacement sans doute parce que le fabricant anonyme du corps de pompe est le même ? Toujours est-il que la pompe 24 V tourne moins vite, mais ça fonctionne ! Alléluia !

155 Reparation groupe hydrophore

Haut de page


Après une semaine de vent faible et de beau temps, le vent est remonté balayant Princess Margaret Bay de ses rafales puissantes. Une houle de Nord pénètre aussi dans la baie rendant les baignades de Mini Mouss hasardeuses sinon dangereuses. Nous ne prenons pas de risque même si Mini Mouss meurt d’envie d’aller se dégourdir les papattes ! La pêche à la traîne demeure infructueuse avec seulement une carangue suicidaire tout juste accommodable pour deux personnes.

Le vent est bien établi cette semaine aux alentours de 18 à 20 nd et heureusement, une fenêtre se dessine en début de semaine prochaine à partir du 25 mars. Nous allons la mettre à profit pour remonter en Martinique faire les examens de Mini Mouss.

En attendant, nous faisons des balades dans la partie nord de la baie et découvrons « la marina de Bequia » et l’existence de petits commerces liés au nautisme.

Ti Mouss a ressorti ses boîtes de bricolage endormies dans les placards depuis plusieurs mois et a recommencé à confectionner des bijoux et travailler les graines ramassées ici et là. C’est bon signe, elle se sent bien ici.

Mini Mouss, quant à elle, nous fait encore une anorexie avec vomissements de 24 heures ! Cela nous confirme s’il en était besoin de la nécessité de rentrer en Martinique pour qu’elle soit examinée par un vétérinaire et que des examens sérieux soient pratiqués.


Lundi 24 Mars 2014 – Saint-Vincent – Bequia – Princess Margaret Bay vers Saint-Vincent – Château Bel-Air : Saint-Vincent et grenadines
L 13° 17,99 N -- G 061° 14,06 W – 20 Milles parcourus

147 Carte navigation vers Saint-Vincent chateau bel air10 h 50, levé l’ancre, vent d’ENE Force 4, mer agitée, ciel peu nuageux. Les formalités de sortie de Saint-Vincent ont été effectuées dans l’heure qui précède. Mini Mouss n’est pas au top de sa forme et se remet des soucis du week-end. Ti Mouss a de nouveau mal à son rein droit et fait un peu de température !
« Ti Corail » se glisse dans la baie pour hisser la Grand Voile puis le Génois est envoyé alors que nous débordons le NorthWest Point. Nous filons 7 nd, le bateau est bien et file vers la pointe Sud de Saint-Vincent.

Un peu plus tard, dans l’Ouest du port de Kingston, c’est la pétole pendant environ 1 mille avant de remettre en route poussés par une brise d’Ouest sous le vent de l’île de Saint-Vincent qui nous pousse à 4 nd ! C’est mieux que rien ! Nous profiterons de cette brise de mer pendant plus d’une heure, mais serons ensuite obligés de démarrer un moteur pour longer la côte de l’Île jusqu’au mouillage de Château Bel-Air.

La pioche est posée vers 15 h 30, à 50 m du rivage, entre 6 à 8 m de fond. Le mouillage est facilement visible de la mer puisque se situant sous une belle rangée de cocotiers remarquable au pied d’une falaise verdoyante d’une cinquantaine de mètres de hauteur, environ un demi-mille au nord du village. La rive est accore et encombrée d’éboulements de roches dont il convient de ne point trop s’approcher. Le mouillage est bien abrité et n’est pas balayé comme d’autres par de puissantes rafales descendant des montagnes.

Nous serons invités dès notre arrivée par un boat boy à rejoindre le mouillage juste devant le village, mais nous refuserons préférant la tranquillité sous les cocotiers. À l’approche du coucher du soleil, nous serons pas moins de cinq bateaux à mouiller ici. La nuit sera tranquille même si par deux occasions une embarcation glissant en silence à la pagaie a pu être observée à quelques mètres du bateau, en pleine nuit, et stationnant là pendant environ deux heures… sans doute pour pêcher… Bertrand, le Captain de « Synga » préférera rester dormir dans son cockpit.

150 Equipage de « Synga »


Mardi 25 Mars 2014 – Saint-Vincent – Château Bel-Air vers Sainte-Lucie – Anse Cochon : Sainte-Lucie
L 13° 55,69 N -- G 061° 03,50 W – 40 Milles parcourus

148 Carte navigation vers Sainte-Lucie Anse Cochon8 h 20, levé l’ancre, vent faible, mer calme, ciel peu nuageux. La Grand Voile est hissée un quart de mille au large puis le Génois envoyé et nous tirons un bord en attendant le bateau copain « Synga ». La météo annoncée donne 12 à 14 nd d’ENE et nous ne prenons pas de ris.

Rejoints par « Synga », nous filons avec une brise de NE 3-4 vers le NNW à 5 nd. Une heure plus tard, le vent monte NE 5 et « Ti Corail » accélère à 7,5 nd sur un plan d’eau encore très peu agité. À l’approche de la pointe nord de Saint-Vincent, le vent monte à NE 6 et le Captain enroule le Génois à 75 % en choquant la Grand Voile pour passer cette survente dans une mer devenue bien agitée. Cet amusement semblant devoir durer plus que de raison, vu l’aspect de la mer sur les quelques milles devant nous, nous prenons finalement un ris, certes tardivement !

Enfin, c’est chose faite, jamais aisée dès que les conditions deviennent moins faciles. Enfin, nous sommes toujours à la merci d’un événement bloquant qui peut survenir à tout moment. Par exemple, comme cela a été le cas, une poulie de renvoi de ris qui se coince dans les lazy jacks et qui oblige à monter sur le top pour aller la décoincer alors que le bateau commence à danser la St Guy !

Heureusement, le Captain peut encore faire le singe (il le fait très bien d’ailleurs) et tout rentre dans l’ordre hormis un peu de bruit causé par les vitupérations de Ti Mouss vociférant à son Captain « Il vaut mieux prendre un ris d’abord pour le larguer ensuite… je te l’avais bien dit, etc. »

Toujours est-il que « Ti Corail », rattrapé entre temps par « Synga », reprend sa route avec 1 Ris et 75 % de Génois, à peine ralenti, mais bien plus à l’aise sur ses coques et au près dans cette mer levée par un vent bien établi de ENE Force 6.

Le Captain est à la barre, sous pilote. Ti Mouss et son inséparable Mini Mouss sont allongés sur la banquette du carré, la première excédée par les mouvements violents subis par le bateau et son équipage, la seconde apathique dans les bras de sa maman. Quelques bruits viennent rappeler que la gravité se manifeste non seulement sur les visages des Mouss, mais aussi sur les objets !

Les chutes d’objet vont ainsi continuer à marquer le revêtement de sol du carré et des cabines tandis qu’une réserve d’eau d’un plant de basilic se répand où elle peut, qu’une boîte de sel saute et s’ouvre, son contenu se répandant dans le carré et la cabine tribord… que du bonheur ! cette ambiance étant ponctuée par les cris de Ti Mouss. Quand on se trouve au siège de barre, même avec un vent de Force 6, on arrive à percevoir les « Fait Ch… ! » s’échappant du carré. Et, il y en a qui croient qu’on s’amuse !

Heureusement vers 12 h, le vent mollit Force 4 et la mer devient moins inconfortable.

En début d’après-midi, nous atteignons enfin le dévent au Sud Ouest de Sainte-Lucie et touchons ensuite une petite brise d’Ouest qui nous emmène pendant près d’une heure à près de 4 nd avant que nous ne soyons obligés de démarrer un moteur pour faire route. La solution d’un unique moteur est choisie depuis les événements d’encrassage des coudes d’échappements puisqu’il est meilleur de faire fonctionner un moteur à 2 200 t/min que deux moteurs à 1 500 t/min.

Nous arrivons enfin à l’Anse Cochon vers 16 h. La pioche est posée dans la partie nord de l’Anse pour se prémunir d’une éventuelle houle venant du Nord.

Cette journée de navigation n’aura pas été très agréable avec un vent beaucoup plus fort qu’annoncé, un Captain un peu excédé de s’être laissé berner par un canal de Saint-Vincent pourtant réputé pour ça et un Ti Mouss crevé.

Heureusement, nous terminons cette journée en dînant à bord avec nos amis de « Synga » et oublions ces heures désagréables.

Haut de page


Mercredi 26 Mars 2014 – Sainte-Lucie – Anse Cochon vers Martinique – Anse Caritan : france martinique
L 14° 25,73 N -- G 060° 53,20 W – 33 Milles parcourus

149 Carte navigation vers martinique anse caritan8 h 15, levé l’ancre, vent faible, mer calme, ciel nuageux. La Grand Voile est hissée avec un ris un quart de mille au large puis le Génois envoyé et nous tirons des bords en attendant le bateau copain « Synga ».

Nous faisons route au NNW et le vent s’est établi à ENE 4/5. « Ti Corail » file 7 nd sur une mer belle qui devient néanmoins plus agitée alors que nous approchons de Rodney Bay et que le vent monte encore en virant à l’Est.

