logoarticle   01/11/2014

 

0 Calque carriacou

Cartes géographiques
Clic ICI


photo     Clic sur Album Photos


- Sous l'eau à Carriacou et Sandy Island


 « Ti Corail » passe l'automne à Carriacou


Grenade - Carriacou - Tyrell Bay : grenade

La fin du mois d’août s’est déroulée paisiblement sur le mouillage de Tyrell Bay. Nous avons encore passé de bons moments avec nos amis Bernard et Maryvonne de « Sonate ».

Pierre et Claudette de « Amikaro », en provenance de Martinique nous ont rejoint sur le mouillage et le Captain a pu récupérer le régulateur de remplacement que nous attendions.

Nous commençons aussi à découvrir avec les bateaux copains les petits restaurants qui se trouvent dans les rues derrière le front de mer où l’on peut se restaurer pour un prix modique avec toujours un accueil des plus plaisants.

1 Carriacou tyrell bay au restaurant avec les copains2 Carriacou tyrell bay au restaurant avec les copains3 Carriacou tyrell bay au restaurant avec les copains


Quelques jours consécutifs sans pluie nous ont permis de faire une belle balade à Chapeau Carré qui domine l’île de ses 960 pieds. Le début de cette balade était très facile puis nous sommes passés sur un sentier sous le couvert des bois, très raide, qui a aussi permis aux moustiques très nombreux de se refaire une santé sur nos mollets.

La fin de l’ascension a été accueillie avec joie et nous avons été récompensés par une vue magnifique sur toute l’île de Carriacou et ses voisines.

4 Carriacou tyrell bay vue de chapeau carre5 Carriacou balade a chapeau carre6 Carriacou balade a chapeau carre7 Carriacou balade a chapeau carre8 Carriacou balade a chapeau carre

Nos copains de « Locacita Thilda » nous ont fait le plaisir d’une visite alors qu’ils remontaient de Grenade avec leurs enfants.

Haut de page


Nous avons été un peu inquiets ces jours, car notre petit Mini Mouss a par deux fois manifesté des symptômes de pancréatite. Il ne faut décidément lui concéder aucun écart alimentaire !

9 Mini mouss a bord10B Mini mouss a bord10 Mini mouss a bord


Encore des bons moments à bord avec « Sonate », un ti resto aussi avec d’autres équipages de bateaux pour aller déguster un plat de lambis.

11 A bord avec sonate


Le dernier week-end est là, précédant la rentrée scolaire locale. Curieusement ici, elle est vue de façon positive et fait même l’objet d’une fête le samedi qui précède la rentrée : « la Back 2 School Beach Party » à laquelle les enfants de toutes les écoles sont invités à participer pour une journée de jeux de plage avec distribution de lots, barbecue et boissons pour les parents et autres, le tout sous une ambiance de musique locale se déversant sur la plage.

Le Captain, après révision de sa ligne de pêche à la traine est allé se balader deux heures durant en annexe, y compris le tour des Sister’s Rocks, sans succès hélas. Tout cela n’est pas encourageant !


Le début du mois de septembre aura été marqué par une belle balade vers la presqu’île du mont Saint-Louis et encore de bons moments avec Bernard et Maryvonne de « Sonate » ainsi que Christian et Maryse de « Goyave ».

12 Carriacou balade st louis13 Carriacou balade st louis14 Carriacou balade st louis15 Carriacou balade st louis


Le Captain s’est aussi décidé à remettre de l’ordre et un grand coup de propreté dans le puits à chaîne, les 30 mètres de câblot stockés sous la chaîne étant dans un état indescriptible.

Haut de page


Bernard et Maryvonne de « Sonate » songent déjà à leur départ tout proche vers l’île de Tobago et la discussion s’orientant vers la réception de la météo puis sur la BLU, le Captain est parti remédier à leurs problèmes de réception, lequel s’est résolu par le remplacement de l’antenne défectueuse et l’installation du logiciel JVCOMM 32 pour la réception des cartes météo. Nous pourrons enfin nous parler à la radio quand ils seront du côté de Cuba au début de l’année prochaine.