Vers 10 h, nous entrons dans la survente au nord de Sainte-Lucie avec un Génois enroulé à 75 % et la mer est moins levée et hachée que d’habitude sur les hauts fonds au nord de Sainte-Lucie. Nous avons de la chance : l’approche de la Nouvelle Lune fait que les courants de marée sont relativement faibles et nous sommes de plus à proximité de la Pleine Mer, limitant ainsi la force du courant océanique venant des iles du Cap Vert et se déversant en partie dans le bassin des Caraïbes par les différents canaux des Petites Antilles. Et puis, ce jour-là, le vent est à l’Est nous permettant quasiment de faire route sur la pointe Borgnèse et non pas sur le Rocher du Diamant.

Du coup, nous n’avons que 1 nd de courant portant au SW d’abord puis W et enfin NW en fin de Canal. La mer sur ces hauts fonds peut être très dure avec du courant portant à l’Est ou au NE, à contre de la houle générale Atlantique et levant aussi sur ces hauts fonds tandis que l’effet Venturi se manifeste aussi par des vents de 20 à 25 nd. De fait, toute la zone comprise entre la pointe nord de Sainte-Lucie et la ligne de sonde des 500 mètres est un lave-linge naturel.

Ces bonnes conditions vont nous permettre donc de faire route directe sur Sainte-Luce alors que le vent mollit en milieu de Canal pour descendre à une dizaine de nd. Enfin, dans la dernière partie, nous bénéficions de la rotation du vent vers le SE à l’approche de la côte sud de Martinique, créant pour « Ti Corail » une belle adonnante.

Dès la ligne de sonde des 1 000 m, la rotation des vents à droite (Veering) est très nette et « Ti Corail », faisant route en mode Girouette, décrit une belle courbe qui l’amène directement sur le mouillage de l’anse Caritan.

Une fois la ligne de sonde des 30 m franchie, les multiples casiers bouteilles évités, le vent tombe à proximité de la pointe Dunkerque et nous démarrons un moteur pour parcourir le dernier mille tandis que Captain dispose le tuyau d’arrosage sur le connecteur de plage avant pour être prêt pour le rinçage à l’eau douce, marquant la fin des navigations pour quelques jours. Notre Mini Mouss peut ainsi se balader partout sur le pont sans emmener du sel partout avec ses papattes !

La pioche est posée en début d’après-midi devant les jeux de Maya Beach, dans une anse Caritan particulièrement encombrée de plaisanciers, mais il semble que ce soit la règle cette année. En effet, si le nombre de bateaux de plaisance présents à Sainte-Anne n’a fait que croître au cours des cinq dernières années, l’Anse Caritan était encore peu fréquentée et les bateaux présents se comptaient sur les doigts d’une main. Mais cette année, c’est fini ! Caritan compte en moyenne 30 à 40 bateaux tandis que Sainte-Anne dépasse les 150 bateaux présents ! Finie la tranquillité !

Cette dernière journée de navigation a été agréable et nous la terminons en dînant encore avec nos amis de « Synga ».

La douleur au rein droit de Ti Mouss s’est évanouie et sa décision a donc été de reporter toute visite ou examen.

Dès le lendemain, nous prenons RDV avec le vétérinaire du Marin pour les prélèvements sanguins devant être effectués sur Mini Mouss. Nous en saurons davantage lundi prochain.

Le bateau reprend sa situation mouillage : les toiles sont mises à poste, les plantes vertes ressorties, la drôme inutile rangée (par exemple les ris sont ramassés et enfermés dans le lazy bag), etc.

Le bricolage et l’entretien du bateau reprennent avec une modification de la patte d’oie, des trop-pleins des réservoirs d’eau douce, la remise en place de la pompe d’origine du Groupe d’eau douce une fois réparée, différentes opérations de maintenance sur le dessalinisateur, la vérification de l’état des cales, le nettoyage à fond mensuel de l’espace de vie dans la coque Td et du carré.

160 Trop pleins reservoirs eau douce165 Jean pierre et francoise de gentiane

Cette fin de mois se passe calmement avec nos amis de « Synga ». Nous retrouvons aussi Caty de « Cahulina », Jean-Pierre et Françoise de « Gentiane », Jean-Yves d’« Alizé » avec lesquels nous passerons de supers moments.

Si tout se passe bien, nous devrions redescendre vers le milieu du mois d’avril pour notre destination première de Carriacou.



Haut de page

 

logoarticle   24/08/2014

 

50 Grenadines

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos


- « Ti Corail » est descendu à Carriacou




Martinique – Anse Caritan : france martinique

Voilà déjà quelques jours que nous sommes remontés en Martinique pour Mini Mouss. Elle a toujours été fragile au niveau digestif, mais a présenté des signes de pancréatite dans les Grenadines. Nous sommes donc allés chez le véto peu après notre arrivée en Martinique, soit le 31 mars, pour effectuer des prélèvements sanguins pour un bilan hépatique, rénal et pancréatique et une coproculture.

Au premier appel téléphonique, la réceptionniste non informée sur ce qu’elle pouvait nous dire nous a affirmé qu’ils avaient perdu les résultats (le labo…). On ne saura jamais ce qui s’est passé, pas assez de sérum prélevé ou incompétence du labo, mais il a fallu les refaire. Pas chouette pour la toutoune et de la colère pour nous. Nous devrons donc attendre une prochaine crise, elle en a eu une autre, mais nous n’avons pas trouvé de véto le week-end de Pâques. La semaine prochaine, nous allons lui faire refaire une prise de sang, même sans crise si elle a quelque chose d’anormal, ça va bien se voir sur les résultats !

1 Martinique jean pierre et liliane3 Martinique ifi et Mini Mouss

Le Captain s’occupe aussi avec la modification du réseau 220 V Bord afin de pouvoir connecter notre convertisseur de secours sur tout le réseau bord.

Le 17 avril, nous fêtons les 2 ans de notre Mini Mouss. Elle a droit à « un plat amélioré » et ses bougies ! Trois jours plus tard, elle redonne des signaux de pancréatite qui nous inquiètent et nous reprenons un rendez-vous le 29 avril pour les examens manqués du début du mois.

5 Martinique anniversaire Mini Mouss

Nous aurions par ailleurs dû redescendre vers les Grenadines à la mi-avril, mais les soucis de Mini Mouss n’étant pas résolus et le bateau « Synga » de Bertrand et Liliane ayant des soucis de ligne d’arbre et de moteur, tout tombe à l’eau, c’est le cas de le dire.

Les résultats pour Mini Mouss sont connus le lendemain et confirment ce que nous pressentions. Elle est sujette à des pancréatites et doit s’en tenir à un régime strict exempt de graisses et de sel. Il n’y a donc pas grand-chose à faire si ce n’est lui faire observer rigoureusement son régime alimentaire et veiller à ce qu’elle ne mange pas n’importe quoi traînant sous la table au cours d’une soirée apéro sur le bateau par exemple...

Nos amis Yvon et Chantal de « Scorpion » nous ont rejoints sur le mouillage.

« Synga », avec lequel nous devrions redescendre a toujours des soucis moteurs.

Haut de page


Au début du mois de mai, nous faisons aussi la connaissance d’amis de Bertrand et Liliane, Eric et Joël, et passons de super moments avec eux sans oublier les excellentes soirées passées avec « Horizons » et « Synga ».

8 Martinique soiree sur « Ti Corail »9 Martinique soiree sur « Ti Corail »17 Martinique soiree sur horizons19 Martinique soiree sur horizons20 Martinique soiree sur horizons25 Martinique soiree sur synga

Notre bateau, resté sans avarie depuis quelques semaines, se rappelle à notre bon souvenir. Le régulateur des panneaux solaires montre à plusieurs reprises des caprices de fonctionnement (tension excessive pouvant monter jusque 16,5 V !). Nous le passons en observation quotidienne des paramètres de charge.

Pendant ce temps, le bras gauche de Ti Mouss la fait souffrir depuis… mi-février et un ostéopathe du nom de Gregory vient par deux fois prodiguer ses soins à bord, hélas sans résultat. Il s’agit probablement d’une tendinite pour laquelle plusieurs mois de repos seront nécessaires. Ti Mouss profite de ce mois de mai pour faire des examens de contrôle à Fort-de-France. C’est toujours ça de fait.

Le Captain file un coup de main à Bertrand de « Synga » pour installer en tête de son mat une nouvelle antenne VHF ainsi qu’une antenne de réception télévision pour assurer à leur petite fille une qualité d’image parfaite.

Notre régulateur panneaux solaires FLEXMAX 60 continue à manifester quelques caprices et décision est prise de s’en procurer un de rechange au cas où le premier nous laisserait définitivement choir. Notre choix se porte sur le Blue Solar Charge Controller MPPT 75/50 de VICTRON Energy dont nous faisons l’acquisition chez TILIKUM au Marin.

Outback power systems flexmax 60 tension excessiveVictron blue solar charge controller mppt 75 50

Dans le même temps, nos copains de « Scorpion » viennent de griller leur régulateur MASTERVOLT 40 A et le Captain va leur installer le nouveau (le même VICTRON).

On ne peut que rappeler la nécessité de la qualité des raccordements, car dans le cas de Chantal et Yvon de « Scorpion », les câbles d’arrivée n’étaient pas assez serrés et les résistances de contact ont provoqué un échauffement tel que l’extrémité des câbles (pourtant de section adéquate) et le bornier sur le régulateur avaient complètement fondu ! Encore un problème lié à… l’installation !