La pêche à la langouste est maintenant autorisée (la saison commence le 1er septembre) et un pêcheur est venu nous en proposer pour 2,80 € la livre ! Nous en avons donc pris deux pour nous faire un ti repas bien agréable.

 

16 Carriacou debut de la saison des langoustes

 

La fin de semaine a été marquée par une très bonne soirée à bord de notre bateau avec Bernard et Maryvonne de « Sonate » et Christian et Maryse de « Goyave ». Chacun(e) a pu découvrir les vertus du rhum arrangé made in « Ti Corail ». Le lendemain matin, les vertus du Citrate de Bétaïne ont pu être mises à profit par certains pour chasser les brumes consécutives à cette soirée. Généralement, la prise d’un comprimé effervescent le lendemain matin d’une fête provoque les effets suivants : soit la dissipation dans les 10 minutes de tout mal-être soit la restitution de toute source du dérangement, ce qui au final accélère le recouvrement de toutes les facultés…

A la réflexion, le problème réside sans doute dans la glace puisque celle-ci est achetée à l’extérieur en sacs d’environ 10 litres et qu’il n’est pas possible de vérifier la qualité de l’eau utilisée ni de la laisser fondre bêtement.

Le samedi 06 sept, le Captain a essayé la pêche à la ligne du bateau après le coucher du soleil. Une demi-heure plus tard, 3 pagres de belle taille étaient montés sur la jupe et nous ont régalés dès le lendemain.

18 Carriacou captain a la peche19 Carriacou captain a la peche20 Carriacou captain a la peche


Il y a toujours un peu de bricolage sur le bateau et le challenge réside dans la réalisation quotidienne d’une action de maintenance si nécessaire ou programmée, une seulement pour éviter tout risque de stress !

Le Captain a tenté une nouvelle fois de pêcher du bateau en fin de soirée, mais sans aucune touche. Il est probable que la meilleure heure pour prendre du poisson soit dans l’heure qui suit la fin du crépuscule. A confirmer !

Ce mardi 09 sept, nos amis de « Sonate » nous quittent pour la destination de l’île de Tobago, accompagnés de « Goyave ».

21 Carriacou depart de sonate22 Carriacou depart de sonate


Le plan d’eau est de moins en moins occupé par des bateaux de plaisance au fur et à mesure que nous avançons dans la saison cyclonique. La plupart d’entre eux sont entassés dans les baies telles que Prickly Bay au sud de l’île de Grenade. Ici, à Carriacou, nous sommes très tranquilles et il n’y a que peu de monde.

Par ailleurs, en cas de problème, nous pouvons aller nous réfugier dans le trou à cyclone au nord de la baie.

Haut de page


Cela fait partie de nos pensées, car nous avons entendu parler d’un seuil à franchir pour accéder à la deuxième partie du trou, la première étant réservée aux bateaux pays.

Le 10 sept, le Captain a donc pris une sonde à main, un GPS enregistreur avec trace, un chronomètre calé sur le GPS, un bloc et un crayon et a ainsi consacré deux heures à sonder les fonds. Un peu de travail ensuite pour convertir la trace, corriger les sondes de la hauteur de la marée pour les rapporter au niveau 0 m et les reporter sur une carte marine.

La conclusion est que ça passe pour nous avec nos 1,40 m de tirant d’eau. Un peu de pêche à la ligne le soir a permis de capturer 5 pagres pour enrichir nos menus.

23 Carriacou trou a cyclone

24 Carriacou trou a cyclone sondes


Fin de semaine dans le calme avec encore des pagres qui sautent sur la jupe quand du poisson est requis pour le repas et un sympathique apéro avec Pierre et Claudette à bord de « Amikaro » et Annick et Stéphane de « Errance ».

25 Carriacou captain a la peche26 Carriacou on se regale


Il était prévu que le vent se calme et nous permette d’aller passer quelques jours à Sandy Island mais les prévisions météo ont sous-estimé la force du vent et l’état de la mer. Nous restons donc à l’abri de Tyrell Bay.

Après un week-end tranquille, le vent consent à faiblir quelque peu et nous faisons mouvement le lundi 15 septembre vers Sandy Island au nord de Carriacou. Quel bonheur de retrouver ce mouillage et ses eaux limpides ! Evidemment sortie plage pour Mini Mouss puis nous allons ramasser des burgaux (ou troques des Caraïbes - Cittarium pica [Linnæus, 1758] - Topsnail) sur le côté nord de l’îlot, équipé de gants et de chaussures pour parer les ennuis pouvant être causés par les oursins et les bébés murènes.

Il faut regarder au moment propice sous les pierres (entre deux vagues) pour ne pas s’en prendre une sur une cheville. Notre cueillette effectuée, nous sommes rentrés à bord pour les mettre à dégorger dans un filet immergé et suspendu au bateau pendant la nuit.

27 Carriacou sandy island29 Ti corail a sandy island32 Carriacou sandy island33 Carriacou sandy island

Haut de page


Nous avons aussi l’heureuse surprise de découvrir qu’Yvon et Chantal de « Scorpion » sont arrivés… à Tyrell Bay et… ne nous ont pas trouvés ! Pour cause, nous étions partis le matin même, certains qu’ils ne devaient pas arriver avant le 19 de ce mois. Tel puis VHF, c’est chouette, ils nous rejoignent dès le lendemain après avoir effectué leur entrée.

Nous passons la première soirée ensemble et leur faisons découvrir les burgaux qu’ils ne connaissent pas encore.

35 Carriacou sandy island nous sommes rejoints par scorpion34 Carriacou sandy island captain ramasse des burgots36 Carriacou sandy island burgot37 Carriacou sandy island burgots prepares38 Carriacou sandy island soiree avec scorpion39 Carriacou sandy island soiree avec scorpion


Nous avons aussi pu avoir quelques lambis qui ont régalé nos palais.

40 Carriacou sandy island preparation lambis41 Carriacou sandy island preparation lambis42 Carriacou sandy island preparation lambis43 Carriacou sandy island preparation lambis

Haut de page


Le lendemain est mis à profit pour nettoyer la coque de ses salissures (il vaut mieux ne pas attendre plus d’un mois entre deux passages d’une éponge légèrement abrasive pour que toute la surface mouillée soit nettoyée en environ 1 heure).

Nous nous régalons aussi à faire du PMT (palmes, masque, tuba) sur les extrémités Est et Ouest de l’îlot de Sandy Island assez poissonneuses avec une bonne variété d’espèces.


44 Carriacou sandy island sous leau45 Carriacou sandy island sous leau46 Carriacou sandy island sous leau47 Carriacou sandy island sous leau

 

Le jeudi 18 septembre, nous rentrons sur Tyrell Bay pour préparer l’anniversaire du Captain que nous fêterons avec Yvon et Chantal de « Scorpion » le lendemain. Belle soirée agrémentée d’un succulent plat de lambis préparé par Ti Mouss.

Nous sommes rejoints sur le mouillage par Ruben et Michèle de « Tursiops » puis c’est le tour de « Scorpion » de nous laisser pour aller visiter Grenade.

Le début de ce mois d’octobre a été marqué par du mauvais temps pendant plusieurs jours et l’activité ainsi limitée. Nous avons donc bricolé et confectionné un rajout de toile pour placer au-dessus du panneau de la cabine arrière Bâbord.

Le Captain est aussi allé à Hillsborough le 06/10 pour prolonger notre séjour au-delà de 3 mois sur le sol de Carriacou. Il faut se rendre au bureau de l’immigration 2 jours avant la date de clôture indiquée sur le passeport. La procédure n’a pas posé de problème et revient à 25 EC $ par personne par mois entier supplémentaire, payable au bureau du Trésor de l’autre côté de la rue. Attention, toutes les personnes demandant une extension doivent se présenter physiquement au bureau de l’immigration et bien sûr Ti Mouss était sur le bateau, mais ils ont consenti a faire les papiers malgré son absence.