Haut de page


Après cela, le Captain a installé des coupe-circuits en amont et en aval de notre régulateur pour faciliter et respecter les séquences d’arrêt et de mise en marche de notre régulateur puisque nous procédons assez souvent à des réinitialisations de ce régulateur suite aux multiples anomalies.

Le mois de mai s’est terminé de la même façon que commencée, mais on a essayé de faire encore quelque chose pour le bras gauche de Ti Mouss, lequel la fait souffrir de plus en plus.

L’ostéopathe venu à bord pour Ti Mouss n’ayant pas obtenu de résultats significatifs, nous sommes ainsi allés en consultation chez un de ses confrères à DUCOS dont il nous avait été dit du bien. Elle est ressortie de là complètement cassée et nauséeuse. Elle a même vomi de retour au bateau. Il va falloir attendre quelques jours pour voir si les effets attendus sont là.

Toutes ces semaines de retard depuis que le bateau est chargé et prêt au départ (fin février) ne sont pas exemptes non plus d’imprévu puisque le Captain a dû se faire soigner une dent en urgence en début de semaine...

C’est le moment aussi pour nos amis Yvon et Chantal de « Scorpion » de nous quitter pour passer quelques mois en métropole.

28 Martinique depart de scorpion29 Martinique depart de scorpion

La petite Mini Mouss va bien et elle ne nous a pas refait de crise récemment. Ti Mouss teste l’homéopathie…

Le moral est bon, il va être temps de descendre et nous espérons que ce sera pour bientôt. Le bateau de Bertrand et Lili qui doit nous accompagner n’est pas encore prêt et de toute façon, il faudrait que Agnès ne souffre plus de son bras comme c’est le cas aujourd’hui. Le mois de juin est là et c’est officiellement le début de la saison cyclonique.

Le Captain qui souffre assez régulièrement des lombaires en profite pour faire quelques séances de kiné. Ça ne peut pas faire de mal !

Nous achetons aussi au Marin de la toile SUNVISION pour confectionner plus tard des protections occultantes à mettre en place sur les vitres du carré.

La fin du mois de juin se passe en derniers préparatifs. Nous faisons une petite sortie en mer d’une heure le 4 juillet pour valider le bon fonctionnement du bateau.

Enfin, nous allons lever l’ancre ! Les ondes tropicales commencent à se succéder et il est temps d’aller retrouver des zones moins dangereuses. Lundi 07 juillet, nous devrions mettre les voiles pour Carriacou avec 2 ou 3 étapes dodo. Carriacou où nous resterons quelque temps, c’est sympa, pas cher et bien protégé, s’il faut dégager ce sera plus rapide. Le Venezuela cette année n’est plus dans les projets.

Par ailleurs, Bertrand et Liliane de « Synga » ont décidé de reporter leur départ sine die. Une fois leurs moteurs enfin réparés après plusieurs semaines de galère, on a bien senti que ça clochait quelque part: l’angoisse de Liliane était vraiment trop forte et elle a retrouvé le sourire dès que l’annulation de leur départ a été officialisée le week-end précédent. Ils nous rejoindront peut-être plus tard, mais nous n’y croyons pas trop…

Lundi 07 juillet 2014 – Martinique – Anse Caritan vers Sainte-Lucie – Anse Cochon : ste lucie
L 13° 55,67 N -- G 061° 03,46 W – 31 Milles parcourus

9 h 5, après un dernier coucou de « Synga », levé l’ancre, vent d’ENE Force 4-5, mer agitée, ciel peu nuageux, « Ti Corail » hisse la Grand Voile avec 1 Ris dans la baie puis envoie le Génois à 75 % après avoir doublé la pointe Dunkerque. Nous slalomons entre les casiers un peu avant le passage de la ligne de sonde des 30 m. Le vent est établi à Force 5 d’ENE et nous filons 7,5 nd sur le fond vers Sainte-Lucie. Nous sommes donc enfin partis de Martinique.

51 Carte navigation vers ste lucie anse cochon


Nous ne cherchons pas trop à contrer le courant qui porte à l’Ouest afin de passer sous le vent des hauts fonds qui bordent la pointe nord de Sainte-Lucie. Ainsi, nous conservons le vent jusque 5 minutes avant l’arrivée à l’Anse Cochon.

La pioche est posée à 14 h et c’était une belle première navigation après 3 mois d’arrêt.

Agnès n’a pas été malade, mais a été complètement cassée avec le stugeron pris une seule fois la veille du départ. Elle n’a pas recommencé trouvant les effets désagréables.

Mini Mouss a maintenant un nouvel endroit pour faire ses pissettes en nav: dans la fosse juste devant la porte d’entrée ! Un coup d’eau derrière et c’est tout bon !

Haut de page



Mardi 08 juillet 2014 – Sainte-Lucie – Anse Cochon vers Saint-Vincent – Bequia – Princess Margaret Bay : st vincent et grenadines
L 13° 00,06 N -- G 061° 14,61 W – 60 Milles parcourus

6 h 35, levé l’ancre, vent d’Est Force 4, mer belle, ciel peu nuageux, « Ti Corail » se glisse en dehors de l’Anse…

52 Carte navigation vers st vincent bequia princess margaret bay

En doublant Gros Piton, une longue rafale fait monter le speedo à 9,5 nd puis nous pénétrons peu de temps après dans le canal de Saint-Vincent avec un vent d’ENE de force 5, le bateau file 7,5 à 8 nd tandis que le courant porte à l’Ouest pour… 3,5 nd ! La mer est agitée.

Le passage sous le vent de l’île de Saint-Vincent se fait à la voile, nous sommes à bonne distance de la côte et nous avons conservé le vent.

L’entrée dans le canal de Bequia un peu avant 15 h se révélera à notre grande surprise plus musclée puisqu’un vent d’ENE 6-7, plus souvent à 7, nous cueille dès l’entrée pour ne plus nous lâcher jusqu’à l’arrivée à Princess Margaret Bay. Nous enroulons le Génois à 60 %, toujours sous un ris, le vent relatif atteint 31 nd, le bateau file raisonnablement à 7,5 nd avec un courant qui porte à l’Ouest pour 3 nd.

La pioche est posée dans Princess Margaret Bay quelques minutes après 16 h. Nous avons parcouru 60 milles dans de belles conditions de navigation, du vent, mais pas trop de mer.


Mercredi 09 juillet 2014 – Saint-Vincent – Bequia – Princess Margaret Bay vers Grenade – Carriacou – Tyrell Bay : grenade
L 12° 27,42 N -- G 061° 29,06 W – 37 Milles parcourus

6 h 30, après une nuit bien ventée et pluvieuse, levé l’ancre, vent d’Est Force 4-5, mer peu agitée, ciel peu nuageux, « Ti Corail » se glisse dans la baie et la GV est hissée avec 1 Ris. Nous faisons route SSW et filons 7,5 nd pour passer sous le vent de Canouan, de Union Island et devant Chatham Bay que nous rejoignons vers 11 h.

Nous apercevons MAYAKRI avec Mado et Maurice que nous contactons sur VHF. Nous sommes à 8,5 nd devant Chatham Bay, emportés par le courant qui porte au Sud. Vers midi, nous sommes devant Tyrell Bay et la pioche est posée à 12 h 25 devant Arawak divers, comme d’habitude !

53 Carte navigation vers grenade carriacou tyrell bay


Nous avons parcouru 37 milles et avons encore eu une navigation très agréable.


Grenade - Carriacou - Tyrell Bay : grenade

Les formalités d’entrée seront effectuées à la succursale des Customs au chantier Carriacou Marine Ltd dans le courant de l’après-midi pour la somme de 66 EC $.

Ici à Tyrell Bay, pas de changement depuis notre dernier passage.

Le lendemain de notre arrivée, une violente onde tropicale passe avec deux jours de pluie et de vents violents, jusque 35 nd sur le mouillage (nous avons enlevé toutes nos toiles par sécurité).

Nous ne sommes même pas encore descendus à terre sauf pour les formalités, car nous avons une petite réparation à faire sur la GV et nous devons aussi installer des occultants sur les vitres du carré.

60 Carriacou reparation gv avec Ti Mouss61 Carriacou reparation gv avec Ti Mouss

Le mois de juillet s’écoule ainsi…. Ti Mouss se débrouille comme un chef avec la réparation de la GV puis nous travaillons ensemble sur les toiles occultantes. La machine à coudre est à poste dans le carré et est utilisée tous les jours pour réaliser aussi des réparations ou protections diverses (Bouteille de gaz, enceintes extérieures, rouleau du filin pour la silzig, antenne wifi, panneaux de commande navigation et moteurs, manettes moteurs, etc.) à partir du tissu nous restant après le changement du lazy bag l’année passée. Entre autres, la couverture de l’annexe est complètement révisée.

Ces occupations sont complétées par l’entretien courant, les soucis de groupe d’eau, la suppression des moisissures sur le pont, les vidanges moteurs, la modification de la station d’accueil IRIDIUM, la réparation de nos mini enceintes pour l’ordinateur...