Le lendemain, nous avons rejoint Sandy Island et goûtons aux joies du PMT (Palmes, masque et tuba) autour de ce magnifique îlot. Ti Mouss est motivée et utilise enfin son appareil photo étanche. Chaque jour voit ses progrès dans la technique d’utilisation de cet appareil, somme toute génial !

Le mercredi 08 Oct., nous recevons une première visite depuis longtemps des 3 wardens (ou rangers) affectés au parc marin de Sandy Island (SIOBMPA) à bord de leur nouvelle embarcation de patrouille de 25 pieds, nommée « Paradise » et mise à l’eau début août à Lesterre Bay sur fonds fournis par « Caribsave » et le « Caribbean Community Climate Change Centre » (Centre sur le Changement climatique de la Communauté Carribéenne ou CARICOM -five C’s), via le programme C-Fish de 4 ans démarré en 2012. Nous nous voyons ainsi prélevés d’une taxe de 10 US $ ou 25 X $.

48 Carriacou sandy island controle par les wardens49 Carriacou sandy island controle par les wardens


Nous est remis un récépissé daté et signé comportant le motif à savoir : use of overnight/yacht mooring !

La situation est curieuse, tous les bateaux sont sur ancre, aucun sur bouée, le mouillage sur ancre est interdit et on nous prélève une taxe de bouée !

L’explication fournie est que, compte tenu de la situation des mouillages, ils nous font payer en fait l’entrée dans le parc.

Les wardens ne viendront que deux fois au cours de la semaine. Il est probable que l’organisation pâtit encore du manque de crédits alloués par le gouvernement.

Le temps est incroyable depuis plus d’une semaine, avec très peu de vent et une mer… plate ! Les tempêtes tropicales Fay et Gonzalo passent loin dans le Nord, c’est chouette… pour nous !

Nous faisons la connaissance de Paul et Carolin à bord de leur bateau « Cattitude » et rejoignons ensemble l’Anse Laroche dans la journée du 13 Oct.

51 Carriacou sandy island cattitude52 Carriacou sandy island anse laroche53 Carriacou sandy island cattitude


Nous passons ainsi deux belles soirées en compagnie de Paul et Carolyn avec leur toutoune Lucie dans cet endroit tranquille.

L’anse Laroche est un des plus beaux sites de Carriacou et se trouve au nord-ouest de l’île. Hélas, il est courant qu’un peu de houle de Nord rentre dans cette si jolie anse pouvant rendre le mouillage un tantinet inconfortable. Cette houle crée un fort ressac sur la plage, déserte et magnifique par ailleurs, pouvant rendre dangereuses les activités de loisirs des petites bêtes de 2,8 kg comme notre petite chienne Mini Mouss.

Aussi, deux jours plus tard, nous décidons de retourner au mouillage de Sandy Island protégé de cette houle de Nord.

Haut de page


Nous profitons de ce petit transit en eaux tranquilles pour inverser la chaîne d’ancre. D’une longueur de 60 m et mise en place en mars 2013 (soit 18 mois écoulés), le tronçon de 30 m utilisés est usé et rouillé complètement au point que la chaîne saute très souvent sur la couronne barbotin de notre guindeau. Une fois inversée, les 30 m de chaîne non encore utilisés passaient sans souci dans le guindeau.

On peut s’interroger sur la qualité de fabrication qui prévaut aujourd’hui sur les chaînes vendues chez les shipchandlers les plus connus.

Le Captain a pris son pied à coulisse et procédé à quelques mesures par sondage sur le tronçon usé et a observé sur certains maillons les dimensions suivantes pour une chaîne de 10 mm :

-    Diamètre normal attendu 10 mm, mesuré 7,85 mm !
-    Pas (dimension intérieure d’un maillon dans sa longueur) normal attendu 30 mm, mesuré 34,5 mm !

Avec de telles dimensions, on observe que le revêtement de galva est parti depuis longtemps (érodé par l’action abrasive du sable lors du raguage de la chaîne sur le sable) et que l’acier a été attaqué et remplacé par de la rouille !

On peut entendre sur les pontons : de mon temps, on faisait 8 à 10 ans avec une chaîne !

Aujourd’hui, les procédés de fabrication ont été modifiés, la vitesse de passage de la chaîne dans le bain à 450 degrés est réglée pour laisser un revêtement de 10 microns alors que le dépôt maximal et pratiqué il y a quelques années était de l’ordre de 70 microns.

Il faut aussi savoir que l’usure du revêtement d’une chaîne dépend de son utilisation et de l’environnement dans lequel elle est sollicitée.

Par exemple, on peut observer que la vitesse de corrosion de l’acier galvanisé est de l’ordre de 1 mic./an en environnement rural, de 4 mic./an en environnement marin et de 8 à 10 mic./an en environnement industriel.

Une chaîne sur un bateau de voyage (90 % du temps au mouillage sur ancre) durera certes beaucoup moins de temps qu’une chaîne sur un bateau usuel qui demeure à quai dans une marina et navigue 3 semaines par an. Ainsi, il est raisonnable de pouvoir assimiler l’environnement du bateau de voyage à un environnement industriel avec une vitesse d’usure de l’ordre de 10 mic./an.

Sans prendre de calculette, il est aisé de comprendre pourquoi les chaînes utilisées dans la plaisance rouillent alors qu’elles ont moins d’un an d’utilisation intensive !

Sandy Island nous offre encore ses plaisirs. Ti Mouss est de plus en plus à l’aise dans l’eau équipée de son appareil photo et ses angoisses semblent être en voie de régression. Nous ramassons encore quelques burgaux, cueillons du pourpier de mer (Sesuvium portulacastrum (Linnæus) - Shoreline seapurslane - Pourpier de mer - Cenicienta, litho – Verdolaga) qui, une fois blanchi, peut être conservé quelques jours au réfrigérateur avant d’être accommodé en accompagnement de n’importe quel plat.

53A carriacou sandy island ramassage burgots53b Carriacou sandy island degustation54 Carriacou sandy island sesuvium portulacastrum pourpier de mer


Nous profitons encore quelques jours de Sandy Island mais Ti Mouss souffre depuis quelque temps d’une molaire. Elle arrive d’habitude à stopper le processus infectieux avec une semaine de prise d’antibiotiques, mais nous en sommes quand même à la… cinquième session ! Nous aurions dû attendre notre retour en Martinique pour nous occuper de cette dent, mais puisque son extraction est inévitable, autant le faire ici à Carriacou. Décision est prise le vendredi 17 octobre de prendre le taureau par les cornes.

Nous nous renseignons donc et apprenons qu’il existe bien un Centre Médical à Hillsborough, mais que les soins dentaires n’y sont prodigués que le jeudi, une fois par semaine, par un dentiste qui fait l’aller-retour en avion de l’île de Grenade. Nous sommes donc 24 heures trop tard.

55 Carriacou hillsborough health medical center


Heureusement, les antibiotiques font quand même leur effet, mais il est décidé de procéder à l’extraction le jeudi qui suit.

En attendant, le temps se gâtant quelque peu, nous décidons de revenir sur Tyrell Bay dès le samedi 18 Oct..

Le lendemain, nous avons le plaisir de retrouver Bernard et Maryvonne de « Sonate » qui revient du sud de Grenade après avoir auparavant passé quelques semaines à l’île de Tobago.

Ces derniers jours, le Captain a enfourché un nouveau dada : réaliser du pain à bord… qui soit beau et bon ainsi que quelques viennoiseries. Après s’être documenté, il a procédé à la fabrication des premiers pains et il aura fallu attendre le quatrième pour avoir un résultat qui tienne enfin la route, un pain de bel aspect, ayant bon goût et possédant une mie bien aérée avec une croûte presque dorée et croustillante !