Haut de page

65 Carriacou occultants sur vitres carre64 Carriacou

Chaque jour, en milieu de journée, la sortie à la plage avec Ti Mouss et Mini Mouss est de rigueur.

66 Carriacou a la plage67 Carriacou a la plage

La tempête tropicale BERTHA est passée sur le nord de la Martinique sans nous affecter, sinon une journée de pétole précédant son passage dans le Nord et 10 minutes de pluie... On avait angoissé pendant plus d’une semaine, car nous la surveillions depuis son départ des iles du Cap Vert...

Bertha 20140729 0845 utcBertha 20140801 0000 utc

La fin du mois est ponctuée par une alarme tension basse sur une des batteries moteurs. Des tests effectués par le Captain montrent qu’elles ne tiennent plus la charge et s’effondrent très rapidement dès qu’elles sont sollicitées.

Décision est prise de les remplacer et la solution qui se révèle la meilleure est de les commander à Saint-Georges à Grenade via la succursale de Island Waterworld au chantier Carriacou Marine Ltd. Elles sont arrivées par le bateau qui ravitaille l’île de Carriacou deux fois par semaine, soit le bateau qui suit la commande, pratique ! Et pour un surcoût tout à fait raisonnable soit 20 EC $ de transport.

Deka 12v marine master 24m6 starting battery

Haut de page


Le mois d’août est déjà là avec son premier week-end consacré au Carriacou Regatta Festival qui met un peu d’animation sur le plan d’eau.

Les travaux avec la machine à coudre sont toujours d’actualité et les coutures complètement cuites de nos toiles de côté sont reprises avec du fil à voile digne de ce nom. La housse de protection du Mercury 5 CV se trouve elle aussi remise en état et rajeunie. On devrait pouvoir être bientôt tranquilles ayant réparé ou entretenu tout ce qui devait l’être.

C’était sans compter sur le régulateur de nos panneaux solaires qui nous fait encore des caprices (16,5 V sur les batteries) et le Captain le remplace dès le lendemain par le modèle VICTRON acheté au mois de mai.

Nos amis de « Sonate » nous rejoignent sur le mouillage, complété les jours suivants par « Burdigala », « Goyave » et « Sebsyl », et passons de très bons moments avec Bernard et Maryvonne.

79 A bord de sonate

Entretien du dessalinisateur, réfection des paniers à bouts, nettoyage du circuit Eau de mer du frigo, nettoyage des cales avec vérification du bon fonctionnement des pompes de cales, nettoyage des circuits eau de mer des moteurs VOLVO occupent cette première quinzaine.

Une semaine après le remplacement du régulateur, nous avons de nouveau des problèmes de tension excessive. Le Captain fait des essais de branchement du régulateur sur les batteries moteurs seules puis sur le parc batteries de servitude complètement déconnecté et il est clair que le nouveau régulateur ne régule plus ! Il monte très rapidement jusque presque 17 V ! Notre vieux régulateur est remis en place, ses paramètres de tension réinitialisés et ça marche !

Pour le moment, trois hypothèses se font jour pouvant être responsables de ces ennuis de régulation panneaux solaires. Une séquence d’arrêt mal effectuée sur le groupe et le chargeur convertisseur associé, l’utilisation de notre émetteur HF à moins de 1 m du régulateur ou encore les violents orages et les effets de la foudre associés qui se sont produits ces dernières semaines, qui provoqueraient une perturbation électrique suffisante pour altérer le fonctionnement de l’électronique du régulateur qui contient au moins un processeur et une ou des mémoires.

En attendant le régulateur défaillant va être remplacé sous garantie et après contact par mail avec Frédéric de TILIKUM, contact Radio HF avec Jean-Yves d’« Alizé » pour trouver un bateau convoyeur, le nouveau régulateur va nous être convoyé par « Amikaro » avec Pierre et Claudette qui descendent ici en provenance de Martinique tandis que je rendrai le matériel défectueux en fin d’année à notre retour au Marin.

Nous devons remercier les différents intervenants cités pour leur disponibilité et la célérité mise à régler notre souci. Cette solution était vraiment la meilleure nous évitant les affres du dédouanement pour un envoi par DHL avec arrivée au dépôt de Saint-Georges alors que nous sommes à Carriacou.

Une petite balade à pieds à la Pointe Ouest de l’île viendra nous conforter dans le bonheur qu’il y a être dans cette île si tranquille et si charmante.

76 Carriacou balade a pieds73 Carriacou balade a pieds77 Carriacou balade a pieds78 Carriacou balade a pieds

En cette mi-août, la baie de Tyrell est de moins en moins fréquentée et les bateaux habités se font moins nombreux.

Deux matinées sont consacrées au nettoyage de la coque, laquelle n’avait pas été faite depuis la mi-juin. Elle n’est pas très sale, mais de multiples tâches noires commencent à apparaître, lesquelles ne sont pas faciles à enlever. En revanche, l’antifouling en place ne laisse pas les herbes vertes s’installer ni les coquillages, c’est une bonne chose. Nous sommes très satisfaits de cet anti fouling acheté à Grenade, à savoir le TRINIDAD Super Pro de chez PETTIT en matrice dure, ce qui permet un entretien régulier sans enlever la peinture.

A bientôt pour d’autres nouvelles !

80 Carriacou tyrell bay

Haut de page

 

logoarticle   01/11/2014

 

0 Calque carriacou

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos


- Sous l'eau à Carriacou et Sandy Island


 « Ti Corail » passe l'automne à Carriacou


Grenade - Carriacou - Tyrell Bay : grenade

La fin du mois d’août s’est déroulée paisiblement sur le mouillage de Tyrell Bay. Nous avons encore passé de bons moments avec nos amis Bernard et Maryvonne de « Sonate ».

Pierre et Claudette de « Amikaro », en provenance de Martinique nous ont rejoint sur le mouillage et le Captain a pu récupérer le régulateur de remplacement que nous attendions.

Nous commençons aussi à découvrir avec les bateaux copains les petits restaurants qui se trouvent dans les rues derrière le front de mer où l’on peut se restaurer pour un prix modique avec toujours un accueil des plus plaisants.

1 Carriacou tyrell bay au restaurant avec les copains2 Carriacou tyrell bay au restaurant avec les copains3 Carriacou tyrell bay au restaurant avec les copains


Quelques jours consécutifs sans pluie nous ont permis de faire une belle balade à Chapeau Carré qui domine l’île de ses 960 pieds. Le début de cette balade était très facile puis nous sommes passés sur un sentier sous le couvert des bois, très raide, qui a aussi permis aux moustiques très nombreux de se refaire une santé sur nos mollets.

La fin de l’ascension a été accueillie avec joie et nous avons été récompensés par une vue magnifique sur toute l’île de Carriacou et ses voisines.

4 Carriacou tyrell bay vue de chapeau carre5 Carriacou balade a chapeau carre6 Carriacou balade a chapeau carre7 Carriacou balade a chapeau carre8 Carriacou balade a chapeau carre

Nos copains de « Locacita Thilda » nous ont fait le plaisir d’une visite alors qu’ils remontaient de Grenade avec leurs enfants.

Haut de page


Nous avons été un peu inquiets ces jours, car notre petit Mini Mouss a par deux fois manifesté des symptômes de pancréatite. Il ne faut décidément lui concéder aucun écart alimentaire !

9 Mini mouss a bord10B Mini mouss a bord10 Mini mouss a bord


Encore des bons moments à bord avec « Sonate », un ti resto aussi avec d’autres équipages de bateaux pour aller déguster un plat de lambis.

11 A bord avec sonate


Le dernier week-end est là, précédant la rentrée scolaire locale. Curieusement ici, elle est vue de façon positive et fait même l’objet d’une fête le samedi qui précède la rentrée : « la Back 2 School Beach Party » à laquelle les enfants de toutes les écoles sont invités à participer pour une journée de jeux de plage avec distribution de lots, barbecue et boissons pour les parents et autres, le tout sous une ambiance de musique locale se déversant sur la plage.

Le Captain, après révision de sa ligne de pêche à la traine est allé se balader deux heures durant en annexe, y compris le tour des Sister’s Rocks, sans succès hélas. Tout cela n’est pas encourageant !


Le début du mois de septembre aura été marqué par une belle balade vers la presqu’île du mont Saint-Louis et encore de bons moments avec Bernard et Maryvonne de « Sonate » ainsi que Christian et Maryse de « Goyave ».

12 Carriacou balade st louis13 Carriacou balade st louis14 Carriacou balade st louis15 Carriacou balade st louis


Le Captain s’est aussi décidé à remettre de l’ordre et un grand coup de propreté dans le puits à chaîne, les 30 mètres de câblot stockés sous la chaîne étant dans un état indescriptible.

Haut de page


Bernard et Maryvonne de « Sonate » songent déjà à leur départ tout proche vers l’île de Tobago et la discussion s’orientant vers la réception de la météo puis sur la BLU, le Captain est parti remédier à leurs problèmes de réception, lequel s’est résolu par le remplacement de l’antenne défectueuse et l’installation du logiciel JVCOMM 32 pour la réception des cartes météo. Nous pourrons enfin nous parler à la radio quand ils seront du côté de Cuba au début de l’année prochaine.

La pêche à la langouste est maintenant autorisée (la saison commence le 1er septembre) et un pêcheur est venu nous en proposer pour 2,80 € la livre ! Nous en avons donc pris deux pour nous faire un ti repas bien agréable.

 

16 Carriacou debut de la saison des langoustes

 

La fin de semaine a été marquée par une très bonne soirée à bord de notre bateau avec Bernard et Maryvonne de « Sonate » et Christian et Maryse de « Goyave ». Chacun(e) a pu découvrir les vertus du rhum arrangé made in « Ti Corail ». Le lendemain matin, les vertus du Citrate de Bétaïne ont pu être mises à profit par certains pour chasser les brumes consécutives à cette soirée. Généralement, la prise d’un comprimé effervescent le lendemain matin d’une fête provoque les effets suivants : soit la dissipation dans les 10 minutes de tout mal-être soit la restitution de toute source du dérangement, ce qui au final accélère le recouvrement de toutes les facultés…

A la réflexion, le problème réside sans doute dans la glace puisque celle-ci est achetée à l’extérieur en sacs d’environ 10 litres et qu’il n’est pas possible de vérifier la qualité de l’eau utilisée ni de la laisser fondre bêtement.

Le samedi 06 sept, le Captain a essayé la pêche à la ligne du bateau après le coucher du soleil. Une demi-heure plus tard, 3 pagres de belle taille étaient montés sur la jupe et nous ont régalés dès le lendemain.

18 Carriacou captain a la peche19 Carriacou captain a la peche20 Carriacou captain a la peche


Il y a toujours un peu de bricolage sur le bateau et le challenge réside dans la réalisation quotidienne d’une action de maintenance si nécessaire ou programmée, une seulement pour éviter tout risque de stress !

Le Captain a tenté une nouvelle fois de pêcher du bateau en fin de soirée, mais sans aucune touche. Il est probable que la meilleure heure pour prendre du poisson soit dans l’heure qui suit la fin du crépuscule. A confirmer !

Ce mardi 09 sept, nos amis de « Sonate » nous quittent pour la destination de l’île de Tobago, accompagnés de « Goyave ».

21 Carriacou depart de sonate22 Carriacou depart de sonate


Le plan d’eau est de moins en moins occupé par des bateaux de plaisance au fur et à mesure que nous avançons dans la saison cyclonique. La plupart d’entre eux sont entassés dans les baies telles que Prickly Bay au sud de l’île de Grenade. Ici, à Carriacou, nous sommes très tranquilles et il n’y a que peu de monde.

Par ailleurs, en cas de problème, nous pouvons aller nous réfugier dans le trou à cyclone au nord de la baie.

Haut de page


Cela fait partie de nos pensées, car nous avons entendu parler d’un seuil à franchir pour accéder à la deuxième partie du trou, la première étant réservée aux bateaux pays.

Le 10 sept, le Captain a donc pris une sonde à main, un GPS enregistreur avec trace, un chronomètre calé sur le GPS, un bloc et un crayon et a ainsi consacré deux heures à sonder les fonds. Un peu de travail ensuite pour convertir la trace, corriger les sondes de la hauteur de la marée pour les rapporter au niveau 0 m et les reporter sur une carte marine.

La conclusion est que ça passe pour nous avec nos 1,40 m de tirant d’eau. Un peu de pêche à la ligne le soir a permis de capturer 5 pagres pour enrichir nos menus.

23 Carriacou trou a cyclone

24 Carriacou trou a cyclone sondes


Fin de semaine dans le calme avec encore des pagres qui sautent sur la jupe quand du poisson est requis pour le repas et un sympathique apéro avec Pierre et Claudette à bord de « Amikaro » et Annick et Stéphane de « Errance ».

25 Carriacou captain a la peche26 Carriacou on se regale


Il était prévu que le vent se calme et nous permette d’aller passer quelques jours à Sandy Island mais les prévisions météo ont sous-estimé la force du vent et l’état de la mer. Nous restons donc à l’abri de Tyrell Bay.

Après un week-end tranquille, le vent consent à faiblir quelque peu et nous faisons mouvement le lundi 15 septembre vers Sandy Island au nord de Carriacou. Quel bonheur de retrouver ce mouillage et ses eaux limpides ! Evidemment sortie plage pour Mini Mouss puis nous allons ramasser des burgaux (ou troques des Caraïbes - Cittarium pica [Linnæus, 1758] - Topsnail) sur le côté nord de l’îlot, équipé de gants et de chaussures pour parer les ennuis pouvant être causés par les oursins et les bébés murènes.

Il faut regarder au moment propice sous les pierres (entre deux vagues) pour ne pas s’en prendre une sur une cheville. Notre cueillette effectuée, nous sommes rentrés à bord pour les mettre à dégorger dans un filet immergé et suspendu au bateau pendant la nuit.

27 Carriacou sandy island29 Ti corail a sandy island32 Carriacou sandy island33 Carriacou sandy island

Haut de page


Nous avons aussi l’heureuse surprise de découvrir qu’Yvon et Chantal de « Scorpion » sont arrivés… à Tyrell Bay et… ne nous ont pas trouvés ! Pour cause, nous étions partis le matin même, certains qu’ils ne devaient pas arriver avant le 19 de ce mois. Tel puis VHF, c’est chouette, ils nous rejoignent dès le lendemain après avoir effectué leur entrée.

Nous passons la première soirée ensemble et leur faisons découvrir les burgaux qu’ils ne connaissent pas encore.

35 Carriacou sandy island nous sommes rejoints par scorpion34 Carriacou sandy island captain ramasse des burgots36 Carriacou sandy island burgot37 Carriacou sandy island burgots prepares38 Carriacou sandy island soiree avec scorpion39 Carriacou sandy island soiree avec scorpion


Nous avons aussi pu avoir quelques lambis qui ont régalé nos palais.

40 Carriacou sandy island preparation lambis41 Carriacou sandy island preparation lambis42 Carriacou sandy island preparation lambis43 Carriacou sandy island preparation lambis

Haut de page


Le lendemain est mis à profit pour nettoyer la coque de ses salissures (il vaut mieux ne pas attendre plus d’un mois entre deux passages d’une éponge légèrement abrasive pour que toute la surface mouillée soit nettoyée en environ 1 heure).

Nous nous régalons aussi à faire du PMT (palmes, masque, tuba) sur les extrémités Est et Ouest de l’îlot de Sandy Island assez poissonneuses avec une bonne variété d’espèces.


44 Carriacou sandy island sous leau45 Carriacou sandy island sous leau46 Carriacou sandy island sous leau47 Carriacou sandy island sous leau

 

Le jeudi 18 septembre, nous rentrons sur Tyrell Bay pour préparer l’anniversaire du Captain que nous fêterons avec Yvon et Chantal de « Scorpion » le lendemain. Belle soirée agrémentée d’un succulent plat de lambis préparé par Ti Mouss.

Nous sommes rejoints sur le mouillage par Ruben et Michèle de « Tursiops » puis c’est le tour de « Scorpion » de nous laisser pour aller visiter Grenade.

Le début de ce mois d’octobre a été marqué par du mauvais temps pendant plusieurs jours et l’activité ainsi limitée. Nous avons donc bricolé et confectionné un rajout de toile pour placer au-dessus du panneau de la cabine arrière Bâbord.

Le Captain est aussi allé à Hillsborough le 06/10 pour prolonger notre séjour au-delà de 3 mois sur le sol de Carriacou. Il faut se rendre au bureau de l’immigration 2 jours avant la date de clôture indiquée sur le passeport. La procédure n’a pas posé de problème et revient à 25 EC $ par personne par mois entier supplémentaire, payable au bureau du Trésor de l’autre côté de la rue. Attention, toutes les personnes demandant une extension doivent se présenter physiquement au bureau de l’immigration et bien sûr Ti Mouss était sur le bateau, mais ils ont consenti a faire les papiers malgré son absence.

Le lendemain, nous avons rejoint Sandy Island et goûtons aux joies du PMT (Palmes, masque et tuba) autour de ce magnifique îlot. Ti Mouss est motivée et utilise enfin son appareil photo étanche. Chaque jour voit ses progrès dans la technique d’utilisation de cet appareil, somme toute génial !

Le mercredi 08 Oct., nous recevons une première visite depuis longtemps des 3 wardens (ou rangers) affectés au parc marin de Sandy Island (SIOBMPA) à bord de leur nouvelle embarcation de patrouille de 25 pieds, nommée « Paradise » et mise à l’eau début août à Lesterre Bay sur fonds fournis par « Caribsave » et le « Caribbean Community Climate Change Centre » (Centre sur le Changement climatique de la Communauté Carribéenne ou CARICOM -five C’s), via le programme C-Fish de 4 ans démarré en 2012. Nous nous voyons ainsi prélevés d’une taxe de 10 US $ ou 25 X $.

48 Carriacou sandy island controle par les wardens49 Carriacou sandy island controle par les wardens


Nous est remis un récépissé daté et signé comportant le motif à savoir : use of overnight/yacht mooring !

La situation est curieuse, tous les bateaux sont sur ancre, aucun sur bouée, le mouillage sur ancre est interdit et on nous prélève une taxe de bouée !

L’explication fournie est que, compte tenu de la situation des mouillages, ils nous font payer en fait l’entrée dans le parc.