Il ne reste plus qu’à améliorer encore la maîtrise du pétrissage, de la pousse et de la cuisson et peut-être aussi les diversifier un peu.

Ti Mouss a aussi été conquise par les briochettes au chocolat !

58 Pain du captain59 Ballotins au chocolat60 Briochettes au chocolat63 Pain du captain


Le mardi 21 Oct., nous faisons appel à Dominique sur sa barge au fond de la baie pour reprendre toutes les soudures de la grille de notre plaque ENO et le Captain en profite pour lui demander également une plaque en aluminium pour remplacer la plaque de l’embase moteur de notre annexe.

Le lendemain, nous rejoignons le mouillage de Hillsborough en cours de journée avant le passage d’une onde tropicale prévue en soirée, afin d’être prêt pour l’intervention du dentiste sur Ti Mouss le jeudi. Nous en profitons pour faire un peu d’avitaillement dans les commerces et chez les quelques marchandes de légumes qui sont les mieux approvisionnées de l’île.

Le jeudi, jour du passage d’Ti Mouss chez le dentiste est arrivé. Nous nous présentons à 8 h à son bureau à côté du Kim’s plaza Supermarket, mais il n’est pas encore là. Nous rejoignons donc le dispensaire (Medical Health Center) en face le collège et nous enregistrons auprès du personnel présent. Cinq personnes attentent d’être vues par le dentiste. Une infirmière prend la tension de chacun et nous donne un petit papier sur lequel elle est enregistrée. Le ou la dentiste arrive enfin une demi-heure plus tard, descendant tout juste de son avion en provenance de Saint-Georges. Elle procède, après examen des tensions relevées, à l’anesthésie de tous les patients en attente. Point de préambule ni de petites injections aux alentours des dents à traiter avant d’injecter l’essentiel de la dose ! Elle procède directement et massivement, comme avec les chevaux ! Pas sûr qu’il y ait changement d’aiguille entre chaque patient ! Chaque patient ressort dans le couloir qui sert de salle d’attente en attendant le soin dentaire. Ici, soin dentaire veut dire extraction. En 10 minutes, tout le monde est passé et ressort de là non sans avoir écouté religieusement les 3 minutes de consignes précises et diverses à observer dans les jours qui suivent. Il faut bien cela puisque rien n’est donné postérieurement à l’acte, ni antalgiques ni antibiotiques. Les consignes à suivre sont donc précises pour limiter au maximum les risques infectieux.

Enfin voilà, Ti Mouss a jonglé comme jamais avec l’anesthésie ; l’extraction s’est passée sans souci et ce n’est plus qu’un mauvais souvenir. Bien que nous ayons signalé que nous étions étrangers, la dentiste ne nous a rien fait payer ! Le temps étant pluvieux et Ti Mouss pressée de quitter ce triste mouillage, nous avons appareillé dans l’heure suivante pour rejoindre le mouillage de Tyrell Bay où nous sommes arrivés en fin de matinée.

Le week-end suivant nous a permis de passer une bonne soirée à bord de « Sonate » avec aussi Christian et Maryse de « Goyave ».

La météo de la semaine à venir semblant clémente, nous avons prévu de retourner à Sandy Island dès mercredi. « Sonate » nous a quittés quelques jours pour aller chercher du matériel à Grenade.

Nous sommes rejoints à Sandy Island par Yvon et Chantal de « Scorpion » qui reviennent de leur carénage à Saint-David Harbour (Grenada Marine) et passons une excellente soirée à leur bord avant qu’ils n’entament leur remontée vers la Martinique.

Ce sera aussi bientôt notre tour, mais Ti Mouss n’est pas trop pressée, ses soucis dentaires ayant été résolus. Nous devrons y être toutefois pour la fin du mois de novembre.

A bientôt pour la suite…



62 Carriacou sandy island insolite



 

Haut de page