Les wardens ne viendront que deux fois au cours de la semaine. Il est probable que l’organisation pâtit encore du manque de crédits alloués par le gouvernement.

Le temps est incroyable depuis plus d’une semaine, avec très peu de vent et une mer… plate ! Les tempêtes tropicales Fay et Gonzalo passent loin dans le Nord, c’est chouette… pour nous !

Nous faisons la connaissance de Paul et Carolin à bord de leur bateau « Cattitude » et rejoignons ensemble l’Anse Laroche dans la journée du 13 Oct.

51 Carriacou sandy island cattitude52 Carriacou sandy island anse laroche53 Carriacou sandy island cattitude


Nous passons ainsi deux belles soirées en compagnie de Paul et Carolyn avec leur toutoune Lucie dans cet endroit tranquille.

L’anse Laroche est un des plus beaux sites de Carriacou et se trouve au nord-ouest de l’île. Hélas, il est courant qu’un peu de houle de Nord rentre dans cette si jolie anse pouvant rendre le mouillage un tantinet inconfortable. Cette houle crée un fort ressac sur la plage, déserte et magnifique par ailleurs, pouvant rendre dangereuses les activités de loisirs des petites bêtes de 2,8 kg comme notre petite chienne Mini Mouss.

Aussi, deux jours plus tard, nous décidons de retourner au mouillage de Sandy Island protégé de cette houle de Nord.

Haut de page


Nous profitons de ce petit transit en eaux tranquilles pour inverser la chaîne d’ancre. D’une longueur de 60 m et mise en place en mars 2013 (soit 18 mois écoulés), le tronçon de 30 m utilisés est usé et rouillé complètement au point que la chaîne saute très souvent sur la couronne barbotin de notre guindeau. Une fois inversée, les 30 m de chaîne non encore utilisés passaient sans souci dans le guindeau.

On peut s’interroger sur la qualité de fabrication qui prévaut aujourd’hui sur les chaînes vendues chez les shipchandlers les plus connus.

Le Captain a pris son pied à coulisse et procédé à quelques mesures par sondage sur le tronçon usé et a observé sur certains maillons les dimensions suivantes pour une chaîne de 10 mm :

-    Diamètre normal attendu 10 mm, mesuré 7,85 mm !
-    Pas (dimension intérieure d’un maillon dans sa longueur) normal attendu 30 mm, mesuré 34,5 mm !

Avec de telles dimensions, on observe que le revêtement de galva est parti depuis longtemps (érodé par l’action abrasive du sable lors du raguage de la chaîne sur le sable) et que l’acier a été attaqué et remplacé par de la rouille !

On peut entendre sur les pontons : de mon temps, on faisait 8 à 10 ans avec une chaîne !

Aujourd’hui, les procédés de fabrication ont été modifiés, la vitesse de passage de la chaîne dans le bain à 450 degrés est réglée pour laisser un revêtement de 10 microns alors que le dépôt maximal et pratiqué il y a quelques années était de l’ordre de 70 microns.

Il faut aussi savoir que l’usure du revêtement d’une chaîne dépend de son utilisation et de l’environnement dans lequel elle est sollicitée.

Par exemple, on peut observer que la vitesse de corrosion de l’acier galvanisé est de l’ordre de 1 mic./an en environnement rural, de 4 mic./an en environnement marin et de 8 à 10 mic./an en environnement industriel.

Une chaîne sur un bateau de voyage (90 % du temps au mouillage sur ancre) durera certes beaucoup moins de temps qu’une chaîne sur un bateau usuel qui demeure à quai dans une marina et navigue 3 semaines par an. Ainsi, il est raisonnable de pouvoir assimiler l’environnement du bateau de voyage à un environnement industriel avec une vitesse d’usure de l’ordre de 10 mic./an.

Sans prendre de calculette, il est aisé de comprendre pourquoi les chaînes utilisées dans la plaisance rouillent alors qu’elles ont moins d’un an d’utilisation intensive !

Sandy Island nous offre encore ses plaisirs. Ti Mouss est de plus en plus à l’aise dans l’eau équipée de son appareil photo et ses angoisses semblent être en voie de régression. Nous ramassons encore quelques burgaux, cueillons du pourpier de mer (Sesuvium portulacastrum (Linnæus) - Shoreline seapurslane - Pourpier de mer - Cenicienta, litho – Verdolaga) qui, une fois blanchi, peut être conservé quelques jours au réfrigérateur avant d’être accommodé en accompagnement de n’importe quel plat.

53A carriacou sandy island ramassage burgots53b Carriacou sandy island degustation54 Carriacou sandy island sesuvium portulacastrum pourpier de mer


Nous profitons encore quelques jours de Sandy Island mais Ti Mouss souffre depuis quelque temps d’une molaire. Elle arrive d’habitude à stopper le processus infectieux avec une semaine de prise d’antibiotiques, mais nous en sommes quand même à la… cinquième session ! Nous aurions dû attendre notre retour en Martinique pour nous occuper de cette dent, mais puisque son extraction est inévitable, autant le faire ici à Carriacou. Décision est prise le vendredi 17 octobre de prendre le taureau par les cornes.

Nous nous renseignons donc et apprenons qu’il existe bien un Centre Médical à Hillsborough, mais que les soins dentaires n’y sont prodigués que le jeudi, une fois par semaine, par un dentiste qui fait l’aller-retour en avion de l’île de Grenade. Nous sommes donc 24 heures trop tard.

55 Carriacou hillsborough health medical center


Heureusement, les antibiotiques font quand même leur effet, mais il est décidé de procéder à l’extraction le jeudi qui suit.

En attendant, le temps se gâtant quelque peu, nous décidons de revenir sur Tyrell Bay dès le samedi 18 Oct..

Le lendemain, nous avons le plaisir de retrouver Bernard et Maryvonne de « Sonate » qui revient du sud de Grenade après avoir auparavant passé quelques semaines à l’île de Tobago.

Ces derniers jours, le Captain a enfourché un nouveau dada : réaliser du pain à bord… qui soit beau et bon ainsi que quelques viennoiseries. Après s’être documenté, il a procédé à la fabrication des premiers pains et il aura fallu attendre le quatrième pour avoir un résultat qui tienne enfin la route, un pain de bel aspect, ayant bon goût et possédant une mie bien aérée avec une croûte presque dorée et croustillante !

Il ne reste plus qu’à améliorer encore la maîtrise du pétrissage, de la pousse et de la cuisson et peut-être aussi les diversifier un peu.

Ti Mouss a aussi été conquise par les briochettes au chocolat !

58 Pain du captain59 Ballotins au chocolat60 Briochettes au chocolat63 Pain du captain


Le mardi 21 Oct., nous faisons appel à Dominique sur sa barge au fond de la baie pour reprendre toutes les soudures de la grille de notre plaque ENO et le Captain en profite pour lui demander également une plaque en aluminium pour remplacer la plaque de l’embase moteur de notre annexe.

Le lendemain, nous rejoignons le mouillage de Hillsborough en cours de journée avant le passage d’une onde tropicale prévue en soirée, afin d’être prêt pour l’intervention du dentiste sur Ti Mouss le jeudi. Nous en profitons pour faire un peu d’avitaillement dans les commerces et chez les quelques marchandes de légumes qui sont les mieux approvisionnées de l’île.

Le jeudi, jour du passage d’Ti Mouss chez le dentiste est arrivé. Nous nous présentons à 8 h à son bureau à côté du Kim’s plaza Supermarket, mais il n’est pas encore là. Nous rejoignons donc le dispensaire (Medical Health Center) en face le collège et nous enregistrons auprès du personnel présent. Cinq personnes attentent d’être vues par le dentiste. Une infirmière prend la tension de chacun et nous donne un petit papier sur lequel elle est enregistrée. Le ou la dentiste arrive enfin une demi-heure plus tard, descendant tout juste de son avion en provenance de Saint-Georges. Elle procède, après examen des tensions relevées, à l’anesthésie de tous les patients en attente. Point de préambule ni de petites injections aux alentours des dents à traiter avant d’injecter l’essentiel de la dose ! Elle procède directement et massivement, comme avec les chevaux ! Pas sûr qu’il y ait changement d’aiguille entre chaque patient ! Chaque patient ressort dans le couloir qui sert de salle d’attente en attendant le soin dentaire. Ici, soin dentaire veut dire extraction. En 10 minutes, tout le monde est passé et ressort de là non sans avoir écouté religieusement les 3 minutes de consignes précises et diverses à observer dans les jours qui suivent. Il faut bien cela puisque rien n’est donné postérieurement à l’acte, ni antalgiques ni antibiotiques. Les consignes à suivre sont donc précises pour limiter au maximum les risques infectieux.

Enfin voilà, Ti Mouss a jonglé comme jamais avec l’anesthésie ; l’extraction s’est passée sans souci et ce n’est plus qu’un mauvais souvenir. Bien que nous ayons signalé que nous étions étrangers, la dentiste ne nous a rien fait payer ! Le temps étant pluvieux et Ti Mouss pressée de quitter ce triste mouillage, nous avons appareillé dans l’heure suivante pour rejoindre le mouillage de Tyrell Bay où nous sommes arrivés en fin de matinée.

Le week-end suivant nous a permis de passer une bonne soirée à bord de « Sonate » avec aussi Christian et Maryse de « Goyave ».

La météo de la semaine à venir semblant clémente, nous avons prévu de retourner à Sandy Island dès mercredi. « Sonate » nous a quittés quelques jours pour aller chercher du matériel à Grenade.

Nous sommes rejoints à Sandy Island par Yvon et Chantal de « Scorpion » qui reviennent de leur carénage à Saint-David Harbour (Grenada Marine) et passons une excellente soirée à leur bord avant qu’ils n’entament leur remontée vers la Martinique.

Ce sera aussi bientôt notre tour, mais Ti Mouss n’est pas trop pressée, ses soucis dentaires ayant été résolus. Nous devrons y être toutefois pour la fin du mois de novembre.

A bientôt pour la suite…



62 Carriacou sandy island insolite



 

Haut de page

 

logoarticle   28/01/2015

 

Grenadines

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos


- « Ti Corail » Charlie en Martinique


Grenade - Carriacou - Sandy Island : grenade

La fin du mois d’octobre s’est déroulée pour nous sur l’îlot de Sandy Island. Nous y sommes rejoints par Yvon et Chantal de « Scorpion » avec lesquels nous passons de bons moments. Ramassage de quelques burgaux et achat de quelques langoustes auprès des pêcheurs, un peu de snorkeling et de photo sous-marine nous aident à supporter nos derniers jours dans le sud de l’Arc Antillais !

0 Ti corail a sandy island

Le 1er novembre, nous disons au revoir à « Scorpion » et faisons route vers Tyrell Bay pour y faire quelques approvisionnements avant notre remontée.

Nous avons la mauvaise surprise de voir notre groupe HONDA tomber en panne. Il ne délivre plus de 220 V alors que la partie moteur fonctionne sans souci. Il s’agit probablement d’une panne du bloc inverter, pièce qui coûte quasiment aussi cher (1500 $ US) que le groupe lui-même ! Nous envisageons déjà son remplacement dès notre arrivée en Martinique. Une bonne nouvelle nous vient de Pierre et Claudette de « Amikaro » qui nous disent que notre groupe a probablement une garantie constructeur de 2 ou 3 ans. Celle-ci se termine au pire début janvier 2015 ! L’espoir revient de nous en tirer sans puiser dans nos réserves. En l’absence de réponse à notre mail envoyé au revendeur YES dans la zone ARTIMER du MARIN, nous attendrons notre retour en Martinique.

Generateur honda eu20i

Cette première semaine de novembre s’écoule ainsi tranquillement à préparer le bateau et attendre une météo convenable.

Haut de page


Samedi 08 Novembre 2014 – Carriacou - Tyrell Bay vers Carriacou – Sandy Island : grenade
L 12° 29,05 N -- G 061° 28,90 W – 3 Milles parcourus

9 h, levé l’ancre de Tyrell Bay avec Bernard et Maryvonne de « Sonate », vent d’est Force 3, nous faisons route au moteur vers Sandy Island. Toute petite étape pour profiter encore un peu !

Nous allons d’ailleurs nous régaler encore de plusieurs lambis. Les parties de tarot avec Bernard et Maryvonne occupent nos deux soirées sur ce mouillage.


Lundi 10 Novembre 2014 – Carriacou – Sandy Island vers Saint-Vincent – Union Island – Chatam Bay : st vincent et grenadines
L 12° 36,23 N -- G 061° 26,94 W – 8 Milles parcourus

13 h, levé l’ancre de Sandy Island avec Bernard et Maryvonne de « Sonate », vent d’est Force 4, nous faisons route à la voile sous 1 ris vers Chatham Bay. Le vent assez fort dans la matinée s’est un peu calmé et une belle brise sous le vent de Carriacou nous propulse entre 6 et 7 nd.

20141110 Vers chatam bay

Nous entrons dans Chatham Bay vers 14 h 30 et la pioche est posée un peu avant 15 h.

Ce mouillage n’a pas changé ces dernières années. Il est toujours aussi agréable et tranquille. On peut seulement regretter que le mouillage soit balayé quasiment constamment par des rafales de vent en tous sens, ce qui est d’ailleurs signalé dans le guide Patuelli.

1 Union chatam bay

Nous en profitons pour faire un petit PMT pour explorer un peu les fonds aux alentours sans y repérer quoi que ce soit de notable, si si me dit Ti Mouss : des dollars des sables !

Dollar des sables echinarachnius parmaDollar des sables echinarachnius parma bis


Mardi 11 Novembre 2014 – Union Island – Chatam Bay vers Saint-Vincent – Bequia – Princess Margaret Bay : st vincent et grenadines
L 13° 00,06 N -- G 061° 14,56 W – 29 Milles parcourus

9 h, levé l’ancre de Chatham Bay, Vent Est Force 4, « Sonate » est devant nous à quelques minutes de là. Nous hissons la Grand Voile avec 1 ris puis faisons route au 300 en doublant Rapid Point. Le cap vers Bequia est ensuite rejoint et nous faisons route au près sur une mer peu agitée avec un courant légèrement portant au 030.

Vers 10 h, le ris est largué puisque le vent devient bien stable. Hélas, vers 13 h, il nous faudra reprendre un ris que nous allons conserver jusqu’à l’arrivée en raison du passage de plusieurs grains dans les 10 derniers milles.

20141111 Vers bequia

Haut de page


Nous n’aurons pas cherché à contrer le courant portant à l’ouest pour 1,5 nd au milieu du parcours et sommes restés à gouverner en mode vent durant tout le trajet. Une adonnante à environ 1 mille de West Cay nous a permis de revenir sur la route et rentrer dans la baie sans avoir à modifier nos réglages, en même temps que « Sonate » qui, lui est resté plus au vent et a pu ouvrir et accélérer sur les derniers milles. Au bout du compte, encore une expérience qui tend à montrer qu’il ne sert pas à grand-chose de se prendre le chou avec les modes de navigation !

2 Ti corail en nav vers bequia

La pioche est posée à 14 h 30 dans cette jolie baie de la princesse Margaret avec une eau aussi limpide qu’à l’habitude et une plage toujours aussi belle.

Nous restons la journée du lendemain dans cette baie qui fait partie de nos mouillages préférés. Nous ferons un peu de PMT sur les roches dans l’Ouest de la plage.


Jeudi 13 Novembre 2014 – Saint-Vincent – Bequia – Princess Margaret Bay vers Sainte-Lucie – Anse Cochon : ste lucie
L 13° 55,68 N -- G 061° 03,47 W – 59 Milles parcourus

5 h 10, levé l’ancre de Bequia, Vent Est Force 4, nous partons sous 1 ris et attendrons le jour pour savoir si il faut le conserver ou non. La traversée du canal de Bequia est calme et le bateau file à 6 nd.

Dans l’Ouest de la baie de Kingston pour environ 3 milles, le vent tombe, le Génois est enroulé et nous faisons route sur un moteur poussé à 2400 t/min à 6 nd. Puisque les moteurs aiment bien être chargés, on va lui en donner de la charge !

20141113 Vers ste lucie

Passée l’anse de Chateaubelair, à environ 2 milles de la côte, le vent revient et le moteur est stoppé. Nous faisons de nouveau route sous voiles au 350 puis au 005 une fois doublée la pointe nord de Saint-Vincent. Toujours en mode vent, avec un courant qui devient portant une fois franchis les deux tiers du Canal de Saint-Vincent et une adonnante à l’arrivée sur Sainte-Lucie, notre navigation décrit encore une belle courbe !

La mer aura été relativement sympathique, quoiqu’un peu désordonnée.

Un moteur est démarré vers 13 h 20 alors que nous sommes en panne de vent à 12 milles dans l’ouest de Vieux-Fort. Nous ferons ainsi route jusqu’à l’Anse Cochon.

La pioche est posée vers 16 h 10 dans cette jolie anse avec une eau limpide et son Spa Resort accroché aux falaises.

Haut de page


3 Ste lucie anse cochon4 Ste lucie anse cochon5 Ste lucie anse cochon6 Ste lucie anse cochon

Nous restons aussi la journée du lendemain dans cette anse qui fait partie de nos mouillages préférés. Nous avons la visite de Tiger, un boat boy bien sympathique qui était tout heureux de nous revoir après plusieurs mois sans pour autant exercer une quelconque pression commerciale.

Le lendemain, nous ferons un peu de PMT dans le Nord de l’anse avec de magnifiques coraux, éponges et poissons divers. Ti Mouss ressort l’appareil photo !


Samedi 15 Novembre 2014 – Sainte-Lucie – Anse Cochon vers Martinique – Sainte-Anne – Anse Caritan : france martinique
L 14° 25,66 N -- G 060° 53,20 W – 33 Milles parcourus

9 h, levé l’ancre de l’Anse Cochon, Vent Est Force 3, nous sortons tranquillement de cette anse et hissons les voiles sous 1 ris. C’est la dernière journée de temps maniable avant au moins 1 semaine ! il faut en profiter pour remonter sur la Martinique sans souci.

Nous nous rapprochons de « Sonate » pour une séquence photos mutuelles. La navigation bord à bord est toujours sympathique, mais demande une vigilance très soutenue sachant qu’un écart de route de l’un ou de l’autre des bateaux peut rapidement conduire à une situation pour le moins ennuyeuse.

7 Ti corail en nav sous ste lucie17 Sonate en nav

Les pilotes sont donc mis en sommeil tandis que les skippers les ont remplacés à la barre. Voilà, c’est fait et nos routes s’écartent à une distance maintenant raisonnable, le principe étant de rester en navigation à vue.

Nous naviguons sous le vent de Sainte-Lucie au 025 jusque 10 h 30, heure à laquelle nous prenons le vent quasi définitif ENE 4 à 3 milles dans le sud-ouest de Rodney Bay. Contact est pris avec le CROSS Antilles Guyane pour vérifier la portée de notre installation VHF et l’essai est satisfaisant.

Deux lignes sont mises à l’eau avec beaucoup d’espoir de taper quelque chose dans le canal de Sainte-Lucie. Il s’agit de la dernière occasion avant sans doute nombre de semaines.

20141115 Vers caritan

Haut de page


Un peu plus tard, alors que la Captain relève une ligne encombrée de sargasse, il s’avère que nous avons eu une touche qui est passée inaperçue. En fait, ne demeurent accrochés au leurre que la tête et une toute petite partie du corps d’un jeune thazard. Le reste a été sectionné proprement par un autre prédateur sans doute bien équipé.

Le canal de Sainte-Lucie est encore encombré à cette époque de bancs de sargasse, obligeant le Captain à relever les lignes fréquemment.

Le vent est moyen aux alentours de 14 nd, mais la mer est quelque peu désordonnée et nous filons à peine 5 nd. Le courant qui portait au début au sud-ouest vire maintenant à l’ouest pour presque 2 nd.

Du coup, il apparaît clairement que notre route au plus près du vent nous emmène vers le Rocher du Diamant. La dérive est si forte qu’il est inutile de compter sur l’adonnante en approchant du sud de la Martinique pour revenir vers la baie du Marin.

Si nous ne faisons rien, nous savons déjà qu’il nous faudra parcourir aux moteurs les presque 10 milles entre le Rocher du Diamant et la baie de Sainte-Anne.

Aussi décision est prise de stopper là la plaisanterie et de nous appuyer aux moteurs pour tracer une route directe vers l’Anse Caritan. Le Génois est enroulé et nous conservons la Grand Voile appuyée.

Entre temps, le ciel s’est chargé et nous essuyons plusieurs grains de bienvenue dans les eaux françaises.

Vers 15 h, la ligne de sonde des 30 m est franchie, la veille est attentive au passage de la remontée de fond en raison de la présence de multiples casiers de pêcheurs marqués par des bouteilles en plastique qui ne sont visibles que très tardivement. D’ailleurs, nous nous arrangeons généralement pour franchir cette zone dangereuse avec une route perpendiculaire aux lignes de sonde afin d’y passer le moins de temps possible et de diminuer ainsi les risques encourus.

Nous apercevons déjà le mouillage de Caritan occupé par quelques bateaux. Mini Mouss est équipée de son gilet tandis que l’équipage au complet sur le pont (Captain et Ti Mouss) s’active à un dessalage rapide.

Nous laissons le banc de l’IGESA sur Tribord pour nous présenter doucement devant les jeux de Maya Beach, la pioche est posée vers 15 h 30 mettant fin à un peu plus de 4 mois d’absence. Nous sommes rejoints par « Sonate » une demi-heure plus tard.

Mini Mouss aura bien vécu cette remontée, moins stressée, même avec son Ti Mouss malade ! Les effets de l’homéopathie ?


Martinique – Sainte-Anne – Anse Caritan : france martinique

Notre premier week-end va nous voir retrouver nos habitudes, à savoir l’apéro plage du dimanche avec Bertrand et Liliane de « Synga » ainsi que Maryvonne et Bernard de « Sonate » et Chantal et Yvon de « Scorpion ». Quelques balades à la laverie de Caritan viendront ponctuer ces premiers jours après nos 4 mois d’absence, permettant de redonner meilleure allure aux housses des banquettes du cockpit par exemple.

17 Apero plage13 Apero plage

C’est l’époque des retours du Venezuela et Mado et Maurice de « Mayakri » nous rejoignent dans la baie de Sainte-Anne le dimanche après une navigation quasi directe de l’archipel des Testigos tandis que Jean-Pierre et Françoise de « Gentiane » arrivent le lundi, profitant de la fin toute proche de la fenêtre météo.

Dés le lundi 17 Nov., le Captain s’occupe du renvoi en France de notre balise de géolocalisation afin qu’elle soit reprogrammée en raison du basculement du réseau IMMARSAT D vers le réseau IMMARSAT M2M. Nous serons donc sans balise pendant quelques jours ou semaines.

Nous effectuons aussi nos formalités d’entrée à Sainte-Anne afin de nous mettre en règle. Cette première semaine au mouillage est consacrée aux travaux de nettoyage et rangement. Nous passons heureusement d’excellents moments avec les bateaux copains à proximité.

La météo de ces derniers jours n’est pas brillante… Cela veut dire que nous avons récupéré 140 litres d’eau de pluie en une seule nuit par exemple ! Nous en profitons pour faire un bon nettoyage du pont et des inox !

Nous avons aussi la visite de Jean-Pierre et Murielle, ex-propriétaires de « Teva » et maintenant installés en métropole accompagnés de Claudine d’« Alizé ». Nous faisons aussi la connaissance de Marsia et Alain de « Calinda » à bord de « Joz 4 » de Marie-Noëlle et Michel.

Les échanges ne manquent pas sur ce plan d’eau et c’est très sympa !

Le lundi 24 Nov. Nous déposons enfin notre groupe HONDA en réparation chez le revendeur YES à Artimer qu’il nous faudra solliciter plusieurs fois les jours suivants pour faire avancer les choses.

Plusieurs bateaux copains nous ont rejoints sur le mouillage et la fin du mois sera marquée par un apéro géant sur la plage le dimanche midi 30 Nov. avec les équipages de 10 bateaux !

11 Apero plage12 Apero plage14 Apero plage15 Apero plage16 Apero plage

Haut de page


Le mois de décembre est déjà là et les fêtes de fin d’année dans une perspective toute proche. Le Captain entame ses visites médicales de routine. Il faut bien tenir compte de son taux d’usure et effectuer sa maintenance préventive ! Ti Mouss n’est pas pressée d’en faire autant, sans doute préfère-t-elle s’en remettre à ses praticiens en métropole.

Nous avons enfin pris nos billets d’avion pour rentrer en métropole pendant deux mois au printemps, ça approche !

Nous prenons en garde le bateau « Scorpion » resté au mouillage à côté de nous tandis que ses propriétaires Yvon et Chantal sont rentrés en métropole jusqu’à la fin de l’année.

Après quelques recherches sur Internet qui ont pris 3 minutes, nous avons pu communiquer directement à YES, les nom, adresse et tel d’un réparateur HONDA (concessionnaire officiel HONDA) proche de Fort-de-France vers lequel transférer notre groupe HONDA qui était toujours en train de sommeiller dans le hall de leur boutique, un comble !

Nous sommes rejoints à Caritan par Catherine et Marcel de « Phase II » qui viennent naviguer sur leur bateau pour quelques mois.

20 Soiree a bord de ti corail19 Soiree a bord de ti corail

Quelques jours avant Noël, nous avons enfin récupéré notre groupe HONDA en état de fonctionner. Heureusement, la seule intervention a consisté à assécher la carte électronique de l’Inverter qui avait pris l’humidité. Finalement, nous en avons eu pour plus cher avec les frais d’envoi aller et retour de notre groupe, lesquels nous ont été facturés par YES ! Décidément, je ne vous recommanderai pas ce commerçant !

Nous avons eu la joie de passer le réveillon de Noël à bord de « Synga » avec « Gentiane ». Ce fut une très belle soirée.

18 Noel a bord de synga

Le réveillon de fin d’année s’est déroulé en revanche à bord de « Ti Corail » avec Liliane et Bertrand de « Synga » et nous avons été rejoints peu avant minuit par Jean-Pierre et Françoise de « Gentiane », Paula puis l’équipage de « Sonate ». Nous avons dansé sur le bateau jusqu’à tôt le matin et avons éteints les feux à… 5 h !

2015 est là !

Les Alizés bien établis depuis le 20 décembre continuent à souffler entre 20 et 25 nd et semblent ne pas vouloir faire la moindre pause. Des creux de 4 à 5 m dans les canaux sont fréquents ces derniers jours.

Nous faisons la connaissance de Gilbert et Marie sur « Kia Ora », bateau dont il est aisé de deviner la présence sur le mouillage quand de magnifiques airs de trompette courent sur le plan d’eau.

Le mois de janvier s’écoulait avec la routine du mouillage, les copains, les balades à la plage quand la terrible secousse des événements en métropole nous a réveillés et fait sortir de notre nonchalance heureuse sous les tropiques. Des pavillons CHARLIE ont été hissés dans les mâts, témoins de notre effarement et soutiens de cette liberté si durement acquise par nos pères et mères.

À bientôt pour la suite...

 

Voir Articles Année 2015

 

Haut de